La belle au bois dormant/Cent ans plus tard

Début de la boite de navigation du chapitre
Cent ans plus tard
Icône de la faculté
Chapitre no 9
Leçon : La belle au bois dormant
Chap. préc. :La fileuse et l'enchantement
Chap. suiv. :Le prince au château hanté
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « La belle au bois dormant : Cent ans plus tard
La belle au bois dormant/Cent ans plus tard
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.





Lire le texteModifier

 

ET les cent années passèrent.
Et il arriva qu'en ce temps, un jeune Prince qui se livrait au plaisir de la chasse, aperçut de loin les tours du Château enchanté qui s'élevaient au-dessus de la sombre forêt. Il n'était jamais venu en ces lieux et ne connaissait pas l'histoire de la Princesse au Bois Dormant ; aussi demanda-t-il aux premières personnes qu'il rencontra ce qu'était ce Château et à qui il appartenait.
Chacun lui fit une réponse différente. L'un que c'était un ancien Château hanté ; un autre que les sorcières et les revenants du pays s'y donnaient rendez-vous pour y accomplir leurs maléfices.
– " Non, non, " dit un troisième, " ce Château est celui d'un ogre dont on a ici une peur effroyable, car il vole le bétail et les récoltes et, souvent, emporte tous les enfants qu'il peut attraper pour en faire ses domestiques, et il est impossible d'aller au secours de ceux qu'il a emprisonnés parce que la forêt qui entoure le Château est si touffue que personne ne peut passer à travers. "
Et de braves gens disaient ceci et cela, suivant ce qu'ils avaient entendu depuis leur enfance, lorsqu'un très vieux paysan s'avança.
– " Monseigneur, il y a cinquante ans, dit-il, mon père m'a raconté l'histoire de ce Château, car il était né dans ce pays ; je pense que c'est l'histoire réelle, et je vous la répéterai si cela peut vous être agréable. "

Le Prince témoigna un grand désir de la connaître, et le vieil homme commença ainsi :
– " Bien avant même que mon père vînt au monde, un Roi et une Reine vivaient dans ce Château avec leur fille, la plus belle Princesse qu'on eût jamais vue. Un jour, dit-on, où l'on avait mécontenté une fée, celle-ci jeta un sort sur elle et sur tout ce qui l'entourait, et tout tomba dans un sommeil enchanté. Mon père me dit que ce sommeil devait durer cent ans, au bout desquels, un fils de roi viendrait réveiller la Princesse et l'épouserait. "

Lorsque le jeune Prince entendit ces mots, son cœur battit avec force. Il eut le pressentiment que ce serait lui, le fils d'un roi, qui romprait l'enchantement, et il s'écria :
– " Montrez-moi le chemin du Château, car je veux tenter l'aventure. "

Mais le vieillard hocha la tête.
– " Je ne vous ai pas encore tout dit, Monseigneur ; plusieurs jeunes princes ont essayé de se frayer un chemin à travers les ronces et les épines qui gardent le Château enchanté.
Chacun d'eux pensait qu'il était celui qui devait réveiller la Belle au Bois Dormant et ils partaient tous pleins d'espoir ; mais aucun d'eux ne revint ; leurs os blanchis par le soleil et la pluie sont restés épars au milieu de ces plantes sauvages.
Je vous en prie, Sire, ne faites rien avant d'avoir bien réfléchi à cette périlleuse tentative.
– " Comment ! " s'écria le Prince avec une flamme dans les yeux, " Je reculerais lorsque d'autres ont essayé ? C'est à l'instant même que je vais me frayer un chemin vers ce Château, et, si je ne reviens pas, vous irez annoncer la nouvelle de ma mort. "

Sans écouter les prières instantes de ceux qui l'entouraient, le jeune homme s'élança en avant, le cœur rempli du feu de l'amour et de la gloire. Personne ne pouvait lui dire le chemin qu'il fallait prendre ; mais il pouvait se diriger sur les tours du Château s'élevant dans le lointain au-dessus du bois, et, quand il entra dans la forêt et que les tours furent cachées, chaque sentier qu'il prenait au hasard le rapprochait de plus en plus du lieu qu'il désirait atteindre.
 
Enfin, il parvint à une clairière, et là, devant lui, se trouva une barrière de ronces entremêlées s'étendant à droite et à gauche aussi loin que la vue pouvait s'étendre.

Répondre à ces dix questionsModifier

 

  1. Pourquoi y a-t-il plusieurs versions de l'histoire ?
  2. Quelles sont les trois versions (fausses) proposées ?
  3. Pourquoi la version du vieil homme ne contient-elle pas d'erreur ?
  4. Qu'est-ce qu'un pressentiment ?
  5. Que veut dire se frayer un chemin ?
  6. Par quelle vision terrifiante le vieux paysan met-il le prince en garde ?
  7. Le prince est-il téméraire ou courageux ?
  8. Que veut dire instantes ?
  9. Pourquoi le prince cherche-t-il la gloire ?
  10. Le doigt du prince et celui du vieillard sont tendus dans quelle direction ?

RéponsesModifier