« Coaching/Informations générales aux coachs » : différence entre les versions

aucun résumé des modifications
(pas de majuscule dans un titre.)
Aucun résumé des modifications
Pourquoi est-il nécessaire de rappeler ces données à des gens censés les connaître ? Tous simplement parce ces personnes vivent en permanence dans le cadre matérialiste ordinaire dominant notre culture occidentale, il faut donc les recentrer au début de la séance de coaching. Sinon tout le bénéfice qu’elles attendent du coaching risque d’être perdu, car elles continueront à penser selon le mode conceptuel verbal, sans pouvoir détacher leur esprit de leur corps, du milieu extérieur physique spatio-temporel qui les entoure et d’un cadre de représentation qui, constituant un blocage, ne leur permettra pas de découvrir et d’accéder aux percepts de leurs fonctions mentales pour pouvoir pratiquer réellement le yoga mental proposé par la séance. Cette première partie ne devait pas s’étendre sur plus d’un quart d’heure, sauf si ce sont des novices de la méthode et qu’ils posent des questions demandant de nombreuses explications. Le coach aura alors recours à la séance type C1 consacrée à la technique de base de la méthode : l’apprentissage de la grille ennéanaire et la réalisation de premiers ancrages, au cours de laquelle il pourra donner libre cours aux questions et réponses et réduire la seconde partie : la méditation dirigé comme bon lui semblera. Par contre, en cas de séminaires prolongés se déroulant sur plusieurs jours, cette première partie pourra se réduire à quelques minutes pour les séances qui suivront la première. Les coachs n’oublieront pas de rappeler aux participants les raisons de cette première partie de rappel qui constitue une part du recentrage. Cette première partie comprend deux phases : la formulation des principes de la méthode DMS et le rappel des raisons qui ont poussés d’entreprendre ces séances
==== Les principes ====
[[File:Grille ennéanaire.png|thumb|Carte heuristique]]
Le principe de la méthode DMS consiste à passer du cadre matérialiste spatiotemporel que la société et les médias nous imposent, au cadre perceptuel, hors du monde propre à notre réalité mentale sémantique, puis à associer à l’outil mentaliste : la grille ennéanaire les percepts ressentis de nos fonctions mentales, afin de les distinguer et les ancrer dans notre mémoire.
Le coach décrira sommairement ces fonctions en commençant par la base horizontale : Conscience 5, pathologique 3, motrice 4, énergie 8, puis il remontera par le coté droit du triangle : volontaire 7, concentration 6, avant de passer au coté gauche : analytique 2, remémoration 1, pour finir au joker 9, la source de la confiance de l’être. Il dessinera la carte heuristique de la grille sur un tableau de papier ou plus rapidement encore, il la présentera sur un tableau pré imprimé, ou sur les tablettes et les Smartphones des participants.
==== Les raisons ====
Le coach rappellera aux participants les motivations qui les ont poussés à entreprendre cette séance de coaching. Cela peut être dans l’espoir de résoudre un problème psychique, mais plus généralement c’est pour découvrir leurs fonctions mentales, mieux les exploiter, développer leur perception mentale et acquérir des techniques mentalistes. Ceci dans l’unique but de les recentrer. Il demandera aux participants s’ils ont des questions à poser et y répondra rapidement. Il renverra les questions générales concernant la méthode DMS à la fin de la séance. Enfin il présentera rapidement le thème de la séance avant de passer à la seconde partie.
2 467

modifications