Différences entre versions de « Recherche:Mobilité générale/L'infini absolu »

m (Bot: Mise à jour des codes texvc par des équivalentes LaTeX (documentation))
===== Circuits mémoire =====
L'espace <u>TER</u> qui nait de la différentiation entre <u>PHY</u> et <u>PSY</u> dépend donc intimement d'un « retour » au point de départ en cas d'impossibilité de progresser. Mais est-il possible de « faire machine arrière » avant la réalisation (inverser la vapeur) sans « faire demi-tour » ?
 
Par définition <u>TER</u> est entre <u>PSY</u> et <u>PHY</u>. C'est-à-dire entre ∞ et n. Cet espace est donc caractérisé par ''ί'', qui est absolument infini (non borné : 0 < ''ί'' < 1). Par équivalence des centres de gravité entre [0 , 1] et ]O , 1[, nous avons un point d'application du bivecteur unitaire orienté, d'une part vers 0, et d'autre part vers 1. Ces deux vecteurs, de sens opposés, s'appliquent au ''point stationnaire'' et donnent une composante nulle (neutre). Les deux espaces vectoriels générés par ces deux vecteurs ponctuels sont ainsi absolument superposés au point stationnaire.
 
Nous avons un espace psychiquement orienté vers la fin : [g , 1[ généré par <math> \overrightarrow {g} </math>, dit '''espace projectif''' ; et un espace psychiquement orienté vers l'origine : ]O , g] généré par <math> \overleftarrow {g} </math>, dit '''antiespace projectif'''. L'inversion d'un vecteur au point stationnaire pourrait donc « ramener » au point de départ sans affecter <u>PHY</u>.br><br>
<center>''Si <math> \overrightarrow {g} </math> → <math> \overleftarrow {g} </math> : [g , 1[ → [g , 0[''</center><br>
 
0 et 1 sont alors absolument confondus (non différentiables). Autrement dit <u>TER</u> n'existe QUE si 0 et 1 sont différentiables. Les parties contradictoires sont donc infinies finies.
 
 
=== Suivi de le trajectoire ===
L'origine de <u>TER</u> n'existe finalement que si, d'une part, <u>PSY</u> et <u>PHY</u> sont différentiables, et, d'autre part, les vecteurs ponctuels de l'espace et de l'antiespace sont ''unitaires''. Ces deux conditiuons réunies apparaissent <u>suffisantes</u>. En effet, si 0 et 1 sont différentiables, il existe un intervalle ENTRE tel que toutes valeurs intermédiaires puissent être atteintes (<u>PHY</u>) et que la « distance » entre elles soient absolument infinie (<u>PSY</u>) dès lors qu'il existe deux bivecteurs unitaires opposés <u>TER</u>).
 
polarisation de l'espace
2 045

modifications