Différences entre versions de « Recherche:Mobilité générale/L'infini absolu »

Générer un espace, c'est étendre un domaine d'influence que l'on pourra peupler. Si la notion d'espace a une connotation psychique se rapprochant de ''cosmos'', la correspondance physique est celle de ''volume''. Et il est parfois difficile de les dissocier. C'est là qu'intervient l'''intelligence'' et la ''sensibilité''. Penser que nous vivons exclusivement dans un volume est, à mon humble avis, une erreur grave. L'un est assurément absolument infini (sans bornes) ; tandis que le second est plutôt « relativement » infini avec des bornes qui sont repoussables. Quel est le lien entre les deux ? Comment passer de l'un à l'autre par équivalence ?
 
Soit donc 0<sub>I</sub> l'origine du cosmos. 0<sub>I</sub> est un élément du TOUT absolument infini {0 , ∞}, il est donc soit 0, soit ∞, c'est-à-dire possiblement RIEN ou TOUT. Non sémantiquement différentiable. Heureusement, grâce à la dualité interne, nous pouvons le rendre contradictoire, c'est-à-dire qu'il n'est pas soit 0, soit ∞. Ce qui se traduit par (ni-0 ; ni-∞). Nous pouvons maintenant trancher cette contradiction de fond par une opération absolument neutre absolument VRAIE : 0<sub>I</sub> est (ni-0 ; ni-∞) ∨ (soit-0 ; soit-∞). Nous pouvons ainsi le « localiser » dans un « espace » dual à une « position » neutre : ENTRE —∞ et +∞.
 
===== Espace et antiespace psychiques =====
Soit donc 0<sub>R</sub> l'origine du volume
Soit donc 0<sub>I</sub> l'origine du cosmos. 0<sub>I</sub> est un élément du TOUT absolument infini {0 , ∞}, il est donc soit 0, soit ∞, c'est-à-dire possiblement RIEN ou TOUT. Non sémantiquement différentiable. Heureusement, grâce à la dualité interne, nous pouvons le rendre contradictoire, c'est-à-dire qu'il n'est pas soit 0, soit ∞. Ce qui se traduit par (ni-0 ; ni-∞). Nous pouvons maintenant trancher cette contradiction de fond par une opération absolument neutre absolument VRAIE : 0<sub>I</sub> est (ni-0 ; ni-∞) ∨ (soit-0 ; soit-∞). Nous pouvons ainsi le « localiser » dans un « espace » dual à une « position » neutre : ENTRE —∞ et +∞. On définit un « milieu » localisant 0<sub>I</sub> que nous pouvons « séquencer ». Et nous obtenons un '''espace psychique''' orienté dans un sens : {0<sub>I</sub> , +∞} qui est absolument infini et un ''espace psychique'' orienté dans l'antisens ou '''antiespace psychique''' : {—∞ , 0<sub>I</sub>} qui est également absolument infini. On vérifie ainsi que <u>ABS</u> est de la forme 2n.<br><br>
<center>''{0 , ∞} → {—∞ , +∞} → {—∞ , 0<sub>I</sub> , +∞} → {—∞ , 0<sub>I</sub>} ∪ {0<sub>I</sub> , +∞}'' </center><br>
 
Nous obtenons une division de <u>ABS</u> qui indique que l'infini absolu est divisible en 2 sans modification d'état. Ce séquençage n'est pas dichotomique si les deux parties sont <u>continues</u>, c'est-à-dire ''raccordées'' et ''consolidées''. Ceci oblige à leur intégration dans une même entité, susceptible d'avoir un centre de gravité et qui serait <u>indissociable</u>.<br><br>
<center>''{—∞ , 0<sub>I</sub>} ∪ {0<sub>I</sub> , +∞} → {—∞} ∪ [0<sub>I</sub> , g<sub>I</sub> , 0<sub>I</sub>] ∪ {+∞}'' </center><br>
 
Cette entité, obtenue par l'opération du saint-esprit est absolument réversible tant qu'elle est de consistance nulle.
 
 
===== Espace et antiespace physiques =====
Soit donc 0<sub>R</sub> l'origine du volume.
 
 
2 045

modifications