« Recherche:L'infini variable/Considération numérique » : différence entre les versions

 
Cette application est appelée '''transfert de réalité''' de <math>E</math> vers <math>V</math>. L'''unité structurative'' est alors « repérable » sur Δ. Par exemple une unité de mesure applicable au plan définissant une distance, une durée et une mobilité, qui sont les bases d'un ''continuum''. Nous obtenons une forme (<math>P</math> , O , <math>\overrightarrow{i}</math>, avec ‖<math>\overrightarrow{i}</math>‖ = ± 1) pour notre plan qui ne tient compte que des événements sur Δ et non des valeurs intermédiaires hors Δ.
 
C'est pourquoi, nous devons remplacer <math>\overrightarrow{i}</math> par [[w:Abscisse_curviligne|l'abscisse curviligne]] du mobile sur sa trajectoire composée de <math>\overrightarrow{grad}</math> et de <math>\overrightarrow{rot}</math> décrivant le prisme spatial et le cylindre temporel. La continuité spatio-temporelle est assurée par le raccordement et la consolidation des projections δ sur Δ. Notre plan ''spatial'' est ainsi décrit par le plan normal à Δ, contenant les trajectoires des projections intermédiaires (les lobes). Tout point du plan est alors accessible dans l'espace-temps avec une composition de 3 <math>\overrightarrow{grad}</math> et de 3 <math>\overrightarrow{rot}</math> raccordés et consolidés à variation δ nulle (un triangle raccordé ponctuel). Chacune de ces composantes est un 1-hypercomplexe de consistance non-nulle, et possède donc un centre de gravité ''imaginaire''.
 
Bien sûr, notre unité structurative est '''finie''' (les horizons existent). En quel cas l'accroissement est fini et la dérivabilité permet le raccordement consolidé.
 
== Applications pratiques ==
2 064

modifications