« Éthosystème » : différence entre les versions

9 octets ajoutés ,  il y a 8 ans
m
Robot : Remplacement de texte automatisé (-(</ref>|<ref[^/]*/>) *(<sup>)?[,;\.]?(</sup>)? *<ref\b +\1{{,}}<ref)
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (-<big> +<span style="font-size:1.2em">, -</big> +</span>))
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (-(</ref>|<ref[^/]*/>) *(<sup>)?[,;\.]?(</sup>)? *<ref\b +\1{{,}}<ref))
<span style="font-size:1.2em">L’Ethologie quelques mots pour définir et situer</span>
 
De son étymologie grecque : « Etudes des mœurs » elle a été assimilée à l’étude du comportement des diverses espèces animales. L’Homme a jusqu’à peu été exclu de son champ d’application et la science du comportement humain été réservée à la sociologie. De nombreuses passerelles existent entre ces deux sciences et des pionniers tels que Konrad Lorenz <ref>The Foundations of Ethology (1981) ; Les Fondements de l'éthologie, Flammarion, Paris (1984)</ref>{{, }}<ref>Essais sur le comportement animal et humain : Les leçons de l'évolution de la théorie du comportement, Le Seuil, Paris (1970)</ref>{{, }}<ref>Behind the Mirror : A Search for a Natural History of Human Knowledge (1973) ; (orig.: « Die Rückseite des Spiegels. Versuch einer Naturgeschichte menschlichen Erkennens », 1973) ; L'envers du miroir : Une histoire naturelle de la connaissance, Flammarion, Paris (1975)</ref>, et son élève Irenäus Eibl-Eibesfeldt <ref>Homepage of lecture for Human Ethology at the University Innsbruck</ref>{{, }}<ref>Ethologie, Paris 1972</ref> ont fortement contribué à ce rapprochement.
 
Les principales études, controverses et développement de leurs approches restent encore l’apanage des pays anglo-saxons.
143 371

modifications