« Recherche:Histoire de la civilisation grecque - État et nation » : différence entre les versions

m
Bot: Retouches cosmétiques
imported>Sextus
Aucun résumé des modifications
imported>Tavernierbot
m (Bot: Retouches cosmétiques)
Les trois thèmes suivants sont l'analyse de la cité proprement dite, du citoyen et, enfin, des limites internes et historiques rencontré par l'idéal de la cité.
 
===== Les tribus et les villages =====
 
Le chapitre commence donc par quelques remarques sur ce que nous savons des origines de la cité grecque ; Burckhardt ne se propose pas de traiter à fond le sujet, mais d'examiner si nous pouvons distinguer, antérieurement à la formation de toute cité, des traits particuliers susceptibles de nous éclairer.
 
===== Les antécédents, et, en particulier, les phéniciens =====
 
===== Le synœcisme et les violences qu'il suppose =====
 
Le synœcisme est une réunion de plusieurs villages en une seule ville. Cette pratique consistait concrêtement à déporter des populations (dont une partie était généralement massacrée) pour fonder des villes fortifiées.
 
===== Les mythes fondateurs et leurs traits typiques =====
 
Burckhardt cite plusieurs mythes liés à la fondation des cités ; il en extrait les traits communs : presque tous ces mythes racontent l'acte violent fondateur d'une cité, comme les sacrifices de jeunes filles. Ainsi, pour Burckhardt, l'idée qui est ici exprimée sous forme mythologiques est-elle que ce qui veut durer et étendre sa puissance doit consentir à sacrifier aux forces obscures.
 
===== Les caractéristiques générales de la cité =====
 
*Les éléments matériels
*Les lois
 
===== Les caractéristiques générales du citoyen grec =====
 
===== Les limites du modèle politique de la cité =====
 
Les limites de la cité sont d'abord déterminées, selon Burckhardt, par les limites de la nature humaine : le poids des lois est en effet un poids quasi religieux qui pèse lourdement sur le citoyen, et qui finit par l'écraser.
Utilisateur anonyme