Recherche:Imagine un monde/Politique

Wikimedia Community Logo.svg
L'innovation politique Wikimédia
Une autorité partagée au travers d'instances autonomes
Septième chapitre du travail de recherche Imagine un monde

Toute réaction ou commentaire par rapport à ce travail de recherche sont les bienvenus sur cette page de discussion.

Cette page fait partie de l’espace recherche de Wikiversité et dépend de la faculté Socio-anthropologie. Pour plus d'informations, consultez le portail de l'espace recherche ou rendez-vous sur l'index des travaux de recherche par faculté.
To validate.svg L'orthographe, la syntaxe, la grammaire et la typographie du texte ou du code de cette page est à vérifier.
Vous pouvez faire ces corrections en cliquant sur l'onglet « modifier » ou « modifier le code » ci-dessus, ou encore entamer une discussion à ce sujet

Pour poursuivre mes recherches sur le mouvement Wikimédia en m'intéressant cette fois à sa gestion politique, j'ai pensé qu'il serait bon de repartir d'une conclusion émise dans un ouvrage portant également sur mon sujet d'étude. Il s'agit de Commons knowledge ? An ethnography of Wikipédia. dans lequel on voit apparaître au dernier paragraphe de la conclusion « la loi zéro de Wikipédia », qui s'énonce ainsi[B 1] :

L'utilisateur Raul654 a créé une collection de "Lois de Wikipédia", dans laquelle il rassemble à la fois ses propres morceaux de sagesse et ceux apportés par d'autres (voir User:Raul654/Raul's_laws). Le 21 mars 2006, il a ajouté "la loi zéro de Wikipédia", d'attribution inconnue. Il s'agit d'un bon résumé de cette communauté en constante évolution, étonnamment différente et étonnamment efficace, qui conclut ce livre : "Le problème de Wikipédia est qu'elle ne fonctionne qu'en pratique. En théorie, ça ne peut jamais fonctionner".[T 1]

Si cette dernière affirmation doit sans doute être considérée comme une boutade, je vais cependant jouer le jeu et la prendre au premier degré afin de produire tout au long de ce chapitre les fondements d'une théorie que je vais précisément construire au départ d'observations pratiques. Je vais donc pour ce faire, section par section, prendre la peine de rassembler suffisamment d'indicateurs empiriques issus de mes observations de terrain pour, au final, les confronter à des concepts déjà existants, de manière à pouvoir théoriser le fonctionnement politique du mouvement Wikimédia. Avec, pour débuter ce parcours, une revue historique de l'évolution de la gestion politique du mouvement.

Évolution de la gestion politique de WikimédiaModifier

Pour entamer l'analyse politique du mouvement Wikimédia, commençons par nous souvenir de la naissance de Wikipédia, qui en fut le projet fondateur. On se rappelle alors l’existence du projet encyclopédie précédent hébergé à l'adresse Nupedia.com. Son but était de générer des revenus à l'entreprise Bomis qui avait financé son lancement, et qui était gérée par Jimmy Wales en tant que chef manager, avec parmi le personnel Larry Sanger comme rédacteur en chef. Cette situation perdura quelque peu, puisqu'il fallut attendre le 20 juin 2003, soit près de deux ans et demi après le lancement du premier site Web Wikipédia, pour que la Fondation Wikimédia en tant qu'organisme sans but lucratif récupère les avoirs de la firme Bomis[N 1].

En se remémorant ces faits, on peut alors mieux comprendre les motivations qui ont poussé des éditeurs du projet Wikipédia en espagnol à créer une encyclopédie dissidente en février 2002. Si ce mouvement de diaspora avait principalement été déclenché quand il fut question de placer des publicités sur Wikipédia, il ne faudrait pas oublier pour autant les autres griefs qui furent aussi avancés, tels que la censure, une ligne éditoriale déplaisante et même une attitude arrogante de la part des fondateurs[S 1]. L'épisode espagnol fut donc aussi, de ce point de vue, un antécédent important dans la gestion politique du projet Wikipédia et des projets frères naissants, puisqu'il représente en fait un premier avertissement adressé aux fondateurs de l'encyclopédie sur la nécessité de démocratiser son fonctionnement.

Cependant, les choses avaient déjà basculé bien avant l'arrivée de la Fondation. Ceci dès janvier 2001 lorsque Jimmy Wales, sous la pression exercée par Richard Stallman et son projet encyclopédique concurrent GNUPedia, décida de mettre le contenu des Nupedia et Wikipédia de la firme Bomis sous licence de documentation libre GNU[N 2]. C'était là une manière de rassembler deux initiatives similaires au même endroit, puisque après cette décision, Richard Stallman invitait publiquement les gens à contribuer sur Wikipédia. Car il savait pertinemment que ce changement de licence avait instantanément fait disparaitre toute revendication de propriété de la part de la firme Bomis sur le contenu des projets, ceux-ci appartenaient dorénavant à la collectivité. Le pouvoir de vie ou de mort de Jimmy Wales sur ce contenu, puisque c'est bien là le propre de la propriété, avait donc déjà disparu à cette époque pour laisser place à une nouvelle forme d'autorité qui était légitimée de par son statut de cofondateur.

Après la démission de Larry Sanger, Jimmy Wales vit son autorité grandir, jusqu'à être considéré avec humour par les membres des communautés d'éditeur comme un « dictateur bienveillant ». Mais à partir de 2021, tant son prestige que son autorité finirent par se réduire peu à peu. Pendant qu'il devenait une figure publique et emblématique du mouvement, sa présence dans la gestion du mouvement se faisait de plus en plus discrète. Comme seules prérogatives au sein du mouvement en ce début d'année 2022, il lui reste le fait que ses mandats de trois ans peuvent être renouvelés sans limite grâce à son statut de membre fondateur du conseil d'administration de la Fondation, ainsi que le privilège de pouvoir désigner chaque année le ou la Wikimédien·ne de l'année lors d'un discours de présentation des conférences internationales Wikimania.

Puisque l'évolution du leadership du fondateur a déjà été largement documentée dans d'autres ouvrages[B 1][B 2], je me limiterai ici à présenter les étapes importantes de ce changement. La première étape fut la création d'un premier comité d'arbitrage, permettant de ne plus devoir gérer seul les conflits entre les éditeurs de l'encyclopédie en anglais. Cette instance de médiatisation fut créée au cours de l'année 2003, en rassemblant des utilisateurs de confiance qui avaient dès lors pour fonction de gérer en dernier recours les conflits qui n'avaient pas pu se résoudre par la discussion. C'était là une première initiative de délégation d'autorité qui fut ensuite reproduite sur 10 autres versions linguistiques de Wikipédia ainsi que sur projet Wikinews en anglais[S 2].

Au niveau du projet francophone, ce comité fut mis en place dans le courant de l'année 2004 pour traiter les problèmes de comportement, sans s'impliquer dans les questions relatives aux contenus des articles, et faire face ainsi à certains conflits d'éditions qui risqueraient de diviser la communauté[M 1]. En décembre 2020, le règlement du comité francophone est proche de celui d'une juridiction classique, avec un domaine de compétence et une procédure de dépôt et de traitement des plaintes permettant de déterminer leur recevabilité et leur pertinence avant toute délibération[S 3].

Après cette première délégation de pouvoir, l'autorité de Jimmy Wales fut de nouveau affaiblie à la suite d'un conflit d'intérêt dont il fit preuve au cœur même de son encyclopédie. C'était durant l'année 2005, lorsqu'il fut découvert qu'il avait tenté de modifier lui-même sa propre biographie, dans le but de retirer la présence de Larry Sanger en tant que cofondateur de Wikipédia. Cette mauvaise idée lui valut une réaction très vive de la communauté d'éditeurs, qui fut par la suite largement commentée dans les médias[M 2]. Mais c'est cinq ans plus tard seulement que deux événements successifs au cours de l'année 2010 aboutirent à la suspension de ses droits d'administration au sein des projets.

Le premier incident dont il fut déjà question en section 2 du chapitre précédent, arriva en mars, lorsqu'il supprima, d'une façon tout à fait arbitraire, une page du projet Wikiversité en anglais qu'il jugeait hors de propos, pour ensuite bloquer son auteur en édition, destituer un administrateur qui s'y était opposé[S 4], et adresser une demande de suppression du projet au conseil d'administration de la Fondation[S 5]. Tous ces agissements furent bien entendu considérés comme abusifs par la communauté des éditeurs des autres projets anglophones. En réaction à cela, un appel à commentaires intitulé « Remove Founder flag »[S 6] fut rapidement lancé sur le projet Meta-Wiki, dans le but de rassembler l'avis de la communauté sur le retrais des privilèges techniques octroyés au fondateur de l'encyclopédie. Dans le courant du mois de mai, 400 avis sur un total d'environ 530 participants étaient favorables à cette demande de destitution.

Les relations entre Jimmy Wales et la communauté d'éditeurs restèrent ainsi tendues jusqu'à un nouvel incident, courant avril 2010. Suite à une lettre envoyée par Larry Sanger le 7 avril au FBI pour dénoncer abusivement la présence de pornographie infantile sur le site[M 3], le fondateur s'était lancé dans la suppression arbitraire de nombreuses images hébergées sur le projet Wikimedia Commons. Son emportement s’expliquait par le fait que le magazine Fox News avait relayé publiquement les informations contenues dans la lettre de délation de Larry Sanger, tout en interpellant de manière très maladroite les personnes qui faisaient des dons au mouvement[S 7]. Face à ce qui fut considéré comme un nouvel excès d'autorité, une pétition fut alors ouverte le 7 mai 2010, et signée par 323 contributeurs avant d'être adressée à Jimmy Wales[S 8], qui décida finalement de renoncer à ses outils d'administrateur sur l'ensemble des projets Wikimédia le 9 mai 2010[M 4].

Par la suite, Jimmy Wales resta cependant très influent politiquement parlant dans le mouvement, notamment grâce à une popularité entretenue chaque année par des campagnes de donation qui le mettent en scène dans leurs messages de sollicitation. Mais après l'arrivée de Katherin Maher au poste de directrice de la Fondation et du nouveau charisme qu'elle sut développer en faveur du mouvement, Jimmy Wales perdit aussi de son aura médiatique. Lors de la dernière rencontre Internationale Wikimania de 2019, où sa présence fut très discrète, il me semblait exprimer une certaine lassitude qui contrastait fortement avec le souvenir que j'avais gardé de lui la première fois que je l'avais rencontré. C'était lors de la conférence Wikimania de Londres en 2014 et je me souviens qu'il était encore sollicité par certains contributeurs qui lui demandaient, durant les moments les plus informels, de prendre la pose le temps d'un selfie.

 
Fig. 7.1. Photo des membres du comité d'affiliation réalisée en 2018 (source : https://w.wiki/4$AA)

Il est vrai que depuis 2010, le mouvement Wikimédia et la Fondation avaient changé du tout au tout. Avec pour commencer le siège de la Fondation qui sera passé de 39 employés en mars 2010[S 9] à plus de 350 en mars 2020[S 10] et même plus de 600 en juillet 2021 selon les chiffres de la directrice des ressources humaines[V 1]. Durant ces dix ans étaient apparus de nombreux comités[S 11] qui répartirent un peu plus les responsabilités politiques du mouvement. En plus de la dizaine de comités qui existait déjà en 2010, d'autres virent le jour pour réussir à gérer une structure de plus en plus imposante et un flux d'argent toujours plus important. Parmi ces comités certains sont uniquement composés de salariés de la Fondation et de membres de son conseil d'administration : le comité d'audit financier, de recrutement du personnel, de gouvernance, et de production. D'autres comprennent à la fois des salariés, des volontaires issus du mouvement et des membres du conseil d'administration. Ce sont :

Le Comité Wikimania (2005) qui organise les cycles de conférences mondiales et annuelles du mouvement[S 12].

Le Comité des langues (2007) qui est chargé de seconder le conseil d'administration dans le développement de la gestion des requêtes de nouvelles langues au sein des projets[S 13].

Le Comité des élections (2007) qui supervise, les élections au conseil d'administration Wikimédia et au comité de distribution des fonds[S 14].

Le Comité des communications (2012) dont le but est de soutenir et de collaborer aux efforts de communication globale du mouvement Wikimédia[S 15].

Le Comité de distribution des fonds (2012), qui statue sur la distribution des subsides en provenance de la Fondation[S 16].

La Commission de médiation (2013) qui enquête sur les cas de violation de la politique de confidentialité, protection des données personnelles, etc.[S 17].

Le Comité d'affiliation (2014) qui statue sur les nouvelles demandes d'affiliation de groupes ou associations[S 18].

Le Comité intérimaire d'examen des cas de confiance et sécurité (2020) qui protège les membres de la communauté d'une application trop intrusive, trop stricte ou trop laxiste des normes de conduite de la Fondation[S 19].

Le Comité de rédaction de la charte du mouvement (2021) qui rédige la nouvelle charte du mouvement en respect des recommandations stratégiques[S 20].

Les comités de nomination (2020) élus par les communautés dans les projets et qui ont pour rôle de désigner les vérificateurs d'adresses IP et les masqueurs de modifications[S 21].

 
Fig. 7.2. Carte mondiale illustrant la répartition géographique des régions de demande de financement distincts (source :https://w.wiki/4znZ)

Parmi tous ces comités, celui de la distribution des fonds connut plusieurs réformes. La première, en 2013, permit tout d'abord de séparer les demandes, selon qu'elles concernaient un projet individuel de longue durée, un voyage, une association, et plus tard encore, une conférence ou une demande rapide d'un montant limité. Par la suite, une deuxième réforme qui eu lieu en 2020-2021[S 22] aboutit à la séparation des subventions en sept zones géographiques dont chacune s'est vue attribuer un comité spécifique. Lors de cette dernière réforme, une nouvelle distinction fut également faite entre les financements à destination de la communauté Wikimédia, et ceux destinés à des organismes externes au mouvement, avec dans une troisième catégorie séparée tout ce qui concerne les projets de recherches technologiques. Ceci alors que la distinction entre projet individuel, événement, financement de groupes ou d'organisations affiliées et financement rapide, fut toujours maintenue.

Au moment où j'écris ce texte, l'organisation du nouveau système n'est pas encore tout à fait terminée. Mais à son stade de développement actuel, on peut toute fois déjà remarquer, qu'à l’exception des demandes de financement rapide, qui peuvent toujours être gérées sur Meta-Wiki[S 23], les autres demandes sont maintenant gérées sur une plate-forme indépendante intitulée Wikimedia Foundation Funds Portal[S 24]. Celle-ci fonctionne avec Fluxx, un logiciel de gestion de subventions développé par une entreprise californienne et utilisé par plus de 300 fondations, pour lequel il est nécessaire de créer un compte différent de celui utilisé pour éditer les projets, avec notons le au passage la possibilité de s'inscrire directement grâce à un compte Gmail.

Ce changement aura donc apporté une meilleure efficacité dans le traitement des demandes de financement accordées par la Fondation, ainsi qu'une plus grande facilité pour les demandeurs grâce notamment à la traduction simultanée assurée par Google. Mais en contrepartie, cela apporte moins de transparence sur les processus en cours, bien que les demandes soient toutes recopiées sur le site Meta-Wiki à l'aide d'un script automatisé. C'est aussi un nouveau rapprochement avec un certain monopole financier déjà installé en Californie, et une collaboration plus étroite avec les géants de l'informatique, comme en témoigne l'omniprésence des services Google (Doc, Translate), et aussi la présence de Fluxx parmi les partenaires de l'écosystème Microsoft[M 5].

À côté des financements accordés par la Fondation, il faut encore signaler l’existence d'autres possibilités de financements, souvent de moindre envergure, qui peuvent être accordés par plus de vingt associations nationales, lesquelles en général, fonctionnent chacune avec un système d'évaluation des demandes qui repose sur des comités composés de volontaires[S 25]. Tous ces comités, qu'ils soient du côté de la Fondation ou des associations, sont formés sur la base de candidatures bénévoles, renouvelables, comme c'est le cas tous les deux ans pour le comité d'affiliation. Les candidatures sont ensuite évaluées à partir de questions-réponses avant d'être sélectionnées selon un principe de cooptation, ou après des élections comme c'est le cas du comité de distribution de fonds et le comité formé pour rédiger la charte du mouvement.

Comme autre processus électoral, il y a aussi celui qui est organisé pour choisir les membres du conseil d'administration de la Fondation Wikimédia, qui une fois en fonction, doivent respecter un code de conduite préétabli[S 26] et certaines priorités[S 27]. Ce conseil apparait ainsi comme l'organe suprême en matière de décision au sein du mouvement, puisqu'il se voit attribuer de nombreuses validations finales. Ainsi l'acceptation ou la suppression des projets éditoriaux, la reconnaissance ou le retrait d'affiliation, mais aussi tout un lot d'autres décisions qui se rapportent à la nomination des postes clefs dans le mouvement et même de la cooptation de certains membres au sein de son propre conseil. Dans un but de transparence, un résumé de toutes les résolutions prises par le conseil est mis à disposition du public sur une page[S 28] du site https://foundation.wikimedia.org qui fait office de vitrine du conseil, et aussi de lieu de diffusion de tous les textes officiels et des minutes de chaque conseil d'administration.

Puisque chaque organisation sans but lucratif affiliée au mouvement possède aussi son propre conseil d'administration, d'autres élections y sont organisées un peu partout dans le monde pour en déterminer leurs compositions. Chacune de ses associations respecte les règlements administratifs établis dans chaque pays concerné. La durée des mandats peut donc ainsi varier tout comme le fonctionnement de chaque conseil, à l'image des comités dont il fut déjà question puisque le mandat du comité des élections est limité à deux ans[M 6], alors qu'au niveau des projets, les cinq membres des comités de nomination doivent quitter leurs postes après un mandat de trois ans[S 21].

Vidéo 7.1. Vidéo de présentation du conseil d'administration de la Fondation Wikimédia (source : https://w.wiki/4mns)

En raison de la croissance du personnel de la Fondation, de la complexité de la gestion financière du mouvement, et suite aux recommandations de l'entreprise Board Vertias[S 29], le conseil d'administration décida en février 2020 d'augmenter son effectif pour passer de 10 à 16 sièges[S 30]. À présent, un maximum de 8 sièges sont attribués à des personnes en provenance des communautés d'éditeurs et d'organisations affiliées, tandis qu'un maximum de 7 autres personnes sont cooptées par les premières, sans que leur nombre puisse dépasser celui des membres en provenance du mouvement (vidéo 7.1[V 2]). Le dernier siège restant est attribué au fondateur, avec un mandat renouvelable sans limite. La volonté de diversifier le conseil tant au niveau du genre que des origines géographiques[S 31] justifia le choix du scrutin à vote unique transférable qui fut adopté lors des dernières élections de 2021[S 32], même si l'effet attendu ne fut pas au rendez-vous[S 33].

Au terme de cette rapide présentation de l'évolution de la gestion politique de Wikimédia, il apparait donc clairement que le mouvement affiche un désir de multiplier les lieux de prise de décisions au sein des projets comme dans le reste du mouvement, tout en cherchant à les maintenir accessibles et autonomes au niveau de chaque projet et association. La création de nombreux comités a permis effectivement de distribuer le pouvoir décisionnel à un grand nombre de membres de la communauté dispersés dans le monde, tout en essayant d'augmenter la représentativité au niveau des plus hautes instances décisionnelles. Le choix d'élargir le conseil d'administration de la Fondation fut un premier pas, mais nous verrons par la suite que d'autres initiatives vont dans le même sens. Cette quête de pluralité géopolitique, comme nous allons le voir, ne fait que renforcer l'autonomie du mouvement face à certains souhaits exprimés par différentes instances étatiques.

Une autonomie face aux instances étatiquesModifier

En parcourant l'histoire du mouvement Wikimédia, on découvre tout une série de crises et de tensions apparues entre le mouvement et différentes instances étatiques situées à divers endroits du monde. La première date de 2004, lors du 15ème anniversaire des manifestations de la place Tian'anmen, lorsque la république populaire de Chine décida de bloquer l'accès au projet Wikipédia. Cela débuta tout d'abord par une première censure de Wikipédia en mandarin sur l'ensemble du territoire chinois, déclenchée suite au refus de Jimmy Wales de supprimer certains articles considérés comme politiquement sensibles. Une décision qui à l'époque avait par ailleurs été perçue comme une belle « leçon » au regard de « l'attitude complice de Google, Microsoft et Yahoo!, qui n'ont pas hésité à tomber dans la censure afin de mieux pénétrer le marché de l'Internet chinois en plein essor »[M 7]. Ensuite, la position de la Chine se durcit d'avantage à l'approche du trentième anniversaire des mêmes événements de la place Tian'anmen. En mai 2019, les dirigeants du pays décidèrent de censurer cette fois toutes les versions linguistiques de l'encyclopédie[M 8]. Un an plus tard, en 2020, après la reconnaissance de l'association Wikimédia Taïwan comme chapitre Wikimédia, la candidature de la Fondation Wikimédia au poste d'observateur à l'organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) fut bloquée par le veto des représentants chinois déjà en place[M 9].

La Chine ne fut pas le seul État qui, en raison de contenus jugés déplaisant et dont le retrait n'aura jamais été accordé, aura bloqué, de manière partielle ou totale, momentanée ou permanente, l'accès à au moins un projet Wikimédia. En 2017 par exemple, ce fut le cas de la Turquie qui prit cette décision suite au refus de la Fondation de supprimer deux articles établissant un lien entre Ankara et des organisations extrémistes. Ce blocage fut toutefois levé en 2019 par voie de justice, à la suite d'une plainte déposée à la cour constitutionnelle du pays qui la reconnut valide et fondée sur base du principe de la liberté d'expression[M 10]. Sans pouvoir développer ici tous les cas de figures dont la grande majorité, si pas tous, sont de toute manière repris dans l'article Wikipédia intitulé Censure de Wikipédia[S 34], ce sont ainsi plus de 15 gouvernements qui auront à un moment ou l'autre empêché l'accès à un ou plusieurs projets Wikimédia.

Un désaccord entre un État et le mouvement Wikimédia peut aussi parfois avoir des conséquences plus intimidantes qu'une simple censure. En mars 2013, dans une affaire qui concernant la station militaire de Pierre-sur-Haute, la Direction centrale du Renseignement intérieur de France (DCRI) entra en conflit avec le mouvement suite au refus de la communauté d'éditeurs de supprimer l'article pour des raisons de secret défense[M 11]. Rémi Mathis, président de l'association Wikimédia France à cette époque l'avait supprimé après avoir été mis en examen, mais quelques instants plus tard l'article fut restauré par une administratrice suisse, et finalement resta en ligne[S 35]. Dans le cadre de cette histoire, la fondation resta à nouveau intransigeante sur le principe de liberté d'édition en assumant la décision de sa communauté d'éditeurs, tandis que Jimmy Wales alla même jusqu'à délivrer le titre de Wikimédien de l'année à Rémi Mathis. Autant de réactions et de postures qui finalement, n'auront fait qu'agacer les défenseurs de la justice française pour lesquels toute cette affaire aura mis en avant un certain « vide juridique »[M 12].

Au-delà du blocage, du recours en justice et des menaces de sanctions administratives, un autre moyen de pression sur le mouvement Wikimédia consiste à tenter de produire un clone national de Wikipédia. Ce fut le cas en Russie, là où les habitants du pays étaient déjà privés d'accès de manière sélective à certains contenus des projets Wikimédia[M 13]. En 2019, l'État russe investit 28 millions d'euros pour promouvoir le développement de l'encyclopédie russe Bigenc[S 36] vanté par Vladimir Poutine, comme espace de fourniture d' « informations fiables »[M 14]. Ceci alors que l'année suivante, le magazine Fast Company rendait hommage aux bénévoles de Wikipédia en reconnaissant qu'ils étaient « devenus la meilleure arme du web contre la désinformation »[M 15].

Face à ce type d'éloges exprimés par un magazine d'affaires américain, et en sachant que sa fondation tient son siège dans la ville de San Francisco aux États-Unis, on est alors tenté de croire que Wikimédia serait un mouvement pro-américain et qu'il éviterait tout conflit avec le gouvernement de son pays de tutelle. Or, le 10 mars 2015, une plainte fut déposée par la Fondation Wikimédia à l'encontre la National Security Agency (NSA). Cette action juridique faisait suite aux révélations d'Edward Snowden[M 16] concernant la surveillance de masse exercée par cette agence du département de la défense des États-Unis. Après plusieurs rejets des accusations par la justice américaine, les avocats de la Fondation ont même fait preuve d’une certaine opiniâtreté en poursuivant la démarche, en février 2020, au niveau de la cour d'appel des États-Unis pour le quatrième circuit[M 17].

Vidéo 7.2. Vidéo pédagogique Enseigner Wikipédia par les anecdotes proposant de revisiter l'article consacré à Alain Marleix (source : https://w.wiki/34oP)

Les conflits entre le mouvement Wikimédia et des instances étatiques peuvent être aussi à plus petite échelle, sans que cela dépasse quelques échanges entre les éditeurs des projets et des responsables politiques où les administrations qui les entourent. En 2009, dans une affaire qui fut expliquée en détail par Alexandre Hocquet[M 18] (vidéo 7.2[V 3]), la suppression d'un paragraphe de l'article concernant Alain Marlaix fut ensuite annulée par la communauté d'éditeur. Une action banale somme toute, mais qui produit un buzz médiatique dès lors que la communauté d'éditeurs découvrit que l'adresse IP qui a effectué la suppression provenait du ministère de l'intérieur français. Dans un autre exemple moins médiatisé cette fois, les pages de Wikipédia relatives à la « loi anti-piratage française et l'amendement 138 » furent elles aussi modifiées par une adresse IP utilisée par le ministère de la culture[M 19].

Encore une fois, tous ces conflits qui auront opposé les contributeurs des projets Wikimédia à des personnalités ou instances étatiques, ne pourraient tous être cités ici dans leur intégralité. Mais cette approche suffit à illustrer à quel point Wikimédia est un mouvement autonome au sens politique du terme, et ce tant au niveau de sa Fondation, que de ses associations locales et des communautés actives au sein des projets. C'est donc bien là l'une des caractéristiques premières du mouvement que l'on peut déjà retenir, ceci avant de découvrir à présent comment, fort de cette indépendance, le mouvement aura progressivement développé un certain militantisme.

La croissance du militantismeModifier

À ma connaissance, la première action militante de grande envergure produite par le mouvement fut un black-out organisé par la communauté italienne au niveau de Wikipédia en octobre 2011. Cette décision fut prise en réaction à un projet de loi du gouvernement Berlusconi qui visait, en partie, à obliger tout gestionnaire de site Internet à rectifier un contenu publié sur simple demande d'une personne qui s'estimerait lésée[M 20]. Avant d'être soutenue par la Fondation, cette action avait pris par surprise son personnel qui ne fut mis au courant du blocage que 24 heures avant son application[B 1]. Et c'est là une remarque importante, puisqu'elle indique qu'au-delà des instances étatiques, l'autonomie politique des projets se situe aussi dans leurs rapports avec la Fondation et les organisations affiliées.

Il est ensuite intéressant de voir comment le black-out de Wikipédia en italien fit des émules dans le mouvement. Le 18 janvier 2012, après concertation de plus de 2000 personnes[B 3]. ce fut au tour du projet Wikipédia en anglais d'afficher une page noire en signe de ralliement aux nombreuses manifestations organisées dans le cadre d'une campagne Stop Online Privacy Act et Project IP Act (figure 7.3). Quelques mois plus tard le 10 juillet de cette même année, ce fut Wikipédia en russe qui emboîta le pas pour réagir face à une loi proposée par le parlement de Russie[M 21].

 
Fig. 7.3. Version anglaise de Wikipédia pendant le black-out du 18 Janvier 2012 (source : https://w.wiki/35Vi)

Ensuite, les revendications se multiplièrent et s'organisèrent de plus en plus en partant de la Fondation et des associations locales. Par exemple en 2015, l'association Wikimedia Deutschland participa à la dénonciation du Copyfraud orchestrée par le musée allemand Reiss-Engalhom[M 22]. Deux ans plus tard, en 2017, ce fut le tour du parlement européen d'être interpelé par différentes versions linguistiques du projet Wikipédia[M 23] et par un message public de la Fondation. Il s'agissait d'influencer un texte de loi concernant la refonte de la réglementation régissant les droits d'auteur[M 24]. Cette action précédait un autre communiqué de 2018, dans lequel la Fondation partageait certaines inquiétudes sur le texte qui sera finalement ratifié[M 25].

Même au niveau du mouvement, peu de gens savent qu'il existe à Bruxelles une organisation Wikimédia dont le but est de surveiller et d'influencer les choix politiques de l'Europe et de tenir informées les différentes entités du mouvement de ce qui se passe au niveau du parlement et de la commission et du conseil européen[S 37]. Composée d'une trentaine de bénévoles et de deux permanents, cette instance Wikimédia, qui répond au nom de Free Knowledge Advocacy Group EU[S 38], est financée par plusieurs organisations nationales. Ajouté aux nombreuses actions militantes régulièrement organisées par le mouvement, ce groupe de pression démontre que l'action politique est devenue au fil du temps une nouvelle mission auxiliaire à celle du partage de la connaissance.

Le développement d'un militantisme politique au sein du mouvement, et plus particulièrement au niveau des projets éditoriaux, n'est pas forcément quelque chose qui plaît à tout le monde. En juin 2015, l'affichage sur toutes les pages de Wikipédia d'un bandeau en faveur d'une la liberté de panorama au moment où le parlement européen s’apprêtait à réformer les lois concernant le copyright[S 39] provoqua ainsi le départ d'un administrateur[S 40] et contributeur de longue date[S 41]. Lors d'un sondage qui avait précédé la mise en place de la bannière, 65,9 % des voix avaient pourtant été récoltées en faveur de son affichage[S 42]. À ceci près que sur les projets Wikimédia, on estime en général qu'un consensus en faveur d'une décision ne sera pas atteint tant qu'il n'aura pas réuni 75 % des votants. La question avait d'ailleurs été posée durant la prise de décision, mais sans jamais recevoir de réponse[S 43], tandis que le débat qui avait précédé la décision[S 42] fut relativement contrasté comme pourront en témoigner les deux échantillons repris ci-dessous :

Comment peut-on (contributeurs ET lecteurs) sérieusement croire en ce principe fondateur [Neutralité de point de vue] avec la présence d'un tel bandeau militant ? Floflo62 (d) 27 juin 2015 à 16:17 (CEST)

On le peut parce que la neutralité de point de vue concerne le contenu des articles, pas le projet, lequel a une position bien affirmée et nullement neutre, loin de là, en ce qui concerne la diffusion libre et gratuite du savoir. >O~M~H< 27 juin 2015 à 19:41 (CEST)

Nul doute que le lectorat, peu au fait et intéressé par des échanges wikipédiens se fiche éperdument des différences entre meta et main. Pas de neutralité du fait du bandeau = encyclopédie partisane, voilà ce qu'il va constater. Floflo62 (d) 28 juin 2015 à 17:50 (CEST)

Je défends la liberté de panorama, mais dans ma qualité de citoyen français et non de wikipédien. La Fondation Wikimédia et les associations nationales ont de plus en plus tendance à oublier que nous, les wikipédiens, écrivons une encyclopédie, ce que eux ne font pas, préférant l’activisme politique et le prosélytisme législatif. Je revendique une Wikipédia neutre, et cela commence dès la page d’accueil. --Consulnico (discuter) 27 juin 2015 à 16:23 (CEST)

Je me suis inscrit formellement au projet d'élaboration d'une encyclopédie parce que j'adhère avec enthousiasme à l'idée de diffuser la connaissance. Ce projet, un des plus grands chantiers intellectuel que l'humanité ait connu, a des principes fondateurs. Il n'est pas neutre. La rédaction de l'encyclopédie doit être neutre, mais le projet ne l'est pas. C'est une lutte contre l'ignorance. « Wikipédia a une vocation universelle, et doit présenter une synthèse raisonnée de l'ensemble du savoir humain établi. » (cf Wikipédia:Wikipédia est une encyclopédie). En conscience, je ne peux que désapprouver l'entreprise d’appropriation du paysage par les cliques ultra-libérales, laquelle est un obstacle à notre projet. Par conséquent j'approuve l'apposition de ce bandeau. -- Jean-Rémi l. (discuter) 27 juin 2015 à 17:15 (CEST)

Ces discussions symbolisent ainsi les tensions qui peuvent apparaître au sein des communautés d'éditeurs bénévoles quant à savoir comment se positionner par rapport au débat politique. Car pour bien situer les choses, il faut se rappeler ce qui a été dit dans le second chapitre de ce travail de recherche au sujet des influences idéologiques du mouvement Wikimédia et de son héritage en provenance d'une contre-culture qui aura muté dans l'histoire, mais toujours en gardant sa détermination de défendre les libertés humaines. Ceci alors que d'un autre côté, les projets Wikimédia se veulent être des espaces d'informations fiables, mais aussi dans le cadre des projets encyclopédiques, neutres quant au point qu'ils adoptent dans la rédaction des articles.

Rendre ces deux aspects du mouvement conciliables entre eux n'est pas forcément impossible. Mais cela nécessite alors tout une réflexion qui permettrait d'établir une distinction plus claire entre, d'une part, le militantisme en faveur d'un environnement politique propice à la mission pédagogique du mouvement, et d'autre part l'activité de partage de toutes les connaissances humaines. Car comment serait-il possible en effet de partager librement et entièrement toute cette connaissance sans préalablement instaurer une neutralité axiomatique parmi celles-ci ? Fort heureusement et comme nous allons le voir au sein du mouvement, si ce flou peut parfois persister entre science et politique, il n'aura toutefois pas empêché son encyclopédie d'établir une distinction claire entre opinions et savoirs partagés.

Une résistance à l'élitismeModifier

Comme cela a été vu dans le chapitre consacré à l'économie du mouvement, les projets Wikimédia doivent parfois faire face à de nombreuses pressions en provenance de la sphère privée et commerciale sous la forme de plaintes dont nombreuses durent être traitées par voie de justice[S 44]. En 2012, et au niveau du projet Wikipédia en anglais, il y eut par exemple une affaire concernant l'article consacré au roman La Tache de Philip Roth. Elle commença à la suite de modifications apportées par le biographe de l'auteur qui avaient rapidement été retirées par des contributeurs. En réaction à cela, Philip Roth publia alors une lettre ouverte[M 26] dans The New Yorker, pour demander de rectifier ce qu'il considère être une erreur.

En réponse à cette lettre, la communauté demanda alors à l'auteur de produire des sources vérifiables et dignes de foi pour justifier la demande de modification[M 27]. Et alors que l'affaire était déjà très médiatisée, la fille de Philip Roth provoqua un nouveau rebondissement dans cette histoire en publiant un message sur Facebook qui contredisait les propos de son père. Cependant, comme le contenu des réseaux sociaux ne peut pas servir de source pour un article de Wikipédia, la communauté d'éditeurs dut alors attendre que le témoignage de la fille Roth soit relayé par un journal, après quoi il pouvait seulement être intégré à l'article concernant l'auteur[M 28].

Cet épisode illustre parfaitement le fait que, dans l'absolu et en matière d'autorité, ce ne sont pas les personnes concernées par un article de Wikipédia, ni leur entourage qui en détermine le contenu, tout comme ce n'est pas non plus à la communauté des éditeurs que revient le choix des informations qui s'y trouvent. En réalité, l'autorité éditoriale dans le cadre de l'encyclopédique libre, et sans que cela s’applique aux autres projets Wikimédia, s'est vue petit à petit externalisée vers d'autres lieux d'édition. Quant au fond des articles à proprement parler et leur mise en forme, il a déjà été vu dans le chapitre précédent qu'ils devaient répondre à des normes de neutralité de point de vue, sans oublier bien sûr que pour certains le fond et la forme resteront toujours deux choses indissociables[B 4].

 
Fig. 7.4. Dessin représentant de manière humoristique la recherche de neutralité sur Wikipédia (source : https://w.wiki/4$7v)

Comme autre exemple moins médiatisé, il y a aussi cette modification faite à l'article consacré à Philippe Manœuvre[S 45], pour en déclarer la mort alors qu'il était toujours vivant. En réponse à une plainte adressée par le rédacteur en chef du magazine Rock & Folk au service de traitement des courriels Wikimédia, cette information fut alors annulée par un administrateur de l'encyclopédie qui avait pris le soin de contacter par téléphone le principal intéressé pour s'assurer des faits[S 46]. Dans ce cas figure, la réaction fut donc rapide et adéquate, mais il peut aussi arriver que certaines informations fausses persistent plus longtemps dans l'encyclopédie. Tel fut le cas par exemple de celles qui auront permis en 2018, à un joueur de football angolais, d'être engagé par un club de football lituanien de deuxième division[M 29].

En raison de tous ces évènements et de bien d'autres qu'il serait vain de citer ici et qui n'ont rien d’exceptionnel au niveau du projet Wikipédia, les communautés d'éditeurs ont alors fini par adopter une série de règles spécifiques aux biographies de personnes vivantes. Celles-ci apparurent tout d'abord dans le projet anglophone suite à l'affaire Seigenthaler déjà présentée dans la deuxième section du chapitre précédent, pour être ensuite adaptées et adoptées progressivement par les autres versions linguistiques. Il s'agit d'une recommandation qui avant tout insiste sur le respect de la neutralité de point de vue, la vérifiabilité des informations et l'interdiction de produire un travail de recherche original tout en attirant l'attention sur la délicatesse d'un tel travail. Autant d'indications donc, qui permettent à nouveau de cadrer toute volonté de modifier l'information sur la base d'opinions ou d'intérêts externes au projet. Malheureusement, si ces bonnes résolutions sont efficaces pour garantir la fiabilité du contenu de l'encyclopédie, elles sont aussi à l'origine d'une impasse épistémique qui valut au projet de nombreux reproches, tels que ceux adressés dans une lettre ouverte adressée à la nouvelle directrice de la Fondation[M 30].

L'impasse épistémique du mouvement WikimédiaModifier

Wikipédia est un projet extrêmement intéressant et dont l'utilité mesurée par les statistiques de consultation ne fait aucun doute, pas plus que la grande fiabilité de son contenu tel que cela vient d'être vu. Mais cela n’empêche pas pour autant certaines personnes d'être préoccupées par d'autres statistiques qui démontrent tout aussi clairement l’existence de biais multiples[B 5] au sein de l'encyclopédie[N 3]. Car même si Wikipédia avait pu être considérée comme une république démocratique de la connaissance à une certaine époque[B 6], et que les choses peuvent toujours apparaitre contrastées au sein du projet[B 7], il faut bien reconnaître qu'aujourd’hui la question démocratique est plutôt vue comme un aspect défaillant au niveau de la représentativité du contenu du projet. Et c'est là un problème qui comme nous allons le voir, est politique bien sûr, mais spécifiquement lié à une politique éditoriale, qui abouti au fur et à mesure de sa construction à une impasse épistémologique, voir une violence épistémique diront certains, dont témoignent les conclusions d'une étude réalisée au sein du mouvement[M 31] :

Tant les organisateurs ayant une expérience de l'édition que ceux qui étaient nouveaux dans Wikimédia ont rencontré des politiques et des processus communautaires qui ont ralenti ou augmenté les défis de leur propre travail, ou découragé les participants de participer après les événements d'édition. Il s'agit notamment de processus tels que la suppression d'articles, de politiques communautaires telles que la Notabilité, et du processus de changement de politique. Ces défis étaient particulièrement visibles lorsque l'on travaillait avec des connaissances marginalisées, où les politiques et les pratiques communautaires ne tiennent pas compte des différences de contexte, par exemple l'application des politiques de vérifiabilité pour supprimer le contenu ghanéen parce que les publications en ligne du Ghana ne ressemblent pas aux documents sources occidentaux.[T 2]

Pour bien situer ce dernier témoignage, il est avant tout indispensable de savoir qu'à partir de 2007, et non sans une certaine résistance de la part d'une frange de la communauté d'éditeurs, le projet Wikipédia dut se positionner autour de l'émergence d'un lobby en faveur du référencement des informations. Le référencement ou « sourçage des articles » comme le disent les Wikipédiens[S 47], fut quelque peu plébiscité par le fondateur de l'encyclopédie afin « de résoudre les problèmes de confiance épistémique interne (arbitrage des conflits entre contributeurs) et externe (prise en compte d'un impératif de crédibilité) »[B 8]. Cela fut en définitive une bonne chose, sauf qu'à cette première mesure s'est ensuite ajouté la nécessité de produire des sources « fiables et de qualité ». Même si ces sources ne sont dans les faits que très peu consultées[B 9], il était désormais question de ne faire confiance qu'aux sources secondaires en provenance de lieux d'édition réputés, plutôt qu'à des sources primaires qu'une communauté en manque d'expertise aurait du mal à sélectionner [B 10][B 11][B 12]. Ces changements allaient donc faire apparaitre au sein de l'encyclopédie une inévitable « délégitimité », celle de tout un pan du savoir humain, ainsi que le « rejet du savoir issu de l'expérience personnelle »[B 8]. Ceci alors que cette position est aujourd'hui pratiquement institutionnalisée dans le projet en français, puisqu'elle fait l'objet d'une vidéo réalisée dans le cadre du WikiMOOC destiné à l'apprentissage du travail d'édition sur Wikipédia (vidéo 7.3[V 4])

Vid. 7.3. 9ème vidéos du WikiMOOC concernant le choix des sources que l'on peut utiliser pour éditer un article Wikipédia (source : https://w.wiki/4YTH)

Voici donc comment cette forme de « violence épistémique » sera apparue dans le projet, avec une ligne éditoriale qui ferma la porte à toute connaissance en provenance de cultures minoritaires qui, de faite, sont souvent incapables de fournir les sources attendues pour pouvoir rendre compte de leurs réalités dans les articles Wikipédia. Car il ne faut pas oublier que de nombreux peuples ne pratiquent pas l'écriture, tels que les Inuites pour ne citer qu'un seul exemple, qui « accordent peu de valeurs aux généralisations [...et ou...] l'idée d'un savoir vrai visant un objectif particulier n'intéresse personne [...] le savoir est très personnel, lié à un nom et enraciné dans la pratique [...] bien que les blancs, eux, ne croient que ce qui est écrit »[B 13]. Ce à quoi il faut ajouter la question récurrente à laquelle se voit confronté toute personne de culture orale : « quelle part de moi-même suis-je forcé de délégitimer quand j'accepte de reconnaître la légitimité de l'écriture ? »[M 32]. Un phénomène regrettable donc, dont découle alors une « ségrégation idéologique »[B 14] dans la construction de l'encyclopédie, dont l'une des conséquences sera « un magnétisme de l'information vers le noyau dur de l'économie mondiale, rendant difficile la reconfiguration des réseaux et des hiérarchies dans la production de la connaissance »[T 3][B 15]. Et face à quoi, certaines personnes s'efforcent par conséquent à trouver des solutions de fortune, en créant par exemple des projets au cœur même de l'encyclopédie, comme celui imaginé par une chanteuse cubaine et contributrice de Wikipédia désireuse de » noircir Wikipédia »[S 48].

Lors d'une présentation de Wikimania 2021, une éditrice de l'encyclopédie, passionnée par le monde équestre, apporta aussi un témoignage très parlant quant à l'impasse créée par le refus des sources primaires dans l'encyclopédie. Après avoir travaillé sur l'article Wikipédia consacré à la ville de Tozeur, jusqu'à le porter candidat à un label de qualité, cette éditrice en manque de sources secondaires, s'est alors sentie obligée de se lancer dans la publication d'un article scientifique, dans le but de pouvoir apporter les informations manquantes pour compléter les manquements de son article encyclopédique. Après sa présentation, elle répondit ensuite à une question posée par une personne présente dans l'auditoire qui consistait à demander si « un article universitaire lui paraissait plus pertinent qu'un article de presse qui pourrait être dans un média partenaire de bonne qualité » (vidéo 7.4[V 5]). Ce à quoi elle répondit :

Vid. 7.4. Enregistrement d'une présentation de la WikiConvention francophone de 2021 intitulée : « Tozeur - d'une labellisation à une publication scientifique » (source : https://w.wiki/4YYN)

J'aurai travaillé beaucoup plus rapidement en presse. J'ai travaillé en presse équestre par le passé pendant cinq ans, donc les articles de presse j'ai l'habitude. Mais, j'ai trouvé que la démarche de m'auto-sourcer avec un article de presse que j'aurais écrit ne passerait pas. Donc, j'ai voulu me confronter en fait à une publication universitaire pour cette raison-là.

Cette réponse indique donc clairement comme il peut être difficile à toute personne externe à une culture qui domine le domaine d'un savoir qui se voit elle-même cloisonnée par le pouvoir octroyé à la presse et aux maisons d'édition, de franchir cette barrière culturelle construite dans les projets Wikipédia. Une barrière qui en fin de compte ne doit pas être vue comme une politique raciale en tant que telle, mais bien comme la conséquence d'une ligne éditoriale et épistémique qui a voulu se délester de certaines responsabilités et complications adjacentes. D'ailleurs, cette barrière éditoriale ne représente pas seulement une exclusion culturelle, mais aussi une exclusion identitaire, puisqu'elle empêche également des personnes non originaires des cultures qui dominent le milieu de l'édition, de se voir représentées de manière égalitaire dans le contenu encyclopédique. Avec comme premier exemple, cette situation absurde, où un éditeur dut demander à une connaissance dont les écrits étaient reconnus par Wikipédia, de publier un avis dans le but de permettre l'usage de la forme féminisée d'un statut dans la description d'une politicienne polonaise[B 1].

Vid. 7.5. Enregistrement d'une présentation de la Wikiconvention francophone de 2021 intitulée : « Biais de genre : proposition de nouveaux indicateurs » (source :https://w.wiki/4YYK)

Des anecdotes de ce genre doivent être nombreuses depuis que les tentatives existent pour équilibrer la proportion de femmes et d'hommes dans les articles biographiques publiés par Wikipédia (vidéo 7.5[V 6]). En février 2014 déjà, une campagne Art+Feminism avait déjà été lancée au sein du mouvement Wikimédia dans le but d'ajouter du contenu sur Wikipédia concernant les artistes féminines. Un an plus tard et à la suite d'une étude linguistique computationnelle qui relança le débat[M 33], c'est le mouvement Women in Red qui vit le jour pour coordonner toute une série de campagnes d'édition visant à réduire les biais de genre parmi les projets Wikimédia. Cependant, malgré toutes ces années de sensibilisation et d'édit-a-thons, à la fin de l'année 2021, 81 % des bibliographies de Wikipédia en français étaient toujours consacrées aux hommes. Or, même s’il est vrai que le déficit de femme parmi les éditeurs de l'encyclopédie doit aussi jouer un certain rôle, comment expliquer ce blocage si ce n'est pas le fait qu'il ne fait que refléter ce qui se passe dans le monde de la presse et de l'édition ? Car le fait est là, le combat de longue date au sein du mouvement à l’encontre du biais de genre sur Wikipédia, qui fut porté par des équipes des plus motivées[M 34] n'aura jamais réussi à rétablir l'équilibre au sein de l'encyclopédie. Tout ceci sans oublier bien sûr, que ce qui est vrai au niveau du genre le sera aussi pour toutes autres particularités humaines malmenées ou oubliées par l'histoire.

Pour sortir de cette impasse, le mouvement Wikimédia ne pourra évidemment pas se lancer dans un révisionnisme de l'histoire, ni même changer les principes éditoriaux qui ont fait le succès de l'encyclopédie. Car même si « la fiabilité ne doit pas être synonyme d'exclusion »[M 35], dès que l'idée d'identifier les politiques éditoriales qui font barrière à l'inclusion fut émise le site Meta-Wiki dans le cadre de stratégie 2030 du mouvement, elle reçut, de manière unanime, une volée de bois verts en provenance d'une dizaine d'éditeurs[S 49]. Personne n'aura même pris la peine de répondre à leurs commentaires dont voici deux extraits repris ci-dessous :

  Contre Vous pouvez gaspiller des millions de dollars en "consultation" sur ce sujet autant que vous voulez, cela ne se produira pas. La communauté ne permettra jamais à la Fondation de supprimer ou de saper nos politiques de notabilité, de vérifiabilité, de fiabilité des sources et de qualité du contenu. Ouvrez un Blogwiki si vous voulez héberger du contenu non fiable comme les éthers plats et les "histoires orales". Alsee 04:18, 23 Novembre 2020 (UTC)[T 4]

Nous savons déjà ce qui va se passer si vous faites cette consultation, parce que nous avons déjà vu des choses comme ça plusieurs fois auparavant. La grande majorité des membres de la communauté anglophone de Wikipédia sera opposée à tout changement dans les politiques de notabilité, mais une petite minorité fera des commentaires en faveur de la W?F. La W?F ne prêtera attention qu'aux commentaires qui sont en accord avec leur résultat prédéterminé. Ils essaieront ensuite d'appliquer ces changements de politique non désirés de manière autoritaire, la communauté se révoltera et la W?F abandonnera les changements, mais seulement après avoir gaspillé beaucoup de temps et d'argent pour imposer des changements dont personne ne voulait. pythoncoder 16:46, 23 Novembre 2020 (UTC)[T 5]

Ces réactions très vives, indiquent donc à quel point le projet Wikipédia est réticent à tout changement de sa politique éditoriale. Et c'est là un problème d'autant plus embarrassant lorsque l'on récolte le témoigne d'un organisateur au sein du mouvement qui confirme que : « Le site que les gens utilisent le plus souvent pour s'inscrire est Wikipédia et ils y restent souvent bloqués. Il faut parfois des années pour que les gens réalisent qu'il existe d'autres projets. »[T 6][M 31]. Tout se passe donc un peu comme si au niveau du mouvement, on assistait à une monopolisation comparable à ce qui se passe dans le reste de l'espace Web où l'on voit quelques grandes enseignes commerciales accaparer toute l'attention des utilisateurs d'Internet. Chacune de ces entreprises privées offrent en effet des produits bien spécifiques qui ne laissent en général aucune chance aux alternatives pour pouvoir se développer. Qu'un phénomène similaire puisse se développer et persister au cœur du mouvement Wikimédia, dont la mission pourtant est de gérer le partage de toutes les connaissances, est donc une chose tout à fait interpellante, pour laquelle je suis toujours surpris de voir le manque de réaction en provenance des leaders du mouvement.

Car souvenons-nous que derrière Wikipédia se cache tout une galaxie de projets, tels que Wikilivres, Wikinews, Wiktionary, Wikiquote, Wikivoyage, Wikispecies, Wikidata, et finalement Wikiversité, sur lequel l'édition de ce présent travail de recherche apporte la preuve qu'il est possible de produire un savoir que je peux espérer de qualité, et qui dans tous les cas, sera fiable en raison de la prise en compte de toutes les remarques faites en page de discussion. Tout un travail qui, ceci est important à mettre en lumière, n'aurait pas pu se faire sur Wikipédia. D'une part, parce que les travaux de recherche n'y sont pas autorisés, mais surtout d'autre part, parce que avec Wikisource, qui n'est autre qu'une bibliothèque du domaine public, et partiellement le Wiktionnaire lorsqu'il s'agit de documenter une entrée lexicale[M 36], Wikipédia est le seul endroit où il est mal vu d'utiliser des sources primaires. Ce qui fut d'ailleurs l'un des principaux reproches qui, suite aux améliorations que j'avais pu y apporter, me furent adressés lorsque j'ai posé la candidature de l'article Wikipédia consacré au mouvement Wikimédia au label de « bon article »[S 50]. Parmi les commentaires reçus pour en justifier le refus, il y avait par exemple celui-ci :

Pour moi, si une information dans un article Wikipédia n'est corroborée que par des sources primaires (ce qui est souvent le cas dans cet article), alors elle n'est pas vérifiable, et donc les phrases liées devraient alors être supprimées de l'article. Si cela réduit l'article, tant pis, c'est comme ça. Dans certains cas, notamment des résumés d'histoires fictives (livre, jeu vidéo, etc.), je suis tolérant, mais quand il s'agit d'informations qui me font lever le sourcil, il est nécessaire de contrôler l'information avec une source secondaire.

En lisant ce commentaire, dont je ne dis pas que le point de vue est partagé par l'ensemble de la communauté Wikipédia, on a donc l'impression que les sources primaires sont associées à une réputation de non fiabilité. Or, dans les sciences historiques, au même titre qu'en justice d'ailleurs, il me semble que les choses sont présentées de manière contraire. On accordera effectivement plus de crédit à une photographie, un enregistrement sonore ou cinématographique sur un support analogique, ou même à un journal intime authentifié ou des archives administratives, qu'à tout type de document publié par la presse ou dans le monde de l'édition peu importe qu'il soit le fruit d'un auteur des plus respectables. Quand il s'agit d'apporter une preuve authentique d'un fait, les sources primaires ou autrement dit les documents bruts sont effectivement prioritaires. Et c'est bien pourquoi, la communauté Wikipédia gagnerait sans doute, au lieu de considérer les sources primaires comme peu fiables en général, à apprendre à identifier parmi ces documents, ceux qui sont authentiques et ceux qui ne le sont pas. Sans cela, le projet encyclopédique se prive alors de toute une quantité d'informations précieuses, en l'absence desquelles, sa représentation du monde restera à la fois incomplète et biaisée.

Du reste, n'est-il pas vrai que la presse et même certains auteurs publiés par des maisons d'éditions, affirment des choses tout à fait fausse sur Wikipédia et le mouvement Wikimédia ? N'est-il pas notable que pendant des années, la presse a relayé le mensonge consistant à prétendre que les dons offerts à la Fondation servaient essentiellement à couvrir les frais d'hébergement des projets, et que ce mensonge fut reproduit au cœur même de l'encyclopédie des années durant ? Et n'est-il pas vrai finalement qu'il fallut que quelqu'un se décide enfin à explorer les sources primaires que sont les rapports financiers, pour parvenir à mettre la vérité en plein jour ? Il reste donc à espérer que les communautés Wikipédia tireront un jour l'enseignement de ce qui vient d'être décrit. Alors qu'au niveau des leaders du mouvement, il reste légitime d'attendre de ceux-ci qu'ils attirent enfin l'attention des médias, du public et de toutes les personnes désireuses de partager de la connaissance, sur l’existence d'une dizaine d'autres projets de partage qui ne demandent qu'à atteindre le niveau de popularité de Wikipédia.

L'Étatisation comme principe de gestion de l'autorité dans les projetsModifier

Si l'on s'en réfère à l'une de ses définitions contemporaines en français, l'État serait une « autorité politique souveraine, civile, militaire ou éventuellement religieuse, considérée comme une personne juridique et morale, à laquelle est soumise un groupement humain, vivant sur un territoire donné »[S 51]. Cependant, cette définition ne fait pas référence à l'une des caractéristiques première de l'État, qui selon une rumeur dont je n'ai jamais trouvé la source, aurait été perçu par Nicolas Machiavel, comme : « une unité politique qui double celle d'un peuple et lui survit aux allées et venues de ses gouvernements mais aussi des formes de gouvernement ». Car il est effectivement évident que l'État survit à ses dirigeants, et cela pour la simple raison que son existence repose sur une constitution écrite, un mythe fondateur ou tout autre récit transmis de génération en génération, au départ duquel s'élabore ensuite tout un ensemble de textes législatifs ou de coutumes que tout le monde respecte y compris les dirigeants et à l’exception bien sûr des hors la loi.

C'est donc sur la reconnaissance de ces récits par le peuple d'une nation mais aussi par les peuples des nations avoisinantes, que repose toute la légitimité d'un État, et finalement donc, toute l'autorité d'un acte de constitution. Car comme l'écrivait Alain Eraly : « l'autorité est toujours porte-parole, elle assume la fonction de parler au nom d'un groupe et de mettre en récit la communauté »[B 16]. Or le récit d'une communauté, c'est l'histoire de sa genèse ou le récit ontologique d'un peuple, tandis que son application quotidienne, c'est la loi ou la coutume. C'est donc là un préambule qu'il était important d'aborder avant de poursuivre d'autres analyses au sujet d'un phénomène d' « étatisation » que j'ai pu observer au sein des projets Wikimédia, et plus particulièrement dans le projet Wikipédia puisqu'il est le plus ancien mais aussi le plus étudié.

Car si l'on compare le projet Wikipédia à un État, et sa communauté d'éditeurs à une nation, alors les cinq piliers fondateurs en représenteront certainement sa constitution. D'ailleurs comme tout acte de constitution, les deux premiers principes fondateurs de Wikipédia consistent à énoncer les limites du projet et de sa communauté. Ce qui fut par ailleurs fait dès la création de la page de présentation des principes fondateurs sur l'encyclopédie en français, où l'on pouvait lire dans sa toute première version : « Wikipédia est une encyclopédie gratuite et au contenu libre de droits. Participer à Wikipédia est très facile et ouvert à tous. »[S 52].

C'était le 16 avril 2004. Et cette page a bien entendu évolué avec le temps, et tout au long de ses 480 modifications, mais en juillet 2021 l'acte fondateur se présentait toujours sous la forme de cinq principes en tant que règles non négociables pour l'ensemble de la communauté[S 53]. Tandis que par la suite, ce sont pas moins de 20 règles et 110 recommandations[S 54] qui ont vu le jour après toute une série de débats suivis de votes, jusqu'à constituer une véritable juridiction. En soulignant que celle-ci concerne bien entendu tous les aspects éditoriaux du projet, mais aussi dans une vingtaine de cas, le comportement des contributeurs.

L'une de ces règles concerne la contestation du statut d'administrateur[S 55] dont la procédure débouche sur un jugement qui doit être rendu par des arbitres qui eux-mêmes peuvent être soumis à contestation[S 56]. Telle qu'analysée par Emmanuel Wathelet dans le cadre de sa thèse de doctorat en science de l'information et communication, la règle concernant les administrateurs aura pris près de six ans avant d'atteindre sa forme définitive, avec deux premières prises de décisions en décembre 2005 et une dernière en novembre 2011. Cette prise de décision est très instructive pour déterminer comment se construit une règle au sein du projet Wikipédia en français. Voici pour s'en rendre compte un extrait des analyses du chercheur[B 17] :

À travers la construction des deux règles portant sur la contestation du statut d'administrateur, on peut faire une distinction entre l'autorité émergeant de ce qui est accompli par les 262 wikipédiens en négociations (leurs actions) et l'autorité émergeant de ce que les wikipédiens expriment (leurs discours), en notant que ces phénomènes d'autorité ne portent pas sur les mêmes éléments. En effet, l'autorité dans l'action concerne la façon dont la procédure de décision est gérée tandis que l'autorité dans le discours porte sur des phénomènes extérieurs au processus lui-même (par exemple, la destitution des administrateurs qui est le sujet de la procédure mais non la procédure elle-même).

Les résultats montrent que l'autorité émergeant du discours des wikipédiens porte sur des actions particulièrement coercitives. Dans ce cas, les phénomènes d'autorité paraissent très décentralisés – ce qui est notamment visible à travers les nombreuses imbrications d'autorité qui intègrent, souvent, les statuts officiels (administrateurs ou bureaucrates), lesquels voient cependant leur pouvoir restreint ou dépendant de leur articulation à d'autres agents comme, par exemple, le vote de la communauté.

A contrario, l'autorité émergeant des actions des wikimédiens en train de négocier s'appuie elle sur des leaders et des militants « locaux », sans statuts, correspondant à la définition d'auteurs organisationnels. Les actions dont ils se rendent responsables sont peu coercitives prises individuellement mais, agrégées, permettent à l'ensemble des processus de négociations d'aboutir. Les deux règles analysées illustrent la diversité de ces actions par rapport aux règles précédentes et, par conséquent, la complexification du rôle d'auteur : on note le rôle d'initiateur, d'agent, de vigie, de militant, de proposant, de synthétiseur, de délégation, de porte-parole ; celui consistant à publiciser son travail, à autoriser certaines actions, à se remettre en question voire à décider !

Cependant, l'échec relatif de la première règle et l'instabilité du leadership qui en est une des causes montrent combien le rôle d'auteur et, encore plus, celui de leader sont très relatifs : on ne peut compter a priori sur un leadership émergeant dans la mesure où rien n'indique que celui-ci sera suffisamment fort pour mener à bout de bras la prise de décision. Il en résulte que le caractère éminemment contingent de l'autorité et, par suite, de l'organisation, est réaffirmé avec force renvoyant aux risques que suppose une organisation reposant exclusivement sur ce type d'autorités dans les processus de négociations.

Cette analyse permet donc de réaliser à quel point l'autorité au sein du projet Wikipédia en français peut être distribuée, voire diluée, dans l'ensemble de la communauté des contributeurs les plus actifs. On y remarque ensuite que dans l'État Wikipédia, l'autorité n'est pas personnifiée, comme c'est toujours le cas au niveau des États géographiques. Avec pour preuve, cette récente guerre entre l'Ukraine et la Russie, qui donne presque l'impression qu'il s'agit d'un conflit entre deux personnes. D'un côté un chef d'État belligérant et de l'autre le président d'un État moins armé, mais qui semble cependant prendre le dessus par rapport aux « offensives médiatiques »[M 37] qui se déroulent dans cet autre espace de vie que représente l'écoumène numérique. Sans oublier que dans cet écoumène, les cyberattaques des deux pays en conflit n'ont cessé de rivaliser[M 38][M 39].

 
Fig. 7.5. Photo d'une ligne de désir (source : https://w.wiki/52CU)

Ce que nous enseigne le projet Wikipédia en français est donc tout à fait différent de ce que l'on observe des États-Nations réparties sur le globe terrestre. On y voit en effet non plus une « personnification » de la politique mais bien une « présentification »[B 18] de celle-ci à travers tout un système d’imbrication de règles donnant naissance à une « autorité procédurale et bureaucratique sans hiérarchie statutaire »[B 19]. Mais une bureaucratie bien spécifique puisqu'elle est sans bureaucrate, même si le terme fut choisi maladroitement pour désigner les personnes élues par la communauté dans le but d’opérer les changements de statuts, et donc la distribution des outils techniques, selon les décisions prises par la communauté.

Dans les projets Wikimédia, il n'y a par conséquent pas de dirigeant, ni d'architecte, mais seulement un principe de mise en œuvre propre aux « wikis », qui fut comparé à l'idée de « fournir un champ d'herbe et à regarder où et comment les utilisateurs marchent selon ce qu'on appelle les Lignes de désir »[T 7][B 20], pour ensuite faire les chemins définitifs en dur au départ de ces tracés. Dans le cas des projets Wikimédia, ces chemins ne sont rien d'autres que les pages de règlements et de recommandations, rédigées conjointement par les communautés à la suite des prises de décisions. Des décisions collectives et consensuelles sans lesquelles les règles établies n'auraient aucune légitimité ni autorité au sein des projets. À ces textes de réglementation succèdent alors tout un ensemble de pages d'aides et autres types de textes rédigés collectivement dans le but d'organiser la participation aux projets numériques, tout comme les États géographiques régularisent ce qu'il est permis de faire dans leurs nations.

Bien sûr, et comme toujours, ce qui se passe dans une version linguistique de Wikipédia ne peut se voir généraliser à tous les autres projets et versions linguistiques. La taille de la communauté, l'ancienneté du projet, la présence ou non d'un comité d'arbitrage, et surtout la culture communautaire qui s'y sera développée en fonction d'une finalité pédagogique qui peut être très différente, sont en effet autant de facteurs déterminants. Mais ceci étant dit, ces premières observations suffisent pour remettre en perspective cette affirmation de Hannah Arendt[B 21] selon laquelle :

La relation autoritaire entre celui qui commande et celui qui obéit ne repose ni sur une raison commune ni sur le pouvoir de celui qui commande ; ce qu’ils ont en commun, c’est la hiérarchie elle-même, dont chacun reconnaît la justesse et la légitimité, et où tous deux ont d’avance leur place fixée.

Cette affirmation ne semble pas correspondre à ce qui se passe dans les projets Wikimédia puisque, encore une fois, la hiérarchie ne pourrait être vue comme une relation statutaire entre commandeurs et commandés, mais bien comme une posture d'autorité à laquelle chacun peut prétendre en se référant à telle ou telle décision prise par la communauté. D’ailleurs, pour Alain Eraly « L'autorité n'est rien de naturel, elle est instituée, elle n'émane pas de la personne, mais de la communauté et s'arrête d'ailleurs aux limites de cette communauté »[B 16].

Cette dernière perspective est donc beaucoup plus proche de ce qui se passe dans l'espace numérique Wikimédia où comme nous l'avons déjà vu, une délégation en provenance du projet Wikipédia n'aura pas réussi à avoir gain de cause quant à la suppression d'un article sur le projet Wikiversité. Chaque projet peut effectivement être considéré comme un État indépendant des autres projets qui constituent la galaxie Wikimédia, et pour s'en convaincre, on peut alors se référer aux nombreuses discussions entre utilisateurs de différents projets comparables à celle que j'ai pu retrouver sur le forum principal du projet Wikipédia en français[S 57] et dont voici quelques extraits :

Je m'aperçois suite à des diffs comme celui-ci que nombre d'articles Mathématiques par exemple, possèdent un lien sur Wikiversité bien en évidence en tête d'article. Je pensais que ces interwikis étaient traditionnellement en bas, avec Commons, Wikisource, Wikiquote etc.. Sinon, pourquoi mettre en tête Wikiversité et pas les autres ? D'où vient cette pratique ? Jean-Christophe BENOIST 27 juin 2021 à 23:21 (CEST)

Bon. On laisse comme cela. On verra quand Wikisource, Wikiquote etc.. voudront faire de même.. Jean-Christophe BENOIST 28 juin 2021 à 16:58 (CEST)

Je n'y suis pas favorable, en tout cas pas sans consensus communautaire. Cdlt, — Jules* 28 juin 2021 à 18:18 (CEST)

Bonjour, +1. L'étendue de l'encyclopédie permet d'imposer une pratique comme celle-ci par le fait accompli... Récemment j'ai retiré des bandeaux Wikinews placés en en-tête d'article (ex.). --ContributorQ 28 juin 2021 à 19:23 (CEST)

[...]

Surtout pas Wikiversité, qui est tellement peu fiable qu'elle y accueille des "articles" supprimés sur wp, par exemple un mémorable TI révisionniste viré de wp. Wikiversité a jugé bon de le conserver en dépit des interventions argumentées et sourcées de plusieurs wikipédiens. Alors, non merci. Ni en tête d'article ni ailleurs. Ce n'est ni Commons ni Wikiquote ni le Wiktionnaire. Cdt, Manacore 28 juin 2021 à 22:30 (CEST)

[...]

Bonjour à tous. L'ajout des 2 modèles Homonyme Wikiversité/Faculté ou Homonyme Wikiversité/Classe en tête d'article est contradictoire avec Wikipédia:Conventions de plan#En-tête, qui mentionne uniquement des modèles renvoyant à WP. Par ailleurs, la section Wikipédia:Conventions de plan#Voir aussi / Annexes est claire : les projets frères sont indiqués en bas des articles (via modèle:Autres projets). Donc je pense qu'il faudrait supprimer ces 2 modèles. Mais avant tout, je pense qu'il faudrait prévenir Hérisson grognon, qui a créé ces 2 modèles et les a insérés dans des articles. Cordialement --NicoScribe 28 juin 2021 à 23:49 (CEST)

[...]

Bonsoir à tou.te.s @Jules*, merci pour le ping @NicoScribe. Tout d'abord, je tiens à répondre à Manacore qui considère Wikiversité presque comme une « poubelle » de Wikipédia qui accueille des articles supprimés suite à PàS. Je ne comprends pas ce jugement. Wikiversité est un autre projet, donc forcément différent de Wikipédia ; il est tout à fait normal qu'il accueille d'autres types de pages. Wikiversité se veut être une bibliothèque de cours, heureusement qu'on y autorise les travaux inédits ! Pour ce qui est de mes nouveaux modèles, le véritable cœur du sujet, je les ai créés à la fois pour rediriger les lecteurs/ices égaré.e.s (qui chercheraient plutôt des cours et des exercices sur le sujet de l'article) et pour donner plus de visibilité à WV (et, du coup, aux autres projets frères de Wikipédia en général). Je suis   Pour un sondage ou une prise de décision, mais   Contre un retrait massif sans discussion. --Hérisson grognon 30 juin 2021 à 21:31 (CEST)

On pouvait aussi être contre un ajout massif sans discussion  . Jean-Christophe BENOIST 30 juin 2021 à 21:48 (CEST)

! Conflit d’édition - Bonjour Hérisson grognon, je ne suis pas contre une prise de décision pour modifier le consensus actuel, néanmoins, je suis contre un POINT partisan (« pour rediriger les lecteurs/ices égaré.e.s » ; « pour donner plus de visibilité à WV ») par lequel du contenu non consensuel est ajouté vers un projet externe comme tu le soulignes (« Wikiversité est un autre projet, donc forcément différent de Wikipédia »). Cet ajout se fait au détriment de ce qui a été décidé... cf. Wikipédia:Conventions de plan#En-tête ; cf. cette prise de décision, 1er vote : la suppression systématique est justifiée. Mais si le consensus a changé, il est préférable de le savoir en amont plutôt que de tenter de prouver que c'est une bonne solution. Bref, je sais que ça part d'une bonne intention mais ce n’est pas une bonne manière de faire, bien à toi. LD 30 juin 2021 à 21:53 (CEST)

Bah, c’est perdu d’avance je pense. J’ai perdu une énergie folle à faire un peu de pub pour Wikiquote, en souhaitant - au départ - juste proposer un divertissement « instructif » sur le bistro en combinant image/citation si possible. J’ai eu droit à quoi (?) : un refus massif en bloc. Qu’ai-je pensé des avis ? Seul un était argumenté, rien d’étonnant; c’est Jean-Christophe l’auteur de cet avis éclairé. Drôlement, je n’ai pris connaissance de cette prise de décision quand consultant l’historique de cette page : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Leonard_Susskind&action=history. En gros, je pense que certaines pratiques/habitude/bla-bla-bla sont établies depuis bien trop longtemps et il est clairement impossible de les faire évoluer même si cela peut, sur certains points, être une amélioration. Ne pas changer les habitudes. Y’a qu’à voir les pages bistro ces jours ci. C’est à chaque fois pareil. Non non non non non. Ahhhhh au secours où sont les liens où sont mes petits ahhhh je m’y retrouve plus. J’ironise of course. Ou pas. Et la y’a plein de fautes et j’ai la flemme de corriger. J’ai mieux à faire sur Wikiquote. Bye. Humeur du soir, en musique, devant M6. Malik (en vacances !)

En plus de mettre en lumière l'autonomie, mais aussi une certaine rivalité entre les projets, ce dernier commentaire de Malik, soulève une autre particularité des projets Wikimédia : la résistance au changement. Cela n'est pas du tout quelque chose spécifique au projet Wikipédia. J'ai pu moi-même l'observer à plusieurs reprises sur le projet Wikiversité, avec comme exemple le plus flagrant cette proposition d'adopter une règle selon laquelle « En l'absence de règle définissant ce que l’on doit faire sur la Wikiversité, tout contributeur doit contribuer sur celle-ci conformément à ce qui existe déjà majoritairement sur la Wikiversité ». Une proposition qui fut reformulée de la sorte : « En l'absence de règle, la coutume remplace les règles inexistantes »[S 58].

Cette nouvelle règle ne fut toutefois pas acceptée, mais alors qu'il y avait 12 participants à la prise de décision, 72.73 % s'exprimèrent en sa faveur. Dans un système démocratique à vote majoritaire elle aurait donc été acceptée, alors que dans les projets Wikipédia il faut atteindre le consensus qui en général n'est reconnu qu'à partir de 75 %. Je faisais partie des trois personnes qui ont voté contre la proposition à côté d'une autre qui avait préféré s'abstenir. Et une partie de mon argumentaire final pour justifier mon vote était celle-ci : « Je pense que les anciens doivent être là pour aider les nouveaux, de façon individuelle et contextualisée, par pour leur poster des liens vers des pages de prises de décision en leur disant d'appliquer ce qui a été fait ou décidé auparavant ».

Au-delà de mes penchants anarchistes bien connus au sein du projet, ce que je voulais dire et que je n'ai pas eu le temps d'expliquer à ce moment, c'est qu'accepter cette règle était implicitement donner du pouvoir aux anciens, ou plus précisément à leurs coutumes, ce qui complique ensuite la vie des nouveaux arrivants et le développement de certaines innovations qu'ils peuvent apporter. J'y voyais ainsi une sorte de tyrannie des premiers arrivants qui imposent leur volonté aux nouveaux venus, un peu à l'image de mon club de voile dont le conseil d'administration décida un jour de faire payer un droit d'entrée, que bien sûr les personnes déjà membres n'avaient pas à débourser. Si l'« organisation wiki » semble résister à la loi d'airain de l'oligarchie[B 22], elle n'est pas pour autant épargnée par une autre loi d'airain qui est propre à toute organisation : celle de la résistance au changement[B 23]. Une résistance qui sera d'ailleurs encore plus forte dans les projets, quand le changement provient d'une initiative non concertée réclamée par la Fondation.

Les rapports de pouvoir entre la Fondation et la communauté WikimédiaModifier

C'est là sans doute une chose surprenante par rapport à tout ce qui vient d'être dit, mais au niveau juridique la Fondation n'a aucune obligation légale de tenir compte des avis de la communauté des bénévoles actifs au sein du mouvement, ni même de ceux exprimés par toutes les instances affiliées au mouvement. Les personnes actives au sein de son conseil d'administration, qui ont pour obligation de quitter tout autre conseil d'administration au sein du mouvement lors de leur mandat[S 59], sont en effet tout à fait libres de faire leur choix de manière non impérative.

L'article III des statuts de la Fondation concernant l'adhésion indique en effet noir sur blanc que « La Fondation n'a pas de membre »[T 8][S 59], ce qui veut donc dire aussi, pas d'assemblée générale ni d'élection des candidats au conseil d'administration. C'est là semble-t-il une chose commune pour les fondations qui contrairement aux organisations, ont pour fonction de gérer un capital financier à des fins caritatives et non un ensemble de membres dévoués à une cause commune. Une cause qui peut être traduite par le mot « mission » dans le cadre du mouvement, telle qu'elle apparait dans l'article II des statuts de la Fondation, sous l'intitulé anglais « Statement of Purpose »[S 59].

La distinction entre organisation à but non lucratif, fondation et plus récemment, fonds de dotation, n'est pas toujours très claire. En France il fallut par exemple attendre 1987 pour qu'une loi définisse la fondation comme « l’acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident de l’affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but non lucratif »[B 24]. Ayant son siège aux États-Unis, la Fondation Wikimédia est alors soumise au code fédéral des impôts américain, après avoir été reconnue en tant qu'organisation de type 501(c)(3) selon l'article 501 de texte de loi. De ceci découlent donc les statuts bien particuliers de la Fondation dont voici quelques extraits importants :

[...] Les « affiliés », tels qu'utilisés dans les présents statuts, seront définis par le Conseil, conformément à la déclaration d'intention de la Fondation telle que définie à l'article II ci-dessus, et fonctionneront comme des groupes indépendants ou des entités juridiques qui opèrent en coordination avec la Fondation. pour mettre en œuvre l'énoncé de mission. Les affiliés doivent avoir un accord écrit avec la Fondation. En aucun cas, un Affilié ne sera un agent ou un membre de la Wikimedia Foundation[T 9]. [...]

Les candidatures sélectionnées par la communauté et les affiliés seront examinées par le conseil d'administration pour être nommées au conseil d'administration[T 10]. [...]

Le conseil d'administration déterminera qui est qualifié pour participer au processus d'approbation des fiduciaires sélectionnés par la communauté et les affiliés[T 11]. [...]

Tout membre du conseil peut être révoqué, avec ou sans motif, par un vote majoritaire des fiduciaires alors en fonction et conformément aux procédures[T 12] [...]

Sauf délégation contraire du conseil d'administration à un autre organe ou à une autre personne, le conseil d'administration est habilité à prendre tous les règlements, règles, politiques, accords d'utilisation, conditions d'utilisation et autres décisions nécessaires à la poursuite du fonctionnement de la Fondation non incompatible avec les présents statuts[T 13]. [...]

Ces règlements peuvent être modifiés, amendés ou abrogés et de nouveaux règlements peuvent être adoptés par une majorité de l'ensemble du conseil d'administration lors de toute réunion ordinaire ou réunion spéciale[T 14], [...]

À cette lecture, on constate donc que le pouvoir statutaire accordé au conseil d'administration de la Fondation est énorme. Ceci alors que seuls ses membres actifs sont en mesure de déterminer sa composition, soit sur base des propositions faites dans la foulée des élections organisées au sein du mouvement, mais sans obligation contractuelle de le faire, soit encore par cooptation. Sans oublier non plus qu'il suffit d'un simple vote majoritaire au sein du conseil pour que l'un de ses membres s'en voie exclu. C'est ce qui s'est passé le 25 décembre 2015, quand James Heilman, un médecin Wikimédien et ancien président de l'association Wikimédia Canada sélectionné par la communauté des contributeurs, fut révoqué par huit des dix membres du conseil[S 60]. La décision avait été motivée par une perte de confiance du conseil d'administration envers les capacités de James de remplir ses obligations en matière de confidentialité, de jugement et de discrétion[S 61].

Cependant, il s'est avéré par la suite que le manque de discrétion de James concernait le développement du projet de moteur de recherche Knowledge Engine dont il fut déjà question dans le chapitre précédent et sur lequel la Fondation travaillait discrètement, tout en bénéficiant d'un financement accordé par la Knight Foundation. Lorsque l'affaire éclata au grand jour, grâce au message d'alerte lancé par James, les membres de la communauté se sont précisément révoltés en raison du manque de transparence dont avait fait preuve la Fondation. Durant la crise qui s'ensuivit, ce fut alors la directrice de la Fondation, ainsi qu'Arnnon Geshuri qui décidèrent de démissionner, la première sous la pression des employés de la Fondation, et le second à la suite d'un appel à commentaire sur Meta-Wiki qui avait rassemblé près de 300 signatures pour dénoncer les implications de l'administrateur coopté dans certains scandales[S 62]. Ceci alors qu'en 2017, soit deux ans après le début de cette affaire, le médecin déchu du conseil d'administration fut alors réélu par la communauté lors de nouvelles élections et fut à nouveau sélectionné par le conseil pour prendre place en son sein.

Cet épisode démontra ainsi les faiblesses d'un conseil d'administration qui à l'époque était composé de dix membres dont cinq avaient été identifiés comme étant en lien avec Google, tout comme Geshuri l'avait été en tant qu'ancien directeur des ressources humaine[M 40]. Il nous démontre ensuite que malgré l'indépendance statutaire du conseil d'administration quant au choix de ses membres, les pressions en provenance de la communauté Wikimédia peuvent, dans les faits, influencer grandement cette composition, et ce malgré l’absence d'élections statutairement reconnues.

L'absence d'obligation juridique de tenir des élections est effectivement liée au fait que la Fondation ne possédait pas de membre à cette époque et jusqu'à ce jour, alors que cela n'avait pas toujours été le cas auparavant. En septembre 2003, Alex Roshuk, l'avocat bénévole qui conseillait la Fondation, qui pour rappel est restée sans employé jusqu'en 2005[S 63], avait en effet écrit sur la liste de diffusion Wikipedia-I que toutes les personnes impliquées dans Wikipédia étaient membres de par leur simple participation[M 41]. Une affirmation qui resta valide jusqu'en début d'année 2006, puisque les statuts de la Fondation de cette époque spécifiaient, dans leur article III consacré au membership, l’existence de 5 types de membres. Soit : actif (avec droit de vote) cotisant, volontaire actif, à vie (fondateur), de soutien (grand donateur individuel), de soutien corporatif (grand donateur institutionnel)[S 64]. En précisant pour les volontaires actifs que :

Cette adhésion est ouverte à toutes les personnes intéressées à soutenir les activités de la fondation qui ont contribué sous un nom d'utilisateur à tout projet Wikimédia avant la date limite de demande de vote pour les élections. Le conseil peut fixer des exigences minimales de contribution dans le but d'éliminer les votes frauduleux. Les Membres Actifs Bénévoles bénéficient de tous les privilèges des Membres Actifs Contributeurs. Les membres actifs bénévoles sont automatiquement qualifiés pour voter, n'ont pas besoin de s'inscrire en tant que membre avant de voter et peuvent se retirer de l'adhésion à tout moment.[T 15]

Mais à partir de juin 2006, Florence Devouard, avant qu'elle ne devienne présidente du conseil pendant deux ans[M 42], a alors émis l'idée que toute forme d'adhésion serait retirée des statuts dans le but de rationaliser le profil juridique de la Fondation. Une idée qui fut discutée jusqu'en novembre 2006, et juste avant que la décision soit prise de manière unanime que la Fondation n'aurait dorénavant plus de membres[S 65]. Ce choix fut justifié par le fait que l'adhésion n'avait en réalité jamais existé auparavant de manière légale et qu'elle n'était pas souhaitée pour plusieurs raisons : (1) la nécessité de divulguer la réelle identité des membres, (2) les risques de déstabilisation du mouvement en raison d'une distinction inutile entre membres et non membres, (3) les risques de prise de contrôle par un mouvement politique, (4) les frais administratifs et finalement (5) la possibilité d'avoir les avantages d'un système d'adhésion sans pour autant qu'il apparaisse dans les statuts[M 43].

Tous ces arguments n'ont toutefois pas convaincu l'avocat bénévole du mouvement, qui suite à ce changement de cap, proposa la création d'une association de Wikimédiens indépendante selon les recommandations suivantes[S 66] :

Je pense que la façon de procéder serait de créer une nouvelle association de wikipédiens et de wikimédiens qui devrait être totalement indépendante des serveurs WMF, et avoir sa propre structure, son statut d'exonération fiscale, tout en étant un endroit où quiconque a contribué à WMF ou à n'importe lequel de ses projets (pas nécessairement en tant qu'éditeur bénévole) devrait avoir pouvoir commenter et critiquer ce qui se passe dans cette organisation. Cela sans jugement ni créer aucune sorte de pression sur les participants individuels pour qu'ils se conforment aux soi-disant idéaux du WMF. Une telle Union des membres pourrait agir comme une véritable arène de réforme qui pourrait exercer des influences positives sur une culture devenue compliquée, déroutante et débilitante pour un véritable travail collaboratif.[T 16]

Bien qu'une pétition ait été lancée sur le site Meta-Wiki en 2008 pour protester contre la disparition du statut de membre, et qu'elle ait récolté 145 signatures[S 67], les statuts sont toutefois restés tels quels jusqu'à ce jour. Plus récemment, en juin 2021, un appel à commentaire fut aussi lancé sur la plateforme inter communautaire, mais n'aura fait l’objet que de quelques échanges entre quatre contributeurs seulement[S 68]. Face à ce manque d'engouement, on peut donc raisonnablement croire que la remise en question de l'absence de membres et de processus d'adhésion à la Fondation ne fait plus partie des préoccupations du mouvement. Une chose qui s'explique sans doute par le fait que l'attention des Wikimédiens fut grandement sollicitée par le processus d'élaboration de la stratégie du mouvement jusqu'en 2030, dont l'une des issues fut précisément de créer un conseil mondial au sein du mouvement, dans le but de superviser une nouvelle charte qui concernerait tous ses membres.

La stratégie du mouvement comme processus participatifModifier

Le mouvement Wikimédia semble avoir toujours accordé beaucoup d'importance à l'expression de ses valeurs dont on retrouve l'évolution historique depuis 2006 sur une page du projet Meta-Wiki[S 69], ainsi qu'aux principes directeurs de sa fondation approuvés dès 2013 par son conseil d'administration[S 70]. Mais avant cela, il y eut d'abord cette phrase prononcée par Jimmy Wales lors d'une interview postée le 28 juillet 2004 sur le site Slashdot[M 44], et qui fut reprise telle quelle comme vision d'avenir du mouvement Wikimédia[S 71] : « Imaginer un monde dans lequel chaque personne sur la planète a librement accès à la somme de toutes les connaissances humaines. C'est ce que nous sommes en train de faire. »[T 17].

Cette déclaration resta gravée dans les mémoires, pour finalement devenir unificatrice au sein du mouvement. C'est aussi par rapport à celle-ci que la Fondation aura par la suite défini sa mission, qui au début du mois d'avril 2022 était reprise dans ses statuts[S 59], sur une page Web de son site de gouvernance[S 72] et sur le projet Meta-Wiki[S 73] :

La mission de la Wikimedia Foundation est de donner aux personnes du monde entier les moyens de collecter et de développer du contenu éducatif sous licence libre ou dans le domaine public, et de le diffuser efficacement et à l'échelle mondiale.

En coordination avec un réseau de volontaires individuels et nos organisations de mouvement indépendantes, y compris les chapitres reconnus, les organisations thématiques, les groupes d'utilisateurs et les partenaires, la Fondation fournit l'infrastructure essentielle et un cadre organisationnel pour le soutien et le développement de projets wiki multilingues et d'autres efforts qui servir cette mission. La Fondation mettra à disposition gratuitement et à perpétuité les informations utiles de ses projets sur Internet.[T 18]

À la suite de la création de la Fondation en 2003, il fut ensuite rapidement question d'élaborer des plans stratégiques pour déterminer les priorités et objectifs à atteindre. Au niveau historique, ces plans furent tout d'abord élaborés par les premiers conseils d'administration, toujours très attentifs aux différents débats entretenus dans les espaces de discussion du mouvement, tels que les forum et listes de diffusions[S 74]. Puis, au fil du temps et de la même manière que la Déclaration universelle des droits de l'homme (premier contenu publié par le projet Wikisource en français[S 75]) fut adoptée par la Fondation en décembre 2021, ce sont finalement 33 textes d'origine externe au mouvement et trois chartes internes qui furent ainsi adoptés par le conseil[S 76]. Tandis que parallèlement à ceci, de véritables processus collaboratifs et participatifs furent mis en place pour déterminer la stratégie du mouvement.

 
Fig. 7.6. Graphique illustrant l'évolution du pourcentage des articles du projet Wikipédia en français en fonction de leur géolocalisation. (source : https://w.wiki/4$Re)

Le premier de ces processus fut lancé en 2009[M 45] en recourant à la participation de milliers de volontaires dispersés dans le monde[B 25]. Il déboucha sur une série de priorités et d'objectifs à atteindre pour 2015 sur la base d'initiatives opérationnelles. Ce processus faisait ainsi appel à l'intelligence collective et au soutien du personnel de Wikimédia pour identifier, affiner et relever les défis stratégiques fondamentaux, tout en reposant sur un principe de transparence, de collaboration et de participation répondant aux attentes des parties prenantes[B 26]. C'était là en tout cas le discours officiel, qu'il faut évidemment remettre en perspective par rapport à d'autres témoignages qui font part des tensions existantes entre les besoins stratégiques et les normes établies par des communautés de volontaires souvent trop sollicitées[B 26], et qui se seraient retrouvées incluses dans le processus par moment et exclues à d'autres, de façon ambivalente sinon arbitraire[B 27].

Dans ce plan stratégique, on retrouvait comme objectif d'atteindre les 25 % d'éditrices et les 37 % de rédacteurs en provenance des pays du Sud[M 45] associé à une volonté de voir dépasser la centaine le nombre de versions linguistiques de Wikipédia contenant au moins 120 000 articles significatifs[B 28]. Malheureusement, à la date du premier avril 2022, aucun de ces objectifs n'aura été atteint puisque seulement 71 versions linguistiques de Wikipédia avaient dépassé la barre des 100 000 articles[S 77], et que le pourcentage de femmes et personnes en provenance de pays du sud parmi les rédacteurs de Wikipédia n'a toujours pas évolué de manière significative[N 4]. Par ailleurs, les résultats des recherches menées par The Wikipedia Diversity Observatory[S 78] mettent en évidence d'autres sous représentations au sein du mouvement, par rapport cette fois à la religion, l'orientation sexuelle et l'appartenance culturelle et ethnique. Quant à la géolocalisation des articles de l'encyclopédie dans le monde, elle n'évolue pas vraiment en faveur des pays du Sud (figure 7.6).

 
Fig. 7.7. Photo d'un des groupes de conversations mondiales organisé le 5 décembre 2020 dans le cadre de la stratégie du mouvement Wikimédia 2030 (source : https://w.wiki/$eX)

Face à ces constats, il n'est donc pas étonnant que les mêmes préoccupations soient réapparues dans le plan stratégique adopté à l'horizon 2030. Celui-ci fut l'occasion de tester de nouvelles formes de participation auxquelles tous les membres du mouvement furent conviés. Dès 2017, des pages de discussions furent créées dans les différents projets et versions linguistiques, par exemple sur le Wiktionnaire en français[S 79], et des rencontres hors ligne et en ligne furent organisées pour partager les points de vue dans de nombreuses langues pratiquées au sein du mouvement, et ce y compris avec des experts locaux et organisations partenaires[S 80].

Ensuite, neuf groupes de travail ont été formés dans le but d'élaborer des ébauches de recommandations[S 81]. Ce fut donc pour ceux-ci l'occasion de repartir dans de nouveaux débats en-ligne et parfois hors-ligne, comme ce fut le cas durant le Sommet Wikimédia de 2019 à Berlin[S 82]. La publication des recommandations[S 83] marqua alors le début d'une nouvelle phase de transition durant laquelle de nouvelles rencontres furent organisées dans le but de discuter de leur mise en pratique[S 84]. À cela s'ajouta même, de manière innovante pour le mouvement, une série de demi-journées de conversations mondiales[S 85] en vidéo conférence (figure 7.7) agrémentées de discussions en petits groupes et de partages collectifs d'opinions par vote. Parmi ces votes l'un des plus tranchés, fut en faveur d'un nombre fixe de sièges attribués à la Fondation, les projets, et les groupes et organisations affiliées, lors de la constitution du comité de rédaction de la charte du mouvement[S 86].

Tout cet incroyable investissement en matière de ressources humaines et d'heures de travail a finalement conduit à l'élaboration d'une liste complète d'initiatives[S 87] que le mouvement a commencé à mettre en œuvre depuis mi-2021[S 88]. Mais avant cela, la première phase du processus s'était clôturée par une invitation à manifester son adhésion à la stratégique 2030 sur une page de Meta-Wiki[S 89], où la synthèse du plan apparaissait comme telle :

D'ici 2030, Wikimédia deviendra l'infrastructure essentielle de l'écosystème du savoir libre, et toute personne partageant notre vision pourra nous rejoindre.

Nous, les contributeurs, communautés et organisations de Wikimédia, ferons progresser notre monde en collectant des connaissances qui représentent pleinement la diversité humaine, et en construisant les services et les structures qui permettent aux autres de faire de même.

Nous poursuivrons notre mission de développement de contenu comme nous l'avons fait par le passé, et nous irons plus loin.

La connaissance en tant que service : pour servir nos utilisateurs, nous deviendrons une plate-forme qui fournit des connaissances ouvertes au monde à travers des interfaces et des communautés. Nous construirons des outils pour les alliés et les partenaires afin d'organiser et d'échanger des connaissances libres au-delà de Wikimédia. Notre infrastructure nous permettra, ainsi qu'à d'autres, de collecter et d'utiliser différentes formes de connaissances gratuites et fiables.

Équité des connaissances : en tant que mouvement social, nous concentrerons nos efforts sur les connaissances et les communautés qui ont été laissées de côté par les structures de pouvoir et de privilèges. Nous accueillerons des personnes de tous horizons pour bâtir des communautés fortes et diversifiées. Nous ferons tomber les barrières sociales, politiques et techniques qui empêchent les gens d'accéder et de contribuer à la connaissance libre.

Après cette introduction, la page d'adhésion invitait alors les représentants des instances affiliées au mouvement à compléter une liste de signatures, pendant que les personnes possédant un compte d'utilisateur dans les projets Wikimédia pouvaient le faire dans une autre liste. Ce processus d'adhésion avait entre autres pour but d'anticiper la rencontre Wikimania 2018 dont le thème était : « Combler les lacunes en matière de connaissances »[M 46]. En message d'introduction de la page d'adhésion[S 90], apparaissaient aussi ces avertissements :

Veuillez noter que l'orientation stratégique ne sera pas renégociée, mais servira de base convenue pour les conversations de la phase 2. En bref, l'approbation signifie : « C'est la bonne façon pour nous tous d'avancer ensemble. Allons-y!"

Ce que cela ne signifie pas : Approuver l'orientation stratégique ne signifie pas que les groupes ou les individus signataires approuvent toutes les étapes qui suivent et les décisions qui sont prises dans la phase 2. La façon dont les organisations et les individus utilisent les résultats de ces conversations dépend d'eux. Certains peuvent l'utiliser pour éclairer la stratégie programmatique ou organisationnelle. D'autres peuvent y voir un moyen de se connecter au mouvement plus large et d'inviter d'autres à contribuer à Wikimédia. Certains peuvent ne pas l'utiliser du tout – et ce n'est pas grave ![T 19]

Sur cette page du projet Meta-Wiki, l’adhésion ne fut toutefois pas unanime. Sur les 179 instances affiliées au mouvement, 99 ont manifesté leur soutien, tandis qu'au niveau des interventions individuelles, 145 personnes se sont manifestées pour, 36 contre, sept sont restées neutres et deux ont préféré s’abstenir[S 90]. Comme cela fut suggéré, de nombreux commentaires furent également déposés pour faire part de diverses opinions concernant l'orientation stratégique, dont voici quelques extraits intéressants :

Je suis préoccupé par le fait que Veuillez noter que l'orientation stratégique ne sera pas renégociée[T 20] Gnangarra

Je suis de plus en plus inquiet que le mouvement devienne plus centré sur Wikipédia[T 21]. George Ho

Je crains également que la Direction ne soit utilisée pour soutenir les "traditions orales" (comme dans les textes menant à la Direction), et pour définir les "traditions orales" comme des "sources fiables"[T 22] Ziko

Je rejette le processus et son résultat jusqu'à présent parce que les préoccupations de la communauté germanophone n'ont pas été prises en compte et qu'il n'y a aucune possibilité d'opposition[T 23]. Aschmidt

Ma communauté natale, ukrainienne, n'est pas alimentée par cette mission presque divine de bonté sur le chemin de la connaissance libre déployée. [...] La connaissance libre n'est qu'un effet secondaire. En fait, beaucoup préféreraient une Baidupedia locale si elle existait. Je suis sûr que ce n'est pas la seule communauté avec un motif similaire présent. [...] Et je suis d'accord avec Pine. Le document a fini par être arrogant (plutôt) et cette phase du processus n'est pas d'humeur wiki. Demander aux gens d'approuver quelque chose vous fait économiser en fait le démarchage dans de nombreux wikis[T 24]. Base

Depuis plus de 13 ans j'écris des articles et lance des projets WMF sans avoir une telle "vision". J'aimerais continuer de la même manière. [...] je ne suis pas sûr que le processus de discussion de ce document ait pris en compte le sentiment et l'opinion réels de l'immense communauté[T 25]. -jkb-

Si cela devient la plate-forme de connaissances, nous avons créé le prochain monopole[T 26]. Varina

Je trouve que cette "stratégie" n'est faite que de platitudes et de jargon d'entreprise, elle n'est pas liée aux besoins réels des communautés Wikimédia locales, et la WMF a l'ambition de devenir l'organisation suprême de quelque chose qu'elle ne peut même pas préciser. Je ne vois pas de "volontaire" ou de "bénévolat" dans cette vision, il n'y a pas non plus un mot sur la sortie d'utilisateurs actifs et compétents[T 27]. Wostr

Écrit avec un langage d'élite. Destiné à l'élite. Compréhensible pour les élites. Le monde change maintenant. Les gens veulent un langage simple. Ils veulent des solutions spécifiques. Ceci est un texte d'entreprise. Wikipédia n'est pas une société. Sans ces textes, le monde serait meilleur[T 28]. MOs810

Je m'oppose au discours des relations publiques des entreprises, je m'oppose à l'ambition monopolistique et je m'oppose à la vente cachée de notre travail à la Silicon Valley par le cheval de Troie des données structurées[T 29]. James

La Fondation peut produire des textes sans déranger la communauté. Il y a tant à faire à la base. Dans l'ensemble, trop de tapage autour d'un simple texte de relations publiques[T 30]. Sargoth

La WMF a prévu un budget de 2,5 millions de dollars pour les consultants et les entrepreneurs[S 91], etc. pour ce processus stratégique. Plutôt que d'utiliser des membres de la communauté expérimentés dans le traitement des réponses en un résumé consensuel, ils ont adopté une approche autoritaire descendante conventionnelle. Les éléments ont été triés sur le volet pour soutenir les agendas internes du WMF, tandis que les éléments les plus largement soutenus ont été jetés à la poubelle[T 31]. Alsee

Je ne sais pas si votre analyse est correcte, mais elle rejoint l'impression que j'ai du processus[T 32] Peter (Southwood)

Aussi, pour ce que j'ai pu participer au processus, c'était intéressant, instructif, parfois frustrant, plus souvent joyeux. Maintenant, pour l'approbation du résultat global, alors que, comme certains l'ont indiqué plus en détail ci-dessus, il s'agit davantage d'un truc de politique partisane. [...] En ce qui me concerne, j'encouragerai tout groupe d'utilisateurs dans lequel je suis actif à approuver la proposition, à des fins purement promotionnelles, en particulier les groupes d'utilisateurs sous-représentés[T 33]. Psychoslave

Voici donc autant d'avis qui permettront de mettre en perspective un processus décisionnel de grande envergure. Sans me prononcer personnellement par rapport à tous ces commentaires, je me limite pour ma part à partager un souvenir qui me revient en tête en rapport à tout ce qui vient d'être dit. Celui-ci se situe en 1991 à une époque où j'étais volontaire dans un projet de coopération bilatérale allemande en Guinée Conakry. Déjà à cette époque, la coopération allemande avait un goût très prononcé pour tout ce qui était processus de stratégie, de planification, d'évaluation, de rapports, de compte rendu, enfin bref, de tout ce que l'on pourrait regrouper derrière le terme de « bureaucratie » et qui me semble fort similaire à ce qui se passe au niveau de la Fondation Wikimédia. Une ressemblance qui par ailleurs a sans doute des fondements historiques puisque comme l'écrit David Graeber dans son ouvrage consacré à la bureaucratie[B 29] :

À la fin du XIXe siècle, lors de l’ascension de la grande entreprise moderne, on a vu en elle l’application des techniques bureaucratiques, modernes, au secteur privé. Celles-ci paraissaient incontournables si l’on voulait opérer à grande échelle, parce qu’elles étaient plus efficaces que les réseaux de relations personnelles ou informelles qui, jusque-là, avaient dominé un monde de petites entreprises familiales. Les pionniers de ces nouvelles bureaucraties privées étaient les États-Unis et l’Allemagne. Et, à en croire le sociologue allemand Max Weber, les Américains de son temps étaient particulièrement enclins à voir dans les bureaucraties publiques et privées, au fond, le même animal.

À la suite de cette lecture, on ne sera donc pas étonné de découvrir, qu'au-delà de la Fondation, c'est l'association Wikimedia Deutschland qui fut la première à élaborer un plan stratégique avant d'être imité par une petite vingtaine d'autres organisations et associations affiliées au Wikimédia[S 74]. Ceci sans oublier, qu'avec plus de 130 salariés, l'association allemande se situe juste après la Fondation au niveau de la taille des organismes actifs dans le mouvement. On ne refait pas l'histoire, comme on dit en français. Et c'est pour cela sans doute que ce souvenir d'une coopération allemande qui s’évertuait à bureaucratiser un projet, dont le but finalement, était d'apporter de l'aide à une population qui me semblait bricoler avec ce qu'elle avait sous la main, me revient en tête en observant ce qui se passe dans Wikimédia.

Alors qu'à ce jour, toutes les réunions, discussions, rapports, débats liés à la planification stratégique du mouvement Wikimédia me font repenser à ce que j'ai vécu en Guinée Conakry, il me semble que l'on pourrait distinguer deux mondes parallèles au sein du mouvement. Celui des projets qui poursuivent leurs vies en faisant croître de manière régulière le savoir disponible sur Internet, et celui de la Fondation et de ses affiliés qui par-delà les processus d'élaboration de stratégies, dépensent une quantité folle d'énergie pour récolter des dons auprès des lecteurs pour les redistribuer ensuite sous forme de salaires et de subventions.

Vid. 7.6. Fin de la présentation de l'exposé en vidéoconférence d'un membre du groupe d'utilisateur DRCongo (source :https://w.wiki/4$eY)

Car si on se rappelle que les employés du mouvement ne participent pas à l'édition du contenu informationnel des projets Wikimédia, on comprend alors que tout ce travail ne profite pas directement au partage de la connaissance à proprement parler. Ou pour le dire plus précisément, cela devrait normalement contribuer de manière indirecte, comme toute bonne organisation permet d'atteindre plus facilement des objectifs, sauf que précisément, ces objectifs après plus de dix ans d’existence n'ont toujours pas été atteints. Voici donc une situation qui me laisse tout à fait perplexe quand je pense à toute cette énergie et ces centaines de millions de dollars qui auront profité au développement de la Fondation et d'autres organisations financées par le mouvement dont la manne salariale ne fait qu'augmenter.

Et que penser ensuite lorsque l'on sait qu'en République Démocratique du Congo, les éditeurs bénévoles doivent avoir fait beaucoup d'éditions pour pouvoir prétendre à l'obtention d'un « Internet package » ? C'est là en tout cas ce que l'on peut découvrir lorsque l'on visionne la présentation d'Abel, concernant son groupe d'utilisateur en République Démocratique du Congo, qui n'a pu s'empêcher de rire après avoir lu cette question posée par un membre de son auditoire : « Quelle a été la stratégie pour maintenir les nouveaux volontaires ? » (vidéo 7.6[V 7])

Quant à la suite du processus stratégique 2030, il reste encore à la Fondation et à toute la partie du mouvement qui le supporte beaucoup de chemin à parcourir. Car après avoir réussi à produire tout un ensemble de textes de recommandations, le défi maintenant reste de mettre toutes ces bonnes intentions en pratique et toujours en respectant, si possible, les grands principes d'autonomie, de collaboration et de participations qui auront toujours été présents, et même renforcés souvent, tout au long de l'histoire du mouvement.

La venue d'un code de conduite, d'une charte et d'un conseil mondialModifier

Au cours de l'année 2020, et bien avant la publication des recommandations du plan stratégique, l'une des premières initiatives de la Fondation face au désir d'intervenir dans la gestion des cas de harcèlement déclaré au sein du mouvement fut certainement la création d'une équipe de salarié intitulée « Trust and safety »[S 92]. Comme son nom l'indique, celle-ci est « chargée d’identifier, de construire et pourvoir en personnel de façon appropriée, les processus qui maintiennent la sécurité des utilisateurs. Mais elle est également chargée de concevoir, de développer et d'exécuter toute une stratégie qui intègre des aspects légaux, de recherche, d’apprentissage et d’évaluation. Ceci aussi bien en vue de minimiser les risques que de gérer l’intégralité de la sécurité des communautés en ligne et hors-ligne lorsque des incidents surviennent[S 93].

Cette équipe peut ainsi intervenir au niveau de l'espace numérique Wikimédia en réponse à des plaintes en provenance d'utilisatrices ou d'utilisateurs des projets dont certaines peuvent alors aboutir aux blocages globaux de certains comptes sur l'ensemble des projets hébergés par la Fondation comme cela est déjà arrivé plus d'une centaine de fois[S 94]. Mais elle peut aussi intervenir au niveau des activités hors-ligne comme cela s'est vu dans le cas de l'association Wikimédia Belgique où l'un des membres les plus actifs du conseil d'administration s'est vu interdit de participation à toute activité financée par la Fondation Wikimédia. Apparu au cours de l'année 2019, cet évènement nous avait ainsi permis de nous rendre compte à quel point la dépendance financière de notre association envers la Fondation pouvait être problématique.

Sans entrer dans les détails d'un épisode assez éprouvant pour l'équipe bénévole d'administrateurs que nous étions, alors que de toute manière, les faits furent exposés subjectivement et publiquement par la personne concernée[M 47], on peut toutefois s'intéresser à la réaction publique exprimée par le président de notre association. À l'approche d'une réunion qui allait rassembler tous les présidents des associations locales[S 95], et en raison de plusieurs insatisfactions rencontrées dans certains pays au regard de leurs relations avec la Fondation, le président belge avait alors avancé cette idée qu'il serait possible de demander l'exécution d'un audit interne de la Wikimedia Foundation[S 96].

Les discussions lors de cette réunion avaient abouti à l'idée que c'était vraiment une question importante puisque plusieurs organisations affiliées avaient des problèmes politiques et organisationnels similaires. Il fut alors suggéré de réécrire une requête selon cette procédure : « Décrire d'abord les problèmes rencontrés, faire abstraction de cas particuliers, puis proposer une revue ou un audit interne. »[T 34]. Cependant, rien à ma connaissance n'aura été fait en ce sens, bien qu'il soit fort probable que le compte rendu publique de cette réunion, ainsi que toutes les discussions qui tournaient autour, auront contribué à la création d'un comité d'examen des cas de confiance et sécurité. Ce comité a effectivement pour but de protéger les membres de la communauté d'une application trop intrusive, trop stricte ou trop laxiste des normes de conduite de la Fondation[S 19]. Il est composé de dix bénévoles en provenance des projets qui en début 2022 et après deux reports au niveau du calendrier, font toujours figures d'intérimaire dans l'attente de la ratification d'un code de conduite universel[S 97]

Ce code de conduite en question aura été l'une des premières initiatives mise en œuvre à la suite des recommandations formulées dans le plan stratégique 2030. De sa description faite sur le blog de la Fondation[M 48], on peut en retenir ceci :

Notre nouveau code de conduite universel crée des normes contraignantes pour élever la conduite sur les projets Wikimédia et donner à nos communautés les moyens de lutter contre le harcèlement et les comportements négatifs à travers le mouvement Wikimédia. Grâce à cet effort, nous pouvons créer un environnement plus accueillant et inclusif pour les contributeurs et les lecteurs, et une source de connaissances plus représentative pour le monde[T 35].

[...]

Les normes les plus marquantes du code sont les suivantes :

- Définir clairement un comportement acceptable.

- Délimiter le harcèlement sur et hors des projets pour tous les participants de Wikipédia.

- Empêcher l'abus de pouvoir et d'influence pour intimider les autres.

- Lutter contre l'introduction délibérée de contenus faux ou inexacts.

- Fournir un processus d'application cohérent et une responsabilité partagée entre la Fondation et les communautés de bénévoles[T 36].

[...]

Bien qu'il y ait eu auparavant des normes mises en œuvre par des volontaires régissant des projets Wikimédia individuels, il n'y avait pas de règles universelles régissant tous les projets. Le nouveau Code signale également l'engagement de la Fondation à créer des espaces qui favorisent la diversité de pensée, de religion, d'orientation sexuelle, d'âge, de culture et de langue, pour n'en nommer que quelques-uns[T 37].

Même s’il n'est toujours pas officiellement en application au niveau des projets éditoriaux, ce code fut néanmoins approuvé par le conseil d'administration de la Fondation Wikimédia le neuf décembre 2020[S 98] et après sa rédaction par plus de 1500 bénévoles[M 49]. À l'instant où j'écris cette phrase, le projet en est toujours à son stade de ratification[S 99], et les résultats d'un vote auquel 2 300 personnes en provenance de 128 projets et de plus de 30 versions linguistiques auront participé, indique que 58.61% des votants se sont prononcés en sa faveur[S 100]. Un résultat encourageant donc pour ses initiateurs, mais réalisé selon des procédures problématiques qui laissent des questions en suspend quant à l'application du code par certaines communautés qui voudront s'assurer que la majorité de ses membres est bien en sa faveur. Comme j'en faisais part à un employé de la Fondation, sans un détail des votes réparti projet par projet, l'application du code pourrait effectivement être perçu telle une « ingérence » en provenance de la Fondation[S 101].

Contrairement à certains projets comme Wikiversité où cela n'a fait l'objet d'aucune discussion alors que six membres de sa communauté ont participé au vote, la communauté de Wikipédia manifesta un certain intérêt concernant la ratification du code. Certaines personnes ont même pris la peine de comparer, sous forme de tableau[S 102] ou grâce à des couleurs[S 103], les règles communautaires locales à celles du Code de conduite universel. Voici ci-dessous, et de manière quelque peu reformulée et en fonction de ce que j'ai trouvé de plus pertinent, cinq des neuf interdictions du code qui n’apparaissaient pas dans les règles de Wikipédia :

Divulguer hors des projets Wikimédia des informations concernant son activité de Wikimédien.

Perturber volontairement les échanges ou écrire des messages de mauvaise foi dans l'intention de provoquer.

Abuser de pouvoir, de privilège et d'influence, peu importe que l'on soit élus ou pas pour disposer d'outils techniques privilégiés.

Mettre en place de règles sur les contenus destinés à marginaliser ou ostraciser.

Ne pas respecter la façon dont les contributeurs et contributrices se nomment et se décrivent. Certains peuvent utiliser des termes spécifiques pour se décrire. Par respect, utilisez ces termes lorsque vous communiquez avec eux ou à propos d’eux, lorsque c'est linguistiquement et techniquement possible. Avec pour explication :

- les groupes ethniques peuvent utiliser un nom spécifique pour se présenter, plutôt que le nom historiquement utilisé par les autres pour les décrire ;

- les personnes dont le nom utilise des lettres, sons ou mots qui ne vous sont pas familiers ;

- les personnes qui s’identifient selon une certaine orientation sexuelle ou un certain genre en utilisant des noms ou pronoms spécifiques ;

- les personnes ayant un trouble physique ou psychique particulier peuvent utiliser des termes spécifiques pour se décrire.

En y réfléchissant bien, et à l'exception de la première interdiction qui rendrait toute publication de travaux de recherche interdit en dehors de Wikiversité, les autres restrictions ne me semblent pas inapplicables aux projets. Cependant, la dernière d'entre elle fut portée à dérision sous le sens de l'humour par un contributeur qui demanda à l'assemblée de l'appeler dorénavant « Votre Grandeur »[S 104]. Cet humour ne fut toutefois pas au goût d'un employé de la Fondation chargé, entre autres, de liaison avec les communautés d'éditeurs francophones[S 105]. Le code de conduite apparaissait à ses yeux comme quelque chose à prendre très au sérieux, de manière similaire à cet autre employé de la Fondation qui, lui aussi durant sa participation volontaire, a émis sur la liste de discussion Wikimedia-I cet avis de modération suivant[M 50] :

Chers Wikimédiens,

L'abonné à la liste pseudonyme "hillbillyholiday" est en cours de modération.

C'est l'occasion de réaffirmer que le Code de conduite universel s'applique à tous les espaces Wikimédia, y compris les listes de diffusion hébergées sur les serveurs de Wikimédia, comme celle-ci. Affirmer, même indirectement ("n'importe qui") que son interlocuteur est un nazi, viole le Code de conduite universel, et ne sera pas toléré.

Les abonnés de longue date savent que nous tolérons beaucoup de critiques des projets, plans, et opinions sur cette liste -- même les critiques non fondées -- à condition qu'elles soient *civiques* et conformes aux attentes en matière de comportement.

Veuillez vous abstenir de toute nouvelle violation du code de conduite[T 38].

Si le code semble donc déjà en application dans la pensée de certains employés, son processus de mise en place n'en reste pas moins en cours d'approbation. Un comité de constitution de l'U4C (Comité de coordination du Code de conduite universel), doit encore être lancé et des consultations sont toujours en cours au sujet de sa formation, de façon à accompagner au mieux les conversations sur l'amélioration des systèmes de signalement[S 100]. Parallèlement à ceci, c'est aussi un conseil mondial intérimaire[S 106] qui sera ensuite créé, dans le but de superviser l'élaboration d'une charte du mouvement[S 107] et la mise en place d'un conseil mondial définitif qui aura pour fonction de représenter les communautés et le mouvement de manière équitable quant à son rôle et sa composition[S 108]. Toutes ces nouvelles règles, valeurs et organes de représentation, semblent donc mises en place dans le but d'atteindre une plus grande unicité et une plus grande diversité au sein du mouvement, ou, si l'on s'en tient aux avis des détracteurs, un plus grand contrôle de la Fondation.

Pour ma part, j'y vois plutôt l'occasion de fédérer les projets dans une sorte d'organisation internationale qui reposerait sur la « ratification », puisque c'est là le terme employé, d'une sorte de « Charte des Projets Unis », un peu à l'image de celle des Nations unies. Une intention tout à fait louable me semble-t-il, qui ne fait que rejoindre celle déjà exprimée par la Fondation dans son désir de protéger les « voix menacées » des projets qu'elle héberge. Cette expression est en effet le titre d'une page de Meta-Wiki dont le but est de venir en aide aux personnes qui choisissent de contribuer librement aux projets alors que « des individus exerçant le pouvoir (officiellement ou officieusement) entendent mettre le savoir sous leur coupe »[S 109]. Une pratique pouvant s’avérer dangereuse, comme en témoigne l'emprisonnement d'un éditeur biélorusse dont nous reparlerons prochainement, et pour laquelle la Fondation apporte alors toute une liste de liens utiles pour garantir sa sécurité en cas de situation à risque.

Malheureusement, certaines bonnes intentions peuvent parfois ouvrir la porte à de nouveaux comportements indésirables, ou faire naître des positions irréconciliables au sein des communautés. Et ce fut là précisément un point qui fut abordé lors d'une longue conversation entre contributeurs sur le projet Wikipédia[S 110]. Celle-ci débuta par un exposé qui faisait référence à Karl Popper[B 30] et au Paradoxe de la tolérance que Wikipédia décrit avec cette phrase : « pour maintenir une société tolérante, la société doit être intolérante à l'intolérance ». Replacée dans le contexte du code de conduite universel, ce paradoxe a donc motivé un éditeur à faire part de ses inquiétudes à la suite d'un long message d'introduction qui aura suscité un très grand nombre de commentaires. Voici un extrait du message initial :

Pour ma part (et en respectant véritablement Popper) peut-être qu'il faut commencer par faire très attention aux concepts que nous manions. Car ce fameux code (parce que le problème de fond c'est le code et sa compréhension) n'est pas tolérant, il est même intolérant. Il me semble que la définition de la tolérance est d'accepter des opinions ou des pratiques que l'on réprouve à titre individuel. C'est donc un effort intellectuel que je fais pour laisser à autrui une certaine liberté. Le code demande l'inverse en fait : autrui m'impose une pratique. Pour sa liberté, il me demande donc de perdre une partie de la mienne. Dit autrement, je ne dois pas faire un effort intellectuel de tolérance mais de soumission. Et c'est précisément en demandant cette soumission que le code introduit un peu d'intolérance.

[...]

Le code demande cette soumission pour permettre une meilleure inclusion. Même si elles me choquent, je trouve au final très logique les interprétations du code qui n'y voient pas l'universalité mais une application seulement à certains groupes. Ce n'est pas un code universel mais un code pour l'inclusion. Il est donc construit sur certaines valeurs d'arrière-plan, et c'est au nom de ces valeurs que l'on doit limiter la liberté. Voilà pourquoi je pense que c'est irréconciliable in fine : il me semble que WP s'est jusqu'à présent construit sur la primauté de la liberté (et donc de la tolérance - qui est une valeur libérale). Mais avec le code, j'ai l'impression qu'on affirme (sans le dire explicitement d'ailleurs) que désormais des valeurs priment sur cette tolérance. Plus pratiquement, adhérer ou non au code (et donc participer ou non aux projets Wikimédia) va avoir un effet de nivellement sociologique.

[...]

Triboulet sur une montagne 11 février 2021 à 11:57 (CET)

À ces observations qui me semblent tout à fait censées, j'ai à mon tour envie de dire que plus il y a de règles et de chartes à respecter dans une communauté, plus il sera tentant pour des personnes, ou groupes de personnes, de façon consciente ou inconsciente, d'en faire usage de manière purement répressive et pas forcément constructive. Car comme on pouvait déjà l'observer en début de cette section, le code de conduite tel que présenté sur le site de la Fondation Wikimédia, a bien pour but d'établir des « normes contraignantes », au travers d'énoncés qui sont clairement des interdictions. Or, on peut déjà constater aujourd'hui que les nombreuses règles déjà présentes au sein des projets sont parfois, voire souvent selon l'humeur des contributeurs, utilisées de manière partiale et parfois même partisane.

Afin de mieux illustrer les risques de dérive que peut engendrer ce nouveau code de conduite, je vais aussi prendre la peine de raconter une anecdote dans laquelle je fus personnellement impliqué lors de la WikiConvention francophone de Bruxelles en 2019. Sans que je puisse en retrouver la trace dans les archives du Web, nous avions reçu dans un courriel que j'ai malencontreusement effacé, une notice qui précisait que lors de la rencontre, l'accès aux toilettes était prévu de manière indifférenciée. Ce qui voulait donc dire que tout un chacun pouvait, selon son bon vouloir, se rendre aux toilettes initialement prévues pour les femmes ou pour les hommes, sans devoir respecter les restrictions de genre préalablement établies et indiquées par ces habituels pictogrammes que l'on place sur les portes d'entrée.

L'évènement se déroula, précisons-le, à l'Université Libre de Bruxelles où j’avais été étudiant pendant deux ans. Il débuta juste avant un exposé qui, en raison d'un certain stress sans doute, avait suscité chez moi un besoin pressant. Comme tous les WC du côté des hommes étaient inaccessibles, j'avais pis l'initiative de me rendre dans les toilettes pour femmes. En sortant des toilettes, j'ai croisé une personne avec qui j'avais eu l'occasion de sympathiser lors d'autres rencontres, et qui me demanda ce que je faisais dans les toilettes des filles. Ce à quoi, je lui répondis, avec un sens de l'humour « pince sans rire » (qui ne fut d'ailleurs pas toujours bien perçu lors de cette rencontre), que cela faisait partie des règles de la convention et qu'elle n'avait donc rien à me dire là-dessus. Suite à quoi on s'était séparés en souriant.

Par la suite cependant, une personne alla rapporter notre brève conversation à l'équipe chargée du bon respect de la « charte de convivialité » qui avait aussi été appelée « code de conduite »[S 111]. Informée de l'histoire, cette équipe nous avait convoqués, mon interlocutrice de la sortie des toilettes et moi-même, pour que l'on puisse rapporter ce qu'il s'était passé dans le but de la rassurer sur le fait qu'aucun malaise n'avait été ressenti. Même si après réflexion, je trouve cette démarche extrêmement bienveillante, elle me parut sur le coup, tout à fait extravagante.

Car finalement, et comme je le faisais remarquer à l'équipe de médiation, il se passait bien d'autres choses que je trouvais bien plus problématiques sans pour autant que je ne pense à m'en plaindre. Le premier exemple était cette remarque que l'on m'avait faite devant toute l'assemblée concernant les fautes d'orthographe présentes dans les textes que j'avais projetés lors de ma présentation. Le second fut d'entendre, lors d'un débat assez houleux, des personnes parler de « footballeurs », sur un ton qui ne laissait aucun doute sur le fait que ce terme était un substitut de celui de « phallocrate ». Deux évènements déplaisant donc, avec un premier durant lequel je fus explicitement discriminé, mais pour lequel je n'avais ressenti aucune envie de désigner la personne qui en était l'auteure, ni d'entamer un processus de médiation quelconque.

En réalité, si cette personne avait dépassé les limites de ma tolérance, je pense que j'aurais très bien pu lui faire la remarque moi-même et en aparté pour commencer, pour ensuite réagir d'une autre manière en cas d’insistance et pourquoi pas, à ce moment, en impliquant d'autres personnes telles que l'équipe de médiation. Un peu comme cela se fait, à vrai dire, au sein de la plupart des projets Wikimédia, et selon un fonctionnement assez similaire à toute organisation qui applique en matière de réglementation cet adage selon lequel « le mieux est parfois l’ennemi du bien ».

Au final, cette histoire nous renvoie donc bien à cette idée exprimée par ce wikipédien selon laquelle la tolérance est plus vertueuse que l’intolérance, tout en sachant que chacun a ses propres limites de tolérance, et que tout système contraignant comme se voudrait être le code de conduite, risque finalement d'encourager l'intolérance et de favoriser les intolérants, plutôt que de promouvoir la tolérance et de réconforter les tolérants. Vu sous cet angle, le paradoxe de la tolérance, et sa question de savoir s’il faut être intolérant à l’intolérance, disparait alors pour laisser la place à un principe de gestion de tolérance dans lequel chacun est libre de déterminer et d'informer les autres sur les limites au-delà desquelles, on ne se sent plus respecté. Et quand ces limites ne sont pas respectées, c'est alors qu'une aide est la bienvenue pour gérer les situations avant qu'elles ne tournent au conflit.

Car des dépassements et des conflits, comment serait-ce possible de ne pas y en avoir au sein de projets Wikimédia, où se rassemblent déjà, même s’ils sont à mille lieues de représenter toute la diversité humaine, tant de cultures et d'opinions divergentes dont la confrontation représente finalement tout l'intérêt et la richesse du mouvement. À l'antipode des bulles d'influence entretenues sur les réseaux sociaux, ce qui se passe dans le mouvement Wikimédia est en fait une expérimentation sociale unique en soi, puisque l'on y voit coexister dans un débat ouvert et permanent plus de deux cents instances organisationnelles de cultures et d'ambitions différentes[S 112] dont les nations peuvent même apparaitre parfois en guerre les unes contre les autres. Le mouvement Wikimédia est donc en ce sens une communauté unique de par sa diversité, à propos de laquelle, un jour de 2016, l'ancienne directrice de la fondation expliquait ceci lors d'une présentation[V 8] (vidéo 7.7) :

Vous devez être clair au sein de votre communauté sur la manière d'accueillir les gens, de les faire participer et de leur offrir un espace pour qu'ils puissent participer. Pour nous, cela signifie des espaces conviviaux, un code de conduite, et bien d'autres choses encore, mais également clarifier nos valeurs, afin qu'elles ne soient pas seulement ouvertes, mais aussi diverses et inclusives, afin que nous puissions, en tant que communauté, prendre des décisions sur la culture que nous voulons, et rejeter la culture que nous ne voulons pas »[T 39]

Or, en disant que nous voulons « rejeter la culture que nous ne voulons pas », n'est-ce pas là qu’apparaît le problème ? Et d'ailleurs, n'aurait-il pas été préférable dans ce discours d'utiliser le terme « comportement » ou « pratique » plutôt que celui de « culture », tout comme il aurait mieux valu parler de « principes » ou de « règles » comme cela s'est toujours fait dans les projets au lieu de « valeurs ». Un simple choix de vocabulaire il est vrai, mais qui pour moi ,tout comme pour l'utilisateur Triboulet sur une montagne probablement, permettrait de dissoudre certaines inquiétudes.

Voici donc pourquoi, en terminant cet argumentaire, je reste persuadé qu'au lieu d'aborder les chose en termes de rejet, il serait préférable de favoriser le développement d'un esprit altruiste de telle sorte à encourager des comportements, et des pratiques, comme la gentillesse et la courtoisie, tout en faisant la promotion de l'entraide et du partage dans le mouvement. Une démarche qui, pourquoi pas, pourrait être aussi encouragée dans le reste du monde, tout en laissant le soin aux projets et communautés locales de trouver les bons principes et les bonnes règles à mettre en place pour tenir à l'écart tout maque de respect envers autrui. Car il est vrai que quand le manque de respect atteint son paroxysme on peut alors parler de harcèlement qui, rappelons-le, est un comportement punissable par les lois dans de nombreux États, et ce bien avant que l'idée d'établir un code de conduite au sein du mouvement n'arrive dans certains esprits.

La rudesse et le harcèlement au sein des projetsModifier

Si l'on peut trouver de nombreuses motivations pour commencer à contribuer aux projets Wikimédia, on peut aussi rapidement trouver de bonnes raisons pour y mettre fin. L'une des plus courantes, est sans doute le manque de courtoisie parfois accordé à des éditeurs dont on ne respecte pas la contribution bénévole alors qu'elle est réalisée de bonne foi. Pour illustrer ceci, voici pour commencer deux témoignages retrouvés dans une thèse de doctorat de 2009 portant sur la dynamique des réseaux coopératifs en prenant pour exemple le projet Wikipédia[B 31]. Le premier de ceux-ci est celui d'un contributeur ordinaire qui affirmait ceci : « Le problème aujourd'hui c'est que les admin deviennent des modérateurs alors que c'est pas leurs rôles. ». Quant au deuxième, il provient d'un bureaucrate dont le récit repris ci-dessous permet de compléter de manière plus détaillée le commentaire précédent :

[...] dorénavant, il semble que les Pages à Supprimer soient laissées à la discrétion des administrateurs. C'est nouveau, ça vient de sortir. La plupart (et je pèse mes mots) sont supprimées sans aucune discussion, et seule une infime proportion a effectivement les honneurs d'un vote. La réelle violence que ce comportement constitue par rapport à des contributeurs souvent débutants est intolérable. Que pense à votre avis un nouveau contributeur qui a travaillé pendant un certain temps sur un article, a obtenu un résultat pas trop mal, mais sa page passe en PàS, puis un quelconque administrateur la supprime avant toute discussion ? Je conseille à tout le monde d'aller faire un tour dans l'historique de PàS, c'est édifiant. Ce processus de suppression est devenu une véritable cour des miracles, mais quand on essaye de s'opposer à l'entropie, c'est la levée de boucliers. Ça devient vraiment n'importe quoi.

Vu la date à laquelle fut réalisé ce travail de recherche, on pourrait croire que ce qui vient d'être décrit est devenu suranné. Mais dix ans plus tard, soit en 2019, je constatais moi-même ce genre de comportement où un utilisateur annula l'une de mes modifications apportées à l'article Wikipédia consacré au Mouvement Wikimédia. Il avait justifié son annulation en cette phrase qui apparaissait ensuite dans l'historique des modifications de l'article : « § n'a plus aucun sens, mieux vaut rester à la formulation précédente »[S 113]. Puisqu'il avait raison, j'ai alors essayé de reformuler le paragraphe en question pour le rendre plus compréhensible en laissant à mon tour ce message dans le résumé de ma modification : « Bonjour Julien, peut-on discuter avant que tu supprimes mon travail ? Bien à toi. »[S 114]. À la suite de quoi, il ouvrit une nouvelle section intitulée « formulation », sur la page de discussion dédiée à l'article en question[S 115] pour y mettre ce contenu :

Bonjour @Lionel Scheepmans,

D'abord non, je ne vais pas discuter avant de reverter tes modifs. Le paragraphe que tu as modifié était truffé de fautes d'ortho et ne voulait plus rien dire. Donc dans ce cas, ce n'est pas comme un débat à avoir sur la pertinence de tel truc ou la formulation de tel autre, c'est juste imbittable donc je dégage.

Ton paragraphe est encore maladroit : la version précédente parlait du nom des projets, toi tu dis que WMF est « Composés d'un w:mot-valise (w:wiki) ». D'une part ce n'est pas la WMF qui est composée mais son nom, d'autre part le mot-valise n'est pas une composante du nom, mais le nom lui-même. Et il reste des fautes d'orth, c'est pour ça que le paragraphe précédent, à la fois clair et en français correct (même si à la relecture, il y avait aussi des fautes :s) me semble mieux. Cordialement, (:Julien:) 11 mars 2019 à 10:09 (CET)

Merci (:Julien:) d'entamer la discussion. Tu as parfaitement raison sur le fait que ma modification comportait des fautes d'orthographes. si il en reste, je t'invite à les corriger. C'est vrai aussi que j'avais oublier un verbe et que le sens de la phrase posait problème. C'est vrai enfin que le mot valise ne concerne pas la fondation elle même. Mais ne crois tu pas qu'il est mieux d'améliorer les choses que tu qualifies d'imbittable (Si tu pouvais m'expliquer ce néologisme, je t'en serais reconnaissant) plutôt que de les dégager (J'apprécierais que tu utilises d'autres termes, mon travail n'est pas un ballon de football).

Je viens de modifier le paragraphe en fonction de tes recommandations. N'hésite pas à l'améliorer. N'hésite pas non plus à mettre un peu de courtoisie dans tes actions et réactions. On est tous bénévoles ici, autant rendre l'atmosphère de travail agréable tu ne cois pas ? J'envisage aussi de scinder l'article en deux avec un article dédié séparément au w:Mouvement Wikimédia. Si le projet t'intéresse, dis le moi on peut travailler ensemble. Tu sembles en effet avoir des compétences qui peuvent combler certains de mes handicaps. Bien à toi. Lionel Scheepmans Contact Désolé pour ma dysorthographie, dyslexie et "dys"traction. 11 mars 2019 à 10:55 (CET)

Salut Lionel, « Imbitable », ça s'écrit avec un seul T, ça dérive de biter, littéralement « foutre sa bite dans le truc », c'est-à-dire le comprendre — parce qu'on ne pénètrerait pas quelqu'un sans l'avoir cerné/maitrisé, probablement. Voyons, n'as-tu pas songé au Wiktionnaire pour t'aider à biter un mot que tu ne connais pas ! C'est vrai qu'il existe bitter avec deux T, mais ça doit être moins courant… En tout cas y a pas de bittable qui tienne. Je suis amusé d'assister à une difficulté sociale à laquelle tu fais face en raison de ton trouble ! Néanmoins, je crois avoir à contredire @(:Julien:) sur quelques éléments. Je ne comprends pas vraiment cette histoire de « WMF est composé du mot-valise wiki »… Mais d'une part je sais que l'on peut dire « A est composé de B, de C et de D » pour dire qu'A est composé uniquement de B, C et D et donc qu'il se confond à la combinaison (ou plutôt à une certaine combinaison) de B, C et D. Si on dit que « A est composé de B », ça veut donc dire que A et B se confondent. C'est relativement correct, même si je reconnais que c'est bizarre comme formulation. Ensuite, peut-être que je me trompe, mais dans « Wikimedia Foundation », il n'y a pas que « wiki », il y a aussi « media » et « Foundation » ! Et depuis quand « wiki » est un mot-valise ? Moi, j'aurais plutôt écrit : « Le nom Wikimedia Foundation contient le mot-valise wiki »… C'est Wikimédia qui est un mot-valise ! On ne parle pas de la fondation mais du mouvement ici. Que vient faire un « WMF » à cet endroit ? Va-t'en, intrus ! Quant à la courtoisie… Boh, je reconnais qu'on peut faire sans ! Moi, j'aime bien insulter les gens, de temps en temps ! Frigory 18 avril 2019 à 18:41 (CEST)

Non, on ne peut pas contribuer sans courtoisie. C'est précisément ce qui fait que nos wikis sont invivables. Il n'est pas acceptable de lire cela (même « pour rire »). Trizek bla 18 avril 2019 à 19:48 (CEST)

La courtoisie... Un mot clef pour l'avenir de nos projets. Concernant l'histoire du mot valise Frigory, elle n'est pas de ma plume et j'ai tenté de garder le propos sans trop le déformer et dans le respect de l'auteur. Lionel Scheepmans Contact Désolé pour ma dysorthographie, dyslexie et "dys"traction. 18 avril 2019 à 20:38 (CEST)

À vrai dire j'ai pas trop l'expérience, sur Wikipédia j'ai très peu discuté et sur la Wikiversité j'ai toujours trouvé que les discussions se passaient bien. En tout cas, je suis d'accord que le propos de Julien était inapproprié, j'ai l'impression qu'il s'adresse à Lionel comme s'il avait vandalisé la page ! Ce qui signifie aussi qu'il ne faudrait pas être trop poli avec les vandales… Mais la meilleure stratégie reste de profiter de la situation défavorable dans laquelle ils se sont mis pour leur faire la promo de la contribution à Wikimédia. Frigory 19 avril 2019 à 16:53 (CEST)

Après cet échange, j'ai longtemps cru que Julien était un jeune contributeur compte tenu de son franc parlé et ses termes en argot. Cependant, neuf mois plus tard, en écrivant ce paragraphe, je découvris avec surprise d'une part qu'il maitrisait apparemment parfaitement l'anglais[S 116] et qu'il était un ancien membre du premier Comité d'arbitrage de Wikipédia pendant la période du 22 mars 2005 au 22 septembre 2005[S 117]. Je concluais donc à nouveau que dans l'espace numérique Wikimédia, il reste difficile de savoir à qui l'on a affaire et que, dans ce présent cas de figure qui vient d'être présenté, cela avait rendu le discours écrit d'autant moins confortable.

Quant aux autres interlocuteurs, je les connaissais mieux, puisque Frigory fait partie de notre équipe d'administrateurs sur Wikiversité et que Trizek est un employé francophone de la Fondation que j'avais déjà eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprises lors d'activités hors-ligne. Connaître la personne hors-ligne ou en ligne, apporte effectivement beaucoup de confort dans les interactions entre contributeurs. Malheureusement, la plupart du temps et certainement lors des nombreux cas de désaccord, on ne sait pas à qui on a affaire. Ceci jumelé à la froideur de l'écrit, on en vient rapidement à trouver l'expérience désagréable et à ne plus avoir envie d'offrir de son temps bénévole.

Je pourrais à ce sujet faire référence à de nombreuses autres expériences désagréables durant mes activités d'édition. Certaines furent même des prises de tête avec d'autres administrateurs de la Wikiversité. Plus d'une fois j'ai eu l'envie de claquer la porte. Ce que j'ai d’ailleurs fait au niveau du projet Wikipédia un jour de 2016, lorsque j'ai demandé le blocage de mon compte utilisateur suite à une guerre d'édition qui m'avait particulièrement épuisé[S 118][N 5]. Comme autre souvenir déplaisant, je me souviens aussi d'une prise de tête apparue suite au fait que je trouvais particulièrement injuste la différence de traitement qui avait été faite entre l'article consacré à l'Église catholicisme et celui décrivant l'Association internationale pour la conscience de Krishna. Alors que dans le premier le mot pédophilie était absent, dans le deuxième, il était question à plusieurs reprises d'abus sexuels et de viols, à l'intérieur d'une section controverse qui remplissait plus de la moitié de la page où se trouvait l'article[S 119].

Mais avant même de modifier l'article, et simplement en faisant part de mes préoccupations sur les deux pages de discussion respective, j'avais été très vite confronté à Manacore, une utilisatrice hyperactive sur Wikipédia et spécialisée dans l'histoire des religions. Je l'avais déjà côtoyée lors de cette tentative où plusieurs Wikipédiens avaient tenté en vain de supprimer un article sur Wikiversité[N 6]. Elle y avait été plutôt virulente et laissa par la suite un message sur sa page d'utilisatrice de Wikiversité dans lequel elle considérait Wikiversité comme la poubelle de Wikipédia [S 120]. Une personnalité qui m'est donc apparue très peu aguichante du premier abord et ceci sans savoir que j'allais bientôt avoir l’occasion de la rencontrer spontanément lors d'un repas à Paris organisé chaque année par un éditeur qui en avait pris l'habitude.

Cette soirée fut très agréable même si nous avions été sournoisement capturés par un inconnu sur des clichés que nous avons retrouvés peu de temps après sur Tweeter[S 121] avec un commentaire du photographe assez puéril du genre : « devinez qui je suis ». En dehors de ce détail, je garde ainsi le souvenir d'une soirée très chaleureuse, au cours de laquelle j'ai eu l'occasion de discuter de vive voix avec Manacore, alors que j'appréhendais beaucoup sa rencontre. C'était une charmante dame à la retraite, passionnée de savoir avec qui j'aurais pu continuer des discussions sans fin, alors qu'avant cela, par écrit et sur Wikipédia, on s'insupportait l'un l'autre. Un très bon souvenir donc, même si elle n'aura pas cessé pour autant d’émettre des avis très tranchés, mais comme je le disais précédemment, tout apparait différent quand on a la chance de connaitre la personne.

 
Fig. 7.9. Progressions du mot « harassment » dans les archives de la liste de diffusion Wikimédia[N 7] (Source : https://w.wiki/4qaA).

La collaboration par écrit et uniquement par écrit, n'est donc pas une chose propice à la bonne entente ni à la courtoisie. Alors qu'un sourire surgit naturellement et sans effort, il faut par écrit dépenser de l'énergie en formulation diverse ou en usage d'émoticône pour que cela donne un effet moindre. En plus du confort procuré par l'anonymat et la distanciation physique dont certains abusent parfois lorsqu'il s'agit d'agresser quelqu'un, c'est là une des raisons sans doute pour laquelle on parle tant de harcèlement au sujet d'Internet, mais aussi à l'intérieur du mouvement. Dans une analyse chronologique des récurrences de l’apparition du mot harassment dans la liste de diffusion Wikimedia-I, grâce au logiciel de traitement automatique du langage TXM, on découvre en effet que le mot apparait par vagues successives et de manière très précoce au niveau des conversations (figure 7.9.)

Le harcèlement est donc une chose qui est prise très au sérieux par la Fondation et spécialement par son ancienne directrice exécutive Katherine Maher, qui lors d'une présentation au Mozilla Festival de 2016[S 122] (vidéo 7.7.[V 8]) nous raconta l'histoire d'une jeune ingénieure en informatique qui jusqu'à ce jour, affiche sur sa page d’utilisatrice intitulée « GorillaWarfare », son nom, son prénom et sa photo. Ce qui est en fait une pratique peu commune dans l'espace numérique Wikimédia que je partage avec elle. Mais à cette différence près et comme l'explique Katherine Maher dans son exposé, c'est qu'elle s'est fait harceler à plusieurs reprises aussi bien dans Wikipédia qu'en dehors.

Vid. 7.7. Intervention de Katherine Maher au MozFest de 2016, au sujet du harcèlement sur Internet (source : https://w.wiki/52au).

Les sujets d'agressions étaient aussi divers que déplacés et concernaient par exemple son identité de femme, son statut d’administratrice, son apparence physique, son piercing de la langue, avec des messages pouvant aller jusqu'à la traiter d' « homosexuelle juive qui mériterait de se faire tuer par balle »[T 40]. Elle fut aussi sujette à du doxing, avec des informations privées en provenance de compte Facebook posté dans différents endroit du net. Cela comprenait des photos retouchées où son visage apparait dans des illustrations obscènes, ou encore une photo d'elle avec un bébé dans les bras qui fut légendée avec des insultes raciales.

Les agresseurs avaient aussi pris le soin de faire le nécessaire pour que leurs actes apparaissent en tête des référencements des moteurs de recherche. Différents comptes furent aussi créés sur Twitter dans le cadre de ces agressions, sans que le réseau social ne prenne les plaintes en considération. Elle reçut enfin, tout comme certains de ses proches, des appels téléphoniques anonymes, dont certains concernaient la localisation de son appartement.

Dans son exposé, l'ancienne directrice fit ensuite référence à une enquête menée par la Fondation en 2015, qui permit de découvrir que 38 % des personnes interrogées avaient déjà fait l'objet d'un harcèlement[B 32]. Tout en précisant que plus de la moitié de ces personnes agressées pour des questions de genre, d'identité sexuelle, de culture, d'origine géographique, etc. ont ensuite déclaré avoir réduit ou stoppé leurs activités dans le mouvement. À la suite de quoi, et juste avant de parler d'autres analyses concernant les nombreux biais de participation et de contenu dans les projets Wikimédia[N 8], la directrice affirme avec raison, selon moi, que « Leurs voix nous manquent ainsi que leurs connaissances »[T 41].

Voici donc un témoignage et des commentaires qui expliquent en partie, pourquoi la Fondation et les près de soixante pourcents des membres du mouvement qui ont voté en sa faveur, tiennent à faire ratifier le code de conduite universel par tous les projets. Car même s’il me semble plus présent dans le projet Wikipédia, sans doute en raison du plus grand nombre d'éditeurs, le harcèlement n'est pas propre à la sphère anglophone ni au projet encyclopédique.

À la suite d'une plainte déposée à l'équipe Trust & safety Team, et si l'on se fie au message de réponse qu'elle aura publié elle-même[S 123], une contributrice francophone du projet Wikipédia, fut aussi reconnue comme victime d'un cas de harcèlement. Pour cette éditrice, l'évènement fut ressenti comme un un harcèlement moral et collectif propice à une exclusion souvent désigné par le terme de mobbing. Une exclusion qui fut d'ailleurs effective, puisque la victime s'était vue bannie puis réhabilitée au projet[S 124], mais seulement après une période probatoire et un parrainage, et selon une pratique tout à fait inédite au sein du projet Wikipédia francophone[S 125]. Après quoi, elle affichait sur sa page de contributrice l'image du phœnix sur ses cendres avec le commentaire suivant[S 123] :

Je suis officiellement dé-bannie de Wikipédia_fr. Par contre, j’ai zéro envie de donner du temps à une structure sociale aussi déficiente. Une clique proche d'une anti-clique y fait la loi, à géométrie variable. Ca pue

Ce message et cette illustration avait pris place en remplacement du texte titré « bilan mi-probation » que j'ai pu retrouver parmi les archives des différentes versions précédentes parcourues grâce à la page d'historique[S 126]. Celui-ci disait ceci :

J'ai du mal à contribuer. Je trouve encore que dès mon premier blocage de oct. il y a eu exagération et que la campagne de salissage était déjà entamé : plusieurs actes, dont même un salissage de mon entreprise ont eu lieu avant le 14 oct. 2018. J'ai du mal à comprendre pourquoi moi : "pourquoi moi" je suis si "indésirable" quand je vois autant de comportements inacceptables sur Wikipédia, qui semblent tolérés, autant de PU [Page Utilisateur] qui sont pire que des blogs perso, autant de contributeurs qui sont réellement là pour des raisons idéologiques. Ça me fait mal que ce soit "moi" le MAL.

Après ce deuxième cas de harcèlement, on pourrait très bien croire que ce genre de phénomène ne concerne que les femmes et peut-être même penser que cela ne doit pas arriver aux utilisateurs qui bénéficient d'une certaine ancienneté. Mais ce serait alors ignorer le fait que dans ces deux exemples, les contributrices étaient actives depuis longtemps dans leurs projets, et ce serait aussi passer sous silence ce témoignage, d'un contributeur cette fois, qui fait partie des premières personnes qui ont commencé à contribuer sur Wikipédia. Co-auteur d'un canular encyclopédique dont il eut la mauvaise idée de souligner la longévité[S 127], cet éditeur bénéficiant de longue date du statut de bureaucrate et d'administrateur, se vit ainsi remis en cause sur une page de débat suivi d'un vote[S 128] où il s'exprima comme ceci :

Je crois que certaines personnes se prennent un petit peu trop au sérieux, les règles deviennent de plus en plus rigides et là où il existe des prescriptions dans le droit pénal, il n'y a rien de tel sur Wikipédia : on ressort des actes vieux de quinze ans, on applique des doubles, triple peines — alors qu'en droit la chose jugée ne peut être rejugée —, Wikipédia, par certains aspects, s'apparente plus à une dictature désormais. L'on m'accuse également d'avoir abusé de mes outils pour recréer l'article dans mes sous-pages ce qui reste à prouver et pour cause. Mais cet aspect-là a été soulevé à plusieurs reprises sans apporter, à chaque fois, la moindre preuve. Ce qui s'appelle, en droit encore une fois, de la diffamation. Mais on n'est plus à cela près.

On retiendra donc de ceci, que l'environnement numérique MediaWiki est aussi propice à entretenir et figer certains griefs concernant des actions dont l'archivage ne sera jamais effacé tant qu'aucune contrainte juridique externe ne viendra déterminer les choses autrement[N 9]. Cette transparence totale et irréversible des activités de chacun apparait donc comme un outil de gestion politique à double tranchant auquel tout contributeur actif doit s’habituer. Car si elle permet de surveiller tout ce qui se passe dans le projet dans le but de faire des choix en connaissance de cause, elle est aussi un risque permanent de voir son identité de contributeur entachée de manière indélébile en cas de mauvaises pratiques. Et c'est là sans doute qu'apparait l'un des contrastes les plus marquant entre la sphère bénévole en ligne et celle qui regroupe les employés du mouvement qui, pour leur part, préfèrent bien souvent communiquer par courriel ou via d'autres outils de communication fournis par les grandes entreprises commerciales.

Le conflit culturel entre bénévoles en ligne et salariés hors ligneModifier

Alors qu'en 2015, on parlait déjà de « clash idéologique »[B 1], en 2019, c'est le terme « guerre de culture »[M 51] que l'on utilise pour parler les différences qui opposent la Fondation à la communauté Wikipédia. C'est là un sujet délicat, mais qui est toutefois abordé ouvertement dans le mouvement et même de manière relativement ostentatoire du côté anglophone. Il existe par exemple dans un article intitulé « révoltes des utilisateurs »[S 129] de Wikipédia en anglais, une section spécialement dédiée aux utilisateurs de Wikipédia, agrémentée d'un dessin assez explicite (figure 7.10), tandis qu'une section de l'article dédié à la Fondation a pour titre « Conflit »[S 130]. Sur le site Meta-Wiki, il existe aussi un article intitulé « Révolution de 2016 » qui tente de tirer des enseignements de la crise qui aura abouti à la démission de la directrice de la Fondation durant cette année. Bien que cette page n'eut pas un grand succès en édition, il est toutefois intéressant de constater que les sujets les plus développés touchent aux questions socio-économiques avec notamment la transparence des dépenses, la rémunération des éditeurs, la réutilisation commerciale et la gratuité, etc. Un peu comme si l'argent était finalement le nerf de la guerre.

 
Fig. 7.10. Dessin illustrant la construction d'un mur isolant la Fondation Wikimédia (source : https://w.wiki/5345)

Cette différence en-ligne hors-ligne, j'ai commencé à la découvrir à Londres en août 2014, lors de ma première participation à la rencontre internationale Wikimania. L'association suisse m'avait octroyé une bourse pour couvrir mes frais de participation et de logement. En contre partie, je devais écrire un rapport de participation. Se pointait déjà là une première différence, puisque auparavant, aucune de mes contributions au projet Wikimédia n'avaient jamais été motivées par l'argent. Le rapport n'en fut pas moins une réussite, puisque avec l'aide d'un employé, il fini par prendre la forme d'un article publié sur le blog de la Fondation sous le titre : « Wikimania et les différences entre les cultures en ligne et hors ligne »[M 52].

Écrire ce texte fut pour moi l'occasion de partager un profond ressenti et une déception en partie due à ma difficulté de retrouver les personnes que j'avais fréquentées en ligne, alors que je compris, par la suite seulement, que certaines parmi les plus actives ne participent jamais aux activités en présentiel. Une autre déception fut aussi l'absence d'un bon nombre de valeurs et pratiques qui m'avaient attiré et gardé actif dans l'espace numérique Wikimédia. Beaucoup de choses me semblaient en effet avoir disparu suite à mon passage hors-ligne, là où je faisais notamment la découverte d'une hiérarchie statutaire, bien visible dans des débats où il m'était difficile de prendre la parole. Et puis il y avait ce nécessaire retour à l'argent avec, comme évènement symbolique marquant, ce livre payant et sous copyright alors qu'il avait pourtant entièrement été tiré d'une observation de Wikipédia[N 10].

Inversement, et comme cela a été vu dans la section précédente de ce chapitre, j'avais vu aussi disparaitre certains côtés déplaisants de la sphère en-ligne. Tout d'abord, je retrouvais hors ligne le plaisir de pouvoir enfin communiquer verbalement et en face à face avec les gens. Ce qui n'est pas rien pour quelqu'un comme moi sujet à des troubles dyslexiques et dysorthographiques. Ensuite, je fus aussi très étonné par la courtoisie des membres du mouvement lors des rencontres en vis-à-vis. Je les trouvais de fait bien plus réservés que lors de mes échanges au sein des projets. Et puis finalement, les rencontres en présentiel permettaient aussi de mettre de côté cette méritocratie basée sur l'ancienneté et le nombre de modifications faites au sein des projets. Une autre forme de hiérarchie statutaire finalement qui déprécie le mouvement et qui me semble particulièrement pénible au regard des nouveaux arrivants. Un sujet qui par ailleurs fut aussi traité par l'étude qualitative déjà citée précédemment[M 31] et nous dit ceci à propos de la méritocratie dans le cadre des projets Wikimédia :

La culture de la méritocratie du nombre d'éditions au sein du mouvement Wikimédia, en particulier dans le cadre de l'édition de Wikipédia, signale à certains nouveaux organisateurs qu'ils ne devraient pas organiser avant d'avoir contribué de manière significative en ligne. Les conflits entre les communautés en ligne et les Organisateurs ou les participants aux activités des Organisateurs sont exacerbés parce que les Organisateurs ne disposent pas des mêmes types de signaux de crédibilité au sein des parties de la communauté qui reconnaissent le nombre d'éditions comme un mérite.

De plus, même des organisateurs très expérimentés ont dit ressentir un manque d'autorité ou d'expertise pour participer à certaines activités en ligne. Bien qu'ils aient une connaissance étendue du mouvement qui pourrait faire d'eux de bons participants aux conversations communautaires, ces organisateurs se sentent souvent limités par leurs références en ligne ou leur manque d'expérience dans la gouvernance communautaire en ligne.[T 42]

C'est là une lecture intéressante, mais qui ne doit pas faire oublier ce que résume très bien Aïda N'Diaye dans un article[M 53] lorsqu'elle explique que la méritocratie est un problème qui ne date pas d'hier et qui se situe aussi bien au-delà des frontières du mouvement Wikimédia. Et d'ailleurs, si on la voit de fait apparaitre au sein des projets, ma propre expérience et mes propres observations me font croire qu'elle n'empêche pas vraiment la participation à l'édition tel que le suggère cet extrait du rapport de Concept Hatchery. Notamment en raison de l'absence de témoignage à ce sujet, je me demande en fait si ces analyses n'ont pas été influencées par un débat en provenance du milieu de l'open source, tout comme semble l'indiquer par ailleurs cette citation au sein du rapport de l'article « The Dehumanizing Myth of the Meritocracy » écrit par la militante open source Coraline Ada Ehmke[M 54]. C'est là un sujet intéressant dans le cadre de l'open source avec la question du mythe qui fut déjà traitée[M 55], mais je pense qu'il nous éloigne de la réalité des projets Wikimédia, pour s'intéresser à celle du mouvement des logiciels libres, qui fut quelque peu en crise, comme pouvait en attester la démission de Richard Stallman, du conseil d'administration de la Free software Foundation[M 56].

À vrai dire, la méritocratie existe bel et bien au sein des projets et même au sein du mouvement en général, mais c'est, me semble-t-il, une erreur d'y voir une barrière à l'édition. Car si des barrières méritocratiques existent au sein du mouvement, c'est du côté de la participation politique qu'on les trouve, avec des conditions de vote lors des prises de décisions, ou des conditions d'accès aux outils techniques et des postes administratifs. Pour pouvoir voter lors de prise de décision dans les projets, comme dans tout type d'élections organisées dans le mouvement, il faut effectivement posséder un compte utilisateur qui bénéficie d'une certaine ancienneté et d'un nombre minimum de modifications. Quant à l'accès à des postes à responsabilités, mes propres observations réalisées lors de mes diverses candidatures, ne font que confirmer celles faites avant moi par Dariusz Jemielniak[B 1] et qui lui permirent de tirer les conclusions suivantes :

Wikipédia est pleine de paradoxes. D'une part, elle a une forte éthique officielle d'éviter les structures de pouvoir et d'être développée démocratiquement. D'autre part, ou peut-être en partie à cause de cette éthique, la communauté Wikipédia, du moins pour certains, se sent inégale et aliénée. Théoriquement, l'accès aux rôles de responsabilité est ouvert à tous et quiconque est digne de confiance peut devenir un administrateur. En pratique, les qualifications attendues des candidats administrateurs augmentent chaque année.[T 43]

 
Fig. 7.11. Graphique illustrant la décroissance du nombre d'administrateurs actifs sur le projet Wikipédia en anglais entre l'année 2010 et 2020 (source :https://w.wiki/53DT)

Voici donc une bizarrerie qui devient d'autant plus étonnante lorsque que l'on se souvient que les administrateurs sont aussi des bénévoles, et qu'ils doivent pourtant assumer une plus grande part de responsabilité et d'investissement au niveau de la maintenance des projets. Ceci alors que dans le projet Wikipédia en anglais, on observe depuis un moment déjà, une diminution annuelle du nombre d'administrateurs (figure 7.11), tandis que dans le projet en français, c'est le comité d'arbitrage qui est parfois confronté à certaines pénuries de candidats[S 131].

En prenant conscience de ces faiblesses au niveau du nombre d'effectifs, j'ai posé un jour ma candidature pour devenir administrateur sur le site Meta-Wiki tout en mettant en évidence qu'il n'y avait dans leur équipe personne qui semblait pratiquer le français. Mais alors que la question de justice linguistique fut finalement ignorée, tous les votants, des administrateurs uniquement, se sont opposés à ma candidature et se justifièrent par mon manque de contribution au niveau de la maintenance du projet[S 132]. Deux ans plus tard, et lors d'un processus bien plus long qui comprenait cette fois une période de questions réponses, ma candidature pour rejoindre le groupe de stewards, qui se considèrent avec humour comme des esclaves au sein du mouvement[B 1], fut aussi refusée suite à des commentaires pointant mon manque d'expérience[S 133].

Vid. 7.8. Vidéo de candidature au conseil d'administration de la Wikimédia Foundation lors des élections de 2021 (source : https://w.wiki/53Dq)

Au niveau de la sphère hors-ligne du mouvement, les candidatures comme celle que j'ai expérimenter en tentant de rejoindre le conseil de l'association Wikimédia France[S 134], me semblaient demander encore plus d'implication pour les candidats. Ce qui donne l'impression que plus le poste qui fait l'objet de la candidature semble important, plus il apparait important de faire preuve de mérite par rapport à son passé de contributeur mais aussi professionnel. Lors de ma candidature au conseil d'administration de la Fondation en 2021[S 135], nous étions d'ailleurs invité à répondre à 61 questions posées par la communauté, tandis que Dariusz Jemielniak désireux de renouvelé son mandat, n'hésitait pas de son côté de tiré profit de ses expériences antérieures, en produisant et diffusant vidéo, comme nous étions tous invités à le faire, qui commencait par l'énumération de tous les postes qu'il avait déjà eu l'occasion d'assumer au sein du mouvement (vidéo 7.8[V 9]).

Conformément à ces dernières observations, le mot « méritocratie » s'applique donc particulièrement bien aux questions d'accès aux postes à responsabilités dans le mouvement, une méritocratie étant en effet un régime politique dans lequel le pouvoir politique se voit attribué en fonction du mérite. Or, si l'on en croit le projet Wiktionnaire en français[S 136], l'origine étymologique du substantif « mérite » est le mot latin meritum dont la traduction serait « récompense » ou « salaire ». Décortiqué de la sorte, la méritocratie nous renvoie par conséquent et précisément vers les différences fondamentales qui opposent d'un côté les employés du mouvement qui se voient récompensés par un salaire et de l'autre les volontaires qui n'ont pas droit à ce « mérite ».

Selon cette nouvelle grille d'analyse, on peut alors poursuivre nos observations en repartant d'un nouvel épisode particulièrement conflictuel qui surgit en 2019 à la suite de la décision unilatérale de la Fondation de bloquer en édition un administrateur de Wikipédia en anglais pendant un an[S 137]. Cette action avait été motivée par plusieurs plaintes à l'encontre de l'administrateur qui avait déjà eu plusieurs avertissements. Dans le mouvement, on appelle ce genre d'intervention de la Fondation « une action administrative »[S 138] ou autrement dit, une action de la Fondation qui s'effectue sans préalablement passer par le ou les processus décisionnels de la communauté locale où elle s'applique. Un intitulé qui fait donc fortement penser à des actions d'État, alors que l'observation des réactions des communautés face à celles-ci n'ont pas manqué de me remémorer le livre de Pierre Clastres intitulé La société contre l'État[B 33], ainsi que celui de Charles Maconnald titré L'ordre contre l'harmonie[B 34].

Dans le cas du blocage de Fram, la réaction de la communauté fut d'ailleurs extrêmement vive et entraîna la création de plusieurs pages de discussions où l'on retrouve aujourd'hui centaines d'avis qui auront formé un corpus de plus de 470 000 mots après 22 jours[M 57]. Parmi ces commentaires, certains renvoyaient vers des évènements passés, tels que ceux qui s'étaient déroulés en Belgique[S 139] lors de cette autre action administrative qui avait été à l'origine de la démission d'un des membres de notre conseil d'administration. D'autres messages faisaient aussi part de la démission de certains administrateurs du projet Wikipédia dont le total se sera soldé à 21 personnes au final[M 57] alors que nous venons de voir au niveau de l'illustration 7.11 que cela ne faisait qu'encourager une situation de déclin. En parcourant les pages des débats, j'ai alors retrouvé ce commentaire qui me semblait résumer en partie ce qui a été dit dans le chapitre précédent consacré à la gestion économique du mouvement :

Ici, nous avons une métaphore de la charité. Il y a deux donateurs ici (a) ceux qui ont donné de l'argent pour soutenir le projet, et (b) ceux qui donnent de leur temps non rémunéré et écrivent les 5 800 000 articles. (c) L'intermédiaire entre les deux ne donne pas d'argent et ne participe pas activement à la rédaction d'articles, car son travail bureaucratique est prioritaire. (a) paie (b) n'est pas payé (c) est payé. Le seul bénéficiaire pratique de l'organisme de bienfaisance est (c), on obtient un travail très bien rémunéré et de haut vol avec une autorité puissante. Beaucoup de choses peuvent être imaginées ou déduites de cela. Nishidani 19:50, 20 juin 2019 (UTC)[T 44]

Et puis il y avait aussi cet autre commentaire qui me permet de rebondir sur les questions de méritocratie :

Tout ce qu'ils croient, c'est que parce qu'ils sont payés, ils sont plus intelligents que les milliers de diplômés qui construisent cette encyclopédie gratuitement. Kudpung กุดผึ้ง 10:32, 22 juin 2019 (UTC)[T 45]

Ce dernier commentaire nous renvoie en effet vers cette fracture existante entre activité rémunérée et implication bénévole au sein du mouvement tout en replaçant cette fois la question de la méritocratie en dehors des projets éditoriaux. Car cela me fait ici penser à une première, et finalement unique rencontre, que l'on avait organisée dans le cadre de Project Days[S 140] avec l'association Wikimédia Belgique. Il y avait là plusieurs personnes venues dans le cadre de leurs activités professionnelles dans le but de discuter d'éventuelles collaborations avec le mouvement. Parmi celle-ci je me souviens d'une personne employée au sein d'un centre d'archives situé dans la ville de Mons que l'on intitule le Mundaneum. Elle était particulièrement intéressée à l'idée de recevoir de l'aide dans le cadre d'un travail de numérisation des archives publiques disponibles dans son établissement de telle sorte à pouvoir les partager sur le Web. Lors de nos discussions, je me souviens très bien lui avoir indiqué que j'étais au chômage et que j'étais disponible, si nécessaire, pour un contrat à durée déterminée afin de les aider dans l'accomplissement de cette tâche. Mais la seule réponse à ma proposition fut un ricanement. Un ricanement tellement cynique qu'il me resta gravé dans la mémoire.

 
Fig. 7.12. Exemple d'illustration que l'on place sur la page de présentation d'un éditeur en signe de reconnaissance (source : https://w.wiki/53Fs)

Je me souviens aussi que le président de notre association à l'époque faisait partie du comité de distribution des fonds octroyés par la Fondation ainsi que le trésorier et que nous parlions fréquemment de l'éventualité de parvenir à dénicher l'un ou l'autre contrat de Wikimédien en résidence. Je n'étais en effet pas le seul sans emploi dans l'équipe et l'idée de trouver du travail au départ de nos connaissances de l'édition des projets Wikimédia au sein d'une institution quelconque n'était pas pour nous déplaire. Il y avait bien sûr cette idée de gagner de l'argent, mais par-dessus tout je pense, puisque nous n'étions pas en manque grâce à nos allocations de chômage, un désir de reconnaissance. Une volonté somme toute de faire la même chose que ce que nous faisions, mais en étant reconnus par le simple fait d'être payés pour le faire. Nous étions à vrai dire des « chômeurs-créateurs » assimilés à des marginaux en quête de reconnaissance et d'intégration[B 35].

Et il se fait que cette quête de reconnaissance et d'intégration est tout à fait similaire à ce qu'il se passe dans les projets Wikimédia et particulièrement au niveau du projet Wikipédia en français où les éditeurs ont petit à petit créé tout un folklore très illustratif à ce sujet. Celui-ci varie entre système de totémisation en fonction des années d'ancienneté[S 141], rigolade autour du syndrome du « compteurdédite »[S 142], et surtout dans le cadre qui nous intéresse, tout une collection de récompenses que l'on peut attribuer sous forme de lauriers, médailles, et coupes que l'on reçoit sur les pages d'utilisateurs en fonction d'actions particulièrement remarquables, telles que la finalisation d'un article conséquent, une aide régulière dans certains domaines, ou encore la réussite de concours[S 143]. Autant d'exemples qui me font dire que si la méritocratie existe dans les projets, c'est simplement par imitation à ce qu'il se passe dans le monde extérieur. Mais toujours avec cette différence que dans le monde hors projet, la valeur d'une personne s'identifie à son « meritum », que l'on traduit alors par « salaire », alors qu'au sein des projets, le terme « récompense » sera mieux approprié.

À la suite de tout ceci, il est encore important de souligner que dans le cas des employés, le salaire en tant que mérite, se justifie aussi par les heures de discussion, de réunion, de consultation ou autres, alors qu'au sein des projets les récompenses d'ordre moral et symbolique ne se distribuent généralement qu'en fonction des contributions. De cette nouvelle différence entre bénévoles et salariés, découlent alors de nouvelles situations d'inconfort que j'ai personnellement expérimentées et dont je retrouve ce témoignage sur la liste de diffusion Wikimedia-l[M 58] :

Lors des débats avec le personnel du WMF, lorsque nous n'étions pas d'accord, je me sentais toujours mal à l'aise, car ils étaient payés pour argumenter avec moi, et le feraient jusqu'à ce qu'ils me convainquent ou que j'abandonne, et je faisais cela pendant mon temps libre, et je me fatiguais très vite. J'ai également eu des expériences très désagréables en interagissant avec certaines personnes des associations locales dont le seul but était de conserver leur poste. Ils ne se souciaient pas de la qualité, de l'efficacité, de quoi que ce soit, seulement de leur bien personnel. Et si quelqu'un défend son intérêt personnel, vous savez, il gagne généralement, et la qualité perd.[T 46]

Ce commentaire a ainsi pour mérite de nous éloigner du projet Wikipédia qui, étant le mieux documenté, aura encore accaparé notre attention. Car les tensions dans le mouvement ne se manifestent pas uniquement entre la Fondation et le projet Wikipédia. Il y eut aussi par exemple sur le projet Wiktionnaire certaines réactions très virulentes envers la Fondation lorsque celle-ci décida de bannir de l'ensemble des projets qu'elle héberge, et de manière définitive, un compte d'utilisateur qui était administrateur sur le projet. Cela se fit sans donner de motif, sans prendre la peine de consulter la communauté, ni même de prévenir l’utilisateur en question qui de plus n'eu pas l'occasion de faire appel du jugement. Voici à titre informatif l'un des commentaires recueilli lors des discussions[S 144] apparues suite au bannissement :

Les difficultés que nous avons à recruter des administrateurs qui font du bon travail gratuitement ne sont pas solutionnées par la fondation, au contraire après cet incident. Si on y ajoute les vandalismes anonymes quotidiens impunis (alors que c'est un délit IRL), et les différentes requêtes Phabricator votées à l'unanimité pour obtenir ce qui est déjà sur d'autres wikis, qui prennent des années (voire jamais) à être traitées, je suis persuadé que la fondation utilise notre précieux temps comme une variable d'ajustement que l'on peut gaspiller à merci. JackPotte ($♠) 11 janvier 2018 à 15:44 (UTC)

On peut ensuite s'intéresser à ce qui se passe au niveau des associations locales, avec cette première crise de confiance de 2011-2013 au niveau de l'association Wikimédia du Royaume-Uni qui préfigura celle qui avait affectée la Fondation en 2016 et qui fut déjà décrite précédement. La crise en outre manche avait pour sa part abouti au lancement d'un audit de gouvernance réalisé par un cabinet conseil[M 59] à la suite de conflits d'intérêt et certaines « inquiétudes concernant les irrégularités financières »[T 47]. Ceci alors qu'en 2017, ce fut au tour de l'association Wikimédia France cette fois de vivre sa propre crise qui se solda, comme dans le cas de la Fondation, par la démission de la directrice.

La crise de l'association française fut largement documentée par les médias spécialisés et aura de ce fait permis la création d'une section de l'article encyclopédique consacré à l'association qui lui est spécialement dédiée. Bien qu'on puisse y voir des signes avant-coureurs[S 145], cette crise débuta sérieusement en mai 2017 à cause d'une réduction de moitié du budget alloué par la Fondation et se poursuivit avec le départ de nombreux employés, membres de l'association et administrateurs, jusqu'à la démission de la directrice[S 146] qui porta plainte en justice pour harcèlement[M 60]. La crise prit finalement fin avec l'organisation d'une assemblée générale extraordinaire qui permit de repartir avec de nouveaux élus, la réouverture d'une liste de discussion ainsi que la mise en place d'un audit financier et d'une instance de gestion des conflits d'intérêt[M 61]. Pour le reste, et plutôt que de me lancer dans le décryptage d'un évènement auquel je n'ai pas participé, je préfère laisser la parole à l'historien Alexandre Hocquet et membre de l'association dont je reprends ci-dessous une partie de son intéressante analyse[M 62]

Tout au long de la crise, la narration d’une opposition entre « valeurs » du monde du travail (respect des hiérarchies, contrats de travail…) et « valeurs » du mouvement Wikimédia (transparence, recherche collective de consensus…) a été invoquée, soit pour caractériser le fossé entre les deux, soit comme piste de réflexion sur le rapprochement.

Mais il y a bien plus que des valeurs dans ces oppositions, il y a aussi des pratiques. Le monde du travail ce n’est pas seulement horaires, contrats et hiérarchies : c’est aussi le monde des pressions, des menaces de procès ou de licenciement, où les guerriers les plus efficaces des conflits sont les avocats les mieux payés, un monde d’intimidation où les affirmations réelles mais non prouvables sont de la diffamation.

De même, Wikipédia, ce n’est pas seulement un monde de transparence absolue et de recherche de consensus entre pair.e.s. C’est aussi le monde de la délégitimation du noob – le nouveau venu dans la communauté –, un monde complexe où le refus radical du doxxing – qui consiste à révéler les informations personnelles d’une personne – se mélange aux pratiques de sock-puppetry, autrement dit l’organisation de multiples faux-nez pour influencer les débats. Un monde auquel les entreprises s’adaptent facilement pour pervertir le système.

Les harcèlements existent dans les deux mondes, selon des modalités différentes : chez Wikipédia, les harcèlements des trolls sont sexistes. Dans le monde du travail, les harcèlements des supérieurs hiérarchiques existent aussi. Pour faire en sorte que ces pratiques ne soient pas toxiques pour les relations entre WMFr et la communauté, il faut imaginer des formes de gouvernance qui ne soient pas abstraitement des références aux « valeurs », mais plutôt qui, par l’observation des pratiques, conçoivent des mécanismes qui puissent générer des relations fructueuses et sereines entre WMFr et la communauté.

Cette nouvelle analyse nous renvoie donc à nouveau vers toute la complexité du mouvement Wikimédia, mais surtout finalement vers les problèmes créés par la présence de conflits d'intérêts, qu'il soit d'ordre financier ou contractuel. Car encore une fois, l'argent apparait comme source de conflit. C'est effectivement grâce à lui que le mouvement a la possibilité d'employer des gens qui, une fois sous contrat, se retrouvent face à des intérêts personnels source de conflits interpersonnes. Entre bénévoles, il n'y a de fait ni jalousie, ni conflit d'intérêt liés aux sallaires, ni même de tention pour accéder aux postes les plus prestigieux. Deux bonnes raisons pour lesquelles au final, on est en droit de se demander si le mouvement Wikimédia ne gagnerait par à réduire autant que possible ses récoltes de dons de sorte à assainir les relations entre ses acteurs.

Car n'oublions pas qu'il existe par exemple l'association Wikimédia Canada qui est très dynamique et qui pourtant a choisi pourtant de manière délibérée de fonctionner sans employé. Ceci alors que du côté suisse, mon attente infructueuse de plus de cinq mois pour bénéficier d'un entretien concernant leur gestion budgétaire n'aura bien sur rien de rassurant, ni sur l'efficacité des employés ni sur la bonne gestion de leurs fonds. Dans un monde où l'on répond aux massacres d’innocents par des sanctions économiques et où l'on découvre, concernant un problématique qui ne date pas d'hier[B 36], qu'il existe des peines de prison pour « violation » du secret bancaire[M 63][M 64], on peut donc voir dans l'organisation politique des projets Wikimédia, un exemple à suivre pour se préserver de certaines perversions du vivre ensemble provoquées l'argent. Une meilleur façon d'organisé les choses sur base du bénévolat qui curieusement n'aura inspiré que partiellement la sphère hors-ligne du mouvement.

Wikimédia vu comme confédération plurinationale et multilingueModifier

En revenant à présent à la métaphore de l'État, Wikimédia apparait donc comme un mouvement qui rassemble des acteurs et des organisations en provenance de nombreuses nations du monde. Ceci alors qu'au niveau des projets pédagogiques, tous les acteurs se voient redistribués dans des projets linguistiques dans lesquels la nationalité, pour peu qu'elle soit connue, perd toute son importance. En remobilisant ici le concept d'écoumène numérique et en se remémorant la section où il était question de processus d'étatisation des projets, le mouvement Wikimédia dans sa situation en ligne peut donc apparaître comme une sorte d'États unis dont le territoire se serait délimité par les serveurs de la Fondation. Des États unis par une mission et vision commune du partage et dont l'organisation sociale serait soumise aux fonctionnalités du logiciel MediaWiki. Et des États qui sont autonomes au niveau des règles édictées par leurs communautés respectives, tout en étant liés entre eux par des conditions d'utilisations communes et probablement bientôt un code de conduite universel et une charte interétatique supervisée par un conseil mondial.

Au départ de cette vision des choses, la mouvement Wikimédia apparaît dès lors comme une instance relativement indépendante des autres instances étatiques géographiques et tout spécialement dans sa sphère numérique qui en dehors des cas de blocage et censure, semble insensible à toute autorité externe au mouvement, ceci peu importe qu'elle provienne d'un État ou d'une personnalité publique. Dans la sphère hors-ligne du mouvement, où l'on retrouve de nombreuses organisations nationales, on peut encore y voir une organisation similaire aux États plurinationaux tels que le Royaume-Uni, la Russie et plus récemment la Bolivie. Ce qui n'est plus le cas par contre dans sa sphère numérique, puisqu'on assiste là à une répartition des acteurs au sein des projets linguistiques avec des contributeurs en provenance de différentes nations. Tous parlent alors la même langue, avec cette difficulté de devoir gérer les variantes linguistiques qui dans certains cas débouchent sur des conflits, ou des désirs de scission, comme ce fut le cas à maintes reprises au niveau du projet Wikipédia en portugais[S 147].

Comme autre facteur d'identification possible du mouvement à un État, il y a ensuite son indépendance financière inébranlable, et puis cette impunité des « ressortissants » Wikimédiens en ligne à toute juridiction externe aux projets et mouvement. Grâce à l'usage de pseudonyme, mais aussi par le fait d'une représentation multinationale, les tentatives d’attaques personnalisées qu'elles soient physiques ou morales, sont effectivement grandement compliquées. Ceci en sachant toutefois que les risques ne sont pas nuls quand on ne prend pas bien garde à veiller à son anonymat. Mark Bernstein, en tant que contributeur biélorusse, en aura ainsi fait les frais lorsqu'il se retrouva en prison en raison d'une trahison sur sa réelle identité via le réseau social Télégram[M 65]. Comme motif d'arrestation, il fut inculpé d'avoir simplement défendu le terme « invasion » dans le cadre de l'intitulé de l'article de Wikipédia en russe consacré à l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022[M 66].

On comprend dès lors pourquoi la présence de diverses nationalités au sein d'un même projet linguistique est une nouvelle garantie d'indépendance. En cas de situation risquée en raison de sa situation géographique, comme c'était le cas pour Mark Bernstein, il est alors possible de passer la main à un habitant d'un pays où les risques de représailles sont nuls. C'est d'ailleurs ce qu'il s'est passé lorsqu'une administratrice suisse de Wikipédia a rétabli l'article supprimé par Rémi Mathis suite aux injonctions des autorités françaises lors d'un épisode de l'histoire du mouvement déjà relaté en première section de ce chapitre. Tout se passe donc comme si le mouvement Wikimédia, au niveau de son espace numérique pour le moins, se comportait comme un État indépendant qui transcende les frontières géographiques. Une situation qui, bien entendu, ne plaît pas aux puissants de ce monde, dont certains préféreraient sans doute : « la fin d'Internet ou la mondialisation de la politique »[B 37].

Ces garanties d'indépendance et d'invulnérabilité expliquent aussi pourquoi les acteurs du mouvement, les contributeurs au sein des projets, la Fondation, les associations nationales ou les groupes d'utilisateurs, n'hésitent pas à intervenir sans retenue dans le débat public pour y défendre leurs intérêts. Rappelons-nous à ce titre que cela peut aller jusqu'à s'opposer à des puissances mondiales telles que la Chine ou la Russie, alors que dans des circonstances similaires, de grandes firmes commerciales ont fait profil bas[M 7]. Une situation quelque peu paradoxale par ailleurs, lorsque l'on observe qu'une de ces mêmes entreprises, Facebook pour ne pas la citer, fut accusée de « zone de non-droit » dans le cadre du « bannissement » de « Facebookien » un peu trop activiste[M 67]. Ceci alors qu'à d'autres occasions des discours d'appel à la haine, généralement interdits dans de nombreuses juridictions, de type « mort des envahisseurs russes » y seront autorisés[M 68].

En observant tout ceci, on se souvient alors qu'en 1996[B 38], à une époque où le réseau Internet n'était encore qu'à ses balbutiements, Arjun Appadurai voyait déjà dans la globalisation une « fragmentation des États nations »[B 39]. Près de trente ans plus tard, et à la suite de l’émergence de l'écoumène numérique et ses États transnationaux plus ou moins démocratiques, selon qu'ils soient gérés par des entreprises commerciales ou des organisations à but non lucratif, tout semble indiquer que le moment est venu de percevoir les choses différemment, en repartant par exemple, de cette question posée par Marc Abélès dans son ouvrage Penser au-delà de l'État[B 40]  :

Est-ce qu'il ne faut pas élargir notre mode de pensée pour saisir des processus qui dépassent de loin les formes politiques dans lesquelles on a eu l'habitude de se mouvoir et qui ont conditionné notre vision de l'histoire et du présent ?[V 10]

Une telle question prend en effet tout son sens lorsque l'on observe la monopolisation de l'espace Web par des entreprises qui sont loin de pouvoir prétendre à un fonctionnement aussi transparent et démocratique que celui de l'espace numérique Wikimédia. Car si l'on traduit certaines situations en termes étatiques, il faut bien admettre que le gouvernement Google n'éprouve aucune gêne à lire et analyser le contenu de nos courriers postaux, chose condamnée par les lois de mon pays. Que dans l'État d’Apple ou de Microsoft, tout est fait pour décourager les ressortissants d'en sortir et que dans celui de Facebook, comme d'autres réseaux sociaux, la censure de la liberté d'expression est quotidienne. Sans compter que dans bon nombre d'États numériques adeptes de la « plateformisation » à l'image d'Amazon[B 41], on y voit aussi se développer de nouvelles formes d'exploitation humaine, tant au niveau en-ligne que hors-ligne[M 69]. Et sans oublier non plus, que tous ces pays numériques privés et commerciaux sont gérés par de tout puissants oligarques millionnaires si pas milliardaires qui n'éprouvent aucune gêne à gérer leurs États numériques de manière totalitaire.

Face à tout cela, il est peut-être alors urgent d'adopter de nouvelles grilles d'analyse inspirées de ce qui existe dans l'écoumène géographique pour réaliser à quel point certaines choses inacceptables ont pu voir le jour au cœur de l'écoumène numérique. C'est là en effet tout un débat qui doit être poursuivi au-delà de l'étude du mouvement Wikimédia. En tenant compte du fait que la notion d'État, en tant que métaphore, fut aussi utilisée par certains auteurs tels que ceux qui auront écrit le Manifeste pour une véritable économie collaborative. Dans cet ouvrage, Michel Bauwens et Vasilis Kostakis[B 42] font effectivement référence à un « État partenaire » qu'ils définissent de la sorte :

Cette forme d’État serait un agent d’encapacitation de la coopération humaine, qui augmente la capacité d’autonomie individuelle et collective, et donc la capacité de généraliser à l’échelle de la société le dynamisme de la production entre pairs et de faire en sorte que tout citoyen et résident ait les capacités de contribuer aux communs de son choix, et de créer les formes de vie économique appropriées à une vie libre, productive et heureuse.

Dans ce manifeste, le nouveau concept d'État est d'ailleurs illustré en premier exemple par la Fondation Wikimédia, en tant qu'État partenaire et collectivité chargée de prendre soin du collectif. Placée dans ce cadre contextuel, la Fondation se distingue, selon ces auteurs, par le fait qu'elle « n’exerce aucune forme de coercition sur les producteurs engagés » pendant qu'elle « gère l'infrastructure et les réseaux nécessaires à ces projets »[B 42]. Une deuxième affirmation qui ne fait aucun doute suite aux observations produites dans ce travail de recherche, tandis que la première est bien sûr à remettre en lumière par rapport à tout ce qui vient d'être dit dans ce chapitre.

Dans le paysage politique Wikimédia apparaissent effectivement plus d'un millier d'instances autonomes que sont les projets pédagogiques[S 148], les associations nationales[S 149] ou thématiques[S 150] et les groupes utilisateurs[S 151]. Mais nous avons vu aussi que la Fondation Wikimédia et son conseil d'administration détient aussi un certain pouvoir sur l'ensemble de toutes ses entités et que ce pouvoir à plus d'une occasion a bien failli être utilisé de manière coercitive. Si l'application de conditions générales d'utilisation est une chose commune à tout espace Web collaboratif, l'application d'un code de Conduite Universel, n'est pas une chose aussi commune. Ceci alors que la reconnaissance de toute affiliation au mouvement, l'obtention de subsides, et l'utilisation des noms de marques en possession de la Fondation peuvent aussi être des moyens de pression non négligeables. Car finalement, et même si la Fondation déclare, sans pour autant menti, qu'elle n'intervient que « rarement dans les décisions de la communauté en ce qui concerne les règlements et leur application »[S 152], il n'en reste pas moins vrai qu'au niveau statutaire, son conseil d'administration détient un pouvoir considérable sur l'ensemble du mouvement.

Cependant, et c'est là une chose importante à signaler je pense, la complexité de la gestion politique du mouvement Wikimédia n'a pourtant rien de comparable avec cet enchevêtrement institutionnel auquel tout citoyen européen dois faire face. Le Belge que je suis par exemple, en étant domicilié en Wallonie francophone, est en effet tributaire d'un nombre impressionnant d'instances administratives imbriquées les unes dans les autres[S 153]. En partant du plus local vers le plus global, nous pouvons citer pour ce cas précis, le comité de quartier, la ville, le village ou la commune, la Province, la Communauté française de Belgique, la Région wallonne, le Royaume de Belgique, l'Union européenne, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque des règlements internationaux (BRI), le Conseil de stabilité financière (CSF), l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) et les Nations unies (ONU) et sa quinzaine d'agences. Ceci sans oublier bien sur le cas échéant : la famille, qui n'est pas des moindres en matière d' « institution  » contraignante.

Par le simple fait d'être un belge domicilié en Wallonie francophone, une personne est donc directement concernée, de manière plus ou moins coercitive, par une quinzaine d'instances administrative dont les décisions peuvent avoir un impact direct sur la vie de tous les jours[V 11]. Pour exemple, le simple amendement d'un texte au niveau du Parlement européen peut avoir des conséquences directes sur la vie sociale, alors qu'à un niveau plus macroscopique encore, une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies peut obliger la Belgique à rejoindre une guerre qui pourra justifier la réquisition de biens matériels, habitation ou autres, mais aussi de biens physiques et psychiques lorsqu'une personne se voit mobilisée en tant que soldat.

A contrario, au sein du mouvement Wikimédia, les acteurs bénévoles peuvent d'une minute à l'autre couper court à toute participation en ligne, ou même hors-ligne, et s'extraire par la même occasion de toutes les attentes. Une telle démarche sera sans doute plus longue et compliquée à réaliser pour les acteurs salariés, mais restera quoi qu'il en soit plus simple que de s'extraire de toutes les injonctions liées aux États subalternes de nombreuses instances supranationales. De ceci nous pouvons donc déduire que la constitution du mouvement Wikimédia est bien plus libertarienne que la plupart des organisations sociales, peu importe qu'elles soient étatiques ou sociétales, tout en gardant à l'esprit bien entendu, que l'établissement de relations de pouvoir interpersonnelles au sein des projets et du mouvement reste toujours possible.

Une deuxième particularité propre à l'organisation politique du mouvement Wikimédia est ensuite le fait que son incompréhension globale n’empêche pas le déroulement local d'activités au sein des projets, tout comme la méconnaissance du réseau global Internet et de l'espace Web n’empêche pas l'utilisation de ses applications. Mais se limiter à une telle affirmation serait une démarche malhonnête et trompeuse qui passerait sous silence les nombreuses répercussions insidieuses, voire perverses, qu'engendre l'incompréhension globale du mouvement Wikimédia et du système informatique. Ce à quoi j'ajouterai, après avoir partagé tout au long de ce travail de nombreux témoignages à ce sujet, une autre problématique liée à l'usage de plus en plus fréquent de logiciels propriétaires et commerciaux lors d'activités organisées par le mouvement. Rappelons-nous en effet qu'avec un ordinateur fonctionnant sous Linux, je n'ais pas pu utiliser mon microphone et ma caméra lors de la rencontre internationale Wikimania de 2021. Une situation que l'on peut tout à fait qualifier d'inadmissible dans un mouvement qui se veut être inclusif et qui semble vouloir l'imposer à tous ses membres.

Du reste, poser des actes au sein d'un environnement que l'on ne maîtrise pas empêche effectivement de pouvoir anticiper pleinement les incidences de ceux-ci et donc, quelque part, de planifier l'avenir dans une démarche d'autodétermination. Il est par exemple intéressant me semble-t-il, de savoir à qui et à quoi vont profiter les dons offerts au mouvement, ou le temps que l'on passe à éditer les projets Wikimédia, tout comme il me semble important de savoir ce que va engendrer l'installation d'un nouveau logiciel sur son ordinateur ou smartphone et quelles sont les personnes ou institutions qui en tireront profit lors de la simple ouverture d'une page web. Quelles sont les personnes qui sont parfaitement conscientes qu'elles adhèrent de manière implicite à un contrat d'adhésion lorsqu'elles ouvrent pour la première fois certaines pages web ? Et qui parmi ceux qui sont au courant, combien prennent le temps de lire ces contrats non négociables, intitulés « conditions générales d'utilisation » ?

Heureusement, suite à l'arrivée du règlement général sur la protection des données, une petite partie de ces contrats fut rendue visible lors des premières visites des sites Web, grâce à une transformation du contrat d'adhésion en contrat de gré à gré pour tout ce qui concerne l'utilisation des données à caractère personnel. Cette transformation offre donc aux internautes la possibilité de cocher la case : « j'accepte d'offrir des informations sur mes activités et sur ma personne » aux propriétaires ou gestionnaires du site et ses partenaires. Car bien entendu, dans le cadre d'un site ou d'un logiciel, les services rendus seront toujours rentabilisés pour maximiser les profits financiers. C'est donc une chance en soi qu'il existe, comme alternative aux produits marchands, les logiciels libres développés par des collectifs bénévoles au profit de la collectivité, les projets Wikimédia, mais aussi bien d'autres sites web gérés par des organisations sans but lucratif.

On peut donc se rassurer sur ce dernier point au niveau du mouvement Wikimédia qui ne comptait parmi ses instances, et jusqu'à la récente apparition du projet Wikimedia Enterprise, que des projets sans but lucratif. De quoi limiter donc l’appât du gain, faute de pouvoir limiter totalement les jeux de pouvoir et de prise d'autorité qui de toute façon sont mis en œuvre dans la sphère salariale du mouvement où la question de la rémunération devient bien évidement prioritaire sur beaucoup de choses. Et c'est bien pour cette raison que l'ensemble du mouvement gagnerait à rester transparent et accessible au contrôle des personnes les plus aptes à rapporter à l'ensemble de la communauté les abus et dérives. Une tâche d'autant plus importante que le mouvement ne cesse de grandir en taille, mais aussi au niveau de son influence politique et de la quantité de flux financiers qui y circulent.

Voir Wikimédia tomber dans les mêmes travers que l'espace web récupérée par les géants du commerce numérique est en effet un scénario réaliste à moyen et long terme que l'on doit toujours craindre et qui d'ailleurs se réalise déjà partiellement si l'on tient compte de la situation de monopole qu'occupe le projet Wikipédia dans le mouvement. Un scénario d'autant plus probable au demeurant que la proximité entre le mouvement et ces firmes commerciales est de plus en plus grande et que la mission de rendre l'information des projets Wikimédia disponible sur Internet gratuitement et de façon permanente[S 154] fait déjà l'objet de multiples dérives déjà présentées. Car en fait, et comme cela aura dû déjà très certainement transparaître dans tout ce que j'ai pu dire jusqu'à présent, je pense sincèrement que l'argent apporte au mouvement plus de problème et de risques que de solutions. Et c'est là un raisonnement que je tiens d'ailleurs à généraliser à l'ensemble de l'organisation humaine dans le prochain chapitre qu'il nous reste à parcourir. Mais avant cela, je ne dois pas oublier cette promesse faite en introduction de ce chapitre qui consiste à tenter de conceptualiser et théoriser l'organisation politique du mouvement.

La wikicratie comme nouveau régime politique WikimédiaModifier

Voici donc comme promis en début de ce chapitre, une tentative de théorisation de l'organisation politique du mouvement Wikimédia que je me lance à définir au départ d'un néologisme. J'aurais pu choisir le terme « wikipolitique » qui fut déjà utilisé par divers auteurs dans des contextes différents[B 43][B 44][B 45], mais je le trouve trop générique. J'ai alors préféré celui de « wikicratie » dont j'ai pu trouver l’existence dans un livre en français qui s'est intéressé à la démagogie en Amérique[B 46], et dont le paragraphe repris ci-dessous, bien qu'il décrive la politique des États-Unis, ressemble de manière très troublante à ce que l'on pourrait dire du fonctionnement politique Wikimédia :

L'Amérique reste profondément insaisissable dans sa totalité, comme ces édifices réfléchissants qui, avec le passage des heures, se transforment sous la lumière. Insaisissable pour elle-même, d'abord : dans une dialectique identitaire et existentielle incessante, elle est constamment tiraillée entre ses aspirations, ses discours et la réalité. Sur le plan intérieur, elle est en aménagement perpétuel. Une « wikicratie » en quelque sorte, une démocratie en constante évolution, contrainte d'intégrer en continu les tropismes parfois contradictoires de ses éléments constitutifs.

Cependant, si l'on reste fidèle à l'usage des mots, le terme wikicratie devrait faire référence à un régime politique bien précis et non à une manière de faire la politique en général. En tant que forme de gouvernement, la wikicratie se caractérise donc par un régime démocratique, au sens où l'autorité politique est accessible à toute personne reconnue comme membre de la communauté. Mais avec cette particularité qu'il n'existe pas de distinction réelle, ou dans tous les cas pas réellement opérationnelle, entre gouvernants et gouvernés tel que cela s'observe traditionnellement dans la plupart des États qui se reconnaissent comme démocratie[B 47]. À vrai dire, en wikicratie, l'autorité et le pouvoir quand il y en a, sont tellement diffus, qu'il est difficile d'en déterminer la répartition de manière nominative. Ou alors, il faudrait pour cela recenser plusieurs milliers de personnes que sont les membres de comités et des conseils d'administrations de chaque affilié, ainsi qu'au sein des projets, les administrateurs, bureaucrates, arbitres, etc. Ceci sans oublier que le millier d'instances présentes au sein du mouvement sont autonomes, dans le sens où elles créent elles-mêmes la grande majorité de leurs règles. Raison pour laquelle, j'aurai d'ailleurs titré la précédente section de ce chapitre par l'utilisation du mot confédération plutôt que l'expression État fédéral.

Ensuite, la wikicratie n'est pas une acratie puisqu'on y trouve de nombreuses règles et relations d'autorité. Et bien qu'elle fut qualifiée de « libertaire »[M 70], elle n'est pas non plus une anarchie, puisque qu'il existe des structures de pouvoir avec des élus qui bénéficient d'un statut hiérarchique supérieur soit technique (stewards et administrateurs, etc.), mais aussi décisionnel (arbitres, membres des conseils d'administration, des comités décisionnels, etc.), et qui de plus ne répondent par réellement à un mandat impératif. La wikicratie n'est pas non plus un système « anarcho-grégaire »[B 48] comparable à ce que Charles Macdonald avait étudié chez les habitants de l'île Palawan, bien que l'aspect grégaire soit bien présent au niveau du projet Wikipédia, ni une société segmentaire acéphale comme l'avait à son tour décrite Edward Evan Evans-Pritchard à la suite de son séjour chez les Nuers[B 49] où il avait observé différents niveaux d'instances politiques imbriquées les unes dans les autres.

En pratique, la wikicratie est donc une forme de démocratie mixte, à la fois participative, directe et représentative. Elle peut aussi être associée la philosophie politique mondialiste, au sens d'un régime politique qui transcende l’existence des État-Nations et non pas au sens du mondialisme économique critiqué par les altersmondialistes. Si on se réfère ensuite au plan stratégique de 2030 et au code de conduite universel, la wikicratie peut aussi s'apparenter à une forme de personnalisme, selon cette idée qu'« une action est bonne dans la mesure où elle respecte la personne humaine et contribue à son épanouissement »[B 50]. Avec finalement à l'échelle du mouvement, une philosophie politique pluraliste et consensuelle très proche du Libéralisme politique de John Rawls[B 51] et un penchant de plus en plus marqué, notamment après l'apparition des projets Wikidata et WikiFonctions, vers le dataïsme, tel qu'il est décrit dans les visions d'avenir de Yuval Noah Harari[B 52] et de Jeremy Rifkin[B 53]. Tout ceci en sachant que la wikicratie, au même titre que tout autre système politique, est aussi confronté à deux principes politiques et juridiques implicites conformes à ces deux maximes populaires : « qui ne dit mot consent » et « les absents ont toujours tort ».

Quant au reste, la wikicratie est aussi perçue au sein du mouvement Wikimédia comme « le futur de la démocratie »[S 155], comme l'aura imaginé en 2007 un contributeur sur Meta-Wiki qui avait préparé la candidature d'un projet Wikimédia sans la terminer. Alors que de manière plus anecdotique encore, wikicratie fut également un mot utilisé pour faire campagne lors de certaines élections, comme en Suisse par un mouvement citoyen révolutionnaire[S 156], ou comme en France dans l'idée d'apporter un peu de folie à des élections cantonales[M 71]. Autant d'initiatives donc qui semblent indiquer qu'il se cache derrière ce mot un désir de changement, pour ne pas dire de révolution quant à la façon d'imaginer le monde de demain au niveau de sa gestion politique et dont certains se demandent si cela ne pourrait être un idéal pour L'Europe[M 72]. Car si dans un monde en crise « l'autorité est donc à réinventer »[B 54], on n'est pas obligé pour autant d'aboutir à l'idée de maintenir un « pouvoir d'imposition »[B 54] en suivant une certaine approche imprégnée de nostalgie. Ce qu'offre à penser la wikicratie est au contraire une dilution de ce pouvoir coercitif par la multiplication d'instances décisionnelles autonomes et ouvertes à la participation.

Voici donc qui devrait permettre de conceptualiser et de théoriser un peu mieux le fonctionnement des projets Wikimédia et du mouvement qui les entoure, tout en nous aidant à voir au sein de cette expérience humaine unique au monde, une réelle source d'inspiration quant à l'organisation du reste des communautés humaines. Une organisation démocratique, mais selon une approche nouvelle, basée sur la recherche de consensus entre personnes de bonne volonté. C'est là à la fois un système complexe pour ceux qui sont habitués aux vieilles formules, mais sans être impossible puisqu'il existe déjà et qu'il a fait ses preuves. Même si en raison de son jeune âge, beaucoup d'améliorations restent encore possibles. À commencer par celle de rendre son fonctionnement épistémologique plus démocratique au niveau de son projet encyclopédique tout en valorisant les autres projets Wikimédia, qui ont eux aussi pour mission le partage de la connaissance, et qui reposent sur des règles éditoriales plus ouvertes et plus inclusives. Car au bout du compte, il y a le mouvement Wikimédia pour exemple, mais aussi tout ce que nous offre le développement de l'écoumène numérique en matière de nouvelles méthodes et pratiques dans le but de démocratiser une science qui tout comme la politique devrait être l'affaire de tous.

Notes et référencesModifier

[N]otesModifier

  1. La naissance de Wikipédia et de la fondation sont décrits plus en détails dans les douzième et onzième section du deuxième chapitre de ce travail de recherche.
  2. Voir à ce sujet la section 2 du chapitre 3 de ce travail de recherche.
  3. Nombreuses de ces statistiques sont présentées dans le chapitre 4 de ce travail de recherche.
  4. Voir à ce sujet le chapitre 4 de ce travail de recherche.
  5. Cet épisode est décrit plus en détails dans la section 8 du chapitre 6 de ce travail de recherche.
  6. Pour plus de détails concernant cette histoire, il est possible de se rendre dans la section 9 du chapitre 4 de ce travail de recherche.
  7. L'interprétation de ce graphique doit se faire en tenant compte que la courbe illustre l'addition du nombre d'apparitions. Une évolution verticale signifie donc une grande apparition du mot tandis qu'une évolution parfaitement horizontale signifie que le mot n'apparaît pas durant cette période.
  8. Voir à ce sujet le chapitre 4 de ce travail de recherche.
  9. Plus de détails à ce sujet dans le chapitre 6 de ce travail de recherche.
  10. Pour plus d'information à ce sujet, voir la section 17 du chapitre 4 de ce travail de recherche.

[T]extes originauxModifier

  1. User Raul654 created a collection of “Laws of Wikipedia,” in which he gathers both his own morsels of wisdom and those contributed by others (see User:Raul654/Raul’s_laws). On March 21, 2006, he added “the zeroeth law of Wikipedia,” of unknown attribution. It is a good summary of this ever-evolving, amazingly different, and surprisingly effective community and concludes this book: “The problem with Wikipedia is that it only works in practice. In theory, it can never work.”
  2. Both organizers with experience editing and who were new to Wikimedia encountered community policies and processes that slowed or increased challenges to their own work, or discouraged participants from participating after editing events. This includes processes like articles for deletion, community policies like Notability, and the process for changin policies. These challenges were especially visible when working with marginalized knowledge, where community policies and practices don’t account for differences in context, i.e. application of verifiability policies to delete Ghanaian content because online publications from Ghana don’t look like western source materials.
  3. an informational magnetism that is cast by the world's economic cores, virtuous and vicious cycles that make it difficult to reconfigure networks and hierarchies of knowledge production
  4. You can waste $millions "consulting" on this all you like, it's not happening. The community is never going to permit the Foundation scrap or undermine our Notability, Verifiability, Reliable Sourcing, and related content-quality policies. Open a Blogwiki if you want to host unreliable content like flat earthers and "oral histories".
  5. We already know what will happen if you do this consultation, because we've seen things like it many times before. The vast majority of English Wikipedia community members will be opposed to any change in notability policies, but a small minority will comment in support of the W?F. The W?F will only pay attention to the comments that agree with their predetermined outcome. They will then attempt to enforce these unwanted policy changes in a heavy-handed way, the community will revolt, and the W?F will shelve the changes, but only after a lot of time and money has been wasted on forcing changes nobody wanted.
  6. The most common thing people use to join is Wikipedia and they often get stuck there and it can take years for people to realize there are other projects.
  7. providing a field of grass and watching where and how the users walk, or so-called desire paths
  8. The Foundation does not have members.
  9. “Affiliates”, as used in these Bylaws, shall be defined by the Board, consistent with the Foundation’s Statement of Purpose as defined in Article II above, and will function as independent groups or legal entities that operate in coordination with the Foundation to implement the mission statement. Affiliates must have a written agreement with the Foundation. In no instance will an Affiliate be an agent or member of the Wikimedia Foundation.
  10. Community- and Affiliate-selected nominations will be considered by the board for appointment to the board.
  11. The Board shall determine who is qualified to participate in the approval process for Community- and Affiliate-selected Trustees.
  12. Any Trustee may be removed, with or without cause, by a majority vote of the Trustees then in office in accordance with the procedures
  13. Unless otherwise delegated by the Board of Trustees to another body or person, the Board of Trustees shall be empowered to make any and all regulations, rules, policies, user agreements, terms of use, and other such decisions as may be necessary for the continued functioning of the Foundation not inconsistent with these Bylaws.
  14. These Bylaws may be altered, amended or repealed and new Bylaws may be adopted by a majority of the entire Board of Trustees at any regular meeting or special meeting, provided that at least ten days written notice is given of intention to alter, amend or repeal or to adopt new Bylaws at such meeting.
  15. This membership shall be open to all persons interested in supporting the activities of the foundation who have contributed under a user name to any Wikimedia project prior to the election ballot request deadline. The board may set minimum contribution requirements for the purpose of eliminating fraudulent votes. Volunteer Active Members shall have all the privileges of Contributing Active Members. Volunteer Active Members are automatically qualified to vote, do not need to register as a member prior to voting, and can opt out of membership at any time.
  16. I think the way to proceed is to start a new Association of Wikipedians and Wikimedians and it should be totally independent of the WMF servers, it should have its own structure, tax exempt status and should be a place where anyone who has contributed to WMF or any of its projects (not necessarily as a volunteer editor) should have a place to comment and critique what is going on in that organization without judgment or creating any kind of pressure on the individual participants to conform to the so-called ideals of WMF. Such a Union of Members could act as a real arena of reform that could exert positive influences on a culture that is become complicated, confusing and debilitating to true collaborative work.
  17. Imagine a world in which every single person on the planet is given free access to the sum of all human knowledge. That's what we're doing
  18. The mission of the Wikimedia Foundation is to empower and engage people around the world to collect and develop educational content under a free license or in the public domain, and to disseminate it effectively and globally. In coordination with a network of individual volunteers and our independent movement organizations, including recognized Chapters, Thematic Organizations, User Groups, and Partners, the Foundation provides the essential infrastructure and an organizational framework for the support and development of multilingual wiki projects and other endeavors which serve this mission. The Foundation will make and keep useful information from its projects available on the Internet free of charge, in perpetuity.
  19. Please note that the strategic direction will not be renegotiated, but will serve as the agreed upon groundwork for phase 2 conversations. In short, the endorsement means: “This is the right way for us all to move forward together. Let’s go!” What it does not mean: Endorsing the strategic direction does not mean that the signing groups or individuals endorse all the steps that follow and the decisions that are being made in phase 2. How organizations and individuals use the outcomes of these conversations is up to them. Some may use it to inform programmatic or organizational strategy. Others may see it as a way to connect with the broader movement and invite others to contribute to Wikimedia. Some may not use it at all – and that’s okay!
  20. I am concerned that Please note that the strategic direction will not be renegotiated.
  21. I'm becoming more worried that the movement would become more Wikipedia-centric.
  22. I am also afraid that the Direction will be used to support "oral traditions" (as in the texts leading to the Direction), and to define "oral traditions" as "reliable sources".
  23. I reject the process and its outcome so far because the concerns of the German-speaking community have not been considered, and there is no room for opposition at all.
  24. My native community, Ukrainian, it is not fuelled by that almost divine mission of goodness on the way of free knowledge spread out. [...] Free knowledge is just a side-effect. In fact many would prefer a local Baidupedia if it existed. I am sure it is not the only community with similar motive present. [...] I agree with Pine. The document ended up arrogant(ish) and this phase of the process is not in wiki mood. Asking people to endorse something would actually get you win a ban for canvassing in many wikis.
  25. Since more than 13 years I write articles and launch WMF projects without having such "vision". I would like to continue in the same way. [...] I'm not sure if the discussion process of this document considered the real feeling and opinion of the huge community
  26. If this becomes the knowledge platform then we have created the next monopoly.
  27. I find this 'strategy' to be made of platitudes and corporate jargon only, it's not related to the real needs of local Wikimedia communities, and the WMF has the ambitions to become supreme organisation of something that it cannot even specify. I see no "volunteer" or "volunteering" in this vision, there is also no one word about outflow of active and competent users
  28. Written with elite language. Targeted to the elite. Understandable for the elites. The world is changing now. People want a simple language. They want specific solutions. This is a corporate text. Wikipedia is not a corporation. Without such texts, the world would be better.
  29. I oppose the monopolistic ambition, and I oppose the hidden selling-out of our work to Silicon Valley through the Trojan horse of structured data.
  30. The Foundation may produce texts without bothering the community. There's so much to do at the base. All in all, too much fuss about a simple PR text.
  31. The WMF budgeted $2.5 millions for consultants and contractors etc for this strategy process. Rather than utilizing community members with experience in processing responses into a consensus summary, they took a conventional authoritarian-top-down approach. Items were cherry-picked to support the WMF's internal agendas, while more widely supported things were tossed in the trash
  32. I don't know whether your analysis is correct, but it does agree with the impression I am getting of the process.
  33. Also, for what I was able to participate in the process, that was interesting, informative, sometimes frustrating, more often joyful. Now for the global result endorsement, while as some stated in more details above, this is more a party politics stuff. [...] I will encourage any user group in which I am active to endorse the proposal, for pure promotional purposes, especially under-represented user groups.
  34. First describe the encountered problems; making an abstraction of specific cases; then propose a review or an internal audit.
  35. Our new universal code of conduct creates binding standards to elevate conduct on the Wikimedia projects, and empower our communities to address harassment and negative behavior across the Wikimedia movement. Through this effort, we can create a more welcoming and inclusive environment for contributors and readers, and a more representative source of knowledge for the world.
  36. While there have previously been standards implemented by volunteers governing individual Wikimedia projects, there were no universal rules governing all projects. The new Code also signals the Foundation’s commitment to creating spaces that foster diversity of thought, religion, sexual orientation, age, culture, and language to name a few.
  37. While there have previously been standards implemented by volunteers governing individual Wikimedia projects, there were no universal rules governing all projects. The new Code also signals the Foundation’s commitment to creating spaces that foster diversity of thought, religion, sexual orientation, age, culture, and language to name a few.
  38. Dear Wikimedians, The pseudonymous list subscriber "hillbillyholiday" is on moderation. This is an opportunity to re-iterate that the Universal Code of Conduct applies to all Wikimedia spaces, including mailing lists hosted on the Wikimedia servers, like this one. Asserting, even indirectly ("anyone") that one's interlocutor is a Nazi, violates the UCoC, and will not be tolerated. Long-time subscribers know we tolerate a lot of criticism of projects, plans, and opinions on this list -- even *unfounded* criticism -- provided it is *civil* and compliant with behavior expectations. Please refrain from further violations of the UCoC.
  39. You need to be clear within your community on how to welcome people, engage people, and make space for people to participate. For us, this means freindly spaces and code of conduct, and much more, but it also means clarifying our values, so that they're not just about open, but they're about diverse and inclusive, so that we as community can make decisions about the culture that we want, and reject the culture that we don't want.
  40. Homosexual jew who deserves to be shot dead
  41. We're missiong their voices, and we're missing their knowledge
  42. The culture of the edit-count meritocracy within the Wikimedia movement, particularly within Wikipedia editing, signals to some new Organizers that they shouldn’t organize until they have contributed significantly online. Conflict between online communities and Organizers or participants Organizer activities are exacerbated because Organizers don’t have the same kinds of signals of credibility within parts of the community that recognize editing numbers as merit. Moreover, even very experienced Organizers expressed feeling a lack of authority or expertise to participate in certain online activities. Despite having broad movement knowledge that could make them good participants in community conversations, these Organizers often felt limited by their online credentials or lack of experience participating in online community governance. (page 26)
  43. Wikipedia is full of paradoxes. On the one hand, it has a strong official ethos of avoiding power structures and of being democratically developed. On the other, or perhaps partly as a result of the ethos, the Wikipedia community, at least for some, feels unequal and alienated. Theoretically, access to roles of responsibility is open to anyone and anyone who is trustworthy can become an administrator. In practice, expected qualifications of administrator candidates rise every year.
  44. Here we have a charity metaphor. There are two donors here (a) Those with money to back the project, and (b) those who donate their unpaid time and write the 5,800,000 articles. (c)The intermediary between the two neither donates money nor is actively engaged in actual article drafting, since its bureaucratic work takes priority. (a) pays (b) is unpaid (c) is paid. The only practical beneficiary of the charity is (c), one gets a highly paid, high-flying job with powerful authority. A lot of things can be imagined or inferred from this.
  45. All they believe is that because they get paid they are more intelligent than the 1,000s of graduates who are building this encyclopedia for free.
  46. In the debates with WMF staff when we disagreed, I always felt awkward, because they were paid arguing with me, and would do it until they convince me or I give up, and I was doing this in my free time, and got tired very quickly. I also had very unpleasant experiences interacting with some chapter people whose only goal was to keep their position. They did not care about the quality, efficiency, anything, only about their personal good. And if somebody defends their personal good, you know, thy usually win, and the quality loses.
  47. concerns about financial impropriety

[B]ibliographieModifier

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Dariusz Jemielniak, Common Knowledge?: An Ethnography of Wikipedia, Standord Universitiy Press, 2020 (ISBN 978-0-8047-9120-5) (OCLC 1178768819), p. 192, 153, 141, 21/22, 135, 29, 46 (par ordre de citation) 
  2. Andrew Lih, The Wikipedia revolution: how a bunch of nobodies created the world's greatest encyclopedia, Aurum Press, 2010, 179 p. (ISBN 978-1-84513-516-4) (OCLC 932049152) 
  3. Piotr Konieczny, Wikipedia in the anti-SOPA protests as a case study of direct, deliberative democracy in cyberspace, vol. 20, 2017, 167–184 p. (ISSN 1369-118X), chap.2 
  4. Jean Dutourd, La chose écrite : chroniques littéraires, Flammarion, 2009 (ISBN 978-2-08-122506-0) (OCLC 315138297) 
  5. Aileen, Beck, Ina von der, Back, Mitja D Oeberst et Ulrike, Nestler, Steffen, SpringerLink (Online service) Cress, Biases in the production and reception of collective knowledge: the case of hindsight bias in Wikipedia, 2017 (OCLC 1188368100) [lire en ligne] 
  6. S.-L Chen, « Wikipedia: A Republic of Science Democratized », Albany law journal of science & technology., vol. 20, no  2, 2010, p. 247–326 (ISSN 1059-4280)
  7. Zachary J McDowell et Matthew A Vetter, Wikipedia and the Representation of Reality., Taylor & Francis, 2022 (ISBN 978-1-003-09408-1, 978-1-000-47427-5 et 978-0-367-55570-2) (OCLC 1286295727) 
  8. 8,0 et 8,1 Gilles Sahut, « « Citez vos sources » : archéologie d'une règle au cœur du savoir wikipédien (2002-2008) », Études de communication. langages, information, médiations, no  42, 2014-06-01, p. 97–110 (ISSN 1270-6841) [texte intégral lien DOI]
  9. Tiziano Piccardi, Miriam Redi, Giovanni Colavizza et Robert West, « Quantifying Engagement with Citations on Wikipedia », Proceedings of The Web Conference 2020, Association for Computing Machinery, WWW '20re série, 2020-04-20, p. 2365–2376  (ISBN 978-1-4503-7023-3) [texte intégral lien DOI]
  10. Gilles Sahut, « L’autorité importée dans Wikipédia : la question de la qualité des sources citées », Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, no  91, 2016-10-05, p. 93–105 (ISSN 2105-2956) [texte intégral lien DOI]
  11. Gilles Sahut, « La gouvernance de Wikipédia : élaboration de règles et théorie d’Ostrom », tic&société, no  Vol. 12, N° 1, 2018-05-31, p. 167–200 [texte intégral lien DOI]
  12. Gilles Sahut, « « Citez vos sources » : archéologie d’une règle au cœur du savoir wikipédien (2002-2008) », Études de communication. Langages, information, médiations, no  42, 2014-06-01, p. 97–110 (ISSN 1270-6841) [texte intégral lien DOI]
  13. Saskia Simon, Christine Grard, Frederic Laugrand et Pierre-Joseph Laurent, Ecritures anthropologiques, Academia, 2020 (ISBN 978-2-8061-1062-6) (OCLC 1247067478), p. 164 et 169 
  14. Shane, Gu, Yuan, Zhu, Feng, National Bureau of Economic Research Greenstein, Ideological Segregation among Online Collaborators: Evidence from Wikipedians, National Bureau of Economic Research, 2016 (OCLC 967690592) 
  15. Mark Graham, Ralph K. Straumann et Bernie Hogan, Digital Divisions of Labor and Informational Magnetism: Mapping Participation in Wikipedia, vol. 105, 2015 (ISSN 0004-5608) [lire en ligne], p. 1158–1178 
  16. 16,0 et 16,1 Alain Eraly, Autorité et légitimité Le sens du collectif, ERES, 2015 (ISBN 978-2-7492-4920-9) (OCLC 7292385512), p. 32 & 65-66 (par ordre de citation) 
  17. Emmanuel Wathelet. Autorité et auteurité émergentes dans un environnement organisationnel non-hiérarchisé en ligne : le cas de la construction de règles sur Wikipédia. Sciences de l'information et de la communication. UCL Belgique, 2015. [lire en ligne] Pages 262 & 263.
  18. François Cooren Chantal Benoit-Barné, « The Accomplishment of Authority Through Presentification: How Authority Is Distributed Among and Negotiated by Organizational Members », Management Communication Quarterly, vol. 23, no  1, 2009, p. 5–31 (ISSN 0893-3189)
  19. Mathieu O'Neil, « Domination et critique dans les projets collaboratifs sur internet », Réseaux, vol. 181, no  5, 2013, p. 119 (ISSN 0751-7971) [texte intégral]
  20. Butler B, Pike J, Joyce E et CHI 2008 26th Annual CHI Conference on Human Factors in Computing Systems, « Don't look now, but we've created a bureaucracy: The nature and roles of policies and rules in Wikipedia », Conf Hum Fact Comput Syst Proc Conference on Human Factors in Computing Systems - Proceedings, 2008, p. 1101–1110
  21. Hannah Arendt, La Crise de la culture, Gallimard, 1989 (ISBN 978-2-07-032503-0) (OCLC 263614900), p. 123 
  22. P Konieczny, « Governance, Organization, and Democracy on the Internet: The Iron Law and the Evolution of Wikipedia », SOCIOLOGICAL FORUM -ITHACA THEN DORDRECHT-, vol. 24, no  1, 2009, p. 162–192 (ISSN 0884-8971)
  23. Gilles, Pesqueux, Yvon Teneau, La résistance au changement organisationnel: perspectives sociocognitives, L'Harmattan, 2013 (ISBN 978-2-7475-9759-3) (OCLC 870703478) 
  24. Laurence De Nervaux, Les fonds et fondations en France de 2001 à 2014, L'Observatoire de la Fondation de France, 2015 (OCLC 952306786) [lire en ligne], p. 58 
  25. Leonhard Dobusch et Gordon Mueller-Seitz, « Strategy as a Practice of Thousands:The Case of Wikimedia », Academy of Management Proceedings, vol. 2012, no  1, 2012-07-01 (ISSN 0065-0668) [texte intégral lien DOI].
  26. 26,0 et 26,1 Loizos Heracleous, Julia Gößwein et Philippe Beaudette, « Open Strategy-Making at the Wikimedia Foundation:A Dialogic Perspective », The Journal of Applied Behavioral Science, vol. 54, no  1, 2018-03-01, p. 19 & 22 (par ordre de citation) (ISSN 0021-8863) [texte intégral lien DOI].
  27. L Dobusch, L Dobusch et G Müller-Seitz, « Closing for the benefit of openness? The case of Wikimedia's open strategy process », Organization Studies, vol. 40, 2019, p. 366 (ISSN 0170-8406).
  28. G.W Lovink et Nathaniel Tkacz, Critical point of view: a wikipedia reader, Institute of Network Cultures, 2011 (ISBN 978-90-78146-13-1) (OCLC 8086654763) [lire en ligne] 
  29. David Graeber, Francçoise Chemla et Paul Chemla, Bureaucratie: essai, Actes Sud, 2017 (ISBN 978-2-330-07614-6) (OCLC 999863347) 
  30. Karl Raimund Popper, Jacqueline Bernard et Philippe Monod, La société ouverte et ses ennemis, Points, 2018 (ISBN 978-2-7578-7313-7) (OCLC 1042270544) 
  31. Benjamin Grassineau, « La dynamique des réseaux coopératifs l'exemple des logiciels libres et du projet d'encyclopédie libre et ouverte Wikipédia », , Université Paris-Dauphine, 2009
  32. Kalliope Tsouroupidou, First version of Support & Safety’s analysis of the preliminary report of the results of the 2015 Harassment surveys., Wikimedia Foundation, 29 janvier 2016 [lire en ligne] 
  33. Pierre Clastres, La société contre l'État: recherches d'anthropologie politique, Les éditions de minuit, 1974 (OCLC 879079052) 
  34. Charles Macdonald, L'ordre contre l'harmonie: anthropologie de l'anarchie, Éditions Pétra, 2018 (ISBN 978-2-84743-204-6) (OCLC 1029661460) 
  35. Annie Dreuille et Réseau de citoyenneté sociale La presqu'île, Les aventuriers de l'économie solidaire - Entre reconnaissance et résistance: la quête des chômeurs-créateurs, Paris, Harmattan, 2002 (ISBN 978-2-7475-2443-8) (OCLC 848164732) 
  36. Sylvain Besson, Le secret bancaire: la place financière suisse sous pression, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2009 (ISBN 978-2-88074-854-8) (OCLC 695697998) 
  37. Boris Beaude, Les fins d'Internet, Fyp ; ISG, 2014 (ISBN 978-2-36405-105-8) (OCLC 873634765), p. 93 
  38. Arjun Appadurai, Modernity at large: cultural dimensions of globalization., University of Minnesota Press, 1996 (ISBN 978-0-8166-2792-9 et 978-0-8166-2793-6) (OCLC 1302622719) 
  39. Arjun Appadurai, Après le colonialisme: les conséquences culturelles de la globalisation, Payot, 2005 (ISBN 978-2-228-90000-3) (OCLC 190792135) 
  40. Marc Abélès, Penser au-delà de l'État, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l'homme, 2014 (ISBN 978-2-7011-8383-1) (OCLC 876429198) 
  41. Philippe Moati, La plateformisation de la consommation: peut-on encore contrer l'ascension d'Amazon ?, 2021 (ISBN 978-2-07-296638-5) (OCLC 1290169690) 
  42. 42,0 et 42,1 Michel Bauwens, Vasilis Kostakis et Olivier Petitjean, Manifeste pour une véritable économie collaborative: vers une société des communs, 2017 (ISBN 978-2-84377-205-4) (OCLC 985708085), p. 14 ,39 (par ordre de citation) 
  43. Yann Moulier Boutang, « Le révélateur Wikileaks, Vers une wikipolitique 2.0? », Liinc Rev. Liinc em Revista, vol. 7, no  2, 2011
  44. Vasilis Kostakis, « The Advent of Open Source Democracy and Wikipolitics: Challenges, Threats, and Opportunities for Democratic Discourse », Human Technology Human Technology: An Interdisciplinary Journal on Humans in ICT Environments, vol. 7, no  1, 2011, p. 9–29
  45. Tom Fieldler et John F. Kennedy School of Government, The road to wikipolitics: life and death of the modern presidential primary ; b. 1968 - d. 2008, Joan Shorenstein Center on the Press, Politics, and Public Policy, John F. Kennedy School of Government, Harvard University, 2008 (OCLC 213383649) 
  46. Stéphane Bussard et Philippe Mottaz, .#Trump: De la démagogie en Amérique, Slatkine & Cie, 2016-11-04 (ISBN 978-2-88944-015-3) 
  47. Maurice Duverger, Droit constitutionnel et institutions politiques. 1, 1,, Presses universitaires de France, 1959 (OCLC 885790500) 
  48. Charles Macdonald, L'ordre contre l'harmonie: anthropologie de l'anarchie, Éditions Pétra, 2018 (ISBN 978-2-84743-204-6) (OCLC 1029661460) 
  49. E. E Evans-Pritchard, « The Nuer of the southern Sudan », African political systems., 1940 [texte intégral]
  50. André Morazain et Salvatore Pucella. Éthique et Politique - Des valeurs personnelles à l'engagement social. ERPI, 1988, p. 30.
  51. John Rawls et Catherine Audard, Liberalisme politique, Presses Universitaires de France, 2001 (ISBN 978-2-13-052051-1) (OCLC 895046815) 
  52. Yuval N Harari, Homo deus : Une brève histoire de l'avenir, Albin Michel, 2017 (OCLC 1130997605) 
  53. Jeremy Rifkin, Françoise Chemla et Paul Chemla, La nouvelle société du coût marginal zéro: l'internet des objets, l'émergence des communaux collaboratifs et l'éclipse du capitalisme, Les Liens qui Libèrent, 2014 (ISBN 979-10-209-0141-5) (OCLC 892580234) 
  54. 54,0 et 54,1 Alain Eraly, Une démocratie sans autorité ?, Toulouse, ERES, 2019 (OCLC 1145888056) [lire en ligne], p. 22 & 237 (par ordre de citation) 

[M]édiagraphieModifier

  1. Jean-Christophe Chazalette, « Arbitration committe and content », sur Foundation-l,
  2. Evan Hansen, « Wikipedia Founder Edits Own Bio », sur Wired, (ISSN 1059-1028).
  3. BBC, « Wikimedia pornography row deepens as Wales cedes rights », sur BBC News - Tech,
  4. Jimmy Wales, « Removing questions about me and my role from this discussion », sur Foundation-l,
  5. Madeline Duva, « Fluxx Joins Microsoft Partner Ecosystem to Create Impact Reporting Standards for Philanthropy », sur Fluxx,
  6. Joe Sutherland, « Re: [Wikimedia-l] Wikimedia Foundation elections committee: Call for volunteers », sur Wikimedia-I,
  7. 7,0 et 7,1 Jérôme G., « Censure : Wikipédia donne une leçon à Google et consorts », sur Generation-nt,
  8. AFP, « Chine – Wikipédia est inaccessible dans toutes les langues », sur La Tribune de Genève,
  9. Julien Lausson, « La Chine refuse l'admission de Wikimédia à l'OMPI en tant qu'observateur, parce qu'il existe Wikimédia Taïwan », sur Numerama,
  10. AFP, « En Turquie, la plus haute cour juge illégal le blocage de Wikipédia », sur Le Monde,
  11. AFP, « La DCRI accusée d'avoir fait supprimer « sous la menace » un article sur Wikipédia », sur Libération, .
  12. Loys, « Le jeu de loi de Wikipédia », sur La vie moderne,
  13. RIA Novosti., « Russia May Block Wikipedia Access Over Narcotics Article », sur Sputniknews,
  14. Mathieu Grumiaux, « La Russie en passe de créer un clone de Wikipédia comportant "des informations fiables" », sur Clubic,
  15. Alex Pasternack, « How Wikipedia's volunteers became the web's best weapon against misinformation », sur Fastcompany,
  16. Le Monde, « La Fondation Wikimedia porte plainte contre la NSA », sur Le Monde, Chroniques des (r)évolutions numériques,
  17. Jim Buatti et Aeryn Palmer, « District Court rules for government in Wikimedia Foundation’s mass surveillance case against the NSA », sur Wikimedia Foundation News,
  18. Alexandre Hocquet, « Wikipedia par l’anecdote : l’article d’Alain Marleix revisité », sur The conversation,
  19. Guillaume Deleurence, « Rue89 effacé de Wikipédia par le ministère de l'Intérieur », sur 01net, .
  20. AFP, « Italie: Wikipédia bloque son accès », sur Le figaro,
  21. Tony1, « Chapter head speaks about the aftermath of Russian Wikipedia shutdown », Wikipedia Signpost,
  22. Camille Gévaudan, « Quand Wikimédia défend le domaine public contre le « copyfraud » », sur Libération,
  23. L'essentiel, « En Europe – Des sites de Wikipedia se mettent en grève », sur L'essentiel,
  24. Julien Lausson, « Wikimédia appelle le Parlement européen à protéger le domaine public », sur Numerama,
  25. Thierry Noisette, « La directive sur le droit d'auteur inquiète la fondation Wikimedia », sur Le nouvel observateur,
  26. Philip Roth, « An Open Letter to Wikipedia », sur Newyorker,
  27. Alexandre Hocquet, « Wikipédia par l'anecdote : je suis Philip Roth », sur The Conversation, .
  28. Prachi Gupta, « Does Philip Roth know what inspired his novel? », sur Salon,
  29. LMC, « Un club lituanien se fait avoir par Wikipédia », sur Sofoot,
  30. Frederick Noronha, « An Open Letter to Maryana Iskander », sur Open Source For You,
  31. 31,0 31,1 et 31,2 Wikimedia Foundation et Concept Hatchery, « Wikimedia Movement Organizers », sur Wikimedia commons, , p. 49/50, 37 & 26 (par ordre de citation)
  32. Claude Rougier, « Le privilège néo-colonial de l'écriture », sur Réseau d'Études Décoloniales,
  33. Emerging Technology from the arXiv, « Computational Linguistics Reveals How Wikipedia Articles Are Biased Against Women », sur MIT Technology Review, .
  34. Pierre-Yves Beaudouin, « Biais de genre », sur Wikimedia Commons,
  35. Amber Berson, Monika Sengul-Jones, Melissa Tamani, « Ureliable guidelines, reliagle sources and marginalizes communities in French, English and Spanish Wikipedias », sur Art+Feminism,
  36. Noé Gasparini, « Nature des sources et neutralité - Wiktionnaire », sur Wikimedia Commons, , p. 34
  37. Olivier Pirot, « Offensive médiatique », sur La Nouvelle République,
  38. Thibaut Keutchayan, « Une puissante cyberattaque russe déferle sur l'un des principaux FAI ukrainien », sur Clubic,
  39. Thibaut Keutchayan, « L'Ukraine lance des cyberattaques sans précédent contre la Russie », sur Clubic,
  40. Thierry Noisette, « Crise à la fondation Wikimedia : sa directrice démissionne », sur L'Obs,
  41. Alex R, « Members? », sur Wikipedia-l,
  42. Florence Devouard, « Candidacy to the board of WMF », sur Foundation-l,
  43. Erik Moeller, « Revised Bylaws posted », sur Foundation-l,
  44. Roblimo, « Wikipedia Founder Jimmy Wales Responds », sur Slashdot, .
  45. 45,0 et 45,1 JayWalsh, « Wikimedia Movement strategic plan, printer-friendly format. », sur Wikimedia Commons,
  46. Douglas Scott, « Why the theme for Wikimania 2018 will be "Bridging knowledge gaps — the ubuntu way forward" », sur Wikimedia Foundation News,
  47. Romaine Wiki, « New board for Wikimedia Belgium + evaluation behaviour WMF », sur Wikimedia-l,
  48. Wikimedia Foundation, « Wikipedia Embraces First-of-Its Kind Universal Code of Conduct, Conceived For The New Internet Era », sur Wikimedia Foundation News,
  49. La rédaction, « Wikipédia se dote d'un code de conduite universel », sur ZDNet,
  50. Asaf Bartov, « Moderation notice: hillbillyholiday », sur Wikimedia-l,
  51. Joseph Bernstein, « The Culture War Has Finally Come For Wikipedia », sur Buzz Feed,
  52. Lionel Scheepmans, « Wikimania et les différences entre les cultures en ligne et hors ligne », sur Diff,
  53. Aïda N’Diaye, « La tyrannie du mérite », sur Jeune Afrique,
  54. Coraline Ada Ehmke, « The Dehumanizing Myth of the Meritocracy », sur Model View Culture,
  55. Joseph Reagle, « Naive Meritocracy and the Meanings of Myth », sur Scholars' Bank U Oregon,
  56. Timothy B. Lee, « Richard Stallman leaves MIT after controversial remarks on rape », sur Ars Technica,
  57. 57,0 et 57,1 Stephen Harrison, « Wikipedia Is in the Midst of a Constitutional Crisis », sur Slate Magazine,
  58. Yaroslav M. Blanter, « What it means to be a high-tech organization », sur Wikimedia-l,
  59. Compass Partnership, « Review of Governance of Wikimedia UK », sur Wikisource,
  60. Thierry Noisette, « Exclusions, menaces, budget recalé : c'est la crise chez Wikimédia France », sur L'Obs,
  61. Damien Leloup, « Vers une sortie de crise à Wikimédia France », sur Le Monde,
  62. Alexandre Hocquet, « Chez Wikimédia France, une gouvernance à réinventer », sur The Conversation,
  63. Françoise Dubois, « "A Leak in Paradise", documentaire sur un banquier suisse lanceur d'alerte », sur RTBF,
  64. Jérémie Baruch et Maxime Vaudano, « L’enquête « Suisse Secrets » relance le débat sur la liberté de la presse face au secret bancaire », sur Le Monde,
  65. Thierry Noisette, « Invasion russe de l’Ukraine: un wikipédien arrêté en Biélorussie », sur ZDNet,
  66. Stephen Harrison, « How the Russian invasion of Ukraine is playing out on Wikipedia. », sur Salte,
  67. Mahor Chiche, « Le jour où Facebook m'a banni », sur Le Monde,
  68. AFP, « Facebook et Instagram autorisent des posts appelant à la «mort des envahisseurs russes» », sur Le figaro,
  69. Arthur Nicola, « Exploitation, humiliation, répression : le quotidien des travailleurs d'Amazon, en France et ailleurs », sur Révolution permanente,
  70. Benjamin Roure et Claudine Mulard, « Wikipedia, une encyclopédie libertaire sur le Net », sur Le Monde,
  71. Raphaël Ebinger, « Un nouveau parti apparaît à La Côte », sur 24 heures,
  72. Emmanuel Delannoy, « Un Wiki pour l'Europe ? », sur AgoraVox,

[V]idéographieModifier

  1. Wikimedia Foundation, « Talent and Culture Department Highlights from the Wikimedia Foundation 2021-2022 Annual Plan.webm », sur Wikimedia Commons,
  2. Wikimedia Foundation, « Wikimedia Foundation Board of Trustees.webm », sur Wikimedia Commons,
  3. Alexandre Hocquet, « Vidéo pédagogique "Enseigner Wikipédia par les anecdotes" proposant de revisiter l'article consacré à Alain Marleix », sur Wikimedia Commons,
  4. WikiMOOC 2017, « vidéo 09 - Les différents types de sources », sur Wikimedia Commons,
  5. Wikimedia Tunisie, « WikiConvFR Tozeur- d-une labellisation à une publication scientifique », sur Wikimedia Commons, , p. 18 min. 53 sec.
  6. Wikimedia Tunisie, « Biais de genre : proposition de nouveaux indicateurs », sur Wikimedia Commons,
  7. Abel Lifaefi Mbula, « Wikimania 2021 - Building a Wikimedia Community an example of Wikimedians of DRCongo User Group », sur Wikimedia Commons,
  8. 8,0 et 8,1 jcornelius, « Katherine Maher speaking at Mozfest 2016 about Privacy and Harassment on the Internet », sur Wikimedia Commons,
  9. Dariusz Jemielniak, « Dariusz Jemielniak's WMF board candidacy statement_with French subtitles », sur Wikimedia Commons,
  10. Laboratoire d'anthropologie prospective - UCLouvain, « Marc Abélès : Anthropologie politique de la globalisation », Deuxième leçon : Penser au-delà de l'État : philosophie et anthropologie. L'émergence de nouveaux lieux et de nouveaux enjeux politiques dans la globalisation, sur Vimeo, visionner à partir de 6 minutes,
  11. Laboratoire d'anthropologie prospective - UCLouvain, « Marc Abélès : Anthropologie politique de la globalisation », Troisième leçon : Parlement et Commission européenne. Comment penser le changement d'échelle en matière de gouvernance ?, sur Vimeo,

[S]itographieModifier

  1. Enciclopedia Libre Universal en Español, « Enciclopedia:Por qué estamos aquí y no en es.wikipedia.org. »
  2. Meta-Wiki, « Comité d'arbitrage »
  3. Wikipédia, « Wikipédia:Comité d'arbitrage/Règlement »
  4. Wikipedia, « Wikipedia:Wikipedia Signpost/2010-03-15/News and notes »
  5. Wikiversity, « Wikiversity:Community Review/Wikimedia Ethics:Ethical Breaching Experiments/Closure »
  6. Meta-Wiki, « Requests for comment/Remove Founder flag »
  7. Wikipedia, « Reporting of child pornography images on Wikimedia Commons »
  8. Meta-Wiki, « Petition to Jimbo »
  9. Wikimedia Foundation wiki, « Staff 2010 »
  10. Wikimedia Foundation, « Staff and Contractors 2020 »
  11. Meta-Wiki, « Comités de Wikimédia »
  12. Meta-Wiki, « Comités de Wikimania »
  13. Meta-Wiki, « Comité des langues »
  14. Meta-Wiki, « Comité des élections de la Fondation Wikimédia »
  15. Meta-Wiki, « Comité des communications »
  16. Wikidata, « Funds Dissemination Committee »
  17. Meta-Wiki, « Commission de médiation »
  18. Wikidata, « Affiliations Committee »
  19. 19,0 et 19,1 Meta-Wiki, « Trust and Safety/Case Review Committee/fr »
  20. Meta-Wiki, « Charte du Mouvement/Comité de rédaction »
  21. 21,0 et 21,1 Wikipédia, « Wikipédia:Comité de nomination »
  22. Meta-Wiki, « Ressources communautaires/Refonte stratégique des subventions 2020-2021 »
  23. Meta-Wiki, « Grants:Project/Rapid/Apply »
  24. Fluxx, « Wikimedia Foundation Funds Portal »
  25. Meta-Wiki, « Grants/fr »
  26. Wikimedia Foundation Wiki, « Code of conduct of the Board of Trustees »
  27. Wikimedia Foundation Wiki, « 2022 Board Priorities »
  28. Wikimedia Foundation Wiki, « Resolutions »
  29. Wikimedia Foundation Wiki, « Board Veritas Governance Recommendations Final Public Copy.pdf »
  30. Wikimedia Foundation Wiki, « Resolution:Amended Bylaws Articles IV & V (2020) »
  31. Wikimedia Foundation Wiki, « Resolution:Board Expansion 2020 »
  32. Meta-Wiki, « Élections de la Fondation Wikimedia/Vote unique transferable »
  33. Meta-Wiki, « Wikimedia Foundation elections/2021/Analyse post mortem »
  34. Wikipédia, « Censure de Wikipédia »
  35. Wikipédia, « Wikipédia:Affaire de Pierre-sur-Haute »
  36. Bigenc, « Большая российская энциклопедия - электронная версия »
  37. Meta-Wiki, « EU policy/About - Meta »
  38. Free Knowledge Advocacy Group EU, « About »
  39. Wikipédia, « Différences entre les versions de « MediaWiki:Sitenotice » »
  40. Wikipédia, « Différences entre les versions de « Wikipédia:Bulletin des bureaucrates/Archives 2018 » »
  41. Toolforge, « Global user contributions »
  42. 42,0 et 42,1 Wikipédia, « Wikipédia:Sondage/Bandeau en défense de la liberté de panorama »
  43. Wikipédia, « Discussion Wikipédia:Sondage/Bandeau en défense de la liberté de panorama »
  44. Wikipedia, « Litigation involving the Wikimedia Foundation »
  45. Wikipédia, « Différences entre les versions de « Philippe Manœuvre » »
  46. Wikipédia, « Discussion:Philippe Manœuvre »
  47. Wikipédia, « Wikipédia:Citez vos sources »
  48. Wikipédia, « Projet:Noircir Wikipédia »
  49. Meta-Wiki, « Strategy/Wikimedia movement/2018-20/Transition/Discuss/Innovate in Free Knowledge »
  50. Wikipédia, « Discussion:Mouvement Wikimédia/Bon article »
  51. CNRTL, « ÉTAT : Définition de ÉTAT »
  52. Wikipédia, « Wikipédia:Principes fondateurs »
  53. Wikipédia, « Informations pour « Wikipédia:Principes fondateurs » »
  54. Wikipédia, « Catégorie:Règles et recommandations »
  55. Wikipédia, « Wikipédia:Contestation du statut d'administrateur »
  56. Wikipédia, « Wikipédia:Contestation du statut de bureaucrate »
  57. Wikipédia, « Wikipédia:Le Bistro/28 juin 2021 »
  58. Wikiversité, « Projet:Wikiversité/Comportement en l'absence de règles »
  59. 59,0 59,1 59,2 et 59,3 Wikimedia Foundation Wiki, « Bylaws »
  60. Wikimedia Foundation Wiki, « Resolution:James Heilman Removal »
  61. Meta-Wiki, « Wikimedia Foundation Board noticeboard/James Heilman removal FAQ »
  62. Meta-Wiki, « Demandes de commentaires/Vote de défiance sur Arnnon Geshuri »
  63. Wikimedia Foundation Wiki, « Current staff »
  64. Wikimedia Foundation Wiki, « Bylaws (8 août 2006) »
  65. Meta-Wiki, « Wikimedia Foundation membership controversy »
  66. Wikipedia, « User talk:The Thadman/Give Back Our Membership »
  67. Meta-Wiki, « Community petition »
  68. Meta-Wiki, « Requests for Comment/Democratizing the Wikimedia Foundation »
  69. Meta-Wiki, « Valeurs/History »
  70. Wikimedia Foundation Wiki, « Resolution:Wikimedia Foundation Guiding Principles »
  71. Wikimedia Foundation, « Wikimedia Foundation ».
  72. Wikimedia Foundation Wiki, « Mission statement ».
  73. Meta-Wiki, « Mission »
  74. 74,0 et 74,1 Meta-Wiki, « Strategy »
  75. Wikisource, « Déclaration universelle des Droits de l’Homme »
  76. Wikimedia Foundation Wiki, « Policies »
  77. Wikipédia, « Read Wikipedia in your language »
  78. Meta-Wiki, « Wikipedia Cultural Diversity Observatory »
  79. Wiktionnaire, « Wiktionnaire:Mouvement Wikimedia/Stratégie 2017 »
  80. Meta-Wiki, « Stratégie/Mouvement Wikimedia/2017/Portée/Rapports des discussions »
  81. Meta-Wiki, « Strategie/Mouvement Wikimédia/2018-20/Groupes de travail »
  82. Meta-Wiki, « Wikimedia Summit 2019/Program »
  83. Meta-Wiki, « Stratégie/Mouvement Wikimédia/2018-20/Recommandations »
  84. Meta-Wiki, « Strategy/Wikimedia_movement/2018-20/Transition/Prioritization_events »
  85. Meta-Wiki, « Strategy/Wikimedia movement/2018-20/Transition/Global Conversations »
  86. Meta-Wiki, « Movement Strategy/Events/Documentation/27 June/Summary/fr »
  87. Meta-Wiki, « Stratégie du Mouvement/Initiatives »
  88. Meta-Wiki, « Movement Strategy/Évènements »
  89. Meta-Wiki, « Stratégie/Mouvement Wikimedia/2018-20 ».
  90. 90,0 et 90,1 Meta-Wiki, « Strategy/Wikimedia movement/2017/Direction/Endorsement »
  91. Meta-Wiki, « Strategy/Wikimedia movement/2017/Frequently asked questions »
  92. Meta-Wiki, « Trust and Safety »
  93. Meta-Wiki, « Confiance et sécurité »
  94. Meta-Wiki, « Politique de bannissements globaux de la WMF »
  95. Meta-Wiki, « Affiliate Chairpersons meeting August 15, 2019 »
  96. Meta-Wiki, « Request for WMF Internal audits and appeal procedures »
  97. Wikimedia Foundation Wiki, « Code de conduite universel »
  98. Wikimedia Foundation Wiki, « Resolution:Approval of a Universal Code of Conduct »
  99. Meta-Wiki, « Code de conduite universel »
  100. 100,0 et 100,1 Meta-Wiki, « Universal Code of Conduct/Enforcement guidelines/UCoC Phase 2 Ratification Results Announcement »
  101. Wikiversité, « Wikiversité:La salle café/avril 2022 »
  102. Wikipédia, « Discussion Wikipédia:Appel à commentaires/Code de conduite de la WMF »
  103. Wikipédia, « Wikipédia:Appel à commentaires/Code de conduite de la WMF/Comparaison CdCU-R&R »
  104. Wikipédia, « « Wikipédia:Le Bistro/8 février 2021 » : différence entre les versions »
  105. Wikipédia, « Wikipédia:Le Bistro/8 février 2021 »
  106. Meta-wiki, « Stratégie/Mouvement Wikimedia/2018–20/Transition/Conseil global intérimaire »
  107. Meta-Wiki, « Charte du Mouvement »
  108. Meta-Wiki, « Global Council/fr »
  109. Meta-Wiki, « Voix menacées »
  110. Wikipédia, « Wikipédia:Le Bistro/11 février 2021 »
  111. Meta-Wiki, « WikiConvention francophone/2019/Code de conduite »
  112. Meta-Wiki, « Affiliés du mouvement Wikimédia »
  113. Wikipédia, « Mouvement Wikimédia »
  114. Wikipédia, « Mouvement Wikimédia »
  115. Wikipédia, « Discussion:Mouvement Wikimédia »
  116. Wikipédia, « Utilisateur:(:Julien:) »
  117. Wikipédia, « Utilisateur:(:Julien:)/Wax my CAr - »
  118. Wikipédia, « Journal des blocages »
  119. Wikipédia, « Association internationale pour la conscience de Krishna »
  120. Wikiversité, « Utilisateur:Manacore »
  121. Twitter, « de SciencePo Bruno (@DeSciencepo) »
  122. MozillaWiki, « Mozfest/2016 »
  123. 123,0 et 123,1 Meta-Wiki, « User:Idéalités »
  124. Wikipédia, « Wikipédia:Bulletin des administrateurs/2020/Semaine 8 »
  125. Wikipédia, « Discussion utilisatrice:Idéalités »
  126. Meta-Wiki, « User:Idéalités »
  127. Wikipédia, « Wikipédia:Le Bistro/7 mars 2016 »
  128. Wikipédia, « Wikipédia:Administrateur/Céréales Killer (confirmation) »
  129. Wikipedia, « User revolt »
  130. Wikipedia, « Wikimedia Foundation#Disputes »
  131. Wikipédia, « Wikipédia:Comité d'arbitrage/Amicale »
  132. Meta-Wiki, « Meta:Requests for adminship/Lionel Scheepmans »
  133. Meta-Wiki, « Stewards/Elections 2020/Votes/Lionel Scheepmans »
  134. Meta-Wiki, « Talk:Wikimédia France/Gouvernance/Siège communautaire/2019/Candidatures/Lionel Scheepmans »
  135. Meta-Wiki, « Wikimedia Foundation elections/2021/Candidates/Community Questions »
  136. Wiktionnaire, « mérite »
  137. Wikipedia, « Wikipedia:Community response to the Wikimedia Foundation's ban of Fram »
  138. Wikipédia, « Wikipédia:Actions administratives (WMF) »
  139. Wikipedia, « Wikipedia:Community response to the Wikimedia Foundation's ban of Fram/Archive 8 »
  140. Wikimedia Belgium, « Project Days »
  141. Wikipédia, « Wikipédia:Totem »
  142. Wikipédia, « Wikipédia:Compteurdédite »
  143. Wikipédia, « Wikipédia:Décernez les lauriers »
  144. Wiktionnaire, « Wiktionnaire:Wikidémie/janvier 2018 »
  145. Wikipédia, « Wikipédia:RAW/2017-07-25 »
  146. Wikimedia Discovery timeline, « Wikimédia France, de 2013 à 2017 »
  147. Wikipédia, « Wikipédia:Temas recorrentes/Cisão da Wikipédia lusófona »
  148. Meta-Wiki, « List of Wikimedia projects by size »
  149. Meta-Wiki, « Chapitres de Wikimedia/Conditions »
  150. Meta-Wiki, « Organisations thématiques Wikimedia/Exigences »
  151. Meta-Wiki, « Groupes d'utilisateurs de Wikimedia/Conditions requises »
  152. Wikimedia Foundation Wiki, « Conditions d’utilisation (section 10 : gestion des sites web) »
  153. Service public fédéral Affaires étrangères, « Institutions internationales »
  154. Meta-Wiki, « Mission »
  155. Meta-Wiki, « Wikicratie »
  156. Wikicratie.ch, « La Wikicratie »


En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, «  », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.