Approfondissement sur les suites numériques/Relations de comparaison

Début de la boite de navigation du chapitre
Relations de comparaison
Icône de la faculté
Chapitre no 5
Leçon : Approfondissement sur les suites numériques
Chap. préc. :Suites extraites
Chap. suiv. :Suites arithmético-géométriques
fin de la boite de navigation du chapitre
Icon falscher Titel.svg
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Approfondissement sur les suites numériques : Relations de comparaison
Approfondissement sur les suites numériques/Relations de comparaison
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Dans cette leçon, on va aborder les relations de comparaison entre les suites, et l'objectif est d'étudier le comportement des suites en l'infini. Une première information sur ce comportement est donnée par la limite de la suite, mais cela ne suffit pas pour décrire son comportement en l'infini.

Par exemple, les deux suites définies par et divergent toutes les deux vers mais ne divergent pas à la même vitesse, car l'exponentielle croît beaucoup plus vite, comme en témoigne la limite . L'objectif des notions présentées ici va justement être de formaliser ces différences, et elles trouveront des applications dans le calcul de limite, et dans le cours sur les séries elles permettront d'étudier la convergence des séries.

Les notions abordées dans cette leçon pour les suites (équivalence, domination et négligeabilité) sont un cas particulier des mêmes notions pour les fonctions.

Suites dominéesModifier

Une suite sera dite dominée par une autre si son comportement en l'infini est « encadré » par la suite dominante, et cela permet d'obtenir des informations sur la suite dominée. On traduit cette idée dans la définition suivante :

Remarque
  1. La notation utilisée ici est celle de Landau. Il existe une autre notation, la notation de Hardy, moins courante, où l'on note   pour signifier que   est dominée par  .
  2. On remarque que deux suites différentes   et   peuvent être dominées par la même suite  . Dans ce cas l'emploi du signe égalité dans la notation de Landau peut prêter à confusion car on écrit :   et   avec malgré tout  . Pour éviter cette confusion, on pourrait écrire    désigne l'ensemble des suites dominées par  , mais nous nous conformerons à la pratique courante de la notation.

À ce stade, il faut savoir comment se comporte la relation de comparaison vis-à-vis des opérations usuelles, et ici (contrairement à l'équivalence) tout se passe bien comme nous l'assure le résultat suivant :

Voyons quelques applications de la domination :

Suites négligeablesModifier

Voyons maintenant la notion de suite négligeable devant une autre. Concrètement, ce phénomène se produit lorsqu'une suite est « beaucoup plus petite » ou « beaucoup moins grande » qu'une autre quand   devient très grand.

La même remarque que pour la domination s'applique concernant la notation  . Et l'on conserve une caractérisation plus simple à l'aide d'un quotient comme nous l'indique la proposition suivante :

De même que pour la domination, la notion de prépondérance se comporte bien vis-à-vis des opérations algébriques sur les suites.

Les applications de cette notion se manifestent également dans le comportement « à l'infini » des suites, ce qui est, rappelons-le, l'objectif des notions développées dans cette leçon.

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Avec la notation de Hardy   pour  , on peut mémoriser l'essentiel de ces résultats sous la forme :

  :
 .

Suites équivalentesModifier

Premiers pasModifier

Intuitivement, deux suites vont être équivalentes si elles sont « à peu près égales quand   devient très grand », et ainsi elles auront le même « comportement » en l'infini. C'est ce que traduit la définition suivante :


Remarques
  • Pour des suites équivalentes, la notation   est non ambiguë (de même que la notation   pour la limite d'une suite), contrairement à la notation   pour des fonctions.
  • D'après la définition, les seules suites équivalentes à la suite nulle sont les suites   nulles à partir d'un certain rang. De plus, nous avons la caractérisation suivante, très utile pour déterminer des équivalents (attention, on a souvent tendance à penser que ceci constitue la définition des suites équivalentes).
Remarque
On en déduit que si   et si   est non nulle à partir d'un certain rang alors, pour   assez grand,   est non nul et du même signe que  .

Regardons maintenant quelques exemples de suites équivalentes qui s'obtiennent directement en montrant que  .

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Montrons maintenant que le vocabulaire retenu ici est cohérent.

Opérations sur les suites équivalentesModifier

L'objectif est ici de voir les propriétés qui vont nous servir pour le calcul des équivalents. En premier lieu, voici les opérations qu'il est possible de réaliser sur les suites équivalentes, ce qui permettra de simplifier le calcul effectif d'équivalent :


Début de l'exemple
Fin de l'exemple
Remarques
De manière générale, il est « interdit » de réaliser des sommes d'équivalents ou de composer une relation d'équivalence par une fonction. De manière formelle, si   et  , on peut avoir  , et pour une fonction  ,  .
Par exemple, on a   mais  .
Et pour la composition, un contre-exemple est donné, pour  , par   mais  .


Voyons maintenant des équivalents qui serviront de référence. Tous se déduisent d'équivalents usuels en 0 de fonctions, en les composant à droite par la suite.


Début de l'exemple
Fin de l'exemple


ApplicationsModifier

Ici, nous allons voir quelques applications du calcul d'équivalent. Ces applications vont reposer majoritairement sur les propriétés suivantes :

Utilisons maintenant la notion d'équivalence pour le calcul de limite de suite :

Début de l'exemple
Fin de l'exemple


Interactions entre les notionsModifier

Dans cette partie, nous allons donner des résultats sur le comportement des trois notions vues ci-dessus entre elles. À ce stade, le lecteur débutant peut se sentir submergé par le nombre de résultats à retenir mais il faut bien voir qu'une fois les notions bien comprises (à travers des exercices), la majorité des résultats de cette leçon deviennent élémentaires. Les démonstrations découlant directement des définitions, elles seront laissées à titre d’exercice.