Gérer les espaces terrestres/Concurrence pour l'espace

Début de la boite de navigation du chapitre
Concurrence pour l'espace
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Leçon : Gérer les espaces terrestres
Chap. préc. :Concentration des hommes et des activités
Chap. suiv. :Aménagements durables
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Gérer les espaces terrestres : Concurrence pour l'espace
Gérer les espaces terrestres/Concurrence pour l'espace
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Concurrence pour l’espaceModifier

Espaces de plus en plus occupésModifier

L’accès à la mer favorise le développement de la pêche, de l’agriculture, du commerce, des activités industrielles, du tourisme mais aussi celui des villes et notamment des métropoles voire des mégalopoles. La multiplicité des activités occupe de plus en plus de place. Des solutions existent alors pour en trouver : un polder est une étendue artificielle de terre dont le niveau est inférieur à celui de la mer permettant de conquérir des terres sur la mer (Pays-Bas) ou des terre-pleins pour gagner de l’espace (Japon).

Espaces aménagés et transformésModifier

 
Port de Singapour.

L’installation d’infrastructures telles que des bassins, des quais, des voies d’accès, des entrepôts, des portiques de débarquement ou des terminaux favorise l’activité industrialo-portuaire. Pour faciliter les déplacements et le transport, des plateformes multimodales sont installées.

Les aménagements touristiques représentent 1 % des littoraux mondiaux et se manifestent par des stations balnéaires intégrées, des complexes résidentiels avec des hôtels et des services, transformant le paysage en île artificielle.

Espaces sources de conflitModifier

Des conflits d’usage entre les usagers éclatent et les trois piliers économiques, sociaux et environnementaux du développement durable ne sont pas respectés ; chacun défend ses intérêts à l’encontre le plus souvent de l’environnement.