« Recherche:L'infini variable/Considération numérique » : différence entre les versions

 
La superposition des trajectoires est parfaite en [g<sup>—</sup> + g<sup>+</sup>] et nous permet de franchir la surface spatio-temporelle sans « réfraction ». Nous devons en conclure que la direction de la trajectoire est inchangée en ce point parfaitement neutre. L'angle d'incidence n'est pas nul ; ni droit.
 
 
===== Directions incidentes en ε<sup>p.1</sup> et ε<sup>f.2</sup> =====
Pour compléter la description graphique, il nous reste à visualiser les trajectoires aux points de départ et d'arrivée. Continuité à droite et à gauche, sachant qu'un raccordement y est possible. Nous pouvons comprendre ceci comme l'impulsion nécessaire permettant de quitter l'espace-temps de δ<sup>0</sup> vers δ<sup>1</sup> (resp. d'y revenir). L'angle d'incidence n'y est logiquement (ni-nul ; ni-droit). Mais, il est identifiable comme (entre nul et droit). Cette description reste purement spéculative car nous quittons l'espace-temps au point pivot avec la seule intention d'aboutir au point final en passant par le point de basculement, indiquant que la « voie est bonne ». Pour bien comprendre ceci, imaginons notre segment minimal composé de deux objets imaginaires raccordés. Le tracer virtuellement nous indique que nous prenons une certaine direction (Δ) (anisotropie) ; que nous parcourons une certaine distance dans le premier point (non consistante) ; que nous franchissons le centre de gravité (consistance spatio-temporelle) ; et que nous parcourons une autre certaine distance dans le deuxième point avant d'arriver à destination.
 
== Applications pratiques ==
2 064

modifications