Littérature de jeunesse en anglais : Walter Crane, Belle et la Bête/Le triste retour du père

Chapitre 2 : Le triste retour du père
bouton image vers le chapitre précédent La rose fatidique





White open book.svg

Malgré l'excellent dîner qui lui fut servi, le Marchand ne put rien manger ; et ne put dormir non plus malgré tout le confort qui lui fut offert.

Le lendemain, il repartit à cheval, sur un bel animal fourni par le monstre.

Quand il arriva chez lui, sa famille se précipita pour l'accueillir. Mais en voyant son air affligé et ses yeux pleins de larmes, ils lui demandèrent ce qui se passait.

Il offrit la rose à Belle et lui raconta tout. Les deux aînées firent retomber tout le blâme sur Beauté ; alors que ses fils, qui avaient traversé la forêt pour le retrouver, déclarèrent qu’ils iraient à sa place chez le monstre.

Mais Beauté répondit qu'elle était cause de son malheur et qu'elle seule devait en supporter les conséquences et qu'elle était prête à y aller.

Malgré les supplications de ses frères qui l'aimaient tendrement, elle prit la route avec son père, à la grande (mais secrète) joie de ses deux envieuses de sœurs.

Quand ils atteignirent le palais, les portes s'ouvrirent toutes seules ; de la belle musique se fit entendre et ils entrèrent dans une salle où le souper était servi. A la fin du repas, le Monstre entra et leur dit d'une voix attendrie :

-- « Beauté, êtes-vous ici de votre plein gré pour mourir à la place de votre père ? »

-- « De mon plein gré » répondit-elle d'une voix tremblante.

-- « Heureusement pour vous, » lui dit le Monstre ; « votre père peut rester ce soir mais devra rentrer chez lui demain matin. »

Au moment de se séparer, Beauté essaya de consoler son père, en lui disant qu'elle allait attendrir le monstre pour qu’il finisse par la laisser rentrer à la maison.