Recherche:Imagine un monde/Imaginaire

Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, «  », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Wikimedia Community Logo.svg
L'imaginaire Wikimédia
Septième chapitre de l'ouvrage Imagine un monde !

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de la Wikiversité et dépend de la faculté Socio-anthropologie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.

Titre de la page pour créer un wikilien : Recherche:Imagine un monde/Imaginaire
To validate.png L'orthographe, la syntaxe, la grammaire et la typographie du texte ou du code de cette page est à vérifier.
Vous pouvez faire ces corrections en cliquant sur l'onglet « modifier » ou « modifier le code » ci-dessus, ou encore entamer une discussion à ce sujet

Image logo indiquant que la page n’est pas finiLionel Scheepmans (lui écrire) vous informe que cette page, ou cette section de page, n’est pas finie.
  • Son état actuel est provisoire et doit être pris avec prudence.
  • Une version améliorée est en préparation et devrait être disponible prochainement.

Pour en suivre l’avancement ou y participer, veuillez consulter la page de discussion.

De Lionel Scheepmans.

L'importance de l'imaginaireModifier

L'incroyable capacité humaine à remodeler le réel à l'image de son idéal ... Kundera Milan - Dico - Citations

Talk:Albert Einstein quote - Wikiversity

En effet, au-delà d'une réalité tangible, je tiens à ce que mes travaux décrivent aussi de manière précise « La construction sociale de la réalité » (Berger, 1996)[B 1], produite un « imaginaire comme tel » (Castoriadis, 2008)[B 2] emplis de toutes les dissonances cognitives (Festinger, 1957)[B 3] inhérentes à la nature humaine.

Voir et comprendre les différences entre imaginaire et réalité me semble donc être une démarche incontournable pour comprendre objectivement, mais aussi sereinement ce qui se passe sur un terrain d'étude socio-anthropologique. Car dans les sociétés humaines, l'imaginaire prend souvent le pas sur la réalité. Comme l'illustre parfaitement. Le « mythe anthropologique » (Freeman, 1983)[B 4] sur la sexualité à Samoa promu par les écris de Margaret Mead, l'étude la plus citée depuis 1928 dès qu'il s'agit de parler d'éducation, de sexualité et d'adolescence en est un parfait exemple qui fera l'objet d'un examen approfondit par Serge Tcherkésoff (2001, p. 157)[B 5].

D'ailleurs, en 1938 déjà, William Isaac Thomas n'écrivait-il pas : « si l'homme définit les situations comme réelles, elles seront réelles dans leurs conséquences »[N 1] (Thomas, 1938, p.572)[B 6]. Cette phrase devenue célèbre, Robert King Merton en fit le théorème de Thomas et s'en inspirera pour produire le concept de prophétie autoréalisatrice (Merton, 1948)[B 7] avec pour classique exemple celui d'une banque que l'on fait croire en faillite et qui le deviendra vraiment quand tous ses clients se précipiteront pour récupérer leur argent. En 1962, John Langshaw Austin, s'intéressera aussi à la construction du futur au départ du présent en produisant le concept de performativité qui apparaîtra au sein de son ouvrage Things with Words[N 2] (Austin, 1970)[B 8]. Dans celui-ci, l'auteur explique en effet que la parole peu aller bien au-delà d'une simple description du réel et devenir un acte d'auto-réalisation comme dans cette phrase qu'il choisit pour exemple : « je vous déclare uni par les liens du mariage ».

Grâce à un traitement informatisé de corpus textuels issus d'un terrain ethnographique en ligne, il devient dès lors possible de comparer et de confronter le discours des acteurs ou actrices entre eux mais aussi par rapport à leurs propres dires récolté hors ligne ou en ligne dans des endroits distribués. À un niveau plus avancé enfin, un chercheur autre que moi plus spécialisé en anthropologie linguistique par exemple, pourrait aussi se lancer dans un travail d'analyse du discours.

Internet n'a rien de virtuel en soi. Les ordinateurs qui le composent sont tous situés quelque part dans le monde même s'il n'est pas toujours aisé de les localiser au départ du réseau informatique et l'information qui s'y échange est tout aussi réel même si elle peut parfois décrire des choses virtuelles au même titre qu'un livre de science-fiction est imprimé sur du papier bien réel avec des lettres, des mots, des phrases et des images tout aussi réels.

Nous voyons donc apparaitre une première dichotomie au sein de l'espace numérique entre sa composante matérielle assurant un support de stockage et de partage électromagnétique et sa composante informationnelle composée d'information produites soit par les Internautes, soit par des ordinateurs, mais toujours, chose rassurante jusqu'à ce jour, selon la volonté des êtres humains.

Prendre conscience de cette dualité au sein du mouvement Wikimédia permet de comprendre l'interdépendance entre sa communauté de contributeurs producteurs d'informations et la fondation Wikimédia propriétaire de l'infrastructure informatique garantissant le stockage et le partage de celle-ci tout en assurant sa protection et la responsabilité de son stockage au niveau juridique.

D'un côté donc le travail des contributeurs serait impossible sans le support de la fondation, de l'autre, il serait impossible à la fondation de financer les salaires et l'infrastructure informatique sans les campagnes de récoltes de dons offerts en gratitude de l'information fournie par les contributeurs.

L'imaginaire WikimédienModifier

Chaque projet est issu d'un imaginaire voir Wikiversité ce qui était imaginer et ce qui est aujourd'hui

Le futur de WikimédiaModifier

Sans être devin, le futur du mouvement Wikimédia est bien sûr impossible à prédire. Mais il est possible en contrepartie de faire certaines projections au départ des plans stratégiques produits. Ces plans stratégiques couvrent une période de cinq ans et ont pour but d'apporter une garantie future dans la réalisation de la mission portée par le mouvement.

 
Fig 1.2 :Plan stratégique 2015 du Mouvement Wikimedia, format pdf (Wikimedia Foundation, 2011).

Dès 2004 et suite à la création de la Wikimedia Foundation, le mouvement Wikimédia fait l'objet de divers plans stratégiques. Ces plans sont tout d'abord élaborés au niveau des premiers conseils d'administration pour ensuite être construits au travers des processus collaboratifs. Le premier de ces processus complexes est lancé en 2011 en recourant à la participation de milliers de volontaires dispersés dans le monde[B 9]. Il débouche sur un plan couvrant la période de 2010 à 2015 (voir fig. 1.2 ci-contre). Ce processus fait appel à l'intelligence collective et au soutien du personnel de Wikimedia pour identifier, affiner et relever les défis stratégiques fondamentaux tout en reposant sur un principe de transparence, de collaboration et de participation répondant aux attentes des parties prenantes[B 10]. Un nouveau plan stratégique est en cours d'élaboration pour l'horizon 2030 avec cette vision d'avenir :« Wikimédia deviendra la principale infrastructure de l'écosystème de la connaissance libre, et quiconque partageant notre vision aura la possibilité de nous rejoindre »[W 1].

D'autres plans stratégiques sont aussi développés dans d'autres organisations et associations Wikimédia régionales ou thématiques, comme Wikimedia Deutschland qui est par ailleurs l'association pionnière dans cette démarche[W 2]. Tous ces plans stratégiques sont en dernier ressort les prolongations d'une vision commune du mouvement, discutée sur le projet Méta-Wiki[W 3] et inspirée d'une réponse de Jimmy Wales à une interview postée le 28 juillet 2004 par Robin Miller sur le site Slashdot[B 11] :« Imaginer un monde dans lequel chaque personne sur la planète a librement accès à la somme de toutes les connaissances humaines. »[W 4],[B 12],[N 3], ceci en collaboration avec la fondation Wikimédia dont le but est de « donner la possibilité aux personnes du monde entier de collecter et développer du contenu éducatif sous licence libre ou se trouvant dans le domaine public, et de distribuer ce contenu efficacement et globalement »[W 5] en mettant à disposition « l'infrastructure technique et la structure organisationnelle nécessaire afin de soutenir et de développer des projets wiki de langue multiples et toute autre initiative au service de cette mission. »[W 6].

Au-delà des discours officiels, ils existent des tensions entre les besoins stratégiques et les normes établies par une communauté de volontaires qui se voit trop sollicitée[B 13] mais aussi incluse et exclue du processus de façon ambivalente sinon arbitraire[B 14]. D'autre part, une dérive de la mission (Greer, 2015)[B 15] est possible au sein du mouvement. Il existe en effet un réel risque de voir le développement des institutions prendre la priorité sur la mission du mouvement, mais aussi que l'activisme local se professionnalise jusqu'à produire un clash culturel entre les associations locales soutenant le mouvement et la Wikimedia Foundation[B 16].

Requests for comment/Shut down Wikiversity - Meta

Wikipeak du monde riche - L'avenir de Wikipédia réside dans les pays les plus pauvres | Détail graphique | L'économiste

3 questions à Willie Robert - Blog.Seriously

[MATIÈRE À RÉFLEXION] Wikipédia, l’éléphant dans la pièce | Le Mag | Le Quotidien - Chicoutimi

Strategy/Wikimedia movement/2018-20/Transition/Discuss/Cluster E — Meta

Notes et référencesModifier

[N]otes

  1. Texte original en anglais : If men define situations as real, they are real in their consequences »
  2. L'ouvrage fut traduit sous le titre Quand dire, c'est faire.
  3. Texte original en anglais :« Imagine a world in which every single person on the planet is given free access to the sum of all human knowledge ».

[B]ibliographie

  1. Peter Berger, Thomas Luckmann, Pierre Taminiaux et Michel Maffesoli, La Construction sociale de la réalité, Armand Colin, 1996 (ISBN 9782200014711) (OCLC 37110578) [lire en ligne] 
  2. Cornelius Castoriadis et Arnaud Tomes, L'imaginaire comme tel, Hermann, 2008 (ISBN 9782705667412) (OCLC 635542978) [lire en ligne] 
  3. Lou Festinger, A theory of cognitive dissonance, Stanford University Press, 1957 (OCLC 223001300) [lire en ligne] 
  4. Derek Freeman, Margaret Mead and Samoa: the making and unmaking of an anthropological myth, Harvard University Press, 1983 (ISBN 9780674548305) (OCLC 8785070) [lire en ligne] 
  5. Serge Tcherkézoff, « Margaret Mead et la sexualité à Samoa. Du consensus anthropologique au débat ethnographique », Enquête. Archives de la revue Enquête, no  5, 1997-09-01, p. 141–160 (ISSN 1953-809X) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-05-13)]
  6. W. I. Thomas, The Child in America, Рипол Классик, 1938 (ISBN 9785872900658) [lire en ligne], p. 572 
  7. Robert K Merton, The self-fulfilling prophecy, 1999 (OCLC 606212855) [lire en ligne] 
  8. J. L Austin et Gilles Lane, Quand dire, c'est faire, Éditions du Seuil, 1970 (ISBN 9782020027380) (OCLC 16051061) [lire en ligne] 
  9. anglais Leonhard Dobusch et Gordon Mueller-Seitz, « Strategy as a Practice of Thousands:The Case of Wikimedia », Academy of Management Proceedings, vol. 2012, no  1, 2012-07-01, p. 15572 (ISSN 0065-0668) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-12-23)].
  10. anglais Loizos Heracleous, Julia Gößwein et Philippe Beaudette, « Open Strategy-Making at the Wikimedia Foundation:A Dialogic Perspective », The Journal of Applied Behavioral Science, vol. 54, no  1, 2018-03-01, p. 5–35 (ISSN 0021-8863) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2019-12-23)].
  11. (en) Jimmy Wales, « Wikipedia Founder Jimmy Wales Responds », (consulté le 1er février 2020).
  12. (anglais) Jörg Sydow, Elke Schüssler et Gordon Müller-Seitz, Managing inter-organizational relations:debates and cases, 2016, 300 p. (ISBN 978-1-137-37002-0) (OCLC 1061274553) [lire en ligne] .
  13. Loizos Heracleous, Julia Gößwein et Philippe Beaudette, Open Strategy-Making at the Wikimedia Foundation:A Dialogic Perspective., 0000 u (OCLC 1051839773) [lire en ligne], p. 19 & 22 .
  14. L Dobusch, L Dobusch et G Müller-Seitz, « Closing for the benefit of openness? The case of Wikimedia's open strategy process », Organization Studies, vol. 40, 2019, p. 366 (ISSN 0170-8406) [texte intégral (page consultée le 2020-02-16)].
  15. (anglais) Peter Greer, Mission drift:the unspoken crisis facing leaders, charities, and churches, 2015 (ISBN 978-0-7642-1164-5 et 978-0-7642-1101-0) (OCLC 881440302) [lire en ligne] 
  16. Dariusz Jemielniak, Common knowledge?:an ethnography of wikipedia., Stanford University Press, 2015 (ISBN 978-0-8047-9723-8) (OCLC 913498835), p. 135 .

[V]idéographie

[W]ebographie

  1. (en) « Stratégie/Mouvement Wikimedia/2018-20 – Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 23 décembre 2019).
  2. (en) « Strategy – Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 23 décembre 2019).
  3. « Vision – Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 23 décembre 2019).
  4. « Wikimedia Foundation », (consulté le 29 novembre 2019).
  5. (en) « Mission statement – Wikimedia Foundation Governance Wiki », sur foundation.wikimedia.org (consulté le 5 juin 2019).
  6. « Mission – Meta », sur meta.wikimedia.org (consulté le 23 décembre 2019).