Ouvrir le menu principal

Recherche:Articles et démonstratifs dans le discours picard

Globe of letters.svg
Wikimedia-research-fr.png
Travail de recherche : Articles et démonstratifs dans le discours picard

Cette page de l’espace Recherche, dépend de la faculté langues. Consultez le portail de l'espace recherche ou pour plus de détails l'index des travaux de recherche par faculté.

Toutes les discussions sur ce sujet doivent avoir lieu sur cette page.
Ce travail de recherche est rattaché au département Picard.
Cette recherche s'effectue au niveau 16.


Articles et démonstratifs dans le discours picard
Ceci est une mise au point bibliographique sur l'utilisation des articles et des « démonstratifs-articles » en langue picarde

Sommaire

IntroductionModifier

En picard, l'article défini singulier est le au masculin et au féminin et au pluriel les.

le villache (fr: le village)
le branke (fr: la branche)
i sont vnus kérir les punmes ( ils sont venus chercher les pommes )


cet article défini le se retrouve aussi sous les formes l' , èl , eul

Les pinderleots de l' Castafiore ( Les bijoux de la Castafiore )
el secreut d' El Licorne ( le secret de La Licorne )
au mitan d' eul nuit ( au milieu de la nuit )
èl branke (la branche)

mais le picard utilise plutôt des « démonstratifs-articles » tels que:

ech poèyis , ch' poéyis ( le pays ) , chl' écmin ( le chemin ) , echl' éfant ( l' enfant ) , cht' honme ( l' homme ) , chele bouke ( la bouche ) , cheule matante ( la tante )
chés vakes ( les vaches )

L'article dans l'ancien picardModifier

L'ancien picard est la langue picarde parlée au moyen age. On connait cet ancien picard par des textes littéraires médiévaux recopiés par des scribes qui peuvent parfois modifier le texte original. Il y a donc une différence entre la langue vulgaire parlée, le texte manuscrit écrit original et le texte copié parfois un ou deux siècles plus tard.

Gossen indique que l'ancien picard ( comme dans l'ancien français ) comportait une déclinaison à deux cas ( un cas sujet et un cas régime ).

masculin féminin
singulier cas sujet li le , li
cas régime le le
pluriel cas sujet li les
cas régime les les

En ancien picard (comme en wallon) l'emploi de le au féminin est le résultat d'une évolution phonétique (ce n'est pas une perte de genre).

exemples:

  • Aucassin et Nicolette - anonyme - fin du 12e siècle
Ele avoit les caviaus blons et menus recercelés, et les ex vairs et rians, et le face traitice, et le nés haut et bien assis, et levretes vremelletes ( Elle avait les cheveux blonds et finement bouclés, et les yeux clairs et rieurs, et la face avec de beaux traits, et le nez haut et bien placé, et les lèvres vremelletes )
  • Ichi commenche li prologues de Constantinoble, comment ele fu prise ( Robert de Clari - 1216 - ms 487 Bibliothèque Royale de Copenhague )
Quant le chités fu prise et li pelerin se furent herbergié, si com je vous ai dit, et li palais furent pris, si trova on tant de riqueches es palais que trop. Si estoit li palais de Bouke de Lion si rikes et si fais com je vous dirai.
  • Li jus Adan ( Jeu de la Feuillée (1276) par Adam le Bossu / Adam de la Halle )
Maistres, se vous le me laissiés, Ele me venroit a goust. ( Maître, si vous me la laissiez, elle conviendrait bien à mon goût. )

Les articles en ancien françaisModifier

En ancien français, les désinences facilitaient la construction de la phrase. On avait une déclinaison à 2 cas pour l'article [1].

singulier pluriel
cas sujet li murs li mur
cas régime lo , le mur les murs

et une déclinaison à 3 cas pour les démonstratifs ( cas sujet , cas régime indirecte et cas régime directe )

cas sujet cas régime indirecte cas régime directe
cist cestui cest
cil celui cel

Le cas régime défini le complément de nom ( par exemple : le rei gunfanuner ) et avec la déclinaison, la place des mots n'a pas d'importance dans la phrase :

Le gunfanuner veit li empereres ( en français moderne = L' empereur voit le gonfalonier ) car Le gunfanuner est un cas régime et li empereres est un cas sujet.

Les articles dans les textes du Moyen picardModifier

Le moyen picard est la période entre l'ancien picard parlé au moyen age et le picard moderne. Le moyen picard correspond donc aux 15e, 16e et 17e siècle ( Flute , 1970 ).

Flute indique que che dans les textes franco-picards médiévaux n'est employé que comme un démonstratif, mais au XVIe siècle, le statut de che change et au XVIIe siècle che est très utilisé comme article.

Les démonstratif latins iste et ille ont donné des formes renforcées du démonstratif « ecce ille » et « ecce iste » en latin tardif qui ont évolué ensuite en ancien français pour donner : cil , cel et celle. celle a ensuite évolué vers cest , cette.

En picard, cil est devenu chil et cel est devenu chelle . « ecce hic » a évolué vers ichi ( ici ).


che devient un « démonstratif-article »Modifier

Eloy note que l'utilisation du contraste morphologique entre che et le suppose une sorte de socle commun: la deixis. La deixis est l'ensemble des références d'une situation définie par des coordonnées spatio-temporelles. Les éléments linguistiques qui vont situer l'énoncé sont des « déictiques ». Les articles et les démonstratifs sont des déictiques.

Pour Eloy (1992), « L'évolution des formes che article correspond à un processus sociolinguistique de patoisement. »

« Il semble plausible que le glissement de le à che se soit fait sur la base d'une sorte de deixis minimale, assertion nominale ou construction de la référence nominale. »

Les démonstratifsModifier

La valeur démonstrative s'obtient en picard en ajoutant des particules comme lo ou chi.

exemples =

  • ch' poéyis-lo ( ce pays )
  • ch't'énèe-chi, y a du nouvieu ! ( cette année, il y a du nouveau ! )
  • Ch'est cho, ch' coeup-chi, cho s'ro pour ed' vrai. ( C'est cela, ce coup-ci, cela sera pour de vrai )

Ceci est à comparer avec le français où l'on trouve les formes renforcées : ce Nom-ci et ce Nom-là.

Les variantes dialectalesModifier

Il existe de nettes variations géographiques en picard. (voir Alain Dawson, «  Assimil évasion  »)

Articles définisModifier

1) En général, les articles en picard sont =

  • ech , echl' , chl' , el , l' , ell , eul , chele au singulier
  • ches, chés , echs' , ezz au pluriel.

exemples:

  • ech garchon (m) , el cloke (f)
  • echl éfant (m) , echl église (f)
  • chelle finme (f) ou chell' fin•me ( la femme ) ( on ajoute parfois • qui est un point disjonctif pour marquer les nasales )
  • chés garchons (m) , chés vakes (f) , echs églises (devant voyelle) , ezz orèles (devant voyelle)

2) Dans le Hainaut et en Thiérache:

  • el garcheon , l'afant - (masculin singulier)
  • el bouke , l' orèle - (féminin singulier)
  • les garcheons et les files, els orèles - (pluriel)

3) Dans le Vimeu et le Ponthieu: Dans cette partie du domaine picard, on trouve les formes :

  • chu , chole et dol
Chu sole i n'cauff jamoais trop ( le soleil ne chauffe jamais trop )
  • en picard médiéval, on trouve aussi cette forme chu
Robert de Clari : Ichi commenche li prologues de Constantinoble, comment ele fu prise (1216)
Il avoit bien dedens chu palais, que li marchis tenoit, chinc chens mansions ...

Dans le Vimeu et le Ponthieu, on fait très souvent une « assimilation » avec la consonne suivante:

  • chobe bouke ( la bouche )
  • dop pleuve ( de la pluie )

Articles indéfinisModifier

  • un , ( masculin singulier )
  • unne , eune , ène , éne ( féminin singulier )
  • des devant une consonne , eds , edz devant une voyelle ( pluriel )

exemples:

  • un ratieu ( un râteau )
  • unne glaine d'iau ( une poule d'eau ) - flémard conme eune couleuve ( fainéant comme une couleuvre ) - eun' éjniche ( une génisse ) - ène pétite cancheon ( une petite chanson ) -
  • des kiens ( des chiens ) - eds éreilles ( des oreilles )

Articles contractésModifier

Le picard utilise peu les articles contractés :

  • baille cho à ch'tiot ( donne cela au petit )
  • bale cha à chés tiots ( donne cela aux petits )
  • ch' meunumint à chés morts ( le monument aux morts )

mais on a cependant des formes contractés: dech , del , du , ...

  • el bouke dech garchon
  • eul prise del Bastille ( l' prise dé l'Bastille )
  • pau garchon ( par les garchons / pèr chés garchons )
Contractions
à + ech : au / à ch’
à + chés : aus / à chés
ed + ech : du / d'ech / dech
ed + el : del / d'el
ed + chés : dés / ed chés
par / pèr + ech : pau / par ech / per ech
par / pèr + ches : paus / par chés / pèr chés

SourcesModifier

Cette mise au point est faite à partir des références suivantes:

  • Charles Théodore Gossen, Grammaire de l'ancien picard , Bibliothèque française et romane, série A : Manuels et études linguistiques, Éditions Klincksieck, Paris (1976)
  • Louis-Fernand Flutre, Le Moyen picard d'après les textes littéraires du temps (1560-1660). Textes, lexique, grammaire, Société de Linguistique Picarde tome XIII , Anmien (1970)
  • Louis-Fernand Flutre, Du moyen picard au picard moderne, Centre d’Études Picardes, tome III et pi Société de Linguistique Picarde, tome XV , Univarsité d' Picardie, Anmien (1977)
  • Jean-Michel Eloy, Les formes de l'article dans un corpus picard contemporain , Université de Picardie, 1986 - 89 pages
  • Jean-Michel Eloy, Questions sur la deixis à propos de l'article défini picard ,colloque en Sorbonne (8-9 juin 1990), PUF (1992)
  • Jean-Michel Eloy, Le picard, langue d'oïl ,
  • Walter De Mulder et Anne Carlier, Du démonstratif à l’article défini : le cas de ce en français moderne , in Langue française 2006/4 (n° 152)
  • Bernard Bouillon, «  Cours de picard », UFR de lettres d'Arras
  • La foret invisible, Anthologie de littérature picarde, Trois Cailloux, Service d'édition de la Maison de la Culture d'Amiens , ISBN 2-903082-20-0, (1985)
  • Alain Dawson, «  Assimil évasion » , Le picard de poche (2003) - Le "Chtimi" de poche (2004)
  • Pierre-Marie Gryson et Denise Poulet, Le chti pour les nuls , First (2009)
  • Grammaire élémentaire de l’ancien français sur wikisource

Notes sur l'ancien françaisModifier

NotesModifier

  1. cf Bruneau, Grammaire française, § Prononciation et orthographe de l'ancien français