Différences entre les versions de « SPARQL Protocol and RDF Query Language/Requêtes d'écriture »

aucun résumé de modification
m (Retrait des catégories en double)
}}
 
Dans la première recommandation de SPARQL (1.0) en 2008, il n'était pas encore question de faire des requêtes en écriture. Cependant dès 2008, des implémentations commencent à apparaître pour écrire des triplets à travers une requête comme une requête SQL et dés lors, les développeurs qui désiraient faire des services Linked Open Data, ont trouvé enfin le moyen d'en faire sans écrire du RDF/XML ou définir une ontologie.
 
Cependant, il faut garder à l'esprit que '''l’interopérabilité est l'objectif final de SPARQL pour faire avancer la roadmap du Web Sémantique''' ainsi l'utilisation de prédicats fantaisistes c'est-à-dire d'ontologies fantaisistes n'est pas conseillée à terme. Dans les prochains mois ou années, une couche d'intégrité va apparaître pour vous aider à respecter ce critère d'interopérabilité. En attendant dans ce cours, nous vous donnons les moyens de faire les choses comme vous le souhaitez avec vos propres prédicats mais si vous ne voulez pas tout refaire dans 2 ans, gardez à l'esprit qu'un bon prédicat est un prédicat qui existe déjà dans une ontologie documentée (et si possible, simple).
 
Nous allons décrire ici les requêtes qui fonctionnent dans le logiciel 4Store (utilisé dans les TP de cette leçon) et qui sont aussi définies dans la recommandation SPARQL 1.1 (la personne qui coordonne la recommandation de SPARQL 1.1 et aussi le principal développeur de 4Store).
 
== INSERT DATA ==
700

modifications