Cartes à jouer/Cartes à jouer

Début de la boite de navigation du chapitre
Cartes à jouer
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Cartes à jouer
Chap. préc. :Histoire
Chap. suiv. :Cartes à jouer d'Asie

Exercices :

Cartes à jouer
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Cartes à jouer : Cartes à jouer
Cartes à jouer/Cartes à jouer
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


Cartes anciennesModifier

14e , 15e siècleModifier

 
Italie: il fante di denari
(valet de denier),
circa 1390-1410.
 
Cartes espagnoles – 15e s.

16e siècleModifier

 
cartes françaises – 16e s.
 
cartes françaises – 16e s.
 
carte à jouer allemande
- XVIe s. -
Université Salzbourg
 
cartes allemandes de 1511
 
cartes allemandes
par Anton Woensam vers de 1535


Au 16e siècle, les cartiers d'une ville adoptent des détails communs sur leurs cartes. Ainsi, on peut distinguer les cartes fabriquées à Paris, Lyon, Marseille, en Lorraine... On désigne ces jeux en utilisant le terme “au portait” (par exemple: Cartes “au portrait de Lyon” , Jeu au "portrait de Paris", dit "Hector de Trois" , etc).

Jeu de cartes françaisModifier

Valets Dames Rois
Lancelot
(Lancelot du Lac)
Argine
(anagramme de regina)
Alexandre
(Alexandre le Grand)
Hector
(héros de la
guerre de Troie
)
Rachel
(personnage biblique)
César
(Jules César)
Lahire
(Étienne de Vignolles,
compagnon d'armes
de Jeanne d'Arc
)
Judith
(personnage biblique)
Charles
(Charlemagne
ou Charles VII
)
Ogier (ou Hogier)
(Ogier de Danemarche,
l'un des preux
de Charlemagne
)
Pallas
(Pallas Athéna)
David
(héros biblique)


Cartes à jouer allemandesModifier

Les enseignes germaniques ( cœurs, grelots, glands et feuilles ) sont dans des paquets de 24, 32 ou 36 cartes.


 
Gland
 
Feuille
 
Cœur
 
Grelot

Le Daus (Deux) est la carte à jouer de plus haute valeur dans les jeux de cartes allemands. Dans le sud de l'Allemagne et en Autriche, la carte est souvent appelée Sau (« truie, sanglier »). Dans le jeu polonais à 36 cartes, la carte est appelée tuz.

 
Sau ou Daus de grelot
(Hans Forster, Vienne, 1573)
 
Daus de feuille

Cartes à jouer espagnolesModifier

Le jeu de cartes à enseignes espagnoles, ou baraja en espagnol, est composé de 40 ou 48 cartes réparties respectivement en dix ou douze cartes dans quatre couleurs : copas (coupes), espadas (épées), bastos (bâtons), oros (ors), équivalent des deniers du tarot dit de Marseille ou des denari des jeux italiens.

les cartes 10, 11 et 12 représentent respectivement un valet appelé sota, un cavalier et un roi.

Les jeux de cartes espagnols modernes reprennent principalement le portrait castillan. Il existe aussi le portrait catalan où les rois sont glabres, le portrait spécifique de l'aluette, le portrait de Cadix qui s'est répandu en Amérique latine, etc.


Enseignes espagnoles
Espadas (Épées) Copas (Coupes) Oros
(Deniers)
Bastos (Bâtons)
exemple:        

L’aluetteModifier

L’aluette, le jeu de la vache ou la vache est un jeu de cartes pratiqué dans l'ouest de la France avec quarante-huit cartes aux enseignes espagnoles ( La vache est le 2 de coupe ).

As 2 3 4 5 6 7 8 9 Valet Cavalière Roi
Bastos
(Batons)
                       
Oros
(Deniers)
                       
Espadas
(Épées)
                       
Copas
(Coupes)
                       

Cartes à jouer italiennesModifier

En Italie, les cartes à jouer présentent de nombreuses variations régionales dans les enseignes, l'aspect graphique ou le nombre de cartes. Les paquets comptent en général 40 cartes (1 à 7 et trois figures) mais certains jeux ont 36 ou 52 cartes.

- Dans l'Italie du nord, les cartes utilisent les enseignes italiennes : coupes, bâtons, deniers et épées ;
- au sud, elles font usage des enseignes espagnoles, qui portent les mêmes noms que les enseignes italiennes mais possèdent un style graphique distinct ;
- au nord-ouest, les enseignes françaises sont utilisées : cœurs, carreaux, piques et trèfle ;
- au nord-est, dans le Tyrol italien, les cartes utilisent les enseignes allemandes : cœurs, grelots, glands et feuilles.

Jusqu'en 1972, il y avait une taxe sur les cartes et un timbre fiscal était apposé sur l'une des cartes.
La scopa et la briscola sont les jeux les plus populaires en Italie.

Enseignes italiennes
Épée Coupe Denier Bâton
exemple:
variante de Bergame
       

Cartes à jouer suissesModifier

Les quatre enseignes suisses sont le gland, le grelot, le bouclier et la rose.

 
Exemple d'enseigne de bouclier
 
Exemple d'enseigne de rose
 
cartes suisses (Eicheln)
imprimée vers 1880 par J. Müller Cie
 
L' as et la banner de Schellen
(~ 1880 - "image simple" de Müller)

Vers 1880, J. Müller Cie faisait des cartes à "image simple" mais à partir des années 1920, la "double image" a été utilisée dans le dessin des cartes.

Cartes à jouer des régions de FranceModifier

  • 1 - l' Aluette

L’aluette est un jeu de cartes pratiqué notamment dans les zones rurales et côtières entre la Gironde et l'estuaire de la Loire.

 
La vache,
2 de coupe


Les quatre couleurs (deniers, coupe, épée, bâton) sont de même force et il n'y a pas d'atout. Les quarante-huit cartes se classent en quatre catégories :

  • Les « luettes » : - Monsieur (3 de denier) - Madame (3 de coupe) - Le borgne (2 de denier) - La vache (2 de coupe)
  • Les « doubles » : - Grand Neuf (9 de coupe) - Petit Neuf (9 de denier) - Deux de chêne (2 de bâton) - Deux d'écrit (2 d'épée)
  • 16 figures : as, rois, dames (cavalières), valets
  • 24 « bigailles » : du 9 au 3 (sauf le 3 de denier, le 3 de coupe, le 9 de coupe et le 9 de denier)
 
un 3 de coupe (Madame) -
début du XIXe s.
 
un 2 de denier (le Borgne) -
début du XIXe s.
 
un as d'épée -
début du XIXe s.
 
un 5 de denier (Bise-dur) -
début du XIXe s.


  Voir les exercices sur : les cartes à jouer.