Méthode mentaliste/Tableaux

Début de la boite de navigation du chapitre
Tableaux
Icône de la faculté
Chapitre no 11
Leçon : Méthode mentaliste
Chap. préc. :Architecture
Chap. suiv. :Modèle
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Méthode mentaliste : Tableaux
Méthode mentaliste/Tableaux
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Tableaux de sensModifier

         Ces tableaux sont des tableaux de sens, c’est la fonction analytique qui les construit et elle en construit autant que nécessaire pour ranger tout le sens, toutes les expériences qu’il a à gérer. Dans chaque case je vais trouver du sens, des groupes de sens, des G(w). A chaque case correspondra une catégorie de sens, et à ce stade, même en commettant quelques erreurs, j’ai rangé toutes mes expériences immédiates. Bien sûr, chaque case va pouvoir être décomposée, l’analytique peut y raccrocher d’autres tableaux, c’est ce que j’appelle une structure en « sapin de noël » parce qu’au tableau va se raccrocher une cascade d’une multitude de sens.
         Pour faire ce rangement l’analytique a besoin d’outils. Il dispose de deux classes principales d’outils, ce sont les opérateurs logiques et les formes élémentaires.
 
Architecture des opérateurs analytiques
         • Les opérateurs logiques, ce sont :
           — U  : Association
           — ᑎ  : Dissociation
           — Di : Distribution
           — Du : Duplication
           — Co : Confusion
           — Ae : Assemblage dans l'espace
           — Se : Suppression d'espace
         Grâce à ces opérateurs l’analytique va pouvoir associer, distribuer du sens dans des architectures, et aussi construire ces architectures. Ces outils eux-mêmes se rassemblent dans une grille, ici de type sept, dans les cases de laquelle toutes mes expériences opératives vont pouvoir se loger. A chaque case pourront être associés des signes comme (U) ou (ma huppe). Chaque case présente une catégorie comme « les oiseaux » qui pourra être regroupée avec d’autres catégories dans une autre case « les animaux ».
         • Les formes élémentaires : il y en a neuf :
  1    2    3          4           5            6            7       8         9  
     
        Nous reconnaissons le type sept précédent et la forme neuf qui nous a servi précédemment pour construire la rosace. Ces formes-nombres n’ont aucun rapport avec les chiffres des fonctions. C’est une autre utilisation des mêmes signes.