Paradoxe sémantique/Imaginaire

Début de la boite de navigation du chapitre
Imaginaire
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Paradoxe sémantique
Chap. préc. :Indicible du sens
Chap. suiv. :Stress sémantique
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Paradoxe sémantique : Imaginaire
Paradoxe sémantique/Imaginaire
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Communication imaginaireModifier

Nous imaginons tout ce qui nous entoure, et le sens de l’autre n’y échappe pas. Etant incapables de percevoir le sens de l’autre tel qu’il existe dans son esprit, nous imaginons la réalité du sens de l’autre, en fonction de notre propre sens. C’est l’essentiel du paradoxe sémantique, il nous est formellement impossible de communiquer notre propre sens à l’autre, et nous sommes contraints d’imaginer son propre sens.

Évidemment, nous ne pouvons imaginer le sens de l’autre qu’à partir de notre propre sens, à partir de ce que nous percevons vrai ou faux de nous-mêmes. Donc nous percevrons le sens de l’autre qu’au travers des qualités et des antinomies de nos propres sens. Et donc, nous ne cessons de vivre avec les autres dans le bocal de nos palettes qualitatives, dans un monde imaginaire que nous transportons avec nous-mêmes, bien éloigné de la réalité résultante de l’altérité de chacun.

Enfin et de plus, cet imaginaire qui nous est imposé par la force des choses, et qui est soutenu par notre empathie et notre interprétation émotionnelle des mimiques et du ton de l’autre, nous avons tendance à le confondre, si nous n’y prêtons suffisamment garde, avec la réalité ignorée du sens de l’autre, qui nous demeure inaccessible, une relation qui nous est donc pratiquement invérifiable.