« Recherche:Modèle anthropologique simplifié » : différence entre les versions

aucun résumé des modifications
mAucun résumé des modifications
Aucun résumé des modifications
<h2>Le traitement d’informations est un besoin fondamental et l’instrument de base pour la réalisation du « contrôle » (Martin, 1994)</h2>
 
Le traitanttraitement d'informations par un organisme (un homme) permet la synchronisation constante de son comportement avec son environnement. Si aucune information n'est traitée, alors l'organisme se découple de son environnement, ce qui aboutit à une perte du contrôle, et donc à sa capacité à survivre. Comme l'alimentation ou la reproduction, le traitement d'informations est source de plaisir, incitant l'individu à réaliser ses fonctions sans lesquelles il ne serait viable. Si l'information traitée correspond en quantité (ni trop d'informations, ne trop peu d'informations) et en complexité (ni trop simple, ni trop complexe) à mes attentes, alors elle sera appréhender par mon cerveau de façon très positive et sera un source de satisfaction. Le traitement d'informations peut être considérer comme un besoin fondamental.
 
<h2>Antinomies comme instrument de « contrôle » (Martin, 1994)</h2>
 
Tout système, tout être vivantL’individu est soumis à un champs antinomique de besoins, tels que le besoin de s’intégrer dans un groupe, mais aussi de préserver son individualité, de se plier à certaines contraintes mais aussi de préserver sa liberté, de satisfaire ses émotions mais aussi de faire travailler son intelligence, etc. Dès qu’un besoin, par exemple celui de liberté, est satisfait, aussitôt le besoin antinomique, c’est à dire celui d’une certaine contrainte, se fait sentir. LeCette systèmestructure estantinomique doncimplique toujoursque menacéla desatisfaction déséquilibred’un etbesoin cedonné n’estcontient qu’enpotentiellement agissantla constammentnon-satisfaction qu’ildu peutbesoin garderopposé. uneLa certaine assise en dépitconnaissance des antinomiesbesoins quifondamentaux l’animent.de Plusl’homme un individu agit, plus il aet de chancesla de maintenir l’équilibre entre ses pulsionsstructure antinomiques. Ledes contrôlebesoins defacilite cet équilibrela déterminecompréhension de nombreuxson comportementscomportement. LesCette premiersconnaissance termespeut deainsi lacontribuer listeà suivanteaméliorer correspondentsa àcapacité unepersonnelle perteà demaîtriser contrôleson etrapport lesaux secondsautres àet uneaussi acquisition dequ’à contrôlesoi-même.
Hier erinnere ich an meine Antinomie-Leiste: wir bewegen uns kontinuierlich im Spannungsfeld von Kontrollgewinnung und Kontrollverlust, Chaos (Kontrollverlust) und Ordnung (Kontrollgewinnung), Einfachheit (Kontrollgewinnung) und Komplexität (Kontrollverlust) usw.
 
AntinomiesListe de couples antinomiques: les premiers termes correspondent à une perte de contrôle et les seconds à une acquisition de contrôle: Impuissance/Contrôle; Chaos/Ordre; Flou/Clarté; Complexité/Simplicité; Différenciation/Intégration; Individu/Société; Liberté/Contrainte; Concret/Abstrait; Émotion/Cognition
Tout système, tout être vivant est soumis à un champs antinomique de besoins, tels que le besoin de s’intégrer dans un groupe, mais aussi de préserver son individualité, de se plier à certaines contraintes mais aussi de préserver sa liberté, de satisfaire ses émotions mais aussi de faire travailler son intelligence, etc. Dès qu’un besoin, par exemple celui de liberté, est satisfait, aussitôt le besoin antinomique, c’est à dire celui d’une certaine contrainte, se fait sentir. Le système est donc toujours menacé de déséquilibre et ce n’est qu’en agissant constamment qu’il peut garder une certaine assise en dépit des antinomies qui l’animent. Plus un individu agit, plus il a de chances de maintenir l’équilibre entre ses pulsions antinomiques. Le contrôle de cet équilibre détermine de nombreux comportements. Les premiers termes de la liste suivante correspondent à une perte de contrôle et les seconds à une acquisition de contrôle.
 
Antinomies: Impuissance/Contrôle; Chaos/Ordre; Flou/Clarté; Complexité/Simplicité; Différenciation/Intégration; Individu/Société; Liberté/Contrainte; Concret/Abstrait; Émotion/Cognition
 
<h2>Elargissement du champ de « contrôle » par une attitude exploratrice (Döner, 1983)</h2>
 
L’attitude exploratrice peut être décrite schématiquement comme un cycle: attitude exploratrice → carte cognitive enrichie → compétence heuristique → confiance en soi → attitude exploratrice → etc...etc…
La soif d’activité correspond à une attitude exploratrice, c’est à dire à une tendance à rechercher des situations inconnues, nouvelles. La dynamique qui s’engage est la suivante: une carte cognitive riche assure le contrôle de nombreux domaines et permet le traitement de nouvelles impressions avec une stabilité émotionnelle favorable. La compétence heuristique (apprendre à accéder à l'information et rechercher des connaissances) est renforcée. Cela permet que de nouvelles situations soient maîtrisées facilement. Le sentiment de contrôle se renforce, la confiance en soi grandit et la disposition à s'engager dans des domaines non encore connus est renforcée, etc...
 
L’attitude exploratrice est caractérisé par une tendance à rechercher des situations inconnues, nouvelles. Les expérience réalisées sont transformés en schémas abstraits enrichissant la carte cognitive de l’individu. Plus les expériences sont nombreuses, plus le nombre de schémas sera grand et plus la carte cognitive sera riche. Une carte cognitive plus riche permet contrôler un nombre plus important de domaines et de traiter de nouvelles impressions avec une meilleure stabilité émotionnelle. Le sentiment de contrôle se consolide, la confiance en soi et l’assurance grandissent et ainsi la disposition à s’engager dans des domaines non encore connus est renforcée.
attitude exploratrice → carte cognitive enrichie → compétence heuristique → confiance en soi → attitude exploratrice → etc...
 
Une attitude exploratrice est récompensée par l'état de « flow » (Csikszentmihalyi, 1999): le sentiment de « flow » peut se décrire comme l’impression d’être transporté entièrement dans une action, de faire corps avec elle. On peut éprouver cette sensation en faisant de la voile, de l’équitation ou en tenant une conférence suivie très attentivement par les auditeurs. C'est un état de concentration ou d'absorption complète dans une activité, un état émotionnel bénéfique qui combine les défis et les compétences.
7

modifications