Picard/Grammaire/Introduction

Début de la boite de navigation du chapitre
Introduction
Icône de la faculté
Chapitre no 1
Leçon : Grammaire picarde
Retour auSommaire
Chap. suiv. :Nom
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Grammaire : Introduction
Picard/Grammaire/Introduction
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.


La grammaire picarde présente de nombreuses similitudes avec les grammaires des langues romanes qui appartiennent à la même famille linguistique comme la grammaire wallonne ou la grammaire française.


points spécifiques au picardModifier

On peut cependant donner quelques exemples de points de grammaire qui sont assez spécifiques de la langue picarde:


  • dans certaines régions du domaine linguistique picard (par exemple dans le Vimeu) on pratique une assimilation régressive
choc cafe (la cave) = assimilation du c de cafe avec chol
  • on utilise plutôt l'auxiliaire avoèr ( avoir ) dans les temps composés
os avons sorti ( nous sommes sortis)
  • le passé simple n'existe pas en picard et le passé éloigné est exprimé en utilisant le passé composé, ou le passé surcomposé ou ...
À l'école, j’ai eu mingé des landimoles (À l'école, je mangeai des crêpes) , In 1960 j'avoé ieu acaté ène vake (En 1960 j'achetai une vache)


points usuels en picardModifier

Il y a aussi des points de grammaire que l’on trouve parfois en français mais qui sont très utilisés en picard comme :


  • l’utilisation fréquente du redoublement du sujet
ch'garchon i cante din l'église (le garçon (il) chante dans l'église)
  • parfois on utilise le cas régime
ech capieu Batisse (le chapeau de Baptiste)
  • on met parfois l'adjectif devant le substantif (surtout quand l' adjectif est court)
eune basse messe (une messe basse)

on fait la même chose en wallon:

ene noere vweteure (une voiture noire) ou li gôtche mwin (la main gauche).
  • pas d'accord de «tout» avec le féminin
tous chés afoaires (toutes les affaires)
  • omission parfois du pronom personnel
Est vrai Polyte

on retrouve ceci dans les langues romanes comme par exemple en italien:

Mi segui? (« Tu me suis ? »), "Ne prendo due" (« J'en prends deux" »).

Les faux amisModifier

Début de l'exemple
Fin de l'exemple