« Premiers secours/Généralités » : différence entre les versions

m
Robot : Remplacement de texte automatisé (- n'est pas + n’est pas , - Aujourd'hui + Aujourd’hui , - d'euros + d’euros , - d'agir + d’agir , - l'apparence + l’apparence )
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- l'opposition + l’opposition , - d'asile + d’asile , - s'adresser + s’adresser , - l'ensemble + l’ensemble , - d'argent + d’argent , - l'argent + l’argent , - l'augmentation + l’augmentat...)
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- n'est pas + n’est pas , - Aujourd'hui + Aujourd’hui , - d'euros + d’euros , - d'agir + d’agir , - l'apparence + l’apparence ))
}}
 
Les '''premiers secours''' sont l’ensemble des techniques médicales d'aide d'urgence données aux blessés et malades par une personne qui n'estn’est pas nécessairement médecin. Elles ont pour but d'assurer la survie de la personne avant l'arrivée de personnes compétentes. La vie d'une personne peut être menacée par un accident, une maladie ou un dysfonctionnement de l'organisme (malaise) ; ces situations nécessitent en général d’être examinées par un médecin (médecin de ville, urgences de l'hôpital, médecin du Smur intervenant à domicile ou sur la voie publique). Les premiers secours sont l’ensemble des savoirs et savoir-faire qui permettent de reconnaître une situation dangereuse pour une personne, de transmettre l'alerte aux structures médicales, et d’éviter l'aggravation de l'état de la personne en attendant les soins médicaux.
 
En France, on distingue deux types d'acteurs (les dénominations peuvent varier dans les autres pays francophones) :
 
=== Conclusion ===
On voit aisément l'importance de l'évaluation initiale, certains gestes étant dangereux s'ils sont appliqués à mauvais escient. La réanimation cardio-respiratoire est traumatisante pour quelqu’un qui n'estn’est pas en état d'arrêt cardiorespiratoire (mais c’est le seul geste qui peut sauver si elle l'est), mettre quelqu’un en position latérale de sécurité peut aggraver le traumatisme inutilement si la personne est consciente (mais c’est le seul geste qui peut sauver si elle est inconsciente), ... La prudence est donc de mise. Il ne faut pas oublier que rassurer la victime en toute circonstance est également très important. Il ne faut pas oublier que les premiers soins ne sont qu'une solution d'urgence, en attendant des secours qualifiés.
 
Par ailleurs, l'enseignement des premiers secours se fait en présentant des « cas d'école ». La situation réelle ne correspond que rarement à ces cas idéaux, mais elle peut se décomposer en sous-cas qui peuvent être traités individuellement et correspondent eux aux cas d'école (méthode d'enseignement dite « inductive »).
 
== Noyade ==
Il faut commencer par prévenir les secours. Ensuite, un bon nageur, de préférence entraîné au sauvetage, pourra tenter de sortir la victime de l'eau - attention toutefois, la victime en train de se noyer panique, elle peut s'agripper au sauveteur et l'entraîner dans sa noyade. Il existe des ''prises de dégagement'' qui permettent de faire lâcher prise à la victime pour ensuite pouvoir la saisir correctement (par derrière, en passant une main sous son aisselle) ces techniques sont enseignées en France dans le diplôme {{abréviation|BNSSA|brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique}} (brevet national de sauvetage et de sécurité aquatique). Une fois ramenée à terre, il convient d'agird’agir comme pour une victime normale : bilan, mise en {{abréviation|PLS|position latérale de sécurité}} si la personne est inconsciente et respire, bouche-à-bouche ou bouche-à-nez si elle ne respire pas, associé au massage cardiaque si elle est de plus en arrêt circulatoire.
 
Même si la personne est consciente, il est impératif que la victime soit suivie médicalement : si de l'eau est entrée dans ses poumons, cela peut provoquer plusieurs heures plus tard un œdème pulmonaire qui l'empêchera de respirer (le plasma, une partie du sang, passe dans les poumons, la victime se « noie de l'intérieur »). Contrairement à une idée répandue, il ne faut ''surtout pas'' tenter de vider les poumons de la victime. En effet, cela ne sert à rien :
143 371

modifications