« Recherche:L'infini variable/Considération numérique » : différence entre les versions

 
Chaque « phase » dépend de la précédente et mène à la quatrième et dernière :
 
4- <u>consolidation</u> : pour la stabilité et la résilience, il faut assurer que le raccordement « tienne » dans le temps. Alors, et alors seulement, l'assemblage est constitué en « bloc » et on peut considérer la '''continuité''' de l'ensemble (c'est-à-dire définir une double liaison). L'expansion est repoussée aux extrémités. En effet, si l'arrimage « ne tient pas » le passage est impossible. Comment rejoindre un wagon mal relié à celui qui le précède ?
 
Une « rupture » de l'attelage provoque la sortie de l'espace-temps (perte de la continuité sur Δ).<br><br>
<center>''Soit [a , b] un 2-hypercomplexe consolidé (muni d'un centre de gravité g 0-hypercomplexe)<br> avec ''ί<sub>g</sub> = ± 1/12 ∧ [a , b] ⇔ {a , g , b} ⇔ [a , g<sup>—</sup>] ∪ [g<sup>—</sup> , g<sup>+</sup>] ∪ [g<sup>+</sup> , b], [g<sup>—</sup> , g<sup>+</sup>] étant non-fractionnable''</center><br>
 
[a , b] est le plus petit élément matériel utilisable pour construire un ensemble (remplir un volume) générateur de continuité sur l'intervalle (pas de trous). Le « passage » est alors <u>direct</u> entre les morceaux raccordés. De deux points géométriques, nous passons au plus petit segment composite utilisable en géométrie. De deux nombres consécutifs, nous passons à une unité de comptage. Nous utiliserons le centre de gravité (point à partir duquel la construction matérielle est possible) et les règles de symétrie pour définir notre unité volumique :<br><br>
<center>''On appelle '''unité volumique''' l'élément-objet [a , b] = {a , g , b} tel que : <br> d(a , g) = d(g , b) = + 1 ; d(b , g) = d(g , a) = — 1 ; t(a , b) = 2π ; a , g , b soient '''contemporains''' (existent simultanément)''</center><br>
 
On vérifie que cette proposition est contradictoirement logique, satisfait à la réalité spatio-temporelle et constitue un espace métrique permettant de définir une topologie du remplissage (resp. vidage). L'intervalle correspondant entre les extrémités a et b est alors dit '''continu entre a et b''' (pas de trou).
 
== Applications pratiques ==
2 064

modifications