Thermodynamique des surfaces/Isothermes d'adsorption

Début de la boite de navigation du chapitre
Isothermes d'adsorption
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Thermodynamique des surfaces
Chap. préc. :Adsorption
Chap. suiv. :Exemple d'adsorbant «La faujasite»
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Thermodynamique des surfaces : Isothermes d'adsorption
Thermodynamique des surfaces/Isothermes d'adsorption
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Les isothermes d'adsorption dépendent de la nature du solide (adsorbant) et de l'adsorbat. On aura ainsi:

  • l'isotherme d'adsorption de Langmuir
  • l'équation de Freundlich (ou équation de Temkin)
  • l'isotherme d'adsorption de BET (Brunauer–Emmett–Teller)

Isotherme d'adsorption de LangmuirModifier

L'isotherme de Langmuir décrit l’adsorption de molécules gazeuses sur une surface solide en fonction de la pression du gaz.

L'équation est :

 

θ est le taux de recouvrement de la surface, P la pression du gaz et α une constante dite constante d'adsorption de Langmuir qui augmente avec l'énergie de liaison d'adsorption ou avec une diminution de la température.

 
Isotherme d'adsorption de Langmuir ( q= k * qmax *C / (1+K*C) avec K = 2 et qmax = 10 )
 
Isotherme de Langmuir . La valeur des constantes augmente du bleu, rouge, vert et marron

calcul de la relationModifier

On considère que les molécules du gaz (notées A) s'adsorbent sur des sites S* de la surface du solide. On a donc un équilibre chimique entre le site et le gaz:

 


La constante d'équilibre K est:

  où [S*] , [A] et [SA] sont les concentrations.

Comme le nombre de sites occupés sur la surface ( SA ) est proportionnel à θ, le nombre de sites libres ( S* ) restant est proportionnel à (1-θ) :

 

où α est une constante.

 
 
 
 

On obtient alors l’équation de Langmuir :

 



Isotherme d'adsorption de FreundlichModifier

 
Isotherme d'adsorption de Freundlich, avec la quantité adsorbée q (i.e. en mol/kg) en fonction de la concentration en équilibre c (en mol/L). Le calcul est fait avec K = 4 et 1/n = 0.6

L' isotherme d'adsorption de Freundlich est donné par les équations :

 


 

ou encore :

 


 

où :

x = masse de l'adsorbat
m = masse de l'adsorbant
P = Pression d'équilibre de l'adsorbat
c = concentration à l'équilibre de l'adsorbat en solution.

K et n sont des constantes qui dépendent de la nature de l'adsorbat, de l'adsorbant et de la température T.

À haute pression  , donc l'adsorption devient indépendante de la pression.


Isotherme d'adsorption de BETModifier

 
Isotherme BET


Brunauer, Emmett et Teller (BET) ont étudié l'isotherme pour une adsorption multicouche.

 
Modèle BET pour une adsorption multicouche

On considère un gaz A qui s'adsorbe sur la surface où se trouvent des sites d'adsorption. L'équation de BET est:


 


P est la pression du gaz , P0 la pression de vapeur saturante, V le volume de gaz adsorbé (m3), Vm le volume de la monocouche (i.e. de la première couche) et c la constante BET telle que:

 

  est la chaleur d'adsorption de la monocouche et   la chaleur d'adsorption des couches supérieures (i.e. c’est donc la chaleur de liquéfaction.


On trace la droite   en fonction de   à partir des résultats expérimentaux.

 
« droite » BET

Cette isotherme d'adsorption BET est linéaire dans le domaine  . La pente Δy/Δx = Δ de la partie linéaire et la valeur de y à x = 0 notée   permettent de calculer le volume adsorbé de la monocouche   et la constante de BET c à partir des équations suivantes:

 
 

Les courbes BET sont très utilisées pour le calcul de la surfaces des solides par l'adsorption d'un gaz. La surface totale   et la surface spécifique   sont calculées par:


 


  est un volume,   est le nombre d'Avogadro, s la section efficace d'adsorption des molécules gazeuses, vA le volume molaire du gaz A adsorbé et M la masse de l'adsorbant.


autre calcul

On peut aussi écrire:

 

avec

 

[A] est la concentration totale de molécules sur la surface telle que:
 

avec

 

[A]0 est le nombre de sites libres et [A]i le nombre de sites occupés par i molécules.