Introduction aux fêtes juives/Pessah

Début de la boite de navigation du chapitre
Pessah
Icône de la faculté
Chapitre no 9
Leçon : Introduction aux fêtes juives
Chap. préc. :Pourim
Chap. suiv. :Chavouot
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction aux fêtes juives : Pessah
Introduction aux fêtes juives/Pessah
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Pessah, prononcé "Pessare", est une fête importante se déroulant au printemps, que l'on peut assimiler à Pâques (bien que l'objet des deux fêtes soit différent) et qui célèbre la sortie des Hébreux d'Egypte où ils étaient esclaves. On ne parle pas de Juifs, mais d'Hébreux, pour désigner ce peuple à l'époque biblique. Pessah commence le 14 nissan.

Origine du nomModifier

Ce nom provient du verbe "passer", car Dieu passa au-dessus des maisons des Egyptiens.

Résumé de l’histoire de PessahModifier

Les Hébreux deviennent esclaves en Egypte (notamment dans les chantiers de fortification de villes) par décision d'un nouveau Pharaon qui se méfie de la "puissance interne" des Hébreux. C'est le prophète Moïse, aidé de son frère Aaron, qui délivre les Hébreux de l'esclavage. Alors que le Pharaon demande aux sages-femmes hébraïques de tuer les premiers nés hébreux, elles désobéissent et le fils de la sage-femme est ainsi sauvé (il est déposé dans un panier sur le Nil, puis recueilli par la fille du Pharaon, qui le nomme "Moshé", sauvé des eaux, francisé en Moïse). Plus âgé, Moïse négocie avec Pharaon l'observation du Shabbat par les Hébreux. Mais, après qu'il tue, par révolte, un Egyptien battant un esclave hébreu, il est chassé et devient berger. Il voit alors un buisson ardent et entend Dieu lui parler. Moïse demande à Pharaon de faire sortir les esclaves hébreux d'Egypte, sans quoi Dieu enverra dix plaies. A chaque plaie, Pharaon promet d'accepter mais revient sur sa promesse. La dernière et plus terrible des plaies est la mort des premiers nés égyptiens, Dieu passant au-dessus de chez les Egyptiens (d'où le nom de Pessah). Finalement, les Hébreux fuient, menés par Moïse, par la mer qui s'ouvre en deux, et se referme sur leurs poursuivants égyptiens (notamment Pharaon).

Ils errent quarante ans dans le désert. Moïse reçoit les tables de la loi (les dix commandements) mais voit que les Hébreux honorent un veau d'or (l'idolâtrie est contraire aux valeurs et aux lois du judaïsme). Dépité, il brise les tables de la loi. Moïse meurt très âgé.

RituelsModifier

L'histoire de Pessah est lue et rappelée notamment pour les enfants, la transmission étant fondamentale. Les enfants posent des questions, une typologie traditionnelle compte quatre enfants : le sage, qui pose des questions réfléchies sur ce qu'il observe, le méchant, qui nomme "vous" les Juifs (et ne se sent donc pas concerné), il est conseillé de l'inclure dans le groupe, le simple, qui demande "qu’est ceci ?" et celui qui ne pose pas de questions. Ces enfants, plutôt que des types de personnes, sont des facettes de chacun d'entre nous. Le repas de Pessah, en plus d'être casher, obéit à des normes strictes : tout ce qui est levé (pain, certains gâteaux, pâtes…) est interdit. On mange des matzot, pain azyme, non levé. Cet interdit provient du fait que les Hébreux n'eurent pas le temps de faire lever leur nourriture à la sortie d'Egypte. On part à la chasse au hamets, le pain levé, chez soi, pour que toutes les miettes disparaissent. C'est une tradition de "grand ménage de printemps", dans une symbolique de purification externe et interne. Le repas suit un ordre, le sédèr, et le plateau du sédèr contient plusieurs mets dont l'ordre d'alimentation est très codifié. (Par exemple : herbes amères, œuf, os d'agneau…) Chacun a une symbolique.