Recherche:Asperger/Témoignage 1

Début de la boite de navigation du chapitre
Témoignage 1
Icône de la faculté
Chapitre no 2
Recherche : Asperger
Chap. préc. :Introduction
Chap. suiv. :Témoignage 2
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Asperger : Témoignage 1
Asperger/Témoignage 1
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Témoignage d'un Asperger 1Modifier

Jean-Louis, ta réponse, tes propos, sont cohérents et robustes de leur définition presque immuable. De mon côté j'ai descellé quelques influences liées au principe de subjectivité qui lui nous met des bâtons dans les roues à chaque instant. Je n'utilise que très rarement le rasoir d'Ockham, car celui-ci n'exploite que très peu l'ignorance et la bêtise (qui sont tout de même des éléments clefs pour recueillir le maximum d'informations, l'agnotologie s'enrichit de cela.). Le mental se veut sensorialiste et réaliste, seulement les illusions peuvent paraître réelles à n'en point se douter de leur existence. Et le syndrome d'asperger, concernant quoiqu'il arrive un trouble TSA, n'est que le Continuum de la conscience évoluée. Le cerveau social n'est qu'influence, reflet, biais, heuristiques, mimétique et conflits cognitifs. L'autisme n'est pas concerné par cette forme ancienne (préhistorique en réalité...) De la conscience piégée. L'homme doit justement se défaire des mécanismes pro sociaux s'il veut espérer être en paix avec lui même. Le scepticisme est un début de la déconnexion des neurones miroirs, un travail et une tâche à accomplir pour les individus dits neurotypiques, mais chose innée dans l'autisme. L'autisme c'est l'hyper-conscience de la réalité avec ses qualités et ses défauts. Et la voie de la réussite n'est qu'un leurre, d'ailleurs j'ai nommé cela dans mes thèses le syndrome d'Alice aux pays des merveilles, ou syndrome du lapin blanc. Il s'agit d'une course effrénée qui se veut maîtrisée mais reste tout aussi insensée... Un aveuglément persistant qui est encore causé par les influences de la culture-pop (les mouvances spirituelles actuelles). Sans oublier que bon nombre des personnes avec autisme ne théorisent en aucun cas, nous sommes en grande majorité synesthètes et nous avons en prime des sens supplémentaires, nous voyons et constatons une grande partie de l'invisible, comme la matrice, le temps, l'aura, les données quantiques qui circulent et qui sont responsables des causalités entre deux événements distincts... Etc...

En restant dans le domaine de la sociologie, rien de ce qui semble juste ou vrai dans ce que l'on dit ne l'est réellement... Les biais cognitifs nous le font croire tout comme ce que l'on peut ressentir durant un rêve ou cauchemar semblant plus vrai que nature.

J'en reste là pour ce soir, pour que je puisse expliquer et démontrer avec des argumentaires fiables et complets ce que j'avance ici et tente de partager, il me faudrait une bonne journée. (Calme de préférence).