« Introduction à la mécanique quantique/Les orbitales atomiques » : différence entre les versions

m
Robot : Remplacement de texte automatisé (- l'on + l’on )
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (-l'[[ +l’[[))
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- l'on + l’on ))
== Introduction ==
 
Les résultats de la mécanique quantique au sujet des particules — et notamment des électrons — ont induit une modification de la ''représentation'' que l'onl’on a des atomes. En effet, une théorie « classique » décrivait ces ''éléments indivisibles''<ref>Le terme « atome » vient directement du grec et signifie « insécable ». Bien que la découverte du noyau, puis des réactions nucléaires, a montré que cette idée était fausse, le terme est resté. </ref> comme constitués d'un noyau autour duquel un ou plusieurs électrons décrivent des orbites plus ou moins circulaires, à la manière de Bohr ou de Sommerfeld.
 
Le fait, expérimental, que les électrons se comportent comme des ondes, associé au caractère probabiliste de la mécanique quantique, nous prive d'une vision aussi naïve. Au lieu de décrire les électrons comme « des points se déplaçant sur des orbites », nous sommes amenés à considérer « la probabilité de trouver un électron dans une région de l'espace. » Cette probabilité est donnée par une fonction, appelée '''orbitale atomique.'''
<center>[[Fichier:Orbitale-3dz2-2d.jpg|290px]]</center>
 
On peut voir qu’il existe 1 nœud se trouvant au niveau de l'anneau entourant le noyau. Cet anneau, que l'onl’on appelle un volume torique, va induire un changement de signe d'un lobe à un autre, ces derniers étant centrés sur l'axe z. Sur ce nœud torique, le signe sera nul.
 
===== Conclusions =====
143 371

modifications