Recherche:Sur l’extension des genres grammaticaux en français/personnel

L’édition 2015 du Fremont Solstice parade, photographie laissant apparaître en premier plan deux humains qui revêtent un masque en forme de lune et soleil mixés à un visage
La personnification d’objets non-humains par anthropomorphisme s’avère une pratique fort répandue dans le temps et l’espace. Sur cette photo lune et soleil se voient figurés en masques pourvus des traits d’un visage humain.

Sur le plan étymologique, ces termes dérive de personne, du latin persona : masque de théâtre, rôle, personnage. La personne, c’est donc le masque que revêt un individu dans le grand théâtre du monde.

La notion de personne vaut également en droit, où elle s’étend aussi à des abstractions organisationnelles : les personnes morales permettent de faire porter le chapeau de toutes les transgressions éthiques à une fiction juridique.

Pour des sujets constituant des pans d’écosystèmes conceptuellement isolables, la reconnaissance légale d’une personne attachée se montre par contre nettement plus sporadique et récente, tout en suscitant de vifs débats[1][2]. Non pas qu’une telle convention soit radicalement inédite dans l’histoire de l’humanité : toute forme d’animisme est résolument assimilable à un tel statut socio-ontologique. Certains linguistes n’hésitent d’ailleurs pas à réduire le genre personnel au genre animé, ce qui illustre bien la connivence des deux notions et de leurs contraires respectifs d’inanimé et d’impersonnel[3].

Du côté de la grammaire, les descriptions que fournissent les dictionnaires courants sont souvent plus loquaces que pour féminin, masculin et neutre :

Catégorie grammaticale marquant le rapport à celui qui parle, à celui à qui on parle, à celui (ce) dont on parle et qui se note morphologiquement dans le verbe, le pronom personnel, le pronom et l'adjectif possessifs. La première personne (je, moi, me, mon) renvoie au locuteur, qui parle de lui-même, la deuxième personne (tu, toi, te, ton) renvoie à l'interlocuteur, la troisième personne à ce qui n'est ni le locuteur, ni l'interlocuteur. La personne où le locuteur est impliqué avec d'autres est dite première personne du pluriel (nous, notre, vôtre). La troisième personne du pluriel est homogène en ce sens qu'elle vient de la réunion de deux ou plusieurs «troisièmes personnes». La troisième personne du singulier comme au pluriel, est celle de la personne dont il est parlé sans plus. C'est la personne passive, absente du système de l'interlocution. Ce n'en est pas moins une personne, et il est inexact de parler d'elle comme d'une «non personne»; c'est la personne de tout ce que la pensée a appris à désigner, la personne inhérente à toute sémantèse, à tout ce dont le langage est capable de parler[4].

Catégorie grammaticale classant les pronoms, les noms et les verbes, en fonction des rapports qui lient le locuteur, l'interlocuteur et le reste du monde. […] PERSONNE, se dit aussi en Grammaire des verbes & des pronoms qui se conjuguent, ou s'appliquent à trois differentes personnes[5].

Catégorie grammaticale qui se marque par des désinences verbales et/ou par la juxtaposition au verbe de pronoms personnels et qui sert à distinguer les participants à la communication ou à référer à l'énoncé produit[6].

Rôle que tient la personne ou la chose en cause dans l’acte d’énonciation[7].

La notion dont il est question dans ces définitions est cependant plus spécifique que celle abordée dans cette section, puisqu’elle en limite la portée au lien métonymique entre un discours et indices métacontextuels des personnes qui y sont désignés. Cette polysémie n’a d’ailleurs pas échappé aux linguistes, voici par exemple ce que Georges-Henri Luquet[8] en résume dans sa note de bibliographie analytique qui décrit l’œuvre de Viggo Brøndal – figure à la croisée du linguiste, du philosophe et du sémioticien[9]Le concept de personne en grammaire et la nature du pronom de :

En grammaire, les mots personne et personnel sont appliqués à trois catégories de faits : les personnes des pronoms et de certaines formes verbales, le genre personnel et les pronoms personnels. La langue est arrivée à exprimer par trois moyens différents les trois aspects qui constituent le fait complexe de la personnalité : l'individu, la faculté créatrice ou animale, la conscience. C'est en isolant tour à tour ces trois aspects que la grammaire a pu désigner des faits si radicalement divers par un seul et même terme[10].

Alexandru Mardale et ses Éléments d’analyse du marquage différentiel de l’objet dans les langues romanes peuvent également être cités de manière éclairante sur l’histoire et la porté de ce genre :

Les analyses que nous avons regroupées dans cette classe attribuent à pe et a le statut de marques dudit « genre personnel ». Cette expression vient de la grammaire traditionnelle – elle a été proposée par Spitzer (1928) pour l’espagnol et développée par la suite par Racoviţă (1940) – et désigne les expressions nominales ayant le trait [+ humain][11].

Le genre personnel est surtout étudié dans les langues où il exerce une influence morphosyntaxique, dans des langues slaves[12][13][14] comme le haut sorabe, le polonais et slovaque[15][16][17][18][19][20] ou plus marginalement dans le bulgare[21][22], le roumain[23][24] et le russe[25] ainsi que dans des langues issues d’autres famille comme le hittite[26], le canara et le tamoul[27]. Il est par ailleurs mentionné dans l’analyse de l’anglais, qui par son statut de lingua franca contemporaine bénéficie d’une fréquence d’interaction plus importante avec le français :

Le genre personnel et le genre impersonnel se distinguent dans les substantifs anglais par l'effectif casuel : les substantifs de genre personnel admettent le génitif en -s, les autres le remplacent par l'expression avec of ou par des périphrases diverses[28].

Personne ici s’oppose à chose[29], donc personnel à chosatif[30], à ce qui chosifie en entité inanimé ou plus précisément en entité dont est contesté toute dignité personnelle. Le lien entre personne et animéité est explorer par Louis Hjelmslev en 1956 dans Animé et inanimé, personnel et non-personnel. Cependant c’est plus généralement les termes non-personnel[31][32][33] ou impersonnel[34][35] que retient la littérature. Le sujet y est d’ailleurs, tout au moins pour le français, nettement plus couvert pour ces cas antonymiques que celui de genre personnel. David Gaatone suggère que cette différence de traitement serait inversement proportionnelle à la faible fréquence d’emploi de ce type de formulation — 1 à 6,7% selon ses estimations — conjugué à la difficulté d’en rendre compte sous le prisme de ce qui paraît suffisament évident dans le cas général pour être traité succintement[36].

Barbara De Cock en 2020 dans Intersubjective Impersonals in Context: A Multivariate Analysis of Spanish “Uno” and “Se” in Spoken Language soutient que le genre impersonnel joue un rôle notable dans l’appel à l’empathie dans les relations intersubjectives par le biais d’une perspective théorique pouvant faire tomber les barrières identitaires[37]. Cela concorde avec les analyses de Yatziv‑Malibert et Zohar Livnat pour l’hébreu, qui nuance cependant leur constat en indiquant qu’une forme impersonnelle peut générer un effet d’éloignement d’une part et proximité et solidarité d’autre part[38]. Un important renseignement que fourni ces études est que le genre impersonnel n’est, dans ces cas là, aucunement détaché du trait sémantique humain, bien au contraire, et ne fait que détacher les propos d’une personne bien déterminé.

Cette approche de formulation impersonnelle visant à susciter la complicité ou la distance est résolument active en français, par exemple dans :

Comme tout le monde le sais, quelqu’un devait faire le sale boulot.

Dans cet énoncé la personne qui s’exprime engage ses interlocuteurs à se projeter dans tout le monde. Ce tout le monde ne désigne personne en particulier, mais tant celui qui plaidoie que ceux à qui il s’adresse y sont tacitement mis en connivence. Il invite aussi implicitement à excuser un spéculatif quelqu’un que chacun aurait pu incarner si quelques hasardeuses circonstances n’avaient désigné l’orateur à sa place. Enfin elle invite à conférer une figure sacrificiel quasi-héroïque à ce prédicateur qui, assurément, a agi avec répugnance lorsqu’il a commis son forfait salvateur, dont tout à chacun est virtuellement tenu et dont les conséquences positives bénéficient assurément à l’ensemble de l’auditoire, voire jette un soupçon d’opprobre culpabilisateur sur les allocutaires qui se figuraient avoir les mains propres quand leur irresponsable attitude tire-au-flanc n’aura que mis d’avantage de pression sur le dos du brave scélérat.

Par ailleurs, la tournure archi-courante du il impersonnel va plus loin puisque ce sujet ne peut généralement pas être éludé bien qu’il ne réfère à rien. L’usage en français de cet impersonnel adéictique[39][40][41][42] prédate l’obligation générale d’y adjoindre ostentatoirement un sujet, tout pronom fictionnel fut-il, mais a laissé des tournures où cet omission se maintient sous forme vestigiale : advienne que pourra, reste à savoir, n’importe ou encore peu s’en faut font figures d’exceptions sans choquer pour autant les francophones[43]. Certains comme Michel Maillard vont jusqu’à dénier la qualité de pronom à ce il, lui préférant la terminologie d’indice pronominal à un prédicat asubjectival[44] considérant comme méprise la qualification en constituant nominal sujet ce qu’il identifie pour sa part à un clitique. Autrement dit dans cette approche, il n’y pas plus de sujet dans l’énoncé il-vient, qu’il n’y en a dans voilà coagulant l’impératif vois-là. Cela étant, comme Michel Maillard le souligne lui-même dans le même article où il présente cette théorie en 1994, cette perspective est loin de faire l’unanimité.

Il convient de faire remarquer que si l’emploi de genre impersonnel est sans conteste utilisé dans la littérature, c’est uniquement comme trait grammatical complétaire d’autres catégories de genre. Christianne Marchello-Nizia ne s’y trompe par dans son article intitulé Le neutre et l'impersonnel[45] : loin d’y trouver un trait autonome qui se suffit à lui-même, c’est généralement comme appendice tangent au neutre ou masculin qu’il est relégué dans la plupart des analyses existantes du français si ce n’est la totalité d’entre elles.

Pour aller plus loin sur le concept de personne, il sera possible de consulter quelques références qui dépassent le cade de cette recherche[46][47][48][49][50].

  1. Modèle:Fr-FR « Peut-on accorder le statut de personnalité juridique à un fleuve, un lac ou une forêt ? », La Croix, 2017-04-24 (ISSN 0242-6056) [texte intégral (page consultée le 2021-12-20)]
  2. « Protection des Droits de la Nature : pourquoi et comment faire », sur Droits de la Nature (consulté le 20 décembre 2021)
  3. Pierre Boissel, Bernard Darbord, Jean Devarrieux et Catherine Fuchs, « Paramètres énonciatifs et interprétations de pouvoir », Langue française, vol. 84, no  1, 1989, p. 24–69 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  4. « PERSONNE : Définition de PERSONNE », sur www.cnrtl.fr (consulté le 21 décembre 2021)
  5. « personne - Définitions, synonymes, conjugaison, exemples | Dico en ligne Le Robert », sur dictionnaire.lerobert.com (consulté le 21 décembre 2021)
  6. Éditions Larousse, « Définitions : personne - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le 21 décembre 2021)
  7. « personne », dans Wiktionnaire, (lire en ligne)
  8. I. M., M. L., Henri Piéron et D. W., « 6° Psychologie ethnique et sociale. Les instincts et l'homme social. Psychologie religieuse. Esthétique, logique et linguistique comparées. », L'Année psychologique, vol. 25, no  1, 1924, p. 381–404 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  9. Svend Erik Larsen et Maryse Laffitte, « Introduction. Viggo Brøndal (1887-1942), linguiste, philosophe, sémioticien », Langages, vol. 22, no  86, 1987, p. 7–12 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  10. « d) Esthétique, Ethique, Logique et Linguistique comparées », L'Année psychologique, vol. 40, no  1, 1939, p. 530–537 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  11. Alexandru Mardale, « Éléments d'analyse du marquage différentiel de l'objet dans les langues romanes », Faits de Langues, vol. 35-36, no  2, 2010, p. 161–196 (ISSN 1244-5460 et ISSN 1958-9514) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  12. André Vaillant, « I. Slave et germanique : svobodĭ « libre », gospodĭ « seigneur » », Revue des Études Slaves, vol. 28, no  1, 1951, p. 138–140 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  13. Jacques Lépissier, « Du génitif-accusatif inanimé en vieux slave », Revue des Études Slaves, vol. 40, no  1, 1964, p. 126–137 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  14. André Mazon, « Le patrimoine commun des études slaves, leçon d'ouverture du cours de langues et de littératures slaves au Collège de France », Revue des Études Slaves, vol. 4, no  1, 1924, p. 113–132 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  15. Jadwiga Zieniukowa et Andrzej Jakubowski, « La catégorie du genre masculin-personnel en polonais », Revue des Études Slaves, vol. 57, no  3, 1985, p. 483–490 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  16. Henri Grappin, « V. Polonais populaire kobiety mieli, dzieci byli », Revue des Études Slaves, vol. 28, no  1, 1951, p. 146–148 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  17. Etienne Decaux, « VI. Duel et singulier en slave commun », Revue des Études Slaves, vol. 28, no  1, 1951, p. 148–151 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  18. Henri Grappin, « L'accusatif pluriel des noms masculins d'animaux en polonais », Revue des Études Slaves, vol. 26, no  1, 1950, p. 88–98 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  19. Henri Grappin, « Comment, en polonais, des génitifs sont devenus et deviennent des accusatifs », Revue des Études Slaves, vol. 28, no  1, 1951, p. 50–67 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  20. Charles de Bel-Air et Paul Ovtracht, « Généralités et linguistique », Revue des Études Slaves, vol. 56, no  2, 1984, p. 283–303 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  21. Roger Comtet, « Jack Feuillet, Grammaire synchronique du bulgare », Revue des Études Slaves, vol. 73, no  2, 2001, p. 571–576 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  22. Roger Bernard, « Les masculins en -a et en -я en bulgare moderne », Revue des Études Slaves, vol. 31, no  1, 1954, p. 71–87 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  23. Mario Roques, « Bulletin linguistique, VIII (1940) », Romania, vol. 68, no  271, 1944, p. 390–390 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  24. Antoine Meillet, « X. Grammaire comparée », Annuaires de l'École pratique des hautes études, vol. 51, no  1, 1918, p. 44–45 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  25. Nicolas Durnovo, « La catégorie du genre en russe moderne », Revue des Études Slaves, vol. 4, no  3, 1924, p. 208–221 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  26. Georges Contenau, « L. Delaporte. Manuel de langue hittite, II. Eléments de Grammaire hittite. », Journal des Savants, vol. 10, no  1, 1929, p. 461–463 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  27. Victor Chapot, Albert Cuny, Michel Feghali et Albert Grenier, « Chronique des Études anciennes », Revue des Études Anciennes, vol. 30, no  4, 1928, p. 331–342 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  28. Amedeo De Dominicis, « Tension et quantité : un point de vue sémiotique sur le travail linguistique », Langages, vol. 22, no  86, 1987, p. 111–127 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  29. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :21
  30. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :22
  31. Etienne Decaux, « VI. Duel et singulier en slave commun », Revue des Études Slaves, vol. 28, no  1, 1951, p. 148–151 [texte intégral (page consultée le 2022-01-01)]
  32. Konrad Robarts - University of Toronto, Le genre personnel dans la déclinaison polonaise, Paris É. Champion, 1918 [lire en ligne] 
  33. Patrick Duffley, « L’infinitif en anglais : to et la personne », Revue québécoise de linguistique, vol. 17, no  1, 1988, p. 55–70 (ISSN 0710-0167 et ISSN 1705-4591) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2022-01-01)]
  34. Jean-Marie Zemb, « Sujet, y es-tu? », Cahiers d'Études Hispaniques Médiévales, vol. 7, no  1, 1988, p. 851–860 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  35. Paulette Roulon-Doko, « Le cas du pronoms impersonnel dans une langue isolante à faible morphologie, le gbaya », {{{périodique}}}, 2015-02-04 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  36. David Gaatone, « Passif, impersonnel et passif impersonnel en français : quelques réflexions », L'information grammaticale, vol. 62, no  1, 1994, p. 42–44 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-22)]
  37. Barbara De Cock, « Impersonals intersubjectius en context: una anàlisi multivariant de l’espanyol «uno» i «se» en la llengua oral », Catalan Journal of Linguistics, 2020-12-21, p. 93 (ISSN 2014-9719 et ISSN 1695-6885) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  38. Il-Il Yatziv‑Malibert et Zohar Livnat, « Usages non déictiques et impersonnels de la deuxième personne du singulier en hébreu moderne parlé : trois approches », Yod. Revue des études hébraïques et juives, no  23, 2021-05-06, p. 113–130 (ISSN 0338-9316) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  39. « Dictionnaire des termes de la métaphysique », sur www.metascience.fr (consulté le 21 décembre 2021)
  40. Georg Bossong, « Sémantique et structures textuelles dans le livre de « Calila et Dimna ». Essai de théorie textuelle appliquée », Cahiers d'Études Hispaniques Médiévales, vol. 4, no  1, 1979, p. 173–203 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  41. Pierre Moor, « Logique scientifique et logique institutionnelle dans le discours juridique », Revue européenne des sciences sociales. European Journal of Social Sciences, no  XLVI-141, 2008-05-01, p. 37–62 (ISSN 0048-8046) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  42. Mariam Faransis, « Jeu de plans de référence, alternance de deux axes narratifs et effet de mimétisme dans La neige en deuil », Voix Plurielles, vol. 10, no  2, 2013-11-29, p. 375–392 (ISSN 1925-0614) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  43. Évelyne Oppermann-Marsaux, « Quelques remarques sur l'emploi et le non-emploi du « il impersonnel » entre le XIVe siècle et le XVIIe siècle », L'information grammaticale, vol. 110, no  1, 2006, p. 9–14 [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  44. Michel Maillard, « Présentation : Les problèmes généraux posés par l'impersonnel », L'information grammaticale, vol. 62, no  1, 1994, p. 3–5 [texte intégral (page consultée le 2021-12-22)]
  45. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :30
  46. Rofidal Thierry, Pagano Concetta, « Le concept de personne, quelques perspectives philosophiques », dans : , Projet individuel et Stimulation basale®. Vers une pédagogie de l’accompagnement de la personne en situation de polyhandicap, sous la direction de Rofidal Thierry, Pagano Concetta. Toulouse, Érès, « Trames », 2018, p. 29-34.
  47. Karsten Lehmkühler, « Le concept de personne humaine est-il pertinent dans les débats bioéthiques actuels ? », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, no  31, 2012-06-01, p. 265–287 (ISSN 1254-5740) [texte intégral lien DOI (pages consultées le 2021-12-21)]
  48. Sara Brunet, « Le concept de personne chez Husserl », {{{périodique}}}, 2019-06-25, p. 101 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]
  49. Jacques Krynen, Regards critiques sur quelques (r)évolutions récentes du droit, Presses de l?Université Toulouse 1 Capitole, 2005 (ISBN 978-2-915699-08-1, 2-915699-08-9 et 2-37928-022-3) (OCLC 1031327439) [lire en ligne] 
  50. (en) « L'élargissement du concept de personne d'après l'analyse comparée des pensées de Michel de Montaigne et d'Emmanuel Mounier », {{{périodique}}}, 2003 [texte intégral (page consultée le 2021-12-21)]