Introduction aux fêtes juives/Hanouka

Début de la boite de navigation du chapitre
Hanouka
Icône de la faculté
Chapitre no 6
Leçon : Introduction aux fêtes juives
Chap. préc. :Sim'hat Torah
Chap. suiv. :Tou Bichevat
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction aux fêtes juives : Hanouka
Introduction aux fêtes juives/Hanouka
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Si comparer des fêtes juives aux fêtes chrétiennes pose plusieurs problèmes, il est possible de simplifier en comparant Hanouka à Noël. Fête des lumières et de l'espoir, elle se caractérise par sa grande joie. Elle se célèbre à partir du 25 kislev, soit en novembre ou décembre.

La Hanukiah, chandelier à neuf branches.

Origine du nomModifier

Ce nom signifie édification.

SymboliqueModifier

Hanoukah célèbre le miracle de la lampe à huile. Elle rappelle la révolte des Macchabées contre les Séleucides (les Macchabées, dont le nom signifie marteau, sont menés par Judas Macchabée) qui eut lieu dans l'Antiquité. Elle est notamment racontée par l'historien juif et romain Flavius Josèphe. Après la victoire des Macchabées et la réédification du temple, les lumières furent profanées. Il ne restait qu'une modeste fiole d'huile, devant brûler un jour. Mais celle-ci brûla huit jours. C'est donc la durée de Hanouka. Fête de la lumière contre l'obscurantisme, elle invite à la célébrer. Les lumières allumées pendant Hanouka ne doivent pas servir à s'éclairer, car elles ont une dimension sacrée qui interdit l'utilité. Hanoukah est aussi la fête des enfants.

RituelsModifier

Le chandelier à neuf branchesModifier

Le chandelier à neuf branches, la Hanoukia, est l'objet de Hanouka. Elle ne doit pas être confondue avec la Ménorah, chandelier à sept branches. Chaque soir de fête, on allume une ou des bougies (une le premier jour, deux le deuxième…). On dispose d'un shamash (serviteur), bougie placée à part sur la Hanoukia (soit au milieu surélevée, soit à côté), qui permet d'allumer les autres dans un ordre précis (le positionnement des bougies et l'allumage sont réglementés). La Hanoukia, idéalement, doit être vue depuis la fenêtre, pour partager sa joie.

La toupieModifier

En plus de cadeaux offerts aux enfants (ce qui peut rapprocher Hanouka de Noël, bien que leurs objets ne soient pas les mêmes), le jeu traditionnel de Hanouka est la toupie. Appelée dreidel en yiddish et sevivon en hébreu, elle porte sur ses quatre faces les initiales hébraïques d'"un miracle se produisit là-bas". Chaque lettre rapporte un certain nombre de points (des friandises), ou peut en retirer si l'on est malchanceux. L'origine de ce jeu est l’étude : cette activité étant réprimée sous les Séleucides, les enfants feignaient de jouer à la toupie s'ils étaient surveillés.

La cuisineModifier

Pour commémorer le miracle de la lampe à huile, une particularité du repas de Hanouka est qu'il contient des mets cuisinés à l'huile. Les latkes, galettes de pomme de terre à l'huile, ainsi que les souvganiot, beignets à l'huile (fourrés de confiture, de pâte à tartiner…) constituent des mets festifs de Hanouka.