Introduction aux transferts thermiques/Concepts généraux

Début de la boite de navigation du chapitre
Concepts généraux
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Introduction aux transferts thermiques
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Modes de transfert de chaleur
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Introduction aux transferts thermiques : Concepts généraux
Introduction aux transferts thermiques/Concepts généraux
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

La science des transferts thermiques est une approche phénoménologique des échanges de chaleur au sens thermodynamique du terme. Elle est en lien direct avec la thermodynamique, et se rapproche notamment de la mécanique des fluides et de l’électromagnétisme.

ChaleurModifier

La chaleur, est une notion non intuitive. Le terme chaleur est hérité des fondateurs de la thermodynamique. Il présente l'inconvénient d'introduire un risque de confusion avec la notion de température. Aussi, la chaleur est avantageusement nommée transfert thermique. Les expressions « transfert de chaleur » ou « transfert de chaleur » sont des pléonasmes très répandus.

On définira la chaleur par ce qu'elle n’est pas :


HypothèsesModifier

De même que pour un problème thermodynamique, il convient avant toute considération sur les transferts thermiques de définir le système sur lequel on travaille. Le système est considéré sous l'hypothèse des milieux continus, ou échelle mésoscopique : on se limite à des volumes élémentaires arbitrairement petits du point de vue macroscopique, mais suffisamment grands à l'échelle moléculaire. Sous cette hypothèse, les grandeurs physiques sont définies de façon moyenne sur un volume élémentaire  .
​Par ailleurs, sauf mention contraire, on supposera dans toutes les leçons de ce département que les transferts thermiques se font sous l'hypothèse de l'équilibre thermodynamique local (ETL), qui est un « déséquilibre thermodynamique faible » : l'état du système considéré est à tout instant infiniment proche d'un état d'équilibre. Ainsi, les variables physiques dont la température peuvent être définies en tout point.

Premier principe de la thermodynamiqueModifier

Dans un premier temps, considérons un système matériel fermé qui reçoit la chaleur   et le travail   pendant la durée  . Le premier principe de la thermodynamique énonce que la variation élémentaire de l'énergie interne du système est, en l'absence de source d'énergie dans le système :

 .

Si on considère que le travail des forces de pression est le seul travail échangé par le système avec l'extérieur :

 .

Selon la définition de l'enthalpie :

 .

Pour un système soumis à un processus effectué à pression constante, la relation suivante

 ,

  la mase volumique et   la capacité thermique massique à pression constante.

De façon similaire pour un système soumis à un processus à volume constant :

 .

Flux thermiqueModifier

Le terme de droite   exprime la puissance échangée par le système avec l'extérieur sous forme de chaleur : il est nommé flux thermique ou flux de chaleur.

Densité de flux de chaleurModifier

Vecteur densité de flux de chaleurModifier

Le vecteur densité de flux thermique ou vecteur densité de flux de chaleur   est le flux d'énergie thermique transféré localement par unité de surface.


  représente la quantité et la direction dans laquelle l'énergie est transférée sous forme de chaleur en un point.

Densité de flux de chaleur scalaireModifier

La plupart du temps, on ne s'intéresse au vecteur densité de flux de chaleur qu’à la frontière d'un système donné. Par conséquent, on dégrade souvent l'information correspondant en un champ scalaire densité de flux de chaleur  , tel qu'en un point de la surface externe, on ait  . L'unité SI de   est le W m-2.

Conservation de l'énergieModifier

En gardant l'hypothèse de processus isobare, au niveau de chaque élément de volume, et si   est la puissance d'une source interne au système, la variation d'enthalpie du système peut s'écrire :

 .

De plus, le théorème de Green-Ostrogradski donne le résultat suivant :

 .

Si  , où   est la puissance massique de la source :

 .