Différences entre versions de « Recherche:Clefs pour mieux comprendre le monde et participer à son évolution/Les grandes civilisations »

importantes rectifications sur la note à propos de la recherche d'Anne Dambricourt
(maintenance)
(importantes rectifications sur la note à propos de la recherche d'Anne Dambricourt)
En Histoire comme dans d’autres domaines, le chercheur de vérité doit donc être prêt à remettre en question ce qu’il croit savoir. Dans la recherche de nos plus lointains ancêtres, nous pouvons, de génération en génération, remonter jusqu’à l’origine de la vie. Les premiers êtres vivants à pouvoir être considérés comme des humains sont sans doute apparus il y a 2 ou 3 millions d’années, peut-être même davantage. Notre patrimoine génétique est proche de celui des singes supérieurs. Toutefois, grâce à quelques remaniements <ref>Les gènes régulateurs ont un rôle analogue à celui d’une horloge. Ils peuvent accélérer ou ralentir l’expression de certaines phases de développement. Ceci pourrait expliquer pourquoi l’être humain adulte possède certains caractères que les primates ont seulement à l’état juvénile. Le bébé chimpanzé a comme nous un crâne très développé, sans bourrelet au dessus des yeux. À l’état de fœtus, il a la peau nue. Lorsqu’il est adulte, ces caractères ont complètement disparu. Comme l’Homme nait « inachevé », chez lui le crâne et le cerveau continuent de se développer après la naissance. Le système nerveux va naturellement se construire en fonction de l’hérédité, mais l’expression des gènes se trouvera également influencée par les relations avec le milieu – en particulier la famille et la culture. L’augmentation de la grosseur du cerveau va de pair avec un rétrécissement de la mâchoire. Le [[w:trou occipital|trou occipital]] se trouve donc déplacé vers l’avant, ce qui facilite le redressement du corps. Parallèlement, le bassin se modifie, ce qui rend possible la marche [[w:bipède|bipède]]. De ce fait, Les mains se trouvent libérées, le regard peut se porter au loin et les déplacements demandent moins d’énergie.
 
[[w:Anne Dambricourt|Anne Dambricourt]] a constatémontré que,comment depuis 6045 millions d’années, le redressement debien l’axeconnu de la têtebase s’opèredu crâne toujours dans le même sens, mas de manière régulièreaccélérée et selondepuis les loispremiers deshomininés, [[w:mathématiquess'explique fractales|mathématiquespar fractales]].l'embryogenèse Elledont aon également remarqué que,sait depuis leslongtemps singesqu'elle primitifs,se laprolonge périodedes embryonnaireespèces sede prolongeprimates deles plus enprimitives plusà Homo sapiens. Cette continuité semblant suivresuit une certainecomplexité logiquecroissante, certains y voient une remiseincompatibilité enavec la questiondoctrine du caractère purement accidentel de l’évolution. Dans les milieux scientifiques les thèsestravaux d'Anne Dambricourt ont jusqu’à présenttoujours reçu unla accueilreconnaissance mitigéet les félicitations de ses pairs de sa thèse doctorat en 1987 à l'Habilitation à Diriger des Recherches en 2011. </ref> survenus à ce niveau, nous avons pu accéder à un développement d’une tout autre envergure. Tel est du moins le point de vue actuel de la science. Quel que soit le domaine, celle-ci demeure fidèle à sa méthode qui consiste à progresser à partir de ce qui est connu, sans faire intervenir des considérations d’un autre ordre ou des théories qui ne peuvent ni être ni démontrées ni vérifiées par des observations répétées.
[[Fichier:Timimoun.Préhistoire.JPG|thumb]]
Les premiers outils ont dû être taillés il a près de 2,5 millions d’années. Ils sont probablement l’œuvre d’[[w:australopithèques|australopithèques]]<span> </span>: nos présumés ancêtres. Appartenant comme nous à la famille des [[w:hominiens|hominiens]], ils sont considérés comme des êtres intermédiaires entre le singe et l’Homme. Les frontières sont ici difficiles à établir et dépendent des critères que l’on privilégie. Des ossements de pré-humains ont été retrouvés en Afrique uniquement ; c’est la raison pour laquelle on suppose que l’humanité est née en Afrique et qu’elle a ensuite colonisé l’ensemble de la planète, par vagues successives. Les plus anciennes traces de foyer datent de 500 {{unité|000|ans}}. Grâce à la maîtrise du feu, l’Homme sera moins dépendant des conditions naturelles<span> </span>: il fera jaillir la lumière dans l’obscurité et pourra survivre dans les régions froides. Comme le feu effraie les animaux, il se sentira plus en sécurité. Une vie sociale plus étroite va pouvoir s’organiser autour du foyer qui revêtira parfois un caractère sacré.
Utilisateur anonyme