Introduction au catholicisme/Vertus catholiques

Début de la boite de navigation du chapitre
Vertus catholiques
Icône de la faculté
Chapitre no 13
Leçon : Introduction au catholicisme
Chap. préc. :Péché
Chap. suiv. :Œuvres de miséricorde
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction au catholicisme : Vertus catholiques
Introduction au catholicisme/Vertus catholiques
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La théologie chrétienne définit sept vertus catholiques : trois vertus théologales et quatre vertus cardinales.

Vertus théologalesModifier

Les trois vertus théologales sont les vertus qui doivent guider les hommes dans leur rapport au monde et à Dieu. Elles sont au nombre de trois : la foi, l'espérance et la charité. L'adjectif « théologales » signifie « ayant Dieu pour objet ». Indissociables, elles sont fondées sur la grâce.

  • La foi divine est la disposition à croire aux vérités révélées, c’est une grande confiance en un Dieu infiniment bon, ainsi qu’une intime conviction (dans un sens plus général la foi est l’adhésion totale de l'homme à un idéal qui le dépasse).
  • L'espérance est la disposition à espérer la béatitude. Selon les premiers chrétiens, l’espérance diffère de la foi du fait qu'elle émane "de l'intérieur", de l’âme.
  • La charité est l'amour de Dieu et de son prochain pour l'amour de Dieu.

Vertus cardinalesModifier

Les vertus cardinales sont les vertus qui jouent un rôle charnière dans l'action humaine, notamment dans la doctrine morale chrétienne, et qui déterminent les autres vertus. Elles sont au nombre de quatre : la prudence, la tempérance, la force d'âme et la justice.

La prudence est la sagesse qui dispose la raison pratique à discerner, en toutes circonstances, le véritable bien et à choisir les justes moyens de l'accomplir. La tempérance assure la maîtrise de la volonté sur les instincts et maintient les désirs dans les limites de l'honnêteté, procurant ainsi l'équilibre dans l'usage des biens. La force d'âme correspond au courage ou à la force morale, également appelée fortitude, qui permet, dans les difficultés, la fermeté et la constance dans la poursuite du bien en affermissant la résolution de résister aux tentations et de surmonter les obstacles. Finalement, la justice correspond à la constante et ferme volonté de donner moralement à chacune et chacun ce qui lui est universellement dû.

ExercicesModifier

  1. Combien y a-t-il de vertus catholiques ?
  2. Combien y a-t-il de vertus cardinales ?
  3. Est-ce que la foi est une vertu théologale ou cardinale ?
  4. Quelle est la vertu qui correspond à la force morale pour résister aux tentations ?