Différences entre les versions de « Méthodologie en sciences calculatoires/Râteau de montage »

m
Robot : Remplacement de texte automatisé (- n'est pas + n’est pas , - Aujourd'hui + Aujourd’hui , - d'euros + d’euros , - d'agir + d’agir , - l'apparence + l’apparence ); changements de type cosmétique
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- l'on + l’on ))
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- n'est pas + n’est pas , - Aujourd'hui + Aujourd’hui , - d'euros + d’euros , - d'agir + d’agir , - l'apparence + l’apparence ); changements de type cosmétique)
\text{IV : } & & & \mathrm{R_{pe}} & -220/s & = 0 \\
\end{align}</math>
Même si ce n'estn’est pas un système linéaire représentable par une matrice, on voit que l’on a une forme triangulaire : une ligne donnée ne fait intervenir que des grandeurs inconnues déjà utilisées dans les lignes précédentes.
}}
 
\text{III : } & & 1/t_2 & \times d & = 330
\end{align}</math>
: ici, quelles que soient les permutations de lignes ou de colonnes, on n'arrive jamais à une forme triangulaire.
 
; Brouillon
: Si l’on essaie de faire un râteau de montage, on voit que l’on n'arrive pas à un « peigne » à gauche ; deux des branches fusionnent alors que l’on ne devrait avoir que des séparations lorsque l’on progresse de la droite vers la gauche.
: [[fichierFichier:Exemple methode rateau montage chute pierre.svg]]
: Mais la méthode permet tout de même d'organiser les calculs. En effet, une des méthodes de résolution d'équation est la méthode de substitution. Comme on veut déterminer ''d'', cette grandeur doit être substituée aux autres. En lisant le diagramme de la droite vers la gauche, on voit l’ordre dans lequel les substitutions peuvent s'opérer :
:# On détermine ''t''<sub>1</sub> = ƒ(''d'', g) grâce à l'équation II.
140 590

modifications