Seigneurs et seigneurie/La remise en cause de la seigneurie à la fin du Moyen Âge

Début de la boite de navigation du chapitre
La remise en cause de la seigneurie à la fin du Moyen Âge
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Seigneurs et seigneurie
Chap. préc. :La seigneurie banale
Chap. suiv. :Débats historiographiques autour de la seigneurie
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Seigneurs et seigneurie : La remise en cause de la seigneurie à la fin du Moyen Âge
Seigneurs et seigneurie/La remise en cause de la seigneurie à la fin du Moyen Âge
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Crise démographiqueModifier

Le dépeuplement de la France aux XIVe siècle et XVe siècle s'explique par la peste (à partir de 1348), les famines et les guerres. Il provoque une crise de la seigneurie : la main d'œuvre se fait plus rare, les redevances rentrent moins facilement. Les dépenses liées aux conflits grèvent le budget seigneurial.

La ville : une seigneurie collective[1]Modifier

La seigneurie n’est pas qu'un phénomène rural. À partir du XIIe siècle, certaines villes française acquièrent le droit de ban : cela explique l'origine du mot "banlieue", le territoire sur lequel s'applique le droit de ban.

Le mouvement communalModifier

Réaction seigneurialeModifier

  • Augmentation du cens
  • Augmentation des droits de mutation


RéférencesModifier

  1. Gauvard, Dictionnaire du Moyen Âge, p. 1317