« Images satellites/Outils pour les militaires » : différence entre les versions

m
Robot : Remplacement de texte automatisé (- n'est pas + n’est pas , - Aujourd'hui + Aujourd’hui , - d'euros + d’euros , - d'agir + d’agir , - l'apparence + l’apparence )
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- Qu'est + Qu’est , - N'importe + N’importe , - d'outils + d’outils , - aujourd'hui + aujourd’hui , - d'euros + d’euros ); changements de type cosmétique)
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (- n'est pas + n’est pas , - Aujourd'hui + Aujourd’hui , - d'euros + d’euros , - d'agir + d’agir , - l'apparence + l’apparence ))
Les satellites ont donc été et sont encore un enjeu militaire important.
 
Les besoins des militaires sont à l'origine des premiers satellites d’observation : dès 1959, dans le cadre de la guerre froide, les États-Unis et l’URSS ont développé des satellites militaires d’observation, que l’on appelle couramment et abusivement « satellites-espions » (les premiers d’entre eux furent la série des Discoverer). Ils permettaient d'observer les ressources militaires de l’ennemi dans des zones peu accessibles. Aujourd'huiAujourd’hui les conflits modernes y font largement appel et ne pourraient certainement plus s'en passer22, employant différents types de satellites militaires23 :
 
* les satellites de reconnaissance (par exemple Helios), qui utilisent les techniques optiques, infrarouges, radars pour obtenir des images des installations stratégiques (installations militaires, champs de bataille…). Ces satellites parfois dotés de capacités hors normes (résolution de quelques centimètres, capacité à descendre à basse altitude, masse de plus de {{unité|10|tonnes}}) ont contribué à défricher les techniques utilisées aujourd’hui par les satellites d'observation civile ;
143 371

modifications