ZMO : Zone Monétaire Optimale/Conclusion

Début de la boite de navigation du chapitre
Conclusion
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : ZMO : Zone Monétaire Optimale
Chap. préc. :Avantages et inconvénients
Chap. suiv. :Sommaire
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « ZMO : Zone Monétaire Optimale : Conclusion
ZMO : Zone Monétaire Optimale/Conclusion
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La théorie des zones monétaires optimales détermine les conditions dans lesquelles les changes fixes sont souhaitables. Une zone purement optimale combine la mobilité des facteurs de production, la flexibilité des prix et des salaires, la diversité de la production, le dynamisme commercial entre les membres et homogénéité des préférences, auxquels s'ajoute un mécanisme budgétaire compensatoire; et cela dans l'optique de maintenir le plein-emploi, la stabilité des prix et l'équilibre de la balance des paiements chez les membres.


Facteurs Objectifs
Mobilité des facteurs de production Maintenir le plein emploi
Flexibilité des prix et des salaires
Dynamisme commercial Stabiliser les prix
Homogéneité des préférences
Mécanisme budgétaire compensatoire Equilibre de la balance des paiements
Diversité de la production


La mission de la théorie est d'établir si une zone est capable de limiter la fréquence et la puissance des chocs asymétriques et, le cas échéant, de statuer sur sa capacité à résister aux chocs. La théorie traditionnelle reconnait qu'une telle zone peinera à exister ou à maintenir la crédibilité de son ancrage.

L’exemple de la zone euro démontre toute la difficulté du pilotage de la politique monétaire et des changes sur un ensemble hétérogène tant dans ses caractéristiques économiques que dans ses aspirations. Les critères peinent à être satisfaits, mais une homogénéisation fiscale et sociale pourrait approcher l'optimum que décrivent les théoriciens.