Recherche:DÉCOVID ou COVID ? Discernement, contre Pensée unique

Décovider : Débarrasser du covid.

Nuvola apps kuser.svg
Un scandale attendu

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté Socio-anthropologie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.

Titre de la page pour créer un wikilien : Recherche:DÉCOVID ou COVID ? Discernement, contre Pensée unique

La cause du scandale des coronavirus 2019, 2020, 2021, etc., peut se résumer en quelques mots. Au début de l’épidémie, les plus grands laboratoires du monde, voulant développer et vendre au plus vite des milliards de tout nouveaux ‘’vaccins’’, et s’enrichir davantage via La Bourse, ont tout fait pour discréditer les traitements médicaux à disposition depuis longtemps, quasiment gratuits pour certains ; pour discréditer en même temps les médecins qui en préconisaient l’usage. Les plus grandes sommités médicales, suivis de médecins moins réputés, en conflit d’intérêt car recevant de l’argent de ces laboratoires, avaient beaucoup à perdre, autant financièrement que professionnellement, à se désolidariser de leurs pourvoyeurs. Ils ont sauté dans le train en marche. Dès lors, être l’un des premiers à refuser de suivre le troupeau emballé, a semblé, à chacun d’entre eux, risqué. Il y eut alors un effet ‘’boule de neige’’. Seuls des médecins n’ayant aucun conflit d’intérêt et ayant déjà fait la preuve de leur grande compétence, ont refusé de se compromettre. Il leur a fallu, aussi, être forts psychologiquement pour en assumer les conséquences.

AvertissementModifier

Cette recherche toute personnelle ne reflète que l'opinion de son auteur et n'engage que lui, elle ne doit pas être prise “pour argent comptant”.

Pascal Sacré, médecin réanimateur au Grand Hôpital De Charleroi (GHDC)Modifier

Licencié pour ses idées

Alexandra Henrion-CaudeModifier

Mise au pointModifier

Sur Radio Notre Dame le 8 février 2021.

BiographieModifier

publiée sur Wikimonde Plus.

Alexandra Henrion-Caude, née le 16 octobre 1969 à Warwick au Royaume-Uni est une chercheuse française de l'Inserm, spécialiste en génétique, directrice de la plateforme technologique GenAtlas à l'Institut des maladies génétiques Imagine à l'hôpital Necker[1],[2]. En 1997, elle soutient sa thèse sur les gènes USF dans la régulation du glucose[3], et reçoit le Prix de la Fondation Nestlé[4]. Elle poursuit sa carrière aux États-Unis en neurobiologie au Joslin Diabetes Center à Harvard Medical School à Boston[5] et au Salk[6].
En 2013, elle devient boursière Eisenhower et explore les possibilités de diminuer les coûts en santé[7],[8], comme les nouveaux contours de la science avec plusieurs Prix Nobel aux Molecular Frontiers sous l'égide de la Fondation Nobel, de l'Académie Royale des Sciences de Suède et de l'Université de Corée[9].
En 2015, elle contribue au lancement du manifeste du juste soin au juste coût[10]. Ses interrogations sur la possibilité de construire des ponts entre les connaissances ancestrales et une médecine de pointe l'amènent en Afrique. Elle promeut l'engagement des femmes dans la science avec la Présidente de la République de Maurice[11], et démontre le défi que pose le changement climatique en matière de santé[12]. Outre ses engagements personnels en bioéthique[13] et dans le monde associatif[14], ses résultats concernent la maladie de Hirschprung, le syndrome de Ravine[15],[16], les microARN[17] dont les mitomiRs pour lesquels son étudiante Simonetta Bandiera reçoit le Prix de la Fondation Jérôme Lejeune[18].

  • 1. « Alexandra Henrion Caude - Une Fellow à la française », Science et Santé, Institut national de la santé et de la recherche médicale, vol. 16,‎ septembre/octobre 2013, p. 14-15 (lire en ligne)
  • 2. Science-en-conscience.fr
  • 3. HENRION CAUDE, ALEXANDRA, « Signalisation transcriptionnelle du glucose dans le foie : clonage des genes usf et leur etude fonctionnelle dans la regulation de la transcription », http://www.theses.fr/,‎ 1er janvier 1997(lire en ligne, consulté le 21 mai 2017)
  • 4. Nestlé dote la recherche, 20 mars 1997
  • 5. (en-US) Anne Swardson, « BEST MINDS BIDDING FRANCE ADIEU », The Washington Post,‎ 21 mars 1998(ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 21 mai 2017)
  • 6. The Salk Insitute - Montminy Lab - Alumni
  • 7 Eisenhower Fellows
  • Etc.

Hygiène de vieModifier

  • Alimentation la plus naturelle possible, équilibrée. Eviter si l'on peut les produits industriels. Diminuer conséquemment les graisses animales, la charcuterie surtout. Sucre en usage très modéré, le sucre raffiné est à proscrire. Pas trop de viande, surtout rouge. Quand les moyens financiers le permettent, préférer la viande de veau à la viande "de bœuf" (qui est souvent de la viande de vache, voire de vieille vache). Préférer les poissons de petite taille (anchois, maquereaux), et surtout, les œufs de qualité.
  • Activité physique à ne surtout pas négliger, à augmenter même.
  • Eviter de se gaver de télévision (surtout en rapport avec le virus) qui rend passif et nuit à un bon sommeil.
  • Périodes de détente, de relaxation, de lecture.
  • Fréquenter des personnes positives, voir des amis (les bons).
  • Avec ces petites astuces on renforce le système immunitaire.
  • Toujours si les moyens financiers le permettent. Tout d'abord, savoir que même si l'on n'est pas allergique au gluten, celui-ci ne favorise pas l'étanchéité de l'intestin pour des microparticules... indésirables ! J'ai personnellement dans ma commune le choix entre deux pains sans gluten, les marques "Gerblé et "Schär". "Schär" est un peu plus cher, mais délicieux ! Et consistant ! On en mange donc beaucoup moins que du pain "normal" ! J'alterne ces deux pains.
  • Préférer travailler sur Wikiversité !  
  • ...

PréventionModifier

(Très utile aussi, bien sûr, pendant le traitement).

  • Vitamine C, oui.
  • Vitamine D, oui. Elle renforce le système immunitaire (les personnes jeunes, qui en général ont un bon système immunitaire, sont plus armées contre les virus). Attention ! aux ampoules buvables à prendre tous les 2 ou 3 mois, telles Uvédose ou Zymad, car « après avoir augmenté très brusquement lors des 2 premières semaines, le taux de vitamine D retombe dans la zone de déficit au bout de seulement 3 semaines. Ces variations ne sont pas naturelles puisqu’elles ne peuvent physiquement pas se produire à la suite d’une exposition au soleil. »

Il est bien plus judicieux d'utiliser une formule gouttes à prendre quotidiennement. L'assimilation de cette vitamine D3 est maximalisée si la prise a lieu au cours d'un repas de la journée où l’on consommera une certaine quantité de graisses. La dose journalière minimale est de 800 UI. D'après l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) la dose maximale de sécurité journalière est 4000 UI. En dessous de cette dose, "il n'y a aucun risque néfaste pour la santé". Mais le dosage est fonction de l'âge, de l'état de santé, de la période de l'année, des périodes d'épidémie). Dans tous les cas, consulter votre médecin (qui doit être un bon médecin et non un "prescripteur de médicaments à tout crin").

Lors de la prise de vitamine D3, il y a risque de stockage excessif de calcium dans les vaisseaux et les organes. À moins de suivre un traitement anti-coagulant à base d'anti vitamines K (AVK) - comme la Coumadine©, le Sintrom©, le Minisintrom©, la Warfarine© - il est fortement recommandé pour éviter de tels risques de se supplémenter en vitamine K2 (70 à 100μg par jour) ,d'autant plus chez les fumeurs et anciens fumeurs, dont le flux sanguin dans les artères est diminué par des plaques d'athérome. Par exemple :

Selon une étude scientifique néerlandaise publiée accessible par The Guardian [1], il existe un lien entre une carence en vitamine K et une forme sévère de Covid 19.

Dans les régions du Japon où l'on mange beaucoup de natto (fèves de soja fermentées - 10 g de natto apportent de 90 à 120 µg de vitamine K MK-7), on n'a eu à déplorer aucune mort des suites de la Covid19.

Des études menées sur l'animal montrent en outre que la vitamine K 2 pourrait diminuer la calcification d’artères fortement calcifiées.

TraitementsModifier

  • Remdevisir : Surtout pas ! En outre, administré à une personne infectée, « il favorise les mutations du virus » chez cette personne (Didier Raoult).
  • En complément avec les vitamines D3/K2, C, et éventuellement magnésium :
  • Trithérapie : Hydroxychloroquine / Azithromycine / Zinc : tout à fait OK selon moi, les pontes de la médecine qui sabrent nos meilleurs médecins sont TOUS en conflit d'intérêt avec les laboratoires, ils touchent énormément d'argent pour des études commandées, des conférences...) .
  • Trithérapie : Zinc / Doxycycline / Ivermectine → pdf en anglais
  • Trithérapie à l’interféron bêta + Kaletra + ribavirine[2].
  • Etc.

En Chine, la prévention et le traitement par chloroquine sont officiellement mis en oeuvre. En Inde, Extrême-Orient, au Maghreb... sont utilisés : soit la chloroquine soit l'hydroxy-chloroquine. Dans tous ces pays, en Chine surtout où l'on vaccine très peu (données de mars 2021) la pandémie est de mieux en mieux maîtrisée. Coïncidence, ou pas ?

Pourquoi un virus aussi dangereux a pu s’échapper d’un laboratoire P4 ultra-sécurisé ? L'hypothèse la plus plausible expliquant l'irruption du virus dans l'espace public est la fuite par négligence du laboratoire P4 (personnel insuffisamment formé), comme cela s'est déjà produit ailleurs (plus on se sent sécurisé, moins on est précautionneux).