« Recherche:Étude de l'allumage apériodique d'un plasma microonde d'oxygène » : différence entre les versions

m
Robot : Remplacement de texte automatisé (- l'application + l’application , - d'une part + d’une part ); changements de type cosmétique
m (Autoformatage, retrait de la clé de tri)
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- l'application + l’application , - d'une part + d’une part ); changements de type cosmétique)
* la position de la cellule photorésistante par rapport au tube
 
Suivant les conditions, on peut avoir un allumage spontané du plasma ou bien il faut utiliser un ''Homoflux'' pour forcer l'allumage (un homoflux provoque la création par un champs HF des électrons nécessaires pour débuter le plasma).
 
== Résultats ==
 
Par exemple, avec une pression de 1,3 Torr et une puissance émise de 580 W on observe :
 
* avec D(O<sub>2</sub>) = 0,04 et 0,05 L/min: pas de plasma
* avec 0,06 , 0,07 ou 0,08 L/min , on provoque l'allumage du plasma avec un homoflux puis le plasma s'allume seul d'une façon apériodique.
* On a un allumage spontané et stable avec un débit d'oxygène de 0,12 L/min.
 
[[Fichier:Temps-allumage-3.png|centré|300px|vignette|temps (sec) entre deux allumages et durée d'un allumage (en haut)]]
 
L'intensité lumineuse émise I(t) est une grandeur caractéristique du système. On fait alors le tracé de l'applicationl’application de premier retour<ref>Pierre Bergé, Yves Pomeau et Christian Vidal, ''L'ordre dans le chaos'', Hermann (1984)</ref> pour vérifier si on est en présence d'un chaos déterministe ou bien d'un comportement erratique purement aléatoire. Pour ce faire, on trace le graphe de l'amplitude du maximum I<sub>n+1</sub> en fonction de l'amplitude du maximum précédent I<sub>n</sub>.
 
[[Fichier:Intensités-In+1-f(In)-4.png|centré|300px|vignette|Application de premier retour = Intensités I<sub>n+1</sub> = f(I<sub>n</sub>)]]
Ce graphe montre que l'instabilité a un comportement erratique purement aléatoire.
 
== Notes et références ==
<references/>
143 371

modifications