FRA3826/EDN6001-ProjetEditionNumerique-Relégitimation littéraire de *Cavalcade en Cyclorama* par le biais du numérique



Blue-bg rounded.svg HSWVersity.svg ProjetEditionNumerique

Relégitimation littéraire de Cavalcade en cyclorama par le biais du numérique
Marianne Fortier
14 décembre 2021
dans le cadre du cours FRA3826/EDN6001-Théories de l'édition numérique
français
Résumé : Le projet a pour objectif de redécouvrir l'intérêt de l'oeuvre Cavalcade en cyclorama pour les études littéraires.
Mots-clefs : Légitimation, Cavalcade en cyclorama, édition numérique.
Littérarité, éditorialisation, chaîne éditoriale, mutlimédialité, remédiation.
QR56 Cavalcade C1 RGB 300dpi filet.jpg
Corpus : Cavalcade en cyclorama par Marc-Antoine K. Phaneuf en 2013
Outil : Voyant Tool par Stefan Sinclair (2006)
outil d'analyse textuelle
mise à jour en : 2021


Objet d’étude

Corpus

L’œuvre qui sera mobilisée dans le cadre de ce projet d’édition numérique est Cavalcade en cyclorama de Marc-Antoine K. Phaneuf. Étant le fruit d’une résidence-performance de huit jours réalisée à Rouyn-Noranda en 2013[1], cette œuvre unique en son genre[2] prend des allures de poème-liste. Se présentant à la fois comme un exercice cérébral et un exercice esthétique, l’œuvre déploie un fil de pensées continues du « DÉBUT[3] » à la « FIN[4] » s’inscrivant principalement dans un contexte socio-politique québécois. Ainsi, se perpétuent, dans ses soixante-douze pages, des associations d’idées telles que « un nihiliste, annihiler, détruire, saccager, vandaliser, écrire à la bombe aérosol, une bombe puante, une charogne, [etc.][5] », pour ne présenter que celle-ci.

Reconnaissances

La publication du second livre-inventaire de l’auteur, dont le premier se nomme Téléthons de la Grande Surface, n’ayant reçu aucune reconnaissance ni aucun prix, est passé presque inaperçu auprès du monde littéraire. Ici, les deux principes de hiérarchisation et de légitimation de Bourdieu, interne et externe[6], semblent s’accorder sur un même discours désintéressé. En effet, non seulement les spécialistes littéraires ne vouent que très peu d’éloges au recueil de Phaneuf, mais les lecteurs sont, semble-t-il, nombreux à avoir « [manqués] une page ou deux[7] ». Si ce n’est de plusieurs critiques négatives qualifiant, par exemple, l’intérêt de l’œuvre comme étant le faire et non le lire [8], celle-ci semble donc être passée sous silence.

Problématique

Légitimation

Le fait que la reconnaissance des grandes instances de légitimation littéraire ne soit pas au rendez-vous pour Cavalcade en cyclorama permet de questionner la pertinence des modes de légitimation traditionnels contemporains qui, d’ailleurs, sont en constante évolution. L’avènement de l’ère numérique, notamment, permet d’envisager l’œuvre littéraire autrement. Ainsi, en imposant de nouveaux codes au domaine de la littérature, certaines œuvres peuvent perdre tout intérêt comme certaines peuvent se dévoiler au grand jour. Dans le cas qui nous intéresse, les rapports de légitimité de l'œuvre de Marc-Antoine K. Phaneuf se développent selon deux concepts centraux : la littérarité et l'éditorialisation.

Littérarité

La reconnaissance littéraire va, avant tout, de pair avec la littérarité, concept difficile à définir, mais essentiel à l’inscription d’une œuvre dans le monde littéraire. La littérarité, selon un chercheur du nom de Marghescu, se manifesterait à travers la fonction poétique, et ce, dans son rapport avec la fonction référentielle[9]. Cette tentative de définition, basée sur les fonctions du langage telles que définies par le schéma de Jackobson, permet alors de comprendre la littérarité comme un système langagier faisant appel à de nombreux signifiants réinterprétés poétiquement par le texte. Ce serait donc par la singularisation et l’agencement dans le texte d’éléments préalablement signifiants que le texte peut être considéré littéraire.

Sur ce fait, dans sa forme livresque, Cavalcade en cyclorama serait donc considéré non littéraire. En effet, les mots choisis dans ce poème-liste particulier ne s’articulent que dans leur fonction référentielle à chaque élément qu’ils désignent, et non selon une logique sémantique. La capacité de ces mots à faire sens entre eux, à créer une image ou un univers littéraire, est donc presque impossible dans sa forme originale. De plus, Propp mentionne que, dans la société contemporaine, « Le mérite de l’artiste ne résiderait plus dans sa capacité de rendre fidèlement la réalité, mais dans sa capacité de modifier la norme existante et d’annoncer la norme à venir[10] ». L’absence d’intérêt des instances de légitimation pour l’œuvre de Phaneuf peut donc s’expliquer par son exécution, faisant exclusivement l’inventaire de concepts tirés de la réalité extradiégétique de l’œuvre.

Éditorialisation

Se pose alors la question de la mise en forme d’un tel texte. Entre, ainsi, en jeu les processus d’édition menant à la formation d’un support livresque et à la capacité d’un tel support de favoriser la compréhension de l’œuvre par le lectorat. En procédant avec le format papier pour une œuvre telle que Cavalcade en cyclorama, par exemple, les tâches d’édition se voient grandement réduites par la matière-texte, difficilement modifiable en raison de sa structure rigide de cause à effet. La tâche principale de l’éditeur qui est « d’accompagner l’auteur dans l’élaboration et la rédaction finale de son ouvrage, lui offrir son soutien, ses conseils et ses encouragements, bref, travailler de pair avec l’auteur ou l’écrivain afin de mener le texte à son terme[11]  » est donc difficile à réaliser, le texte étant en lui-même une certaine finalité. La chaîne éditoriale[12] se voit donc bouleversée par une absence de matière éditable, ce qui peut avoir un impact sur la légitimité de l’œuvre produite. En effet, son bref passage dans l’engrenage éditorial tend à lui donner l'allure d’une œuvre bâclée.

Ainsi, la tâche d’édition prend tout son sens lors du passage de l’œuvre dans le numérique. Pourtant, la transformation de cette chaine pose la question de la légitimité du texte édité, car en fuyant les instances de légitimation du livre et en s’intégrant à l’outil numérique, le texte perd en partie sa valeur littéraire.

Problématique éditoriale

Dans cet ordre d’idée, j’étudierai la problématique suivante :

Est-il possible de relittérariser et, ainsi, de relégitimer, par le biais du numérique, une œuvre dépourvue de reconnaissance de la part des hautes instances littéraires telle que Cavalcade en cyclorama?


Projet d’édition numérique

Outil

 
Voyant Tool

Présentation

L’outil qui sera mobilisé dans le cadre de cette recherche est Voyant Tool, une application Web open source d’analyse de texte, offrant de nombreuses options de visualisation des données textuelles. Il a été créé en 2006 par Stefan Sinclair.

Utilisation

L’utilisation de cet outil numérique permettra de construire des données sur le texte à l’étude, qui seront ensuite utiles afin d’établir les caractéristiques proprement littéraires invisibles à la lecture de l’objet-livre qu’est le recueil de Phaneuf. Ainsi, l’œuvre devra-t-elle être considérée comme un flux, c’est-à-dire un ensemble interactif et délocalisé[13], permettant à des éléments éloignés de faire sens entre eux.

Voici une liste des principales utilisations qui en seront faites :

  1. Il aidera à relever les thèmes principaux de l’œuvre par la récurrence de certains mots, notamment visibles grâce à l’outil cirrus. Il sera alors possible de faire ressortir les thèmes traités en priorité par l’œuvre.
  2. Les différents graphiques visuels disponibles dans Voyant Tool permettront d’établir le fil conducteur ou, encore, le récit prenant forme. Certains outils graphiques, tels que l’arc de texte ou l'arbre de mots, mettent en lien les mots entre eux, ce qui sera nécessaire afin de créer du sens à partir de cette masse de mots engendrée par le texte.
  3. Les différentes données générées sur la page d'accueil de l’outil permettront de juger de l’originalité du vocabulaire utilisé dans Cavalcade en cyclorama. Le résumé, par exemple, offre des informations précieuses quant au nombre de formes verbales uniques, alors que le tableau des tendances permet de comparer la présence de certains mots avec celle d’autres mots tout en situant leurs intervalles d’apparition. Il sera donc possible d’établir la valeur de la recherche littéraire sous-tendant l’œuvre.

Conclusions

Résultats attendus

L’outil Voyant Tool pose la question de la multimédialité. Celle-ci se définit comme « la manipulation conjointe sur un même support de plusieurs types de contenus […] : l’écriture, le son, l’image, la vidéo, etc[14] ». En effet, la présence dans un même endroit de plusieurs visualisations du texte de Cavalcade en cyclorama, à la fois visuelle et textuelle, permet d’ouvrir la voie à une multitude de sémantisations différentes. Ainsi, l’outil numérique fait ressortir de nombreux éléments d’interprétation du texte jusqu’à permettre d’identifier ses grandes lignes et en permettre l’analyse détaillée. Il est donc prévu, à la fin de ce projet, de constater que la multimédialité de l'outil aura été essentielle à l’établissement de la littérarité de l’œuvre, qui peut alors être évaluée dans sa globalité, et ce, en repérant des éléments significatifs qui ne peuvent être perçus avec des capacités humaines. Cette possibilité d'aller au-delà de l'humainement possible permettra également de requestionner la valeur de légitimation d'organisations humaines, peut-être quelque peu plus imparfaites et faillibles que le numérique.

De plus, la remédiation de Cavalcade en cyclorama, c’est-à-dire le passage de sa forme livre à une forme schématique générée dans le numérique[15], permettra d’en repenser la lecture. En effet, la création de tableaux et de schémas produits avec Voyant Tool implique une resémantisation de l’œuvre. N’étant plus fixé à un support de soixante-douze pages, le texte se considère alors comme une masse de mots liés entre eux et dont certains sont plus signifiants ou plus présents que d’autres. En perdant sa forme originale suivie et ordonnée, n'ayant d'intérêt qu'en raison du processus en lui-même, le flux d'informations (tel que mentionné plus haut) permettra de reconstruire la trame narrative de l'œuvre de Phaneuf, si celle-ci existe réellement. À la suite de cette étude, donc, le recueil se comprendra, de ce fait, plus d’une manière conceptuelle et thématique que d’une manière logique et évolutive.

Hypothèse

En somme, en faisant usage d'un outil numérique d'analyse de texte, je ferai l'hypothèse qu’au contraire de la vision populaire péjorative d’un numérique réduisant la valeur littéraire d’une œuvre pour en faire un produit purement industriel[16], celui-ci offre l’opportunité aux œuvres considérées moins littéraires de se repositionner au sein du champ littéraire. Autrement dit, je pose l'hypothèse que Voyant Tool permettra à Cavalcade en cyclorama d'être perçu comme une œuvre littéraire légitimable.

Liens externes

Sources

  • K. PHANEUF, Marc-Antoine. Cavalcade en cyclorama. Le Quartanier. série QR. 2013. 72 pages.
  • MELLET, Margot. « Édition savante et statut d'éditeur » et « Création et expérimentation littéraire ». Dans le cadre du cours Théories de l'édition numérique. Université de Montréal. 2021.

Notes et références

  1. Sébastien Dulude, « François Turcot, Valérie Bourdon, Marc-Antoine K. Phaneuf », Lettres québécoises, no  152, hiver 2013, p. 41 [texte intégral]
  2. Catherine Cormier-Larose, « Marc-Antoine K. Phaneuf. Le ludisme au service de l’humanité ou la révolution poétique », Spirale, no  267, hiver 2019, p. 24 [texte intégral]
  3. Marc-Antoine K. Phaneuf, Cavalcade en cyclorama, Le Quartanier, 2013, p. 1 
  4. Marc-Antoine K. Phaneuf, Cavalcade en cyclorama, Le Quartanier, 2013, p. 72 
  5. Marc-Antoine K. Phaneuf, Cavalcade en cyclorama, Le Quartanier, 2013, p. 1 
  6. Pierre Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, automne 1991, p. 7 [texte intégral]
  7. Sébastien Dulude, « François Turcot, Valérie Bourdon, Marc-Antoine K. Phaneuf », Lettres québécoises, no  152, hiver 2013, p. 41 [texte intégral]
  8. Sébastien Dulude, « François Turcot, Valérie Bourdon, Marc-Antoine K. Phaneuf », Lettres québécoises, no  152, hiver 2013, p. 41 [texte intégral]
  9. Mircea Marghescu, « La question de la littérarité aujourd'hui », Interférences, no  6, 2012, p. 5 [texte intégral]
  10. Mircea Marghescu, « La question de la littérarité aujourd'hui », Interférences, no  6, 2012, p. 8 [texte intégral]
  11. Pascal Genêt et Patrick Poirier, « La fonction éditoriale et ses défis », Pratiques de l’édition numérique, 2014, p. 12 [texte intégral]
  12. Margot Mellet, « Édition savante et statut d'éditeur », Théories de l'édition numérique, Université de Montréal, 29 octobre 2021
  13. Jean-Pierre Balpe, « Fiction et écriture générative », Université Paris 8, p. 2 [texte intégral]
  14. Margot Mellet, « Création et expérimentation littéraire », Théories de l'édition numérique, Université de Montréal, 26 novembre 2021
  15. Margot Mellet, « Création et expérimentation littéraire », Théories de l'édition numérique, Université de Montréal, 26 novembre 2021
  16. Jean Clément, « La littérature au risque du numérique », Document numérique, vol. 5, no  1-2, p. 114 [texte intégral]