Nouvelles figures de l’utilisateur dans une économie de l’attention/Travail pratique/Conception de l’espace-problème/Causalité formelle

La causalité formelle “reposant sur la puissance qu’ont les formes circulant entre nous à in-former nos pensées les plus intimes et les plus spontanées.”

Ce phénomène a été induit par Aristote lors de ses théories sur la causalité. Il en définit quatre (matérielle, formelle, motrice et finale). Celle qui nous intéresse relève de l’inter, c’est-à-dire de nous, de l’intérieur. En outre, nous percevons des formes mais ces formes et objets sont définis non pas par la forme mais des qualités qu’elles ont.

“Par exemple, ce qui différencie un homme d'une statue qui le représenterait, c'est la possession d'une âme”[1]

Les deux objets n’existeraient que lorsque les deux existent car ils sont perceptibles l’un par l’autre. Dans le cadre de l’économie de l’attention, la causalité formelle serait donc le concept que parce que l’on perçoit un objet, on l’intègrerait en nous comme une publicité par exemple. Mais une publicité que l’on a vu ne prouve pas son efficacité mais parce que l’être humain se transmet des concepts et des attitudes, alors si cette publicité devient donc un acquis pour tous.

“La cause formelle relève de la perméabilité environnementale et de la circularité récursive”[2]

C’est parce que l’on n’est pas perméable à notre environnement et aux transmissions (circularité répercussive) que la causalité formelle intervient. Elle “alimente incessamment notre capacité de pensée”.[2]

Ainsi selon les principes d’Aristote sur la causalité “aucune place n'est alors laissée au hasard. La cause est le déterminant de ce qui est ; elle structure, oriente, fait être. Elle est chargée d'une intentionnalité qui indique la destination des choses."[3]

  1. « Théorie aristotélicienne de la causalité », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  2. 2,0 et 2,1 Yves Citton et Thomas Lemaigre, « Pour une écologie de l’attention et de ses appareils », La Revue Nouvelle, vol. N° 8, no  8, 2016-12-01, p. 36–43 (ISSN 0035-3809) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-11-23)]
  3. Encyclopædia Universalis‎, « CAUSALITÉ », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 23 novembre 2021)