Cynthia Fleury, présentation de son ouvrage Les irremplaçables (vidéo)

RecherchesModifier

Histoire des Mathématiques/Philosophie

Économie

Philosophie

Psychologie

       Auto-analyse :

Théologie


Je dois une reconnaissance éternelle à Wikiversity, le fleuron – à mon sens et je n’exagère pas – de Wikimedia. Ancien de Wikipedia, j’ai pu constater combien il était difficile – impossible est le mot exact – de rendre impartiaux, objectifs, les sujets les plus sensibles, les plus délicats à traiter, les plus vitaux donc, pour l’Homme. Très occupé, je ne peux contribuer ici autant que je le voudrais.
J'adresse un grand merci aux personnes qui ont eu l’idée de créer ce beau projet, je salue leur instinct, leur clairvoyance, leur ambition, tout leur travail.
Merci aussi, bien sûr, à toutes les personnes qui le font vivre et grandir, avec beaucoup de foi, de persévérance, de courage.

Claude Mariotti

Pour sourire, un dialogue surréaliste sur Jacques Lacan, un Grand...Modifier

– Où et là quand ?
– Lacan est là quand il faut.
– Donc, il sera là Lacan ?
– Oui mais quand ? Là il n’est pas là Lacan.
– Il y aura des cancans si Lacan n’est pas là quand la cantatrice est là quand-même ! Si Gismund était là…
– Quoi là ? Quand Lacan n’est pas là, Lacan est là quand même.
Sigismund, lui, serait déjà là.
– Dans tes rêves...

Avez-vous remarqué sur les vidéos disponibles sur le net, que le génie des math Alexandre Grothendieck et le grand psychanalyste Jacques Lacan, tous deux parlaient de la même façon. On devine que leur voix vient du plus profond d'eux-mêmes, quand ils parlent en public ils se forcent à tousser, comme si ‘’ça avait du mal à sortir‘’, presque indicible.

Merci à Jacques Lacan, et Merci aussi à l'ami fidèle et tout fou qui me remplit de joie (il le sait) et m'encourage (le sait-il ?) depuis 2012, même si c'est un sacré cabochard.

Pour le plaisirModifier

 
Hor des Fields de Mony, Golden retriever de 8 ans, s'abreuvant à la source au bord de sa piscine.


J'ai pris la photo de trop haut, on voit davantage son poitrail que ses pattes !


















Notes et référencesModifier