Pathologique 3/Historique

Début de la boite de navigation du chapitre
Historique
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Leçon : Pathologique 3
Chap. préc. :Opératif
Chap. suiv. :Bonobo
fin de la boite de navigation du chapitre
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Pathologique 3 : Historique
Pathologique 3/Historique
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Historique Modifier

    Pour analyser 3 et comprendre à la fois pourquoi et comment les choses sont ainsi, il faut examiner le cadre historique du développement et de l’évolution de la fonction. Dès l’origine du vivant des bactéries aux bonobos et au-delà 3 est une fonction dominante, c’est elle qui dirige l’action du vivant. Avec l’homme 7d devient dominante et directrice D7d. Mais D3 comme D7 ont besoin du jugement 7j pour diriger, en outre D3 ne peut opérer directement la motrice 4, D3/4 ne marche pas, 4 ne peut être opéré que par 7 : 7/4, donc D3 a aussi besoin de S7d pour agir dans le monde par 4, de la subtilité des objectifs et de la coordination de 7 pour opérer indirectement 4. D3 → S7dj → 4 fonctionne, c’est l’organigramme animal. Pour diriger l’action du vivant D3 manipule S7 par ses p3. Elle ne s’intéresse pas aux autres fonctions mentales, elle n’en a pas besoin puisque à travers 7 elle accède à toutes les relations 7/x et elle serait perturbatrice du fait de sa puissance au sein de leurs activités, en particulier celles de 2. Ce n’est même sans doute pas possible, interdit par l’architecture générale de l’organisation des fonctions mentales. Ses p3 sont donc uniquement destinés aux p7d et p7j. Avec l’homme l’organigramme devient S3 → D7dj → 4. Le mot servitude n’est pas tout à fait approprié pour S3, car D7 n’a pas d’emprise sur 3, il signifie que l’activité de 3 n’est plus dominante, 3 continue de produire des p3 mais d’une façon intermittente, 3 devient de plus en plus effacée, plus sélective, plus fonctionnelle. En principe D7dj n’a pas besoin de 3 et se trouve souvent en conflit avec ces p3 qui perturbent son activité. Le devenir de 3 est celui d’une fonction effacée qui n’interviendrait plus que rarement dans les cas où son action, ses p3 seraient jugés efficaces par 7j et donc légitimes. Donc malgré l’objectif du bouddhisme, il est peu probable que 3 disparaisse, le plaisir reste légitime, de même que le stress, les p3p8 sont importants pour la pérennité du sens en mémoire, quand ils sont modérés les p3 deviennent des informations utiles pour 7, ils ne nuisent plus à ses activités. Le vivant ne peut pas abandonner une de ses fonctions mentales, ce serait perdre un de ses moyens. Par contre il peut transformer ses moyens, toute cette évolution de D3 à D7 montre cette transformation.