Différences entre versions de « Recherche:Mobilité générale/L'infini absolu »

 
===== Conscience =====
La quête du Graal est un leurre chimérique voué à l'échec si on ne sait pas ce que l'on cherche. on ne risque pas de le trouver. Ce sera donc un horizon de l'infini absolu psychique qui détruirait ''ί''. De même que si l'âne pouvait manger la carotte devant lui, il n'avancerait plus. L'intelligence de contrôle doit se munir d'une conscience différentielle capable, en toutes circonstances de « décider » la progression ou la régression. Y compris dans l'intervalle entre deux « pas » (pour éviter un obstacle, par exemple une déjection de chien). Par contre, chercher le graal de quelque chose fait partie du domaine terrestre fixant un objectif et pouvant être amélioré.
 
Il faut donc pouvoir « raccourcir » ou « allonger » le pas. Être « flexible », en quelque sorte, pour évoluer dans l'absolu. En tous points de la trajectoire terrestre, l'unité doit être « variable ». Ce qui influe sur « l'intensité » du bivecteur unitaire et doit permettre d'« enjamber » un trou éventuel. En ce sens, il y a '''ouverture d'un espace-temps''', qui « se fermera » à la découverte de l'artefact correspondant (ξ = 1). Il s'agit ici de <u>mobilité restreinte</u> entre deux horizons : le pied doit « finir » par se poser par terre (la solution doit être trouvée). Nous sommes dans un schéma de continuité classique sur un intervalle et la mobilité est suivie par la <u>conscience</u>.<br><br>
<center>''Soit n un horizon réel, d(0<sub>R</sub> , n) = n, ''ί'' non nul, alors n + ''ί'' ∈ <u>PSY</u> ∧ 0 < ''ί'' < 1 ∈ <u>TER</u>''</center> <br>
 
Le système intelligent est « déséquilibré » tant que ''ί'' n'atteint pas 1 et donc que n ≠ n + 1. L'''intelligence'' détermine un '''axe sémantique''' de progression, et la ''conscience'' contrôle celle-ci dans un intervalle <u>fini</u>. On conçoit alors mieux le risque d'un infini non-fini.
 
 
===== Variabilité de ''ί'' =====
Plus un système est ''sensible'' et plus il a « conscience » d'être sur une trajectoire sémantique et ainsi d'être à même d'apporter des corrections pour y rester. En tout état de cause, si ''ί'' est non-fini, n + ''ί'' est absolument infini, <u>PHY</u> « s'arrête » à n et ''ί'' ∈ {0 , ∞}. L'ensemble retourne dans <u>ABS</u>. RIEN ou TOUT = n est absolument identique. C'est complet.
 
Nous définissons donc une plage variable pour ''ί'' non nul pour <u>ABS non-complet</u> telle que : 0 < ''ί'' < 1.
 
polarisation de l'espace
2 045

modifications