Différences entre les versions de « Philosophie de l'esprit/Conclusion »

(→‎Les incohérences majeures du physicalisme : un sondage n’est pas assez adequat)
 
=== L'échec programmé de l'intelligence artificielle et de la robotique ===
La théorie de l'émergence, identifiant l'origine de la pensée et de la conscience humaine au seul cerveau, et notre pensée à un traitement symbolique de l'information, a donné naissance au {{w|Computationnalisme}} qui assimile le cerveau à un ordinateur, donc le calcul d'un ordinateur à notre pensée, qui devrait alors logiquement pouvoir faire tout ce que nous éprouvons : notre conscience de soi, nos émotions, notre intention, notre pouvoir de décider et de juger arbitrairement, notre confiance péremptoire, etc. Nous voyons ici une théorie fausse en entraîner par ricochet une autre, encore pire, prête à accorder au robot une personnalité juridique à l’égal de celle des humains, dans une imbrication complexe de concepts inappropriés. La science et la technologie, fortes de l’auréole de leurs succès passés, ont su créer là un monde magique, à grands renforts de propagande médiatique propre à convaincre les plus grands esprits du temps. Le théâtre est monté, il s’écroulera dans trente ou cinquante ans, car nous savons avec l’expérience de la matière noire que les idées fausses ont la peau dure dans cette société humaine, mais que tout fini par se déconstruire devant le mur obtus et implacable des réalités, entraînant les théories absurdes que les neurosciences portent sur l’esprit humain dans sa déconfiture. Car c’est oublier que nous ne pensons pas en alpha numérique même si le langage peut nous le laisser croire, mais avec du sens. En informatique tout est précis au pixel près, les images sont codées et les signes impliquent des actions, c'est un monde logique, sémantiquement vide, qui n'est pas le nôtre.
 
Ce que certains appellent l'intelligence artificielle (IA) d'une machine qui, aura beau permuter à toute vitesse des signes et gagner des parties de Go, ne pourra donc jamais penser comme nous, ni même penser tel que l'évoque le terme (le signe) que nous associons à ce sème personnel. Les signes n’impliquent aucune conscience, aucune conscience ne peut émerger de leur complexité, car ce sont deux natures radicalement distinctes qui n’appartiennent pas au même monde. L’univers physique est distinct de notre monde mental sémantique. C’est au delà d’une question de complexité. Donc l’intelligence artificielle ne pourra jamais devenir consciente, une faculté mentale réservée aux êtres vivants, en dépit des rêves et des espoirs insensés de ces chercheurs en informatique.
 
=== Conclusion ===
Le monisme physicaliste, qui domine les sciences sociales depuis plus d'un siècle, loin d'apporter des connaissances utiles, a plongé la civilisation occidentale dans une culture obscurantiste, avec des conséquences néfastes en économie et en politique, que seul le dualisme de substance, désigné pour lui succéder, pourra relever avec des solutions nouvelles.
Utilisateur anonyme