Différences entre les versions de « Recherche:Pastech/243-3 puits canadien »

m
Robot : Remplacement de texte automatisé (-\[https?\:\/\/fr\.wikiversity\.org\/wiki\/([^\s]*) ([^\]]*)\] +\2)
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (-%C3%A8 +è, -%C3%A9 +é))
m (Robot : Remplacement de texte automatisé (-\[https?\:\/\/fr\.wikiversity\.org\/wiki\/([^\s]*) ([^\]]*)\] +\2))
 
En Afrique, des écritures sur papyrus confirment l'usage d'eaux thermales dans l'Egypte antique, les familles les plus riches installaient des piscines dans leur maison pour nager et traiter certaines maladies. On sait aussi que dans le sud de la Tunisie des sources d'eau chaude ont été utilisées pendant des centaines d'années par les locaux pour se baigner, en leur donnant même le nom de "Hammam". Par ailleurs, dans l'Afrique du Sud antique, l'eau des sources chaudes de Die EIaind et Soutini servaient à faire du sel, pratique qui est encore présente dans le nord de la région de Limpopo à des fins religieuses et médicales.
 
En Europe et sur le bassin méditerranéen, les romains ont, quant à eux, réfléchi sur l’optimisation de l’architecture des Domus pour récupérer l’air frais mais sans utiliser la géothermie de surface : ils utilisaient tout de même le phénomène d'inertie thermique des pierres de construction. Ils construisaient notamment des habitations centrées sur une pièce à grande inertie thermique, à base de pierres principalement, où les flux d’air frais nocturne et l’eau de pluie récoltée<ref name=":4" /> servaient à rafraîchir la maison. On entend souvent parler du fait que le puits canadien a été inventé par les romains, mais il semblerait que ce ne soit pas vraiment le cas. Il y aurait eu, de nos jours, une confusion avec le système d’[[w:Hypocauste|hypocauste]], qui est un système de chauffage au sol mais qui tire sa chaleur d’un chauffage central à bois, donc qui n’utilise nullement la géothermie de faible profondeur. (voir [https://fr.wikiversity.org/wiki/[Recherche:Pastech/243-3_puits_canadien#Un_système_existant_depuis_les_romains_? |Un système existant depuis les romains ?]] en annexe).
 
En Iran, c'est la tour à vent<ref>{{Lien web|titre=Yazd - Les Tours des vents|url=http://www.richard-tolouie.com/toursdesvents/richard_tolouie.htm|site=www.richard-tolouie.com|consulté le=2019-05-08}}</ref> (ou tour de refroidissement) qui se développe. Elle est le plus souvent construite dans des régions chaudes voire arides. On ajoute une tour à un bâtiment avec une ou plusieurs ouvertures selon les directions des vents locaux. Le vent est capté par les ouvertures et l'air est rafraîchi grâce à la présence de bacs d'eau dans le conduit et d'un bassin en bas de la tour. Pour améliorer le processus, on pouvait ajouter une grille au dessus du bassin sur laquelle on plaçait du charbon de bois qui permettait de filtrer l'air et de ne pas laisser passer les particules de poussière. [[Fichier:Schéma termitière.png|vignette|Schéma explicatif des flux de chaleur dans une termitière|alt=|gauche]]En absence de vent, les tours à vent font office de cheminée : la tour est chauffée par le soleil ce qui chauffe l'air présent dans la tour : celui ci remonte sous l'effet de la convection et ventile la pièce en évacuant l'air chaud.
140 429

modifications